Navigation – Plan du site
Études
Un dialogue sur le Nouveau Monde

Penser le Nouveau Monde

Histoire et modernité
René Ceceña
p. 120-137

Résumés

L’élaboration du concept de Nouveau Monde est directement liée au mouvement de renouvellement des fondements du savoir médiéval européen. La constatation de l’existence des terres au-delà des horizons imposés par les modes de construction du savoir hérités de la fin du Moyen Âge mène à une réélaboration du discours historique qui avait établi de telles limites. Cette réélaboration passe par la précision du discours historique et sa distanciation vis-à-vis du discours poétique de manière à rendre possible la délimitation historico-cosmographique de l’Inde et du Nouveau Monde. La pensée européenne établit alors les principes modernes de construction du savoir : la revalorisation du témoignage et sa confrontation à la raison.

Haut de page

Notes de l’auteur

L’auteur remercie François Hartog et François Martinez pour leurs commentaires et suggestions.

Texte intégral

1Mundus Novus, le Nouveau Monde. Le terme a été employé pour signifier et déterminer les nouvelles Terres découvertes dans le mouvement d’expansion européen. Il s’agissait, en forgeant cet outil conceptuel, de construire un support théorique capable de rendre compte de la nouvelle expérience historique, assimilant, à l’intérieur de l’horizon européen, les régions se trouvant par-delà les marges que les anciens avaient laissées par héritage comme mode premier de définition du lieu d’existence humaine. L’objectif de cet article est d’étudier le rapport entre l’établissement du concept de Nouveau Monde comme horizon renouvelé de délimitation du lieu d’existence humaine et le développement des nouveaux fondements pour le savoir occidental par le biais de la construction d’un discours historique qui s’assume comme différent par rapport à la tradition héritée, comme discours moderne.

2Pour y parvenir, ce texte s’articule sur trois axes thématiques. Il montre premièrement la corrélation entre le discours historique et la découverte du Nouveau Monde, découverte qui vient modifier le mode de délimitation et définition de la réalité empirique de l’homme. Ce mouvement conduit – deuxième axe de notre recherche –, à la précision conceptuelle des notions cosmographiques des marges de la Terre que l’histoire traditionnelle avait laissées sans définition (Inde, orbe, monde). Cet article souhaite rendre compte du lien existant entre ces altérations dans l’ordre du savoir et le développement d’un esprit scientifique nouveau, qui se veut expressément moderne.

La définition historique des Indes occidentales. Crise du discours historico-poétique et construction d’une histoire nouvelle

3La découverte des Amériques implique une récupération critique du discours qui avait établi les limites que l’Occident s’était imposées depuis l’Antiquité par l’identification des termes de l’orbe de la Terre à l’étendue et aux projections représentationnelles de l’Empire romain. Arrivé au Nouveau Monde dès 1502, Bartolomé de Las Casas rend compte de cette configuration du savoir européen et confirme comment, aux premiers temps de l’expansion portugaise, les entreprises d’expansion au-delà des limites établies restaient sans réelle projection car ces Terres étaient considérées – comme pour l’Empire romain – inutiles, destinées aux bêtes : « ces critiques [de ceux qui s’opposaient à l’expansion] s’appuyaient sur l’argument que Dieu n’avait créé ces Terres que pour l’usage des bêtes » [Las Casas, 1994, p. 465]. Cherchant à surpasser cet obstacle épistémologique, Las Casas écrit son Historia de las Indias (15251561) et commence par un prologue où il fait une analyse des objectifs et des méthodes de l’histoire. Il s’agit, explique-t-il, de « poser les fondements et d’assigner les causes de tout ce que dans la chronique de ces Indes je me suis proposé de dire » [Las Casas, 1994, p. 337]. Dans ce schéma de représentation, l’histoire est un premier cadre général d’explication de la réalité humaine, le discours qui explique la condition de l’homme par le rapport ontologique constitué par les événements de la vie humaine dans sa projection temporelle : « Celui qui ignore les choses passées, comme incertain traverse les événements futurs » [Las Casas, 1994, p. 334]. Aussi dans le paragraphe relatif à « la grande utilité des choses passées » Las Casas définit-il l’histoire comme étant le récit de l’expérience humaine à partir duquel des enseignements moraux peuvent être tirés, de sorte que l’histoire est une éthique propédeutique, un savoir-guide pour la vie. L’histoire est donc nécessaire dans son enquête car elle traite des données premières de la réalité humaine (res gestae, cosas acaecidas), des faits réels vécus qui se constituent en premier élément de détermination de l’existence humaine. Condición est la catégorie qui vient signifier le cadre général d’explication visant à fonder la représentation du monde de ces historiens. Mais bien que la condición ainsi comprise soit caractérisée par le fait de souligner la réalité de l’homme comme rapport ontologique de son passé à sa projection comme événement futur, cette perspective temporelle n’épuise pas l’exercice historique des historiens des Indes occidentales. La condición est un cadre d’explication générale qui dépasse la temporalité de la réalité humaine. Il s’agit de décrire et de comprendre aussi le ciel et le sol, les bontés de la Terre et la disposition des régions [Las Casas, 1994, p. 451]. Effet de cette caractérisation épistémologique, l’histoire se cartographie et apparaît en corollaire de la cosmographie, pratique qui met en rapport le ciel avec la Terre et permet d’inscrire dans ses cartes les lieux dont les marins témoignent de l’existence.

4L’histoire des Indes se développe ainsi en parallèle à l’essor nautique et cartographique du xvie siècle, de sorte que la cosmographie est le cadre de l’histoire. « La Cosmographie est la lumière de l’Histoire », explique à l’époque Gérard Mercator [Mercator, 1623, p. 30]. Écrire une histoire s’accompagne des descriptions par la ressemblance de la peinture : « componer un libro y poner todo por el semejante de la pintura », comme dit Las Casas [Las Casas, 1994, p. 528]. C’est dire que narrer l’histoire des Indes est le moyen premier pour décrire et comprendre la nature des Indes avec le dessein fondamental d’expliquer le monde, puisque le récit de l’histoire pose les fondements et montre les causes de la nouvelle réalité de l’homme représentée par les Indes.

