Navigation – Plan du site
Dossier. La frontière Mexique / États-Unis après 15 ans d’Alena

Débat sur la métropole transfrontalière : une remise en cause à partir du cas Tijuana/San Diego

Tito Alegría
Traduction de Danielle Aubin
p. 63-82

Résumés

La population de la frontière Mexique/États-Unis se concentre dans des villes adjacentes disposées en paires binationales. Dans cet article nous développons l’idée que ces paires urbaines ne constituent pas une « métropole transfrontalière ». Ce qui existe entre elles c’est une interaction intense du fait de leur appartenance à des formations économiques nationales différentes. Et si l’interaction interurbaine croît avec les différences entre pays, cette interaction est l’expression de la divergence entre les villes des deux côtés de la frontière. Pour appuyer notre proposition nous présentons en premier lieu les visions de ceux qui défendent l’idée de métropole transfrontalière sur la société, la région, et la ville, puis les critiques faites à ce point de vue accompagnées de démonstrations empiriques. L’exemple de la paire de villes, Tijuana et San Diego, a été choisi car, avec un maximum de concentration de chaque côté de la frontière, il constitue le cas le plus remarquable et a fait l’objet de nombreux écrits. Cet article tend à montrer que nous sommes face à deux unités urbaines adjacentes mais différentes.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

métropole, ville, frontière

Keywords :

metropolis, city, border

Palabras claves :

metrópolis, ciudad, frontera

Index géographique :

Tijuana, Mexique, San Diego, États-Unis
Haut de page

Notes de l’auteur

L’auteur remercie Danielle Aubin pour la traduction de l’espagnol.

Texte intégral

1Les populations implantées à la frontière du Mexique et des États-Unis se concentrent dans des villes adjacentes disposées en paires binationales. Dans les analyses concernant l’urbanisation frontalière, dans les mass medias comme dans les milieux politiques des deux pays, on qualifie fréquemment ces villes de « villes jumelles » ou de « métropole transfrontalière ». Une telle vision met l’accent sur le voisinage et les interactions entre les deux côtés de la frontière, de façon à étayer le concept de l’unicité de ces deux côtés. Au contraire, en faisant ressortir les caractéristiques structurelles qui stimulent la croissance urbaine – caractéristiques différentes de part et d’autre de la frontière –, on peut expliquer l’unicité de chaque côté.

2Nous nous proposons de montrer ici que la vision de « métropole transfrontalière » s’appuie sur un faible support théorique et empirique, et d’avancer des arguments qui prouvent que nous nous trouvons en présence de deux unités urbaines adjacentes mais distinctes. Cette analyse s’appuie sur le cas des villes Tijuana et San Diego car il constitue l’exemple le plus évident par sa concentration de population de chaque côté de la frontière et par l’intérêt qu’il a suscité dans les analyses. Nous présenterons d’abord les visions de société, région et métropole transfrontalières, puis les critiques de ces visions et l’évidence empirique qui sous-tend ces critiques.

Société et métropole transfrontalières

3Jusqu’à la fin des années 1970, les analyses mexicaines ont considéré le développement urbain frontalier et les politiques qui en découlèrent comme des processus nationaux : les activités urbaines frontalières étaient traitées comme des processus locaux-nationaux, comme s’il s’agissait d’une quelconque ville de l’intérieur, sans tenir aucun compte de leur praxis binationale. C’est en 1981 que fut proposée la première vision transfrontalière de la conceptualisation de la frontière [Bustamante, 1981]. On qualifia alors d’aire frontalière « une région binationale géographiquement délimitée par l’extension empirique des processus d’interaction entre les personnes vivant de part et d’autre de la frontière » [p. 39]. À partir d’une conception weberienne des classes sociales, le concept de région binationale fut élaboré en tant que structure sociale transfrontalière dont la stratification s’étend de part et d’autre de la frontière. L’unicité de la structure sociale de l’aire délimitée par cette interaction se définit d’après quelques indicateurs de développement social. Les différences entre les deux côtés de la frontière, loin de représenter une rupture, apparaissent comme une continuité dans les strates de la structure sociale binationale de la zone frontalière [p. 41].

4Une telle conceptualisation s’appuie sur trois idées principales :

51) la « région frontalière » est binationale ; 2) cette région présente la même structure sociale au travers de la frontière ; 3) les deux côtés de la frontière présentent des processus économiques et sociaux similaires. La binationalité de la région frontalière se définit ici en termes sociogéographiques et non politico-administratifs. Cette précision implique deux choses. Premièrement, au plan théorique, la définition sociogéographique suppose une contradiction entre deux approches : d’une part, une approche nationale qui élabore et met en pratique une politique publique de la frontière et, d’autre part, une approche binationale qui pratique le développement de la région frontalière. La frontière constitue un obstacle politico-administratif à la résolution des problèmes concernant la société de toute la région frontalière binationale. Deuxièmement, au plan pratique, si dans l’élaboration de politiques publiques concernant la frontière on fait un mauvais usage du concept de région binationale, c’est-à-dire si on l’utilise au sens politico administratif, on risque de provoquer des situations préjudiciables à la souveraineté nationale de l’un ou l’autre des deux pays. Dans un ouvrage postérieur, daté de 1989, Bustamante prend en compte cette seconde implication : il main tient sa définition d’une aire frontalière en tant que territoire délimité par l’interaction, mais supprime le terme de « région binationale ».

6Dans le même sens que la « région binationale », la paire urbaine Tijuana/San Diego a été considérée comme une unité urbaine binationale, à cause d’une urbanisation continue et d’une relation intense entre les deux unités urbaines. De nombreux auteurs et medias les ont appelées « espace binatio nal » [Ganster et Valenciano, 1992 ; Gildersleeve, 1978] ou villes jumelles (twin cities) [Kearney et Knopp, 1995 ; The Economist, 1992].

