Navigation – Plan du site
Lectures

Michel Bertrand et Jean-Philippe Priotti (dir.), Circulations maritimes. L’Espagne et son empire (xvie-xviiie siècle)

Presses universitaires de Rennes, 2011, 230 p.
Pierre Ragon
p. 165-168
Référence(s) :
Michel Bertrand et Jean-Philippe Priotti (dir.), Circulations maritimes. L’Espagne et son empire (xvie-xviiie siècle), Presses universitaires de Rennes, 2011, 230 p.

Texte intégral

1À partir du règne des Rois Catholiques et de celui de Charles-Quint (et pour trois siècles), la Couronne d’Espagne se transforme en un vaste « archipel impérial». Cette curiosité historique produit des politiques dynastiques d’alliances matrimoniales des maisons de Castille, d’Aragon, de Bourgogne et d’Autriche, ne cesse d’interpeller les historiens. Leur effort porte notamment sur l’identification des forces de cohésion qui permirent à un ensemble aussi vaste – et à certains égards disparates – de perdurer aussi longtemps. Il porte également, finalement et logiquement, sur la compréhension des modalités de sa dislocation, un dénouement aussi tardif qu’irréversible. Ce livre, issu d’un colloque qui s’est tenu à la Casa de Velázquez en 2006, entend contribuer à une meilleure connaissance de ces phénomènes. Le titre de la rencontre, Pratiques sociales, espaces maritimes et pouvoirs dans la monarchie hispanique (xve-xviiie siècle) était prometteur. Le livre qui en est issu paraît sous un titre un peu différent et quelque peu trompeur : il n’avoue pas le biais finalement adopté par la plupart des auteurs de ces huit contributions, celui de l’histoire économique, et escamote un aspect essentiel de la question, celui du pouvoir politique : un objet que rencontrent inévitablement un certain nombre d’auteurs, soit qu’ils l’abordent frontalement (notamment dans la troisième partie), soit qu’ils le rencontrent chemin faisant dans la mesure où la « sphère économique» n’a guère d’autonomie vis-à-vis des autres.

2Couvrant une large période qui va du xvie au début du xixsiècle, touchant inégalement à des espaces dispersés de l’Italie à la Nouvelle-Espagne, mêlant approches monographiques et analyse théorique, ces différents textes sont sommairement regroupés en trois ensembles passablement hétérogènes. Un premier groupe de deux contributions ouvre le volume sous le titre alléchant de « logiques marchandes, logiques d’État». Une seconde série de trois textes porte sur les acteurs du commerce dont on analyse les stratégies et les réseaux au service du développement de l’activité économique de ses membres ou de leur promotion sociale. Les trois dernières contributions sont censées illustrer comment le jeu des acteurs se déploie à différentes échelles en articulant dans des espaces emboîtés des segments sociaux et des activités économiques complémentaires.

3Ce classement, dont on comprend bien qu’il répond à des impératifs éditoriaux, n’en apparaît pas moins artificiel, tant les approches semblent dispersées et certains articles décalés par rapport à la ligne générale de l’ouvrage. Ainsi, les deux articles de la première partie sont-ils loin de former un diptyque. Le premier, un texte de Zacarias Moutoukias, est un plaidoyer ambitieux et convaincant pour une écriture non linéaire de l’histoire. À partir d’une prise en compte de la multiplicité des échelles et de la variété des « intrigues » (une notion popularisée par Paul Veyne) qui se jouent simultanément à différents endroits et à divers niveaux, il tente de montrer l’intérêt pour le travail de l’historien de la notion de path dependency. Ce concept déjà emprunté par d’autres au sociologue Paul Pierson est ici traduit par « dépendances temporelles», ce qui ne facilite pas nécessairement la tâche du lecteur. Cette démonstration donne à l’auteur l’opportunité de formuler une double critique portant sur l’historiographie récente des indépendances hispano-américaines (généralement acceptée) et l’histoire économique du xixsiècle latino-américain, qu’il élabore à partir de l’exemple du développement du libre commerce à Buenos Aires après 1809. Le texte qui lui est associé ne poursuit pas ce débat. De manière inattendue, il le porte sur le commerce franco-espagnol au xvisiècle : l’auteur, utilisant les archives laissées par la Compagnie du sauf-conduit (1552-1556) et le commerce du port de Bordeaux mène une analyse très érudite et très monographique. Parvenu à son terme, il démontre que les échanges se poursuivent, vaille que vaille, jusqu’en temps de guerre. On n’est plus ici, à proprement parler, dans le cadre des « circulations maritimes» de l’empire et l’on a renoncé à toute tentative de conceptualisation générale.

4La seconde partie offre la même particularité mais cette fois c’est le premier texte qui apparaît comme passablement à l’écart du propos du livre, même si son auteure fait de louables efforts pour s’y rattacher. Dans une étude consacrée à la confrérie des Chevaliers de la rue de Castro à Séville, María Matilde Hermoso Mellado-Damas montre comment cette corporation réputée, qui facilitait l’intégration des négociants italiens et judéo-convers, ne put survivre à l’alliance de la monarchie et de l’Église de la contre-réforme ; elle fut supprimée au cours des années 1580. C’est là l’histoire d’un divorce entre un certain pouvoir économique et une puissance monarchique qui lui refuse son soutien. Mais quelle est la portée historique d’un tel événement ? A-t-il de nombreux équivalents ? Modifie-t-il les règles du jeu économique ? L’absence de conclusion affaiblit la portée du témoignage.

5Dans cette même section, Arnaud Bartolomei, développe de son côté une analyse apparemment décalée tant chronologiquement que par son objet : il rend compte des relations entre les commerçants français de Cadix, la Couronne d’Espagne et l’État français à la fin du xviiisiècle et au temps de la tourmente révolutionnaire. Mais dans une ouverture finale, l’auteur défend l’idée qu’à cette époque, la collusion entre pouvoir économique et pouvoir politique n’était pas si générale que cela… du moins au niveau où se place son observation. Du coup, cette contribution s’offre comme un contrepoint à celle de Guillermina del Valle Pavón, qui la précède. Celle-ci, plus classiquement, montre l’imbrication des pouvoirs économiques, politiques et judiciaires (sans oublier le rôle des officiers de finance) dans la Nouvelle-Espagne du xviisiècle où le commerce de l’argent suscite de vastes trafics. Elle en démonte les mécanismes et décrit le fonctionnement dans une contribution qui sera utile à tous ceux qui s’intéressent à cette période.

6La troisième et dernière partie ne tranche pas sur les deux autres. Comme la précédente, elle est ouverte par une monographie conduite de manière très empirique, « L’accès au pouvoir local dans une région castillane tournée vers l’exportation, Soria aux xve et xvisiècles» : ne cherchons pas ici de circulations maritimes ni de lien impérial. La conclusion de ce texte porte au demeurant sur le contrôle du pouvoir municipal par les éleveurs. Les deux études sur lesquelles l’ouvrage se referme, en revanche, tiennent les promesses données par le chapeau de la dernière section, « Du local au global : jeux d’acteurs et jeux d’échelles». Les contributeurs analysent là, de manière convaincante, le rôle de Giovanni Andrea Doria, étudié comme broker entre la couronne d’Espagne et ses propres clientèles locales ainsi que les affaires d’un banquier génois, Bartolomé Spinola dans l’Espagne du xviisiècle.

7Dans ces conditions, il n’était pas aisé de conclure. Cette tâche revint à Michel Bertrand qui s’en tira par une pirouette (« la diversité est inhérente à l’hétérogénéité d’un empire sur lequel “le soleil ne se couchait jamais”», p. 207) ainsi qu’en proposant un long développement sur un thème qui lui est cher, celui des réseaux sociaux, dont un certain nombre de contributions fournissent (parfois) quelques exemples. Michel Bertrand est sans doute plus près de la vérité lorsqu’il présente l’ensemble comme marqué par le souci d’explorer la « dimension humaine et sociale» de la « mondialisation économique à l’échelle de la monarchie hispanique» (p. 208). Au-delà, il n’est pas certain qu’une fois le livre refermé le lecteur en sache davantage sur la manière dont « les différentes composantes territoriales de la monarchie hispanique étaient solidaires les unes des autres» (p. 9). Ce livre, on l’aura compris, vaut plus par la qualité intrinsèque de ses différentes contributions que par son architecture d’ensemble. À chacun donc d’aller y puiser ce qui pourra l’intéresser en fonction de ses propres intérêts.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Ragon, « Michel Bertrand et Jean-Philippe Priotti (dir.), Circulations maritimes. L’Espagne et son empire (xvie-xviiie siècle) », Cahiers des Amériques latines, 68 | 2011, 165-168.

Référence électronique

Pierre Ragon, « Michel Bertrand et Jean-Philippe Priotti (dir.), Circulations maritimes. L’Espagne et son empire (xvie-xviiie siècle) », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 68 | 2011, mis en ligne le 01 juin 2013, consulté le 22 mai 2017. URL : http://cal.revues.org/187

Haut de page

Auteur

Pierre Ragon

Université de Paris Ouest Nanterre La Défense/MASCIPO

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org