5Las Casas n’est pas le seul auteur à sentir le besoin d’histoire pour rendre compte du nouveau visage de la Terre et expliquer la nouvelle réalité à laquelle est confronté l’homme occidental. Une série de textes contemporains suivent cette perspective : c’est dans cette optique que Gonzalo Fernández de Oviedo écrit son Sumario de la natural historia de las Indias en 1526 et la première partie de son Historia general y natural de las Indias en 1535, et que Francisco López de Gómara publie son Historia general de las Indias en 1552. José de Acosta fait de même en 1589 avec son De Natura Novi Orbis libri duo, texte traduit en espagnol et complété par cinq livres une année plus tard sous le titre Historia natural y moral de las Indias. Deux historiens des Indes occidentales, deux penseurs qui ont pris en charge l’assimilation conceptuelle des nouvelles Terres dans la conscience européenne du XVIe siècle.

6Pour tous ces auteurs, l’histoire est le premier pas vers une compréhension de la réalité humaine et par conséquent, selon eux, le fondement de la philosophie et de la théologie. Ainsi José de Acosta écrit :

« Celui qui se plaira à comprendre les vrais œuvres de cette nature, si variée et si abondante, connaîtra le plaisir que donne l’histoire […] Celui qui voudrait aller plus loin et parvenir à comprendre les causes naturelles des effets, pourra s’exercer à une bonne philosophie. Celui qui s’élèverait davantage dans sa pensée, et considérant au Grand et Premier Artisan de toutes ces merveilles, connaîtra le savoir et la grandeur de celui-ci, et nous pourrons dire qu’il fait de l’excellente théologie » [Acosta, 1985, p. 87].

7Être le socle de cette pyramide est possible pour l’histoire car elle est la constatation directe du vécu, doctrine qui organise les connaissances empiriques. On passe par ascension successive de l’histoire à la philosophie, puis – pour cette conception – au champ dogmatique qui marque les limites de la connaissance humaine : la théologie. C’est la raison pour laquelle les historiens des Indes construisent en premier leur récit sur les Indes occidentales, sur des bases et selon des modes historiques.

8La première tâche que se donnent les historiens des Indes est de récupérer le rôle fondateur que représente, pour le discours historique, le témoignage direct. Par sa structure épistémologique, le caractère universel que ces historiens octroient à l’histoire ne correspond à leurs narrations que comme récit de vérité compris en tant que témoignage des choses expérimentées. Un historien est, pour reprendre l’expression de Fernández de Oviedo, un témoin direct (testigo de vista) [1944, tome I, p. 38-39]. D’où le premier obstacle que les historiens des Indes affrontent est le caractère contradictoire entre le discours historique hérité du Moyen Âge et les expériences tirées des voyages de découverte, notamment depuis la fin du xve siècle. Ils se donnent alors la tâche d’établir la distinction entre construction imaginaire et récit témoigné dans les enseignements hérités de la tradition par une confrontation entre les textes conservés et les faits témoignés dans les Terres nouvelles. Le problème de l’histoire ancienne fut, pour Acosta, de fondre jusqu’à confondre, poésie, histoire et cosmographie :

« […] et tant dans les livres des poètes que dans ceux des historiens et des cosmographes antiques, la fin et les bornes de la Terre se situent à Cadix, en Espagne. C’est là qu’on édifia les colonnes d’Hercule ; c’est là que l’on fixe les termes de l’Empire romain ; c’est là que l’on dépeint les confins du monde » [Acosta, 1985, p. 30].

9Des récits poétiques (les colonnes d’Hercule) et des faits historiques (l’Empire romain) sont, de la sorte, mis en parallèle jusqu’à en faire une identification complète dans le processus de délimitation du lieu d’existence humaine (les limites de l’Empire, les confins du monde). Tout commence, si l’on suit Las Casas, par Homère, qui dans ses vers invente des lieux et qualifie l’Espagne d’« extrémité de la Terre » [Las Casas, 1994, p. 455]. On a ainsi confondu, écrivent ces auteurs les récits d’Homère, César, Cicéron, Strabon, Pline, Mela, Marin, Ptolémée, Macrobe, Solin et Isidore de Séville.

  • 1 Dans ce même sens, Las Casas écrit : « De ces prés et de ces champs de délices [les Champs Élysées] (...)

10Il faut donc, dans un premier moment de la construction d’un discours de vérité, « réduire la fable en histoire » [Las Casas, 1994, p. 419 et 425]. On vise, par cette réduction épistémologique, à obtenir un discours vrai, un discours adapté aux nouveaux faits constatés historiquement, par expérience. Ainsi, pour Acosta, l’histoire est un récit sur le cours des choses humaines, tandis que la poésie est une fabrique de fictions et de choses fantastiques [Acosta, 1985, p. 46]. En parlant du détroit de Gibraltar, Las Casas exemplifie : « […] les poètes prétendent qu’il fut ouvert par Hercule, et que cela constitua l’un de ses travaux […] » [Las Casas, 1994, p. 397]1. Fernández de Oviedo, quant à lui, met en avant l’histoire face aux fables : ainsi, explique-t-il, plus importante que l’épisode d’Hercule ouvrant le détroit de Gibraltar et installant les colonnes qui portent son nom, a été la découverte des nouvelles Terres :

« […] chose d’ailleurs plus digne et sans comparaison plus héroïque et plus grande que ce qu’a fait Hercule en ouvrant la mer Méditerranée à l’Océan, car les Grecs jusque-là n’ont jamais eu de connaissance ; et celui-ci est à l’origine de cette fable-là qui raconte que les monts Calpe et Avile […] étaient joints et qu’Hercule les a ouverts, donnant par là l’entrée à la mer Océane et il a placé ses colonnes à Cadix et Séville [...] » [Fernández de Oviedo, 1996, p. 146-147].

11Puis, López de Gómara :

« La navigation que firent les vaisseaux du roi Salomon était grande, mais celle des navires de l’empereur Don Charles est beaucoup plus grande. Le navire de Jason nommé Argos, tant réclamé des poètes et historiens, fit peu en comparaison de ce vaisseau, lequel devrait être mis pour triomphe et mémoire à l’arsenal de Séville. Les travaux et les dangers d’Ulysse ne furent rien par rapport à ceux de Jean Sébastien [Elcano] ; ainsi il mit dans ses armes la figure du monde et autour ces paroles : Primus circundedistime, c’est-à-dire, tu m’as le premier environné, ce qui est bien conforme à sa navigation. » [López de Gómara, 1941, p. 236-237]

12Comparaison, donc, au profit des faits historiques sur les récits mythiques car l’histoire se construit par le seul témoignage des faits réels qui n’acceptent plus les récits et les projections poétiques et leur approche de la condition de l’homme. En effet, les récits hérités de la fin du Moyen Âge décrivaient un horizon de délimitation de la réalité humaine qui s’est révélé faux. Le nouveau discours historique qui ressaisit le témoignage comme principe épistémologique de base acquiert sa caractérisation de discours renouvelé grâce à la constatation de l’existence des Indes occidentales, lesquelles viennent défaire l’horizon de délimitation de la réalité humaine transmis par le Moyen Âge tardif.