7Laurence Herzog [1997 ; 1991 ; 1990a] a proposé le concept de « métropole transfrontalière » pour désigner l’aire urbanisée Tijuana/San Diego, concept généralisable, selon l’auteur, à toutes les paires binationales de villes frontalières voisines. De plus, Herzog a eu recours à ce concept pour interpréter divers phénomènes urbains frontaliers [2003a ; 2003b ; 2000 ; 1999 ; 1990b]. Selon lui, l’aire urbanisée qui traverse la frontière est considérée comme une région urbaine dont l’intégration repose sur les interactions transfrontalières entre cités adjacentes. Du point de vue de la géographie économique, cet auteur classe les relations entre les deux côtés de la frontière selon les catégories transfrontalières suivantes : manufacture globale transfrontalière, marché transfrontalier du travail, marché transfrontalier de la consommation, marché transfrontalier touristique et marché transfrontalier de l’habitat et des terrains [Herzog 2003a ; 1997]. Du point de vue de la géographie urbaine, il classe ces mêmes relations selon sept écologies globales : zones d’usines globales, espaces de consommation transnationale, districts de tourisme global, quartiers post-Alena, lieux de communauté transnationale, espaces de conflit, et connexions inventées [Herzog, 2003b]. L’auteur considère que les entre prises transnationales mènent le processus d’intégration de Tijuana vers le commerce et l’investissement globaux, en homogénéisant la consommation, l’architecture, l’espace urbain et les modèles culturels – autrement dit en les assimilant à ceux de San Diego. Ainsi la frontière internationale s’estompe en tant que séparation des villes situées de part et d’autre de celle-ci.

8Dans l’élaboration du concept de métropole transfrontalière, Herzog explore deux aspects fondamentaux pour la compréhension des villes de la frontière : le premier est le processus de convergence/intégration ou divergence/indépendance des deux sociétés qui se côtoient à la frontière ; et le second est la possibilité et la nécessité d’élaborer des politiques de manière binationale pour les villes frontalières. La prise en compte de ces données conduit l’auteur à la conclusion qu’il existe « un système social transfrontalier » générateur d’une communauté d’intérêts autour de la frontière. Ce qui échappe à l’investigation d’Herzog, c’est de savoir si les relations existant entre les deux côtés de la frontière – celles-là mêmes qui, selon lui, sont source d’intégration – sont le produit des différences ou des ressemblances entre les deux zones. Paradoxalement, son discours est fondé sur l’hypothèse selon laquelle, en fin de compte, les deux zones seront assimilées et intégrées alors qu’elles ne le sont pas dans le présent.

9Pour Herzog, cette frontière présente deux sortes de fonctions, à la fois antagoniques et intrinsèques. La première, celle de diviser deux cultures et deux structures urbaines en reproduisant sur la frontière les modèles nationaux respectifs et distincts. La seconde fonction consiste à unifier aux plans écologique et social les deux régions frontalières. Ces éléments unificateurs sous-tendent le phénomène qu’Herzog qualifie de « métropole transfrontalière ».

10Cette vision selon laquelle l’interaction génère l’intégration, et avec elle une métropole qui traverse la frontière, est partagée par d’autres spécialistes. Ainsi, Dear et Lecrec [2003 ; 1998] en proposent une variante. Du point de vue de la géographie culturelle, ces auteurs considèrent que les processus de globalisation, société réseau, hybridation et privatisation (processus classés comme hard border), impulsent l’intégration de part et d’autre de la frontière. De même que ces facteurs s’intensifient avec le temps, ainsi en est-il de l’intégration. À mesure qu’augmentent ces facteurs d’impulsion, l’espace formé par les interactions transfrontalières se transforme en contenair de la société transfrontalière, que les auteurs désignent sous le nom de « Bassehaute Californie » (Bajalta California) et définissent comme mégalopole post-frontalière (postborder megalopolis).

11Cette vision de la métropole transfrontalière implique également des objectifs en matière de développement et d’usage des sols des différentes villes frontalières des deux pays, comme par exemple à San Diego et Tijuana. L’Association des Gouvernements de San Diego (le comté) considère San Diego et Tijuana comme une région frontalière binationale [SANDAG, 2003]. De même, l’Institut de Planification Municipale de Tijuana considère dans son « Programme de développement urbain du centre de peuplement de Tijuana, 2002-2025 » que Tijuana et San Diego forment une seule région étant donné qu’elles ont en commun des problèmes qui requièrent des solutions communes IMPLAN, 2002, p. 100].

12La vision selon laquelle les villes frontalières voisines comme San Diego et Tijuana constituent une unité métropolitaine binationale est critiquable sur différents points. Nous allons présenter la deuxième partie de la critique du point de vue de la structure sociale et, dans une troisième partie, de la structure économique et de la divergence régionale.

Une remise en cause de la notion de société transfrontalière

13Trois hypothèses sont nécessaires pour étayer le concept d’une structure sociale transfrontalière continue : tout d’abord, que les groupes sociaux établis de part et d’autre de la frontière présentent des pratiques sociales similaires. Ensuite, que les individus vivant des deux côtés aient une connaissance semblable des rôles de ces groupes sociaux et des représentations symboliques qui en découlent. Et enfin, que les conditions permettant la reproduction du système social opèrent indistinctement des deux côtés de la frontière. Or ces trois hypothèses ne sont pas vérifiées dans la vision de région transfrontalière formulée par Bustamante.

