Navigation – Plan du site
Lectures

Marie-Cécile Bénassy-Berling, Sor Juana Inés de la Cruz. Une femme de lettres exceptionnelle (Mexique, xviie siècle)

L’Harmattan, 2010, 262 p.
Pierre Ragon
p. 163-165
Référence(s) :
Marie-Cécile Bénassy-Berling, Sor Juana Inés de la Cruz. Une femme de lettres exceptionnelle (Mexique, xviie siècle), L’Harmattan, 2010, 262 p.

Entrées d’index

Index géographique :

Mexique
Haut de page

Texte intégral

1Avec cette belle monographie, Marie-Cécile Bénassy-Berling, qui avait déjà consacré sa thèse à l’œuvre de la grande poétesse mexicaine du xviie siècle, renoue avec ses premiers travaux. L’ouvrage tombe à point nommé : après des décennies d’oubli, depuis les années 1980, la figure et les écrits de Sor Juana Inés de la Cruz font l’objet d’un intérêt croissant tant au Mexique qu’à l’étranger. Sans rien ôter aux mérites de la femme écrivain et de son œuvre, gageons que la caution du grand poète mexicain Octavio Paz et l’essor des gender studies ne sont pas pour rien dans ce regain d’intérêt. Il est vrai que la figure est tout aussi attachante qu’intrigante. Sor Juana Inés de la Cruz, dans le siècle Juana Inés de Asbaje y Ramirez de Santillana (1648/1651-1695), participe pour une part au grand mouvement de la littérature féminine du xviie siècle. Mais entre les Précieuses des salons parisiens et les mystiques des couvents d’Espagne, Sor Juan Inés de la Cruz se distingue par son originalité. Cloîtrée, comme ses consœurs d’Espagne, elle s’en distingue radicalement par son rationalisme, sa foi optimiste et son militantisme féminin, qui rapprochent son œuvre d’autres courants européens. C’est sans doute pourquoi le destin de cette figure est paradoxal : une femme de cette trempe trouvait difficilement sa place dans la société mexicaine du xviie siècle. Femme, campagnarde, enfant illégitime, génie précoce d’origine relativement modeste, elle ne put trouver l’espace de liberté nécessaire à l’étude que dans le cloître d’un couvent qui la libéra du mariage et du rôle social que le siècle assignait aux femmes. Elle eut la chance aussi de pouvoir un temps compter sur la protection de quelques-unes des plus hautes familles de la vice-royauté, plusieurs vice-reines la prenant successivement sous leur protection : la faveur d’un puissant était, il est vrai, un passage obligé pour toutes les grandes plumes du siècle. Sa première protectrice fut la marquise de Mancera (vice-reine de 1664 à 1673), qui la fit venir au Palais et lui trouva très vite le couvent susceptible de protéger sa retraite studieuse, celui de saint Jérôme dont la règle, peu rigoureuse et appliquée avec mollesse, lui laissait de longs moments pour l’étude et le parloir. Ce fut ensuite la comtesse de Paredes (1680-1686), épouse du marquis de la Laguna, dont le rôle fut lui aussi essentiel. La vice-reine et la poétesse, semble-t-il, se lièrent d’amitié et, une fois revenue en Espagne, la comtesse de Paredes assura la publication de quelques-unes des œuvres de la religieuse mexicaine (en 1689 et en 1692). Ces précieux appuis lui permirent de rompre les barrières que le clergé et tout parti­culièrement son propre confesseur tentaient d’ériger autour d’elle. Mais ces protections avaient un prix : elles l’obligèrent à consacrer une part de son talent à des œuvres de circons­tance (célébration des événements dynastiques et anniversaires vice-royaux, entrées vice-royales, comédies de palais, dédicace de la cathédrale, etc.). Par ailleurs, ses adversaires la contraignirent à dédier une partie de son énergie à sa propre défense, et on connaît d’elle, par exemple, une Réponse à soeur Philotée de la Cruz qui est une réplique aux attaques de l’évêque de Puebla. Du coup, les textes librement conçus sont-ils rares mais c’est parmi eux que l’on trouve le plus souvent ses chefs-d’œuvre (par exemple El sueño). Sor Juana sut, il est vrai, détourner des travaux de commande dont elle fit des œuvres très personnelles. Tel est le cas, notamment, de ses villancicos.

2Les conditions très particulières de la vie de Sor Juana font que sa personnalité et son oeuvre ne sont finalement pas si aisées à connaître. Certains épisodes de son existence demeurent entourés de mystère, notamment, deux ans avant sa mort, son renonce­ment final (sans doute relatif) à toute activité littéraire. De ses écrits, on sait qu’une grande partie est définitive­ment perdue. L’analyse de ce que l’on en connaît est à son tour gênée par la perte de ses manuscrits et de ses brouillons.

3L’ouvrage de Marie-Cécile Bennassy apparaît comme une introduction agréable, claire et très informée à la vie et à l’oeuvre d’une actrice majeure de la vie culturelle de la vice-royauté de la Nouvelle-Espagne à la fin du xviie siècle. Volontairement pédagogique, l’ouvrage comporte deux parties de tailles inégales. Dans le premier tiers du livre, la première section, l’auteure brosse en trois chapitres un rapide tableau de la Nouvelle Espagne au cours de la seconde moitié du xviie siècle, de quoi camper le théâtre de l’action pour le non spécialiste, même si l’on peut déplorer la trop grande confiance faite aux récits de voyage. Parfois, leurs auteurs semblent transmettre à Marie-Cécile Bennassy leur goût prononcé pour l’anecdote et le spectaculaire.

4Mais ce sont les six chapitres suivants qui font véritablement la valeur du livre. L’auteure, suivant un plan chronologique, y retrace en termes simples et précis la fortune de Sor Juana et le développement de son œuvre littéraire, sans omettre sa postérité. On y suit le destin de la religieuse dans le Mexique de la fin du xviie siècle (chapitres 1 et 2) et on y trouve une présentation synthétique de ses œuvres les plus importantes (chapitre 3). Les trois derniers chapitres restituent l’histoire des succès éditoriaux, généralement tardifs, et analysent les raisons du long oubli qui ensevelit ses écrits de la fin du premier quart du xviiie siècle aux années vingt du xxe siècle, parmi lesquelles on retiendra notamment le discrédit du gongorisme dont elle est une indiscutable représentante. Un chapitre entier reprend le dossier de sa « conversion » de 1693 et des interro­gations qu’elle suscite : un mystère qui n’est pas levé.

5Sor Juana Inés de la Cruz a connu les travaux et parfois fréquenté person­nellement quelques-unes des personnalités les plus fortes de son temps : le mathématicien et homme de lettres Sigüenza y Gongora, les jésuites Juan Eusebio Kino, Antonio Nuñez de Miranda (son confesseur), José Vidal et José Antonio de Oviedo. Sa pensée s’enracine dans la tradition intellectuelle locale lorsqu’elle s’appuie sur les écrits du bibliste Juan Diez de Arce et elle la nourrit puisque, apprend-on, Juan de Castorena y Ursua, le fondateur de la Gazeta de Mexico, fut dans sa jeunesse un fervent admirateur de la religieuse hiéronymite. Pourtant l’historien, comme les contemporains de Sor Juana, peine à lui trouver sa place. Dans quelle mesure cette femme exceptionnelle, dont l’héritage fut revendiqué par les Créoles (Juan José Eguiara y Eguren) avant de l’être par les patriotes mexicains, dont les écrits le sont aussi par les féministes de la fin du xxe siècle, révèle-t-elle une facette de la société de son temps ? Dans quelle mesure cette femme exceptionnelle n’est-elle pas, tout simplement, une figure d’exception ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Ragon, « Marie-Cécile Bénassy-Berling, Sor Juana Inés de la Cruz. Une femme de lettres exceptionnelle (Mexique, xviie siècle) », Cahiers des Amériques latines, 68 | 2011, 163-165.

Référence électronique

Pierre Ragon, « Marie-Cécile Bénassy-Berling, Sor Juana Inés de la Cruz. Une femme de lettres exceptionnelle (Mexique, xviie siècle) », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 68 | 2011, mis en ligne le 01 juin 2013, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://cal.revues.org/184

Haut de page

Auteur

Pierre Ragon

Université de Paris Ouest Nanterre La Défense/MASCIPO

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org