Inde, orbe et monde. Délimitation historique et précision conceptuelle de l’héritage du Moyen Âge tardif

13Le manque de distinction claire entre histoire et poésie a donc été, à la base de la tâche inaccomplie de définition des contours de la Terre dans l’histoire héritée de la tradition ; c’est la raison pour laquelle les présupposés poétiques s’y sont instaurés comme des vérités historiques, géographiques et philosophiques. La grande rupture dans ce sens est l’incorporation des Indes occidentales à l’orbe de la Terre, c’est-à-dire l’existence de régions qui viennent bouleverser les fondements théoriques de la représentation du lieu de l’existence humaine.

  • 2 Il s’agit en fait d’un extrait de Las Casas, fait sur un original perdu.

14Il faut bien comprendre l’ampleur de cette rupture. L’existence de nouvelles Terres non répertoriées ne questionnait pas forcément les fondements théoriques des limites hérités de la fin du Moyen Âge. Il suffisait alors de compléter les données quantitatives de sa représentation établie des Terres émergées. Les cartes géographiques de Ptolémée permettaient une telle possibilité ne montrant pas de limite concluante. Christophe Colomb est un cas exemplaire de cette possibilité. En effet, le navigateur s’inscrit directement dans la tâche d’une précision de l’idée tardo-médiévale des limites de la Terre cherchant à combler l’espace vide du côté de l’orient. « Car, écrit Colomb, ni Ptolémée ni ceux qui écrivent sur le monde ne savaient rien de cette moitié-ci, parce qu’elle était tout à fait ignorée. Ils ne se fondèrent (hicieron raíz) que sur l’hémisphère sur lequel ils se trouvaient » [Colomb, 2000, p. 236]2. Par ces mots, Colomb témoigne des limites du savoir géographique hérité par son siècle et à partir duquel il s’efforce d’organiser les connaissances dérivées de ses découvertes. Or, affirmer les limites de la connaissance de ceux qui ont écrit le monde témoigne d’un niveau épistémologique d’analyse d’après lequel, au moment de sa formulation, l’expérience d’appropriation du monde n’a pas été achevée de sorte qu’il reste des régions inexplorées. D’où, partant de nouvelles expériences de navigation océanique, ces régions demeurent sans représentation cartographique convenable. Colomb consigne donc son aventure dans la perspective d’un accomplissement épistémologique qui vient parachever l’image de la Terre. Il s’agit dans cette logique de compléter l’image de la Terre comprise comme représentation graphique du mode de définition du lieu de l’homme. C’est pourquoi, afin de compléter le profil de la Terre, Colomb s’est efforcé de bien délimiter l’Inde par son orient sans altérer le mode de définition de la condición de l’homme déjà établie par la tradition dont il est l’héritier.

15Colomb cherche ainsi à donner une base historique aux limites orientales de l’Inde. Cette région orientale était en effet un lieu dont l’existence avait été attestée historiquement, mais dont la définition avait été posée par projection poétique. Pierre Martyr d’Anghiera la nomme « dernière limite du monde par l’orient », ou « ultime limite orientale » [Anghiera, 1990, p. 37, p. 55]. Et Las Casas écrit : « À la dite Inde aucun cosmographe n’a jamais marqué de limite avec aucune Terre ou province en direction de l’Orient, mais seulement avec l’Océan » [Las Casas, 1994, p. 370]. Acosta, quant à lui, affirme : « […] dans notre langue vulgaire le vocable Indes est général, parce que l’usage et notre langage, en nommant Indes, signifie des Terres très éloignées, très riches et très étranges par rapport aux nôtres » [Acosta, 1985, p. 42]. Plus qu’un lieu faisant l’objet d’une cartographie avec des limites précises, Inde était un concept diffus. Ainsi, en tant que repère historique flou, Inde est un outil qui sert à Colomb à interpréter son entreprise sans entrer en contradiction avec son héritage. Inde est la projection spatiale d’un témoignage historique attendant patiemment sa délimitation cartographique :

« L’Amiral prétend, donc, qu’en allant à gauche vers l’occident, le territoire s’unit avec l’Inde Gangétique ; et que du côté du Septentrion, à droite, s’étend jusqu’à la mer Glacielle, au-delà des régions septentrionales et du pôle Arctique ; de sorte que les deux mers, à savoir, l’australe de là-bas et notre océan, se montrent dans les caps de cette terre-là, de la même façon que l’Europe est entourée par l’Hellespont et le Tanaïs et l’océan, ainsi l’océan Glacial comme celui de l’Espagne et le nôtre (d’Italie) » [Anghiera, 1944, p. 195, p. 31, p. 55 ; Fernández de Oviedo 1944, tome X, p. 280-290].

16Mais Inde peut en même temps se poser à la base d’une définition entièrement historique et témoigner de la nouvelle circonstance de l’homme comprise comme dépassement des limites héritées. Ainsi, pour Anghiera, l’identification de ces terres à l’Inde faite par Colomb est problématique et reste ouverte à d’autres élaborations conceptuelles. Glosant les déductions colombines, Anghiera exprime : « je ne le nie pas dans sa totalité, mais la taille de la sphère paraît montrer autre chose » [Anghiera, 1990, p. 31].

17Articulant lieu historique et espace projeté, témoignage et projection, d’un côté Inde est le lieu et le concept de confluence, des limites de la connaissance historique européenne de la Terre et, de l’autre, de ses projections visant la délimitation du lieu cosmographique général de l’homme. Autrement dit, Inde vient représenter les limites historiques et conceptuelles du mode de définition de la réalité humaine dont les historiens des Indes ont hérité de leurs prédécesseurs parce que s’y trouvent contenus deux concepts : l ’Inde, en tant que lieu historique en quête de définition géographique, et Inde, comme espace de projection pour la réalité humaine en quête de détermination de sa circonstance. Ainsi, l’ouverture de l’horizon européen se fait sur le manque de définition de Inde, sur ses contours polysémiques, c’est-à-dire de l ’Inde et d’Inde, de (l ’)Inde. C’est donc par (l ’)Inde que commence le processus d’assimilation conceptuelle et de définition historique des nouvelles terres ; des terres, elles aussi, qui doivent être répertoriées dans leur vérité historique et différenciées du niveau générique de définition qui les caractérise au niveau de leur description poétique.