14Le concept de continuité transfrontalière de la structure sociale suppose que les groupes sociaux des deux côtés de la frontière présentent des pratiques sociales semblables. Cette similarité des pratiques sociales implique trois caractéristiques de la relation des agents sociaux avec leur structure [Cohen, 1991] :

151) les acteurs sociaux appartenant aux collectivités des deux côtés de la frontière connaissent des procédés d’action similaires ; 2) ces acteurs interprètent et appliquent de façon identique les aspects sémantiques et normatifs de ces procédés d’action ; 3) ils disposent du même type de ressources. Mais comme il apparaît clairement, ces conditions de structure sociale ne se trouvent pas remplies à la frontière.

16En premier lieu, les procédés d’action ne sont pas similaires de part et d’autre de la frontière. La moitié de la population de Tijuana n’a pas la possibilité légale de franchir la frontière, et ne le fait certainement pas. Pour la population de Tijuana, ce facteur spatial à lui seul rend impossible l’accès à une connaissance des procédés d’une action sociale identique à celle de la population de San Diego. Il est également difficile d’affirmer que la majorité des habitants de San Diego qui, dans le meilleur des cas, ont franchi une seule fois la frontière, aient une connaissance d’action identique à celle des gens de Tijuana. La limite internationale exerce dans les faits un pouvoir considérable de limitation institutionnelle et empêche que des agents des deux collectivités développent des pratiques semblables et entrent en relation dans l’espace commun.

17Pour ceux qui peuvent franchir cette barrière institutionnelle en passant la frontière, l’usage de deux langues (espagnol et anglais) est un autre obstacle à l’élaboration d’un savoir partagé qui, sur de telles bases, ne saurait stimuler des pratiques sociales similaires. Dans les actes de communication, à travers lesquels se coordonnent les actions individuelles, s’accumulent des « projets de validité » qui ne varient pas à l’intérieur d’une même culture [Honneth, 1991]. Ces « pro jets de validité » n’existent en tant que tels dans l’interaction que si une personne fait appel à une connaissance partagée des normes qui fixent : premièrement, quel comportement est sincère ? et deuxièmement, quel est le rapport culturellement acceptable entre les moyens et les fins ? L’existence de plusieurs langues dans l’espace transfrontalier empêche d’accéder à la connaissance de ces normes et, de plus, limite l’existence des projets de validité au cours des interactions. Faute de tels projets, un grand effort doit être fourni pour mener à bien l’inter action transfrontalière et, quand elle a lieu, son efficacité est généralement très limitée. Finalement, il existe peu de communication entre les groupes de part et d’autre de la frontière, même entre ceux qui peuvent franchir légalement la barrière du passage international. Et, en corollaire, le partage de connaissance des pratiques sociales est également très limité.

18La seconde caractéristique du rapport entre les agents sociaux et leur structure nous dit que les pratiques sociales sont toujours accompagnées d’interprétations particulières concernant la sémantique et les normes sociales qu’elles impliquent. Cependant, ces interprétations sont spécifiques au côté envisagé de la frontière et différentes des interprétations développées de l’autre côté, à cause des limitations dues à l’espace aux reproductions des pratiques sociales reliant les agents des deux collectivités.

19Les individus qui interagissent le font avec le présupposé que leurs démarches orchestrées communiquent aux autres une ligne spécifique de comportement. Afin de réduire tension et perte de temps, ils partagent les conceptions des différents types de rôles qu’ils assument. Pour chaque individu, ce rôle est reproduit, partagé et reconnu par les autres. La construction des rôles n’est possible que si les gens mettent en commun un répertoire d’auto-perceptions et de définitions qui dépend du partage des connaissances et des interprétations, autrement dit d’un sens similaire de l’ordre social. Le partage de la construction des rôles n’est possible que dans une société particulière.

20La négociation du sens entre les collectivités des deux côtés de la frontière est sporadique et centrée sur des formes particulières d’échanges ou d’externalités. Entre les deux collectivités, celle de Tijuana et celle de San Diego, les échanges transfrontaliers peuvent entraîner des interprétations différentes pour les résidents de chaque localité. Si cette interprétation duelle est rendue possible, c’est que la seule valeur pour laquelle on se bat dans l’échange, c’est le bénéfice économique, et non la légitimité de la position locale des agents mis en relation, de leurs rôles respectifs dans la société. La possibilité de ne pas négocier les signifiés sur l’autre versant lors des interactions transfrontalières rend possible le maintien de structures sociales différentes et juxtaposées des deux côtés de la frontière.

21Selon la troisième caractéristique du rapport existant entre les agents sociaux et leur structure, les ressources d’un lieu sont les moyens ou bases du pouvoir auquel peut prétendre un agent, qu’il manipule pour influer sur le cours de son interaction avec les autres. [Cohen, 1991]. Les ressources auxquelles peut accéder un agent sont le résultat de ses pratiques antérieures, et pour cette raison, elles sont délimitées dans le temps et dans l’espace. La possibilité d’accéder aux ressources produites par la collectivité résidant de l’autre côté de la frontière est différente pour chaque agent social. En accédant aux ressources de l’autre côté, l’agent ne modifie pas sa position par rapport à cette autre collectivité, puisqu’il n’a pas de position définie par sa praxis. Lorsque celui qui réside d’un côté de la frontière apparaît dans une quelconque situation relative à l’autre côté, sa position est déterminée par les mécanismes de structuration sociale en vigueur de ce côté-là, et non de son côté à lui, où sa possibilité d’accéder aux ressources est différente. Il faudrait une même structure sociale des deux côtés de la frontière pour que la situation relative d’un agent soit la même des deux côtés, ce qui n’est pas le cas pour cette frontière.

22Le concept de continuité transfrontalière d’une même structure sociale suppose également que les conditions qui permettent la reproduction du système opèrent indistinctement de part et d’autre de la frontière. La reproduction d’un système social, de sa cohésion interne et du sens de ses intérêts, englobe des aspects de domination politique. Un contrôle social systémique est nécessaire pour garantir les conditions de reproduction sociale, et il s’exerce au travers d’institutions politiques dont les pratiques objectives se matérialisent sous forme de processus d’intégration et de répression. C’est l’État qui en est le dépositaire légitime et exerce l’intégration ou la répression sur le territoire qui se trouve à l’intérieur des frontières du pays. Les seules conditions dans les quelles l’État national puisse garantir la reproduction d’un système social en dehors de ses frontières sont celles d’une domination impériale. Bien que les

23États-Unis aient, à plusieurs reprises, garanti la reproduction d’un système social en dehors de leurs frontières, ils ne l’ont pas fait récemment avec le Mexique. L’État mexicain n’a pas non plus garanti la reproduction du système social des États-Unis. Sur leur frontière, il s’est produit de nombreuses actions unilatérales de l’un des deux États-Nations, qui ont engendré des protestations de la part de la communauté et/ou de l’État de l’autre pays. La légitimité de leurs actions se fonde sur le fait qu’elles opèrent sur le territoire national, bien qu’elles portent préjudice aux intérêts de la communauté de l’autre pays. La frontière sert de limite à l’exercice territorialisé du pouvoir exercé par l’État Nation, comme à l’exercice de ses pratiques de reproduction sociale. La reproduction d’une structure sociale se matérialise en tant que reproduction nationale, et il ne peut exister de reproduction binationale de ladite structure. Les régions contiguës que sépare la frontière possèdent des structures sociales aux conditions de reproduction politiquement différentes, et c’est pourquoi leurs processus de reproduction diffèrent.

Croissance urbaine, structure économique et divergence régionale transfrontalière : une analyse critique

24Pour que les villes de Tijuana et San Diego puissent constituer une métropole, elles doivent s’intégrer de manière systémique. Une unité urbaine systémique répartit entre ses diverses activités de manière différenciée les effets des changements survenus dans l’une d’elles. Les activités les plus importantes (les plus grandes et celles qui croissent davantage) affectent toute la ville. Si les changements survenus dans les activités essentielles de la ville n’affectent pas de manière continue un ensemble d’activités (ou une portion du territoire) c’est que ces dernières ne sont pas rattachées de façon systémique aux activités essentielles. Dans la vision d’une métropole transfrontalière on suppose que les changements qui interviennent dans les activités essentielles d’une ville affectent la ville jumelle. Posé en termes de croissance, cela signifie que les impulsions qui font croître une ville font également croître l’autre, et que les rythmes de croissance des deux villes sont équivalents. Pourtant l’évidence contredit cette hypothèse.

25San Diego a grandi sous l’effet d’une double impulsion régionale et nationale et il n’y a pas d’évidence que cette croissance soit due à des facteurs frontaliers. C’était une petite ville au début du xxe siècle. À cette époque, elle connut une grande poussée de croissance grâce aux investissements du gouvernement fédéral en matière d’irrigation dans le Sud californien et dans la ville même, grâce aux investissements militaires liés à la Première Guerre mondiale qui convertit San Diego en base navale principale [Hansen, 1981]. Dans les années 1920, l’industrie de l’aviation se développa rapidement, surtout à cause du climat favorable de la région. Avec ces deux activités d’opération de défense, l’économie de la ville s’épanouit durant la Seconde Guerre mondiale, et la guerre de Corée lui apporta une nouvelle poussée de croissance importante. Dans les années 1960 pourtant, on commence à réduire les dépenses militaires, réduction qui s’amplifie dans les décennies suivantes pour aboutir au début des années 1990 à une quasi-disparition des industries aéronautiques, missiles et satellites. À partir des années 1970, la diminution continue des dépenses militaires a fait ressortir le lien entre la croissance économique locale et celles de l’État de Californie et de l’État Fédéral [Gerber, 1993]. Par exemple San Diego, l’État de Californie et le pays tout entier connurent ensemble un important accroissement du revenu réel, et une importante diminution du chômage dans la seconde moitié des années 1970. À la fin de cette décennie, ils souffrirent également ensemble de la crise économique. De manière identique après avoir relevé leur économie au début des années 1980, ces trois entités territoriales connurent une diminution de leur revenu réel à la fin de cette décennie, diminution qui atteint son point le plus bas avec la crise économique du début des années 1990, comme on peut le constater dans le graphique n° 1. À cette période culminante de la crise, 60 % des entreprises qui fermèrent à San Diego ou se délocalisèrent en dehors du comté ouvrirent leurs usines au Mexique mais on ne connaît pas le nombre exact de celles qui s’installèrent à Tijuana [Gerber, 1993].

  • 1 Au sens que lui donne Porter [1990].

26Dans le cadre d’une tentative pour surmonter la crise, l’agence de planification locale, SANDAG, jointe à quelques groupes de promotion économique, et à certaines universités locales, entama l’application d’une stratégie de développement de « clusters »1 dans des activités à haut salaire. Cette stratégie entraîna une restructuration de l’économie de San Diego en la réorientant vers la haute technologie, définie comme un processus de croissance endogène [Mercado, 2004].

Graphique n° 1. Taux de croissance du revenu réel par habitant (chiffres de 2004)

Graphique n° 1. Taux de croissance du revenu réel par habitant (chiffres de 2004)

Source : Estimations de l’auteur d’après les données du Bureau of Economic Analysis, États-Unis, et tableaux CPI (indices des prix à la consommation) établis par Robert C. Sahr, Oregon State University.

27Cette restructuration a permis de réorienter vers les catégories de hauts salaires la croissance de l’emploi dominé jusque-là par des activités de services à bas salaires. C’est ainsi qu’entre 1990 et 1998, les « clusters » d’activités de San Diego qui entraînèrent le plus de croissance de l’emploi furent la biotechnologie et la pharmaceutique, la communication, et les services de logiciels et d’informatique ; ensemble ils totalisèrent 21 % des nouveaux emplois du comté, et ils connurent un accroissement respectif de 104 %, 57 % et 101 % au cours de cette période [SANDAG, 2001]. Cette réorientation économique, en augmentant les emplois dans les industries à haut salaire, a permis d’accroître le salaire réel du comté pendant les années 1990 [SANDAG, 2002]. Et cette réorientation n’a trouvé ni source ni support dans l’interaction frontalière. En conclusion, comme l’ont souligné Hansen [1981] et Gerber [1993], la croissance économique de San Diego n’a pas reçu d’influence notable du fait de sa position frontalière, mais elle a plutôt suivi le rythme de l’économie régionale et nationale, comme beaucoup d’autres villes situées à l’intérieur du pays. Tijuana, à la différence de San Diego, a connu une croissance économique déterminée en permanence par sa position frontalière, c’est-à-dire que les impulsions données à sa croissance sont différentes de celles de sa voisine [Alegría, 1992]. Pour la frontière mexicaine en général, la croissance urbaine est déterminée par la proximité géographique des différences structurelles entre les deux pays.

28La ligne frontalière sépare deux formations économico-sociales/socio-économiques rattachées à des nations différentes et chacune possède sa propre dynamique et sa propre structure, bien que les deux soient reliées entre elles. Les différences structurelles se manifestent également dans les espaces frontaliers.

29Tout au long du xxe siècle, à mesure que se consolidaient les États-Nations du Mexique et des États-Unis, la frontière évolua : de zone de transition entre deux nations, où se superposaient les deux sociétés, elle se commua en une barrière frontalière marquant la séparation drastique des sociétés, des marchés, des régulations et souverainetés.

  • 2 Cf. A. Heston, R. Summers et B. Aten, Penn World Table Version 6.1, Center for International. Compa (...)

30Les différences structurelles peuvent se synthétiser dans la capacité différente d’accumulation du capital dans les deux pays, et se reflètent dans le PNB par habitant2, la productivité, les prix des biens ou des services, les prix relatifs et les salaires. Elles constituent un potentiel d’interaction facilité par le voisinage et elles impulsent le franchissement de la frontière des capitaux, des personnes et des biens. La croissance économique de Tijuana et celle de toutes les villes frontalières du Mexique sont stimulées essentiellement par ces passages ou interactions.

  • 3 Voir note 2.

31Les différences structurelles n’ont pas cessé de s’accentuer avec le temps, et d’accroître leur influence sur la croissance urbaine des villes frontalières du Mexique. L’accroissement du commerce extérieur entre le Mexique et les États Unis au cours des dernières décennies, spécialement depuis la signature de l’Alena, n’a pas entamé les divergences économiques entre les deux pays. Depuis plusieurs décennies les États-Unis sont le principal partenaire commercial du Mexique, et la relation s’est intensifiée ces dernières années. En 1990, 69 % des exportations mexicaines étaient dirigées vers les États-Unis, ce chiffre est monté à 89 % en 2004 [BIE-INEGI]. Pour les États-Unis, la relation avec le Mexique est moins importante, bien qu’également croissante. Les États-Unis ne destinaient au Mexique que 5 % de leurs exportations en 1985 ; ce chiffre a doublé en 2004 [U.S. Census Bureau]. Malgré l’interaction croissante entre les deux pays, la divergence entre les économies se fait de plus en plus sentir avec le temps. Cette divergence apparaît clairement quand on représente l’économie des deux pays en termes de produit intérieur brut par habitant, PIBP. Le PIBP, qui était aux États-Unis 3,5 fois celui du Mexique en 1950, passait à 3,8 fois en 20003.

32Avec l’amplification des différences structurelles, Tijuana s’est spécialisée, ces dernières décennies, dans les activités transfrontalières, en particulier dans la manufacture qui a atteint la proportion de 35 % de la population active en l’an 2000 comme nous le montre le tableau n° 1. San Diego, dont la croissance économique a été stimulée par des impulsions nationales, et non pas frontalières, s’est spécialisée dans des services professionnels de haute technologie, d’éducation et de médecine, qui s’élevèrent en 2000 à 30 % de la population active locale (inclus dans la catégorie « Autres services »). Les 20 % restants de cette catégorie « autres Services », se composent des services d’information, de biens immobiliers, de loisirs, des services à la personne, de l’Hôtellerie, dont l’importance globale tend à décroître dans la même proportion que l’emploi local.

Tableau n° 1. Structure économique (pourcentage de l’emploi) entre 1970 et 2000 dans le municipe de Tijuana et le comté de San Diego

Tableau n° 1. Structure économique (pourcentage de l’emploi) entre 1970 et 2000 dans le municipe de Tijuana et le comté de San Diego

*Finances et assurances sont englobées dans « Autres Services » en 1970 au Mexique.

Source : Recensement de population.

  • 4 On obtient ce chiffre en divisant le nombre d’habitants du comté par celui des travailleurs du sect (...)

33La restructuration économique de San Diego, qui s’est produite dans les années 1990, a concerné également les activités commerciales. En dix ans, ces activités (commerces de gros et de détail) ont connu une perte nette d’emploi importante de 34 %, et elles ne représentent plus en l’an 2000 que 13 %. Cette restructuration, qui a touché surtout le commerce de détail, a augmenté la productivité (en terme de chiffre d’affaires par travailleur). Cette dernière s’est élevée de 67 % entre 1992 et 1997 pour l’ensemble du commerce de gros et de détail (estimations à partir des recensements économiques, en dollars constants de 2004). Cet accroissement de productivité signifie que le nombre moyen de clients potentiels reçus par chaque vendeur est passé de 12 à 16 entre ces années de recensement4. À Tijuana, en revanche, l’activité commerciale a pratiquement échappé à cette restructuration. Le nombre des travailleurs du commerce de cette ville en l’an 2000 n’était inférieur que de 1 % au chiffre de 1990 (tableau n° 1). Et leur productivité n’a augmenté que de 6 % entre 1993 et 1998 (estimations effectuées d’après les données des recensements économiques, en dollars constants de 2004) ; de plus, le nombre moyen de clients potentiels reçus par chaque travailleur s’est maintenu à 20 au cours de cette période.

34Il semble que l’effet de l’Alena sera minime et ne fera qu’accentuer les tendances précédentes, autrement dit davantage de manufacture et de croissance économique du côté mexicain, et davantage de services mais une moindre croissance économique pour la plupart des villes frontalières états-uniennes [Peach et Adkisson, 2000, Gruben, 2001, Coubes, 2003].

  • 5 Les impulsions de nature transnationale englobent des activités dont ni les origines ni les objecti (...)

35Les différences structurelles entraînent deux grands types d’impulsions pour la croissance des villes frontalières du Mexique, l’une de nature transnationale, et l’autre transfrontalière. Les activités transfrontalières et transnationales5 sont des impulsions économiques et démographiques à la croissance urbaine frontalière : économiques par les investissements et l’argent injectés dans les villes, et démographiques par la création d’emplois qui retiennent les résidents.

36Les deux activités transnationales les plus importantes de ce type sont la migration et le commerce. À cet égard les villes frontalières forment un pont, ces activités ayant un effet multiplicateur en matière d’emploi et de consommation. Particulièrement importantes dans les premières décennies du xxe siècle, elles ont connu un déclin relatif dans les dernières décennies du siècle.

37La seconde impulsion à la croissance pour le versant mexicain est de nature transfrontalière, et englobe des activités dont les origines et les objectifs sont frontaliers. Ce type d’activité a eu de l’importance dès le début de l’urbanisation frontalière, mais cette importance s’est encore accrue à mesure que la frontière se faisait moins perméable à l’interaction, et que les économies des deux pays se différenciaient davantage. Les activités transfrontalières les plus importantes pour la croissance urbaine sont au nombre de trois :

  • 6 BIE-INEGI pour les données mexicaines, et Bureau of Labor Statistics pour les États-Unis.
  • 7 ENEU-INEGI pour les données mexicaines, et CPS – Bureau of Labor Statistics – pour les États-Unis.

381) L’investissement dans l’industrie manufacturière, attiré par les moindres coûts de la main d’œuvre mexicaine. Cet investissement, connu sous le nom de maquiladora, qui provient des États-Unis et de quelques pays asiatiques, finance l’assemblage de produits dont les composants proviennent de divers pays, et vend ces produits essentiellement aux États-Unis. La frontière mexicaine leur fournit, avec des coûts réduits, une localisation proche du marché de vente. Les coûts sont moindres pour presque tous les intrants, depuis les terrains jusqu’aux salaires. Cette différence dans les coûts entre les deux côtés de la frontière s’est accentuée avec le temps. C’est ainsi qu’en 1987, le salaire horaire industriel moyen aux États-Unis était supérieur de 9 $ à celui du Mexique ; cette différence s’élevait à 11,8 $ en 19986. Tandis que les différences de salaires impulsent les tendances de la maquiladora sur le long terme, le cycle économique des États détermine ces variations à court terme [Gruben, 2001]. Ce type d’investissement génère des emplois qui attirent du personnel originaire de toutes les régions du Mexique et permet son enracinement dans les villes frontalières, où les emplois sont en augmentation quasi constante depuis les années 1960, époque où furent lancés ces investissements. En 2004, il y eut 156 100 emplois directs de maquiladora à Tijuana [BIE-INEGI]. De plus, cet investissement entraîne des effets multiplicateurs pour l’emploi dans tous les autres secteurs économiques de la ville. Par exemple, on estime qu’à Tijuana chaque emploi de maquiladora créé en génère un supplémentaire dans d’autres secteurs [Alegría, 1995]7.

  • 8 En raison de sa croissance économique des années 1990, San Diego, comme d’autres villes non frontal (...)

392) L’emploi transfrontalier, stimulé par les différences de salaires. En 1988 à San Diego, le salaire horaire moyen dans l’industrie était supérieur de 9,3 $ à celui de Tijuana ; cette différence s’élevait à 10,4 $ en 19988. Les habitants de Tijuana sont incités à chercher un emploi de l’autre côté de la frontière quand ils découvrent que les salaires locaux au Mexique ont perdu leur pouvoir d’achat des deux côtés de la frontière. Un changement macro-économique négatif – qui peut se faire sentir du jour au lendemain – crée une situation selon laquelle dans la région frontalière le même montant salarial donne un moindre pouvoir d’achat, sur place à cause de l’inflation, comme dans la ville états-unienne voisine à cause de la dévaluation du peso ; pour le même temps de travail, on obtient un salaire réel inférieur.

40Chaque fois que la différence de salaire entre Tijuana et San Diego augmente de 1 %, le nombre de transmigrants (commuter) lui, augmente de 3 % en moins de trois mois à partir des changements des salaires [Alegría, 2002]. En 1998, 8 % de la population de Tijuana travaillait à San Diego [ENEU INEGI], mais ces 8 % représentaient environ 20 % de la masse salariale des habitants de Tijuana [Alegría, 2000b]. La transmigration signifie l’emploi direct pour les résidents de Tijuana et crée un effet multiplicateur dans le secteur tertiaire de l’économie de la ville.

413) Les ventes de biens et services de consommation dans le marché transfrontalier s’étend davantage du côté mexicain. Cela est dû d’une part au coût inférieur de presque tous les services et de quelques biens mexicains et, d’autre part, au fait que les habitants de Tijuana ont un pouvoir d’achat moindre et que seuls, 55 % d’entre eux ont un moyen légal d’entrée aux États-Unis [Alegría, 2000a]. Les visiteurs à Tijuana, dont la grande majorité provient des États-Unis et n’a pas besoin de visa d’entrée au Mexique, sont de trois sortes. Les touristes ordinaires qui passent généralement moins de 24 heures dans la ville ; ceux qui visitent des parents ou des amis, et consomment sur place ; et ceux qui viennent consommer des biens et des services spécifiques étant donné leur moindre prix, leur rareté, ou leur mode de consommation. Tijuana est la ville la plus visitée de la frontière ; en 2003 elle a reçu 25,8 millions de visiteurs parmi lesquels 84 % y séjournèrent moins de 24 heures [Bringas, 2004]. Comme conséquence de ces visites, Tijuana possède dans certains secteurs une offre quelque peu supérieure à celle des autres grandes villes mexicaines du nord. Par exemple, dans le secteur des bars/restaurants, il y a 25 travailleurs pour 1 000 habitants à Tijuana, contre 16 à Monterrey, et quatre docteurs (en médecine, ou dentaire) pour 1 000 habitants, contre trois à Monterrey (estimations basées sur des données du recensement de la population 2000).

42Les différences structurelles entre les deux pays ont également impulsé la croissance démographique à Tijuana, mais pas à San Diego. Les deux villes ont connu des rythmes de croissance différents dans les dernières décennies. Contrairement à l’hypothèse d’Herzog [1990a] les deux villes étaient mieux intégrées au début de la croissance de Tijuana (qui comprenait 242 habitants en 1900) que maintenant. À l’exception des années 1970, le taux de croissance de Tijuana a été constamment supérieur à celui de San Diego. Des années 1930 aux années 1960 les taux de croissance des deux villes ont connu une évolution parallèle mais, durant les 40 dernières années, le sens de la croissance (l’augmentation du taux) s’est trouvé inversé entre les deux villes : autrement dit, dans les années 1970 le taux de croissance a diminué à Tijuana par rapport aux années 1960, tandis que celui de San Diego augmentait, mais dans les années 1980 ce même taux augmentait à Tijuana par rapport aux années 1970 tandis qu’il diminuait à San Diego. Ces tendances inversées persistèrent dans les années 1990, comme on peut le constater sur le Graphique n° 2 (l’estimation du taux a lieu tous les dix ans).

Graphique n° 2. Taux annuel de croissance de la population (en %) pour le municipe de Tijuana et le comté de San Diego

Graphique n° 2. Taux annuel de croissance de la population (en %) pour le municipe de Tijuana et le comté de San Diego

Source : Recensements de population.

43Bien que les raisons qui puissent expliquer ces variations inverses des taux de croissance ne soient pas totalement claires, les changements de ces taux étant dus à des raisons différentes pour chaque ville, la source principale de la croissance dans les deux villes est l’immigration. La croissance démographique de Tijuana est fonction des conditions économiques nationales et binationales. En revanche, San Diego reçoit des impulsions régionales et nationales : sa transformation démographique est fonction du cycle économique de l’État dont elle dépend – la Californie – et de celui des États-Unis.

44L’hypothèse la plus convaincante en ce qui concerne Tijuana, c’est que la ville s’accroît, reçoit des migrants de l’intérieur du pays, lorsque l’économie nationale se porte mal (par suite du chômage, des bas salaires) et quand elle se différencie de celle des États-Unis (différence de PIB par habitant entre les deux pays) [Alegría, 1992].

45Quant au facteur national, l’hypothèse la plus plausible est la suivante : les changements démographiques à Tijuana sont inversement proportionnels au niveau de salaire et d’emploi dans l’ensemble du Mexique et directement proportionnels au niveau d’emploi dans la ville même. Cette hypothèse, outre qu’elle est conforme aux théories de la migration, s’appuie sur quelques évidences. Le Mexique a connu pendant plusieurs décennies un processus de croissance économique rapide, qui a culminé dans les années 1970 avec le niveau de salaire réel moyen le plus élevé de son histoire [Pérez et Schwartz 1999, graphique 6 ; INEGI 1999, tableau 5-12]. Durant cette période de croissance économique nationale, Tijuana a connu une chute constante du taux de croissance de sa population, qui est tombé dans les années 1970 au niveau le plus bas du siècle. Dans les années 1980, le taux de croissance a remonté à Tijuana, et cela parce que le pays subissait alors le niveau de salaire réel le plus bas des soixante dernières années (et pour les dernières décennies, le niveau de chômage le plus élevé). De plus, la ville connut dès lors un des niveaux les plus bas de chômage urbain du pays, niveau qui s’est maintenu jusqu’à aujourd’hui [BIE-INEGI].

46Le facteur binational se résume dans l’augmentation quasi permanente des différences structurelles entre le Mexique et les États-Unis et dans des politiques respectives concernant les flux migratoires entre les deux pays. Le facteur binational peut être envisagé selon deux hypothèses. Premièrement, pour diverses raisons, la politique migratoire des États-Unis s’est faite de plus en plus restrictive dans les dernières décennies, si bien qu’une partie de l’émigration internationale mexicaine se tourne vers des destinations alternatives à l’intérieur du territoire national, plus particulièrement vers la frontière nord du pays. Deuxièmement, l’écart économique qui s’est creusé de plus en plus entre les deux pays a rendu plus avantageux en matière salariale pour les industriels états-uniens les investissements pratiqués dans la région frontalière mexicaine, accroissant ainsi le potentiel migratoire de cette région. Selon la seconde hypothèse, les migrants mexicains peuvent être maintenus à Tijuana, tandis que selon la première, ils y sont amenés. Comme conséquence de ces deux facteurs, les résidents du municipe de Tijuana nés en dehors de la Basse Californie (État où est située la ville) formaient 58 % de la population totale en 1990, et 56 % en 2000.

47San Diego est également une ville de migrants. Parmi les résidents du comté de San Diego, ceux qui étaient nés hors de la Californie formaient 61 % de la population en 1990 et 56 % en 2000. San Diego a toujours été la plus grande ville de la frontière. Si en 1900 elle ne comptait que 17 700 habitants, en 2000 elle atteignait le chiffre de 2 674 436. Jusqu’aux années 1960, sa croissance démographique s’explique essentiellement par l’attrait pour les investissements rattachés aux industries et bases militaires. À partir des années 1970, époque où l’investissement militaire amorce un déclin, on suppose que sa croissance dépend essentiellement du cycle économique des États-Unis et de l’attrait exercé par les industries liées aux nouvelles technologies. San Diego a connu une croissance économique similaire à celle de l’État dont elle fait partie et à celle de la nation, mais presque toujours avec un degré de plus que ces derniers (graphique n° 1). Depuis quelques décennies, ce degré supplémentaire de croissance a constitué un facteur d’attraction pour les migrants. Cependant, cette attraction a diminué avec le temps, si bien que le taux de croissance de la ville entre deux recensements se situait dans les années 1990 à un niveau plus bas qu’à la fin des années 70. Cette chute démographique coïncide avec la diminution de l’écart de sa croissance économique par rapport à l’ensemble du pays. Le taux moyen de croissance économique à San Diego dans les années 1970, 1980 et 1990 fut supérieur au taux national de 3.2, 2.9 et 1.2 points pour chaque décennie respective (estimations de l’auteur basées sur les données du graphique n° 1). Cependant, la restructuration économique de San Diego, amorcée au milieu des années 1990, lui a permis de récupérer sa croissance maximale par rapport à l’ensemble du pays, et de ce fait elle retrouvera certainement sa croissance démographique à la fin de la première décennie du xxie siècle. Entre 1998 et 2002, la population de San Diego s’est accrue de 5,1 % en moyenne, ce qui représente pour la même période un taux supérieur de 2,3 points à celui de la nation.

48La croissance démographique de San Diego est due à des facteurs nationaux et au fait d’avoir attiré les industries de haute technologie ; le facteur binational exerce une influence minime sur son économie et sa population. En revanche, la population de Tijuana s’accroît quand l’économie mexicaine se porte mal, et que cette mauvaise situation économique déclenche des impulsions transfrontalières positives.

Conclusion

49Dans le contexte frontalier, l’intégration en tant que support d’une « métro pole transfrontalière » supposerait deux structures urbaines regroupées en une unité systémique caractérisées par des liens directs et réciproques (une détermination mutuelle). Cela implique tout d’abord que les deux structures connais sent – de façon directe ou indirecte – les mêmes impulsions externes et ensuite qu’elles réagissent de la même façon à ces impulsions. Si des liens systémiques sont établis entre les secteurs névralgiques des deux structures urbaines (c’est-à dire les services de haute technologie pour San Diego, et pour Tijuana la maquiladora et une partie du secteur tertiaire traditionnel), l’intégration suppose– avec le temps – selon la théorie de la croissance régionale, une convergence des structures. Cependant, la structure urbaine de Tijuana se transforme pour des raisons différentes de celle de San Diego, les secteurs névralgiques des deux villes n’ont pas de relations organisées, et la globalisation, en exposant de plus en plus les deux villes à des effets externes, a des conséquences différentes sur l’évolution de chacune.

50Cependant, les flux interurbains transfrontaliers sont le produit des différences entre les deux pays et ne peuvent stimuler la convergence interurbaine parce que chaque ville (située de chaque côté de la frontière) est rattachée aux marchés et régulations économiques de son propre pays plutôt qu’à ceux du pays voisin. L’intense interaction urbaine entre Tijuana et San Diego ne permet pas de convergence urbaine parce que les différences entre ces villes dépendent de conditions nationales et non de conditions locales. Au contraire, avec le temps, cette interaction stimule plutôt la divergence en matière de croissance, une divergence qui, à son tour, maintient et intensifie les relations transfrontalières. Il ne pourra y avoir de métropole transfrontalière que lorsque les économies des deux pays seront moins différentes et que les régulations nationales seront moins restrictives à l’égard de l’interaction transfrontalière.

Haut de page

Bibliographie

Alegría Tito, « Demand and Supply of Mexican Cross-Border Workers ». Journal of Borderlands Studies, vol. 17, n° 1, 2002.

Alegría Tito, Estudio De Geografía Social, Primer reporte. 16 Ayuntamiento de Tijuana, 2000a.

Alegría Tito, « Transmigrants, the NAFTA, and a Proposal to Protect Air Quality on the Border », in L. Herzog (ed.), Shared Space : Rethinking the U.S. Mexico Border Environment, Center for U.S.-Mexican Studies, University of California, San Diego, U.S.A., 2000b.

Alegría Tito, « Efectos de la Industria Maquiladora en el Empleo Urbano », Comercio Exterior, vol. 45, n° 10, 1995.

Alegría Tito, Desarrollo Urbano en la Frontera México-Estados Unidos. Una Interpretación y Algunos Resultados, Col. Regiones, CONACULTA, México, 1992. BIE, (http://dgcnesyp.inegi. gob.mx/bdiesi/bdi.html), 2005.

Bringas Nora (Coord.), Turismo Fronterizo : Caracterización y Posibilidades de Desarrollo, Research Report, COLEF-CESTUR-SECTUR, Tijuana, B. C., 2004.

Bureau of labor statistics, http://data.bls.gov/PDQ/outside.jsp ?survey =en, 2005

Bustamante Jorge, « Frontera México Estados Unidos : Reflexiones para un Marco Teórico ». Frontera Norte, vol. I, n° 1, 1989.

Bustamante Jorