Navigation – Plan du site
Lectures

Pierre-Olivier Pilard, Jorge Ricardo Masetti, Un révolutionnaire guévarien et guévariste de 1958 à 1964

L’Harmattan, 2007.
Alexis Anagnan
p. 162-165
Référence(s) :
Pierre-Olivier Pilard, Jorge Ricardo Masetti, Un révolutionnaire guévarien et guévariste de 1958 à 1964, L’Harmattan, 2007.

Texte intégral

1Les études cubaines – et encore moins ce que l’on pourrait appeler les études guévariennes – ne constituent ni en France ni aux États-Unis un champ disciplinaire à part entière. Seules, au fond, quelques biographies souvent journalistiques nous donnent accès à cette histoire. Pierre-Olivier Pilard ne déroge pas à la règle et nous livre la biographie de l’un des plus proches collaborateurs et amis du Che, Jorge Ricardo Masetti, journaliste latino-américain et révolutionnaire guévarien. Ce dernier terme lui permet de penser en deçà ou au-delà de l’homme politique l’individualité de Masetti comme « emblème du guévarisme […], prototype de l’Homme nouveau dont rêve déjà le Che ». C’est là l’une des thèses de l’auteur, qui lui permet de projeter « une lecture radicalement nouvelle de l’histoire du guévarisme » et qui peut expliquer la dimension parfois psychologisante de l’analyse. La distinction nous rappelle pourtant – et c’est là l’un des enseignements majeurs de ce travail – que le guévarisme comme posture politique et doctrine révolutionnaire implique d’abolir toute distinction entre sphère publique et privée. En somme et comme le dit l’auteur, si « la révolution guévariste est bien une histoire d’individus », elle est une histoire d’individus publics entièrement soumis à la cause révolutionnaire. S’en trouve ainsi justifié le parti pris de n’appréhender que la vie publique de Masetti. Le fait est que le vide biographique de sa vie pré-révolutionnaire fut aussi celui du Che – rappelons-nous son errance latino-américaine. Il y a là comme une disponibilité biographique propice à toutes les conversions et à tous les engagements.

2C’est en quelque sorte cette conversion que décrit la première partie de l’ouvrage, intitulée « Les sentiers de la Sierra Maestra ». Né en 1929, d’un an le cadet du Che, Jorge Ricardo Masetti n’est en 1958 qu’un journaliste porteño bénéficiant d’une certaine stabilité professionnelle. Proche d’une sensibilité « nationaliste-populaire » et « classiquement » anti-impérialiste, il a quitté depuis longtemps l’Alianza Libertadora Nacionalista, mouvement péroniste d’extrême droite, et semble avoir renoncé à tout engagement militant. Parallèlement à ses activités de journaliste politique, il écrit quelques contes et textes littéraires et fréquente alors le café La Paz, cœur de la bohème intellectuelle de Buenos Aires, ainsi que Rodolfo Walsh, figure du journalisme et de la gauche argentine. Rien ne semble donc le préparer à un quelconque engagement révolutionnaire. Si l’on peut d’ailleurs savoir gré à l’auteur de ne pas céder à une vision linéaire ou téléologique de cet itinéraire, reste que l’on peut s’en étonner. Une analyse plus systématique de la vie porteña de Masetti et des différents textes qu’il produit jusqu’en 1958 ne pourrait-elle pas éclairer cette trop brusque conversion ?

3C’est donc comme journaliste qu’il quitte Buenos Aires fin mars 1958, avec pour projet d’interviewer les leaders de l’insurrection cubaine alors en cours. Cette exclusivité radiophonique va changer le cours de sa vie : le périple insulaire de Masetti est interprété comme un chemin initiatique. Plus encore que son parcours au sein du réseau urbain du M-26 de La Havane jusqu’à Santiago de Cuba ou que son ascension du llano à la sierra, c’est en tout premier lieu l’entrée en clandestinité de Masetti qui constitue la rupture biographique fondamentale. Il revêt la guayabera typique de l’Oriente cubain, puis l’uniforme vert-olive que lui offre l’armée rebelle, et se laisse enfin pousser la barbe. La transformation vestimentaire et physique du journaliste n’est pas anodine et témoigne selon l’auteur de l’empathie qu’il développe progressivement pour tous ceux qui l’accompagnent dans son ascension vers la sierra. Le charisme du Che et de Fidel achève enfin « la conversion de Masetti en fidéliste ».

4Son retour à Buenos Aires consomme définitivement cette conversion. Il connaît alors une première déception professionnelle, puisque son reportage est en partie censuré, et lance alors dans l’écriture de Los que luchan y los que lloran. El Fidel Castro que yo vi. Le récit est autobiographique, la thèse manichéenne oppose ceux qui luttent et ceux qui pleurent, la révolution armée et l’attentisme politique des mouvements de masse : « je me sentais froid, ridicule, en accomplissant ma mission de journaliste. Qu’est-ce que je faisais ici, le crayon à la main, au lieu d’être en train de presser la détente d’une mitrailleuse ? ». Il trouvera bien vite l’occasion de réconcilier l’écriture journalistique et l’action révolutionnaire : le 9 janvier 1959, il débarque à La Havane avec femme et enfants à l’invitation du Che. C’est le début de son engagement « au service de la Révolution cubaine » – selon le titre de la deuxième partie. Il est en effet chargé par le nouveau régime de fonder l’agence de presse Prensa Latina, destinée à briser l’« impérialisme journalistique » et le monopole de l’information dont bénéficient les agences de presses nord-américaines. Masetti en devient le directeur général et projette d’en faire un outil de construction de l’unité latino-américaine, de diffusion de la révolution. En ce sens, l’entreprise est guévariste. Elle l’est aussi parce que le Che s’y implique directement et supervise officieusement les principales nominations. C’est d’ailleurs l’amitié qui les unit qui explique l’étonnante promotion d’un étranger au cœur de la révolution. Gabriel Garciá Marquez, qui rejoint Prela à cette époque, constate ainsi que « les choses [s’y] faisaient comme si on se trouvait encore dans la sierra ». Il y a là le signe d’un « guérillérisme journalistique » au sens où le guérillérisme, forme de personnalisation anarchique du pouvoir, répète et reproduit l’expérience de la lutte armée dans les différentes organisations administratives du nouveau régime. Mais « les hommes du Che », dont Masetti, vont vite buter sur l’évolution interne du régime. En même temps que Prela devient une pièce essentielle du système révolutionnaire cubain, elle est logiquement érigée en un enjeu de pouvoir et de rivalités internes. Les partisans de la ligne soviétique – dont le très influent Carlos Rafael Rodríguez, directeur du journal communiste Hoy – critiquent ainsi la tendance guévariste de l’agence. Les démissions de protestations se multiplient, Masetti présente la sienne et quitte l’agence en mars 1961. Ici se joue la deuxième rupture biographique fondamentale.

5Dès lors, les engagements extra-journalistiques de Masetti se multiplient : il participe à différentes brigades de travail volontaire, se fait alphabétiseur et rejoint enfin les brigades anti-guérillas de l’Escambray destinées à mater les derniers foyers de résistance anti-castristes. Si, pour Masetti, travailler au sein de l’agence était déjà « occuper un poste de combat », il semble qu’il lui manquait encore pour se penser authentique révolutionnaire de faire la révolution. Il est alors associé de plus en plus étroitement aux différents projets révolutionnaires du Che, se fait ambassadeur officieux du régime et organise la première livraison d’aide cubaine aux combattants de l’indépendance algérienne, obtenant à son retour le grade de capitaine de l’armée rebelle. Dès la fin 1961, Masetti et Guevara projettent la création d’un foco guérillero dans la province nord-argentine de Salta. En juin 1963, une troupe d’une trentaine d’hommes armés, emmenée par Masetti alias Commandante Segundo, pénètre en Argentine. L’Ejercito Guerillero del Pueblo s’enferme vite dans un « huis clos désertique » et est démantelée avant même d’avoir pu livrer sa première bataille ; Masetti disparaît en avril 1964 sans avoir combattu. Itinéraire tragique dont le Che ne tirera pas les enseignements et dont il répètera les erreurs, trois ans plus tard, en Bolivie. On aurait aimé

6à ce stade que l’analyse prolonge le récit. Non, l’échec de la guérilla saltègne n’est pas conjoncturel : il répète – voire exemplarise – les multiples échecs des guérillas latino-américaines des années 1960 et renvoie au fétichisme latino-américain de la lutte armée, au mythe tiers-mondiste ou guévariste de l’invincibilité de la guérilla. C’est là où apparaît une certaine naïveté de l’écriture historique qui colle à son objet, mais semble trop souvent se refuser à l’analyser. Manque peut-être une analyse plus systématique et approfondie du discours politique de Masetti et de ses écrits littéraires. Le très important travail de documentation dont témoigne la bibliographie ne semble pas suffisamment exploité. L’analyse apparaît parfois trop générale et l’important travail de contextualisation éclaire peu l’itinéraire de Masetti, qui semble parfois n’évoluer que dans l’ombre du Che. Moins que le contexte ou les événements qui jalonnent la vie d’un homme, ce sont les résonances qu’ils trouvent en lui qui devraient nourrir l’écriture biographique. Reste que cette histoire croisée de la presse argentine, cubaine et latino-américaine de la révolution cubaine et d’un engagement révolutionnaire latino-américain fournit un point d’observation privilégié. Elle nous amène à penser la communication comme l’un des enjeux fondamentaux de ce qui fut, bien avant la « cyber-guérilla » zapatiste de l’EZLN, la « première guérilla médiatique » du continent. Elle ouvre aussi quelques questionnements fondamentaux sur le statut du journalisme engagé et révolutionnaire, sur ces zones d’ombre où l’engagement du journaliste dissimule une mise au pas de la presse et une instrumentalisation de celle-ci à des fins de propagande. Le devoir d’un journaliste – même révolutionnaire – était-il de faire la révolution ? Ironie tragique de l’histoire, Masetti, de l’avoir pensé, meurt en révolutionnaire, dépouillé de moyens d’information et de propagande, cédant au fétichisme de la lutte armée en oubliant les moyens de sa médiatisation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexis Anagnan, « Pierre-Olivier Pilard, Jorge Ricardo Masetti, Un révolutionnaire guévarien et guévariste de 1958 à 1964 », Cahiers des Amériques latines, 56 | 2007, 162-165.

Référence électronique

Alexis Anagnan, « Pierre-Olivier Pilard, Jorge Ricardo Masetti, Un révolutionnaire guévarien et guévariste de 1958 à 1964 », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 56 | 2007, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 24 avril 2017. URL : http://cal.revues.org/1851

Haut de page

Auteur

Alexis Anagnan

Université Paris I Panthéon-Sorbonne

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org