18Par là, la quête de la définition historico-conceptuelle de (l ’)Inde met en cause les principes de définition du lieu de l’homme, c’est-à-dire des concepts d’orbe et de monde. Orbe est, en effet, à l’époque de la découverte du Nouveau Monde, le concept historique de définition de la réalité humaine selon le procédé historique romain de délimitation des Terres émergées et appréhendées conceptuellement (orbis terrarum), tandis que monde constitue le principe d’agencement permettant la définition conceptuelle des choses, et l’ordre que ces choses définies maintiennent entre elles. Orbe dessine de la sorte le premier horizon de délimitation de la réalité humaine qui se veut historique, mais que l’expérience n’a pas encore délimité de façon entièrement historique. Par son contour flou, l’orbe de la Terre s’inscrit dans un horizon plus large qui, le contenant, l’explique en dernière instance. Un horizon qui le fonde par un discours qui dépasse celui de l’histoire, constituant donc une projection discursive : monde est cet horizon, principe d’organisation permettant de saisir la circonstance de l’homme en dernier lieu et qui permet de trouver un espace général aux choses. Espace ouvert, sans limite historique de définition, sans besoin de définition historique, monde contient orbe de la Terre et peut, par là, offrir un cadre de définition général à des contours historiques flous. Monde et orbe de la Terre sont des concepts qui servent à définir et dont la propre définition reste dans l’état des connaissances du début des explorations transocéaniques, dans un lieu encore à définir dans les marges de la Terre, dans (l)’Inde.

  • 3 En outre, Las Casas affirme : « tous les marins eurent grand peur et devinrent tous très sombres, e (...)

19C’est pourquoi, dans leur navigation qui prend le sens des marges de la Terre, de l’Inde historique, les marins de Colomb se pensent dans un autre monde, dans un espace dépassant leur réalité immédiate, franchit l’orbe de la Terre comme horizon de délimitation de sa circonstance : « Ils déduisaient […] qu’ils devaient se trouver dans un autre monde et dans des régions distinctes de celles du leur » [Las Casas, 1994, p. 537]3. Colomb lui-même voit dans ces Terres un autre monde : « […] nul Prince d’Espagne n’a jamais conquis de Terre hors de ses frontières excepté aujourd’hui, sauf maintenant que Vos Altesses ont ici un autre monde », puis il continue : « […] Vos Altesses ont gagné ces Terres, si nombreuses qu’elles sont un autre monde » [Colomb, 2000, p. 242 et 265]. Cela n’implique cependant pas pour lui l’idée d’une entité séparée de l’orbe de la Terre de la tradition, mais une nouvelle démarcation par l’assimilation des terres ainsi découvertes. Comme il l’affirme lui-même, bien qu’il s’agisse de terres inconnues des Grecs et des Romains ce monde nouveau est un lieu assimilable aux régions de l’orbe de la Terre [Colomb, 2000, p. 225]. L’expérience historique de ces hommes est confrontée aux limites de leur horizon culturel ; autrement dit, ils se voient dans un autre monde, car l’élargissement de l’orbe de la Terre comme lieu d’existence de l’homme passe par l’appropriation historique des limites de représentation du monde en tant qu’espace général de l’existence humaine. Rappelons ce que Francisco López de Gómara écrivait : « De l’opinion des Philosophes est sorti le proverbe selon lequel quand on se trouve neuf en une chose, on semble être dans un autre monde » [López de Gómara, 1941, p. 9]. Pierre Martyr d’Anghiera parle ainsi d’Hernán Cortés comme « conquistador du Yucatán et d’autres mondes très neufs » ou de ses propres narrations comme traitant des « nouveaux mondes » [Anghiera, 1990, p. 122, p. 124]. Il s’agit donc de l’appropriation historique de l’horizon représentationnel de la réalité humaine, de nouveaux mondes qui font partie de la nouvelle réalité historique et donc, de « la moitié cachée du monde », « l’orbe inconnu ». Anghiera emploie, pour la description de l’ensemble de ces terres, le concept de nouvel orbe (novus orbis), c’est-à-dire qu’il le définit en fonction du principe de détermination historique de la condition de l’homme selon la tradition héritée (orbe) [Anghiera, 1990, p. 34, p. 55, p. 138, p. 164]. Monde acquiert de la sorte une signification historique qui l’identifie aux limites de représentation de la réalité humaine.

20Cette définition historique de l’horizon mondain est accomplie par la construction du concept de Nouveau Monde, c’est-à-dire par son identification. Clairsemé dans les documents des explorateurs du xve siècle, le terme de nouveau monde renvoie alors aux terres connues comme limites des lieux d’existence humaine qui, par leur précision, viendraient compléter l’image de la Terre déjà en place. Par contre, l’identification des terres découvertes par l’Occident à un monde historique désigné comme Nouveau Monde implique la définition historique des terres de l’orbe en même temps qu’un mouvement de dépassement de l’ordre épistémologique mettant en relation orbe et monde. Dans une lettre largement diffusée depuis son apparition (1503 ?), Amerigo Vespucci écrit :

« Ces régions nouvelles qu’il nous est permis d’appeler le Nouveau Monde, puisqu’on n’en eut chez nos ancêtres nulle connaissance, et que c’est là chose absolument nouvelle pour ceux qui en entendent parler, et qui dépasse les estimations de nos anciens, lesquels disent pour la plupart qu’au-delà de la ligne de l’équinoxe, et vers le sud, il n’y a pas de continent, mais seulement une mer qu’ils appelèrent Atlantique ; et s’il y en eut pour assurer qu’il y avait là un continent, ils refusèrent, pour bien des raisons, que ce fût une terre habitable » [Vespucci, 1986, p. 89].

21Comme les nouveaux mondes qui l’ont précédé, il s’agit dans ces terres occidentales de « choses absolument nouvelles pour ceux qui en entendent parler », mais surtout il s’agit de terres qui dépassent les principes de définition des anciens, leurs « estimations ». Ce dépassement au-delà des lignes de l’équinoxe, comporte une historisation qui ne se limite pas à celle de l’orbe du monde dans ses contours flous ; la portée de ce dépassement rattrape les principes conceptuels sur lesquels monde s’est construit, l’espace de projection poétique pour le construire selon des principes historiques. Nouveau Monde, un autre monde, différent de celui de la tradition, objet nouveau, construit maintenant historiquement, comme lieu témoigné, menant à une nécessaire redéfinition du concept qui offre son espace au lieu historique de l’existence humaine.

22L’utilisation subséquente des termes d’orbe et de monde par les historiens des Indes répond à cette identification historique, c’est-à-dire à l’assimilation en histoire de l’horizon représentationnel général de la réalité humaine, à l’incorporation des espaces construits par des projections discursives des lieux historiques qui sont maintenant déterminés de manière exclusive par des témoignages directs. À cet égard, le raisonnement de López de Gómara est très significatif pour parler des terres découvertes comme d’un nouveau monde, même si le monde, dit-il, n’est qu’un seul : « Bien que, quant à moi, explique-t-il, je crois qu’il n’y a qu’un monde, je nommerai toutefois souvent deux mondes dans cet ouvrage, pour changer les noms (variar de vocablos) en une même chose, et pour mieux m’entendre appelant nouveau monde les Indes d’où j’écris » [López de Gómara, 1941, p. 10]. López de Gómara est, dans la nouvelle situation à laquelle il est confronté, motivé pour variar de vocablos afin de distinguer les deux aspects qui s’y entrecroisent, espace projeté et lieu historique : il y a donc un monde en tant qu’espace général de définition de toutes les choses (« il n’y a qu’un monde », dit-il) et des mondes comme limites historiques (« les deux orbes du monde ») [López de Gómara, 1941, p. 28].

23C’est donc la raison pour laquelle la confirmation de l’Amérique comme entité différente et externe aux limites héritées par les explorateurs nécessite une nouvelle définition de la condición générale de l’homme, et donc d’une nouvelle histoire qui fait sienne la problématique de définition des contours de la Terre : le nouvel orbe, pensé dans sa différence face à l’orbe romain, vient modifier la représentation traditionnelle et actualise l’exigence d’une redéfinition historique du lieu de l’homme par un nouveau rapport entre ses concepts de détermination historique (orbe de la Terre) et de définition générique (monde). (L’)Inde, marge de l’orbe de la Terre et début de l’espace général de toutes les choses, lieu ambigu de leur confluence, est le concept devant être défini comme réalité historique menant à la définition des concepts d’orbe et de monde et, ainsi, à la constitution historique des Indes occidentales, du Nouvel Orbe, du Nouveau Monde.

Le Nouveau Monde, la nouvelle histoire et la modernité. L’établissement des nouvelles limites de la réalité humaine dans le développement d’un nouvel esprit scientifique

  • 4 « Il convient de pardonner au philosophe [ = Aristote] d’avoir cru les historiens et les cosmograph (...)

24Le nouveau discours historique ne se limite pas à la constatation de l’existence des nouvelles terres et de son insertion dans la représentation graphique de la terre, héritée à la fin du Moyen Âge. Il constitue un mouvement qui vient modifier le rapport de l’homme au réel par le biais d’un nouveau mode de détermination de l’horizon de définition des lieux d’existence humaine : par la découverte du Nouveau Monde et le développement du discours historique de son assimilation conceptuelle, on a outrepassé les concepts occidentaux de définition de la réalité humanité. De cette manière, les bases théoriques du savoir hérité sont bouleversées, et demandent une modification des méthodes de construction du réel. Il s’est créé de la sorte un mouvement de critique qui dépasse l’accomplissement épistémologique envisagé par les premiers explorateurs et pose de nouveaux fondements pour la connaissance. En effet, par le dépassement pratique et conceptuel des limites historiques et représentationnelles traditionnelles que ces nouvelles terres induisent, s’ouvre un nouvel horizon de réflexion pour déterminer la réalité humaine : « […] s’agissant des terres nouvelles, elles donnent plus à considérer » [Acosta, 1985, p. 9]. D’après cet auteur, les limitations des descriptions de la Terre élaborées par les anciens, sont le résultat de l’expérience qui était la leur : l’élaboration des bases théoriques explicatives de leur monde correspondait à leurs connaissances empiriques [Acosta, 1985, p. 33]. Les développements théoriques des anciens étaient limités par leurs expériences géographiques, de telle sorte qu’Acosta doit interpréter correctement les enseignements de la tradition à la lumière des nouvelles découvertes pour en garder la véritable doctrine4. Ainsi, la nouvelle expérience provenant des voyages d’exploration dicte une nouvelle approche pour la saisie conceptuelle de la rupture qu’elle signifie. La situation que les historiens des Indes doivent affronter est celle d’un obstacle géographique de délimitation historique de l’horizon de la réalité humaine constituant ainsi un obstacle au niveau des fondements du savoir européen et de sa conception du réel. Le résultat de la confrontation entre savoir hérité et témoignages des voyages d’exploration est une redéfinition des contours de la Terre ainsi que de son support conceptuel.

25C’est pourquoi, depuis ses débuts, le mouvement d’expansion européen a affronté ses limites géographiques en tant qu’obstacle épistémique majeur, celui de l’horizon de délimitation de la réalité humaine au-delà de l’obstacle épistémologique qu’il représentait comme image inachevée des contours de la Terre. L’histoire nouvelle se construit, en effet, par un dépassement géographique qui rejoint le support conceptuel et l’emplacement précis que cette barrière occupe sur la face de la Terre : il s’appelle Cap Non (Cabo de No), limite pratique et conceptuelle de la réalité de l’homme occidental à l’époque. Las Casas écrit : « […] de la côte d’Afrique et d’Éthiopie située le long de l’Océan on n’avait découvert que jusqu’au cap ou promontoire que l’on appelait jadis le Cap Non, ce qui voulait presque dire, qu’au-delà de ce point ou bien il n’y avait plus de terre, ou qu’il n’était pas possible de passer outre » [Las Casas, 1994, p. 459-460]. La constatation négative du lieu géographique qu’il est (Cap Non) vient signifier et rendre évidentes les limites de la connaissance humaine, de sa reconnaissance géographique de la planète, de ses fondements pour la conformation du savoir : Cap Non était l’expression empirique du problème ontologique de définition des limites du lieu d’existence de l’homme. Par conséquent, la connaissance de la condición de l’homme passe, comme l’un de ses axes prioritaires, par une rupture géographique, une rupture qui implique le dépassement des lieux connus et des limites reconnues, en même temps que l’élaboration d’un nouveau support conceptuel d’explication de la réalité humaine. Las Casas parle de la découverte qui a ouvert « les chemins de l’Océan » et l’emploie comme argument explicatif du nouvel essor scientifique : « il a été nécessaire d’ouvrir les portes que l’obscurité de l’oubli et le brouillard de l’antiquité avaient fermées, en découvrant ce qui restait inconnu et en cherchant des nouvelles de ce que l’on ne connaissait pas » [Las Casas, 1994, p. 335, p. 470, p. 495]. Il s’agit donc d’un vouloir-connaître, pour le dire avec les mots de Las Casas, les côtes et rivières de la Terre et la mer : une quête donc pour connaître, sans la contrainte des limites tant des connaissances acquises que des fondements théoriques médiévaux [Las Casas, 1994, p. 501].

26Ce questionnement est cadré par des préceptes scolastiques et donc en concordance avec les traditions héritées de la fin du Moyen Âge et leurs repré sentations du monde : le vouloir-savoir ou désir de connaître que ces auteurs revendiquent s’inscrit dans la droite ligne de l’interprétation scolastique d’Aristote, particulièrement du livre A de la Métaphysique : « par nature, tout homme désire savoir et l’entendement rationnel le fait et le rend plus excellent que nul autre animal » [Fernández de Oviedo, 1944, Tome I, p. 26]. En affirmant « le naturel désir de savoir », López de Gómara développe : « Certains, cependant, ont ce désir plus que d’autres, car ils ont réuni l’industrie et l’art à l’inclination naturelle de savoir ; et ceux-là obtiennent les meilleurs secrets et raisons des choses que la nature fait […] » [López de Gómara, 1941, p. 7] C’est donc dans ce contexte représentationnel scolastique que le nouvel horizon historique et conceptuel est ouvert.

  • 5 À ce propos Acosta écrit : « nous découvrons tant de propriétés admirables au sujet de cette ligne (...)

27Mais on sait que le mouvement ici décrit se fonde sur « la réduction de la fable en histoire ». Cela veut dire qu’il pose ses fondations sur la nette séparation entre histoire et poésie. C’est en effet par ce biais que les historiens des Indes construisent l’élément caractéristique de leur méthode, ce en quoi consiste leur proposition épistémologique et le bouleversement épistémique qui en découle, venant s’opposer à la tradition qu’ils reçoivent en héritage : garder comme repères les doctrines héritées des philosophes, historiens et cosmographes anciens pour, à partir du témoignage direct des sens dans les nouvelles terres, se faire guider par la raison5. C’est à ce moment qu’une dislocation opère à l’intérieur des préceptes scolastiques de délimitation du lieu de l’homme et suscite une rupture majeure, une rupture qui dépassant le cadre épistémologique, au niveau de la représentation graphique des terres émergées, de manière à motiver une nouvelle formation épistémique et, donc, au niveau des fondements du mode de détermination du lieu de l’existence humaine sur lequel la représentation graphique de la Terre s’établit et se développe.

28Rappelons que, dans le savoir hérité de la fin du Moyen Âge, la poésie se mêle à l’histoire et s’y constitue en mode d’appropriation des espaces se trouvant par-delà l’expérience historique européenne, le propre de la poésie étant d’embrasser toutes les possibilités de la réalité humaine. La réflexion rhétorique héritée par les historiens des Indes suit Aristote et considère la poésie comme plus universelle que l’histoire. Depuis cette perspective, la poésie offre un champ universel d’explication qui dépasse l’histoire et les faits mêmes qu’elle évoque : la poésie contemple et examine l’universalité du possible, tandis que l’histoire ne fait que s’occuper d’une partie, celle qui correspond aux événements. C’est pourquoi, en fait, la poésie s’est constituée en élément pour saisir les limites du monde par delà les constatations historiques : elle contient le champ du possible sur lequel une éventuelle constatation des limites pourrait s’inscrire, elle est l’espace général dans lequel les événements trouvent leur place particulière. La poésie est donc capable de compléter l’histoire et de construire l’espace dont cette dernière n’a pas les moyens d’offrir un témoignage. Le poète Lucain, atteste Acosta, critiquait Jules César dans son enquête visant à trouver les sources du Nil : « à quoi te sert, Romain de vouloir rechercher la naissance du Nil », écrit Lucain d’après la citation fournie par Acosta. Cette définition donc, la précision du lieu de naissance du Nil, est pour le poète et la poésie qu’il représente, une quête infructueuse si elle est menée par l’histoire. Pour le poète, cette quête fait partie de l’espace de la poésie car, d’après la citation que fait Acosta de Lucain qui s’adresse directement au fleuve, « ta naissance [du Nil] est si cachée, que le monde ignore tout ce que tu pourrais être (ignora el mundo todo cuyo seas) » [Acosta, 1985, p. 32]. Le Nil appartient, dans ce schéma représentationnel du monde romain antique attesté par Acosta, aux marges de la Terre ; il est donc espace de poésie. Dans cette perspective, dans l’appropriation des marges de la Terre par assimilation poétique, la détermination de sa place dans l’orbe de la Terre ne peut être qu’infructueuse. Autrement dit, le concept de monde, le concept poétique de monde, est la condition de possibilité de l’orbe de la Terre dans son manque de constatation historique. Ainsi, le lieu d’existence de l’homme était jusqu’alors déterminé dans ses confins les plus lointains par des projections poétiques tirées des récits hérités depuis l’Antiquité. Avec les voyages d’exploration européens dès le xve siècle, ce n’est plus à la poésie de décrire le monde dans ses confins. Cela relève du témoignage historique, l’expérience des explorateurs se substituant à la projection poétique.

29Ce développement du discours historique est donc possible quand il s’approprie l’espace jadis projeté par le discours poétique, quand l’histoire reprend les espaces légendaires en les construisant de manière testimoniale, quand elle incorpore en son sein la problématique de la condition de l’homme et de ses limites. C’est ce qui se passe avec la conceptualisation comme Nouveau Monde des terres découvertes par l’Occident. L’histoire ouvre ainsi la détermination de la réalité humaine à tous les aspects de sa circonstance, ce qui élargit son horizon de manière à réincorporer les déterminations spatiales de l’être humain. Le discours historique est par là redimensionné à un niveau ontologique plus général que la seule temporalité, et se réapproprie la détermination de la condición de l’homme dans sa double condition d’espace général de l’être humain et de lieu concret de son existence. Il peut dès lors prendre en charge la délimitation de l’endroit qui signifiait le champ des projections poétiques : (l ’)Inde.

30L’argument de Las Casas pour réfuter l’identification des Hespérides avec les terres récemment découvertes est ici éclairant. « Si les poètes les ont situées en Afrique, c’est-à-dire, près de la terre ferme d’Afrique, il est clair que les Hespérides n’ont pas été ces Indes-là » explique-t-il. Le lieu des Hespérides, appartenant au discours poétique, est un lieu fictif, et les lieux sur lesquels l’histoire trace ses nouvelles caractéristiques est un lieu vérifié. Par cet argument, les historiens des Indes établissent (à la manière des historiens de l’Antiquité grecque) un principe épistémologique fondamental dans le processus de détermination de la nouvelle circonstance de l’homme : c’est la constatation topique d’un événement, l’identification entre lieu et fait, qui lui octroie sa condition historique, faisant l’objet d’un récit de vérité. C’est pourquoi le lieu, condition de la réalité des événements et dimension spatiale de la condition de l’homme dans sa détermination historique, se constitue comme un principe de structuration doctrinale des faits véridiques et donc en élément premier d’opposition à la projection et création d’espaces poétiques. C’est la structure même du discours sur la condition de l’homme, de la condición qui amène les historiens des Indes à dégager la poésie de l’histoire, à se défaire des espaces fantastiques pour se réapproprier les lieux historiques. C’est par le lieu que l’histoire et la poésie (y compris, par voie de conséquence, l’histoire fondée en poésie) se différencient : « une chose est que les poètes aient parlé des Gorgones femmes, une autre des Gorgones îles » [Las Casas, 1994, p. 422].

31C’est pourquoi, bien que l’histoire comme fondement de l’éthique propédeutique soit présentée par les historiens des Indes comme repère premier pour la description et assimilation conceptuelle des Indes, ce sont ces dernières – une réalité spatiale nouvellement témoignée et conceptualisée comme Nouveau Monde, ouvrant un horizon plus large que l’orbe de la Terre – qui, s’incorporant à la représentation européenne du monde, constituent un fait nouveau questionnant les présupposés historiques de la civilisation européenne hérités de la fin du Moyen Âge. Il ne faut donc pas voir dans la description ainsi faite des Indes occidentales un témoignage des expériences dans les nouvelles terres, avec le seul objectif de les décrire par elles-mêmes et de compléter l’image européenne du monde : leur incorporation comporte une étude de leur condición menant à une redéfinition du mode de détermination de la réalité humaine telle qu’elle a été conceptualisée jusqu’alors dans l’Europe latine.

32Il existe un rapport d’ordre épistémique entre l’ouverture de l’horizon du monde européen et le développement d’une nouvelle façon de scruter la nature : le renouvellement du mode de définition du lieu de l’homme induit des développements non seulement des contenus dogmatiques, mais aussi des méthodes d’élaboration de la connaissance, l’assimilation historique du Nouveau Monde impliquant une réélaboration conceptuelle des circonstances de l’existence humaine, contribuant par là à l’établissement d’un nouveau regard sur la nature. La rupture opérée par la détermination historique des lieux dans l’abandon de la poésie constitue ainsi un mouvement de nouvelle élaboration des fondements du savoir et du désir de savoir. « L’inclination pour rechercher (inquerir) » dont parlent les historiens des Indes, celle de l’Infant Henri le navi-gateur et, en général, des explorateurs des nouvelles terres, se place sur ce nouveau support historique [Las Casas, 1994, p. 460]. Si, comme l’affirme Acosta, il se développe un nouvel esprit qui pousse à la curiosité et au vouloir-connaître des choses nouvelles, c’est dans ce cas-là, grâce aux possibilités que l’histoire offre comme savoir sur la condición de l’homme [Acosta, 1985, p. 87].

33On trouve ici l’une des racines de l’importance croissante du témoignage comme base du processus de scrutation de la nature. L’élargissement de l’horizon de délimitation de la réalité humaine se fait par le biais de sa détermination historique qui se constitue en base de son approche de la réalité. En effet, dépasser de telles limites a été, dans la mouvance de dépassement des limites traditionnelles, une expérience historique, vérifiable et dont on pouvait et devait témoigner. La condition de possibilité de cette situation et de la rupture qu’elle suscite, est la récupération du besoin de détermination du lieu des faits pour le récit historique : la précision historique, attestée, des concepts de monde, orbe et Inde, et donc, leur analyse critique en partant des faits de l’expérience. Il s’agit de se trouver présent dans les lieux dont on rend compte pour voir par ses « yeux du corps (vista corporal) » [Las Casas, 1994, p. 345, p. 354 ; Acosta, 1985, p. 86]. La nouvelle histoire des Indes occidentales pose ainsi l’expérience comme une de ses méthodes fondamentales ; cette dernière, principe de connaissance « plus manifeste » que toute raison et démonstration philosophique est, en effet, le principe conducteur dans les affaires concernant les voyages [Acosta, 1985, p. 93]. C’est sur elle que reposent les principes de l’inférence [Acosta, 1985, p. 19]. Le lieu ainsi expérimenté et délimité, récupéré pour sa définition par le nouvel exercice historique, ouvre avec sa nouvelle condition les possibilités d’une nouvelle construction de l’expérience du monde. Ce mouvement épistémologique est un souci pour construire les catégories d’appréhension de la réalité par une adéquation aux faits de l’expérience.

34Par cette nouvelle description des marges de délimitation de l’existence humaine, par la définition historique et conceptuelle de (l ’)Inde, de l’orbe de la Terre et du monde, ces auteurs s’éloignent des doctrines dont ils sont les héritiers, c’est-à-dire, pour reprendre leur vocabulaire, des anciens et de l’Antiquité. Il naît de la sorte une opposition envers l’antiquité, la construction d’un orbe non-ancien défini historiquement, un monde nouveau qui est une Inde autre, des Indes autres, les Indes occidentales. Corollaire de cette approche, concevant leur savoir comme différent et nouveau, opposé à la tradition et aux anciens, les historiens des Indes se considèrent comme des auteurs modernes. Las Casas parle de « la modernité des connaissances que nous avons des secrets recelés par la mer Océane », tandis que Fernández de Oviedo qualifie de « moderne et expérimentée » la cosmographie développée à son époque, et appelle conséquemment modernes les nouveaux cosmographes, explicitant leur opposition à « l’ancien Ptolémée » [Las Casas, 1994, p. 429 ; Fernández de Oviedo, 1944, tome I, p. 88, tome X, p. 279].

35S’opposant à son héritage médiéval par le biais d’une appropriation attestée des terres récemment incorporées à l’horizon européen, l’historiographie du Nouveau Monde développe un discours fondé sur l’expérience directe, vécue dont on peut constater la véracité. Le nouveau discours historique est confronté au mode d’appropriation du Moyen Âge tardif des marges de la Terre, des régions jusqu’alors incorporées à la réalité européenne par des récits légendaires, par des projections poétiques, de manière à développer de nouveaux contenus épistémologiques (connaissances acquises) et à construire dans le même temps un nouveau socle épistémique (les fondements théoriques sur lesquels les connaissances acquises se développent). L’opposition ancienmoderne dont ces historiens des Indes participent constitue une rupture dans l’ordre du savoir qui a son fondement dans les modifications des modalités d’existence, de la condición de l’être humain, laquelle fixée dans ses limites historiques et conceptuelles depuis l’antiquité romaine, se voit modifiée dans sa représentation graphique et bouleversée dans ses fondements conceptuels par l’incorporation géographique, historique et conceptuelle du Nouveau Monde.

Haut de page

Bibliographie

Acosta José (de), Historia natural y moral de las Indias, México, Fondo de Cultura Económica, 1985, 444 p.

Anglería Pedro Mártir (de), Cartas sobre el Nuevo Mundo, Madrid, Polifemo, 1990, 149 p.

Anglería Pedro Mártir (de), Décadas del Nuevo Mundo, México, Porrúa, 2 vol., 1944.

Colón Cristóbal, « Relación del tercer viaje », in Los cuatro viajes ; Testamento, Madrid, Alianza Editorial, 2000, 301 p.

Colón Cristóbal, Œuvres complètes, édition établie et présentée par Consuelo Varela et Juan Gil, traduit de l’espagnol par Jean-Pierre Clément et Jean-Marie Saint-Lu, Paris, La Différence, 1992.

Las Casas Bartolomé (de), Histoire des Indes, traduit de l’espagnol par Jean-Pierre Clément et Jean-Marie Saint-Lu, Paris, Seuil, 2002.

Las Casas Bartolomé (de), « Historia de las Indias », in Obras completas, Madrid, Alianza Ed., 1994, 824 p.

Fernández De Oviedo Gonzalo, Sumario de la natural historia de las Indias, México, Fondo de Cultura Económica, 1996, 279 p.

Fernández De Oviedo Gonzalo, Historia general y natural de las Indias, Asunción, Guarania, 1994.

Fernández De Oviedo Gonzalo, L’histoire naturelle et générale des Indes, Isles et Terre Ferme de la Grand Mer Océane, traduite de Castillan en François, Paris, Imprimerie de Vascosan, 1555.

López De Gómara Francisco, Historia general de las Indias, Madrid, Espasa Calpe, 2 vol., 1941.

López De Gómara Francisco, Histoire générale des Indes occidentales et Terres neuves, qui jusques à présent ont été découvertes, Paris, chez Michel Sonnius, 1584.

Mercator Gérard, Atlas sive Cosmographicae Meditationes de Fabrica Mundi et Fabricati Figura, Amsterdam, Sumptibus & typis aenis Henrici Hondii, 1623.

Mercator Gérard, Nouveau théâtre du monde ou Nouvel Atlas comprenant les tables et descriptions de toutes les régions [sic] de la Terre, divisé en deux tomes. [L’Atlas de Gérard Mercator et d’Hondius, augmenté d’un Appendix] Amsterdam, chez Henry Hondius.

Vespucci Amerigo, Le Nouveau Monde, récits de Amerigo Vespucci, Christophe Colomb, Pierre Martyr d’Anghiera, traduit et commenté par Jean-Yves Boriaud, Paris, Les Belles Lettres, 1992.

Vespucci Amerigo, Cartas de viaje, Madrid, Alianza Editorial, 1986, 139 p.

Haut de page

Notes

1 Dans ce même sens, Las Casas écrit : « De ces prés et de ces champs de délices [les Champs Élysées], les poètes prétendaient (f ingían) ou pensaient vraiment qu’étaient dignes Minos, roi de Crète, et Rhadamante, roi de Lycie […] » (op. cit., p. 454).

2 Il s’agit en fait d’un extrait de Las Casas, fait sur un original perdu.

3 En outre, Las Casas affirme : « tous les marins eurent grand peur et devinrent tous très sombres, et recommencèrent à murmurer entre leurs dents, sans s’en ouvrir à Christophe Colomb, en voyant une chose si extraordinaire (nueva), qu’ils n’avaient jamais vue ni jamais observée (experimentado) et qui, par conséquent, leur faisaient craindre d’être dans un autre monde » ; « comme la Terre n’apparaissait jamais, ils ne croyaient plus rien de ce qu’ils voyaient, pensant que, puisque ces signes ne se concrétisaient pas, ils allaient à travers un autre monde d’où ils ne reviendraient jamais » (op. cit., p. 533-534).

4 « Il convient de pardonner au philosophe [ = Aristote] d’avoir cru les historiens et les cosmographes de son temps » [Acosta, 1985, p. 33].

5 À ce propos Acosta écrit : « nous découvrons tant de propriétés admirables au sujet de cette ligne [ = équinoxiale] que les esprits s’éveillent et travaillent à en rechercher les causes, se guidant, non tant sur la doctrine des anciens philosophes que sur la véritable raison et l’expérience. » [Acosta, 1985, p. 65] Puis, dans le livre III, chapitre 2, il procède « selon Aristote et la raison ». Las Casas parle d’un usage combiné des autorités et des raisons naturelles [Las Casas, 1994, p. 379].

Haut de page

Table des illustrations

URL http://cal.revues.org/docannexe/image/1817/img-1.png
Fichier image/png, 340k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

René Ceceña, « Penser le Nouveau Monde », Cahiers des Amériques latines, 56 | 2007, 120-137.

Référence électronique

René Ceceña, « Penser le Nouveau Monde », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 56 | 2007, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 28 mars 2017. URL : http://cal.revues.org/1817 ; DOI : 10.4000/cal.1817

Haut de page

Auteur

René Ceceña

Docteur en histoire et civilisations de l’École des hautes études en sciences sociales, René Ceceña est professeur et chercheur à l'Universidad Iberoamericana de Mexico (département de philosophie). Son principal axe de recherche concerne la thématisation de l’espace et ses modes historiques d’appropriation en Occident et il travaille actuellement sur un projet intitulé « Fondements topologiques des structures politiques et économiques de l’espace-monde européen aux origines de la modernité ». Il a notamment publié La idea moderna de mundo. Un estudio de los fundamentos topológicos de los orígenes de la mundialización (Mexico, Universidad Iberoamericana, 2007).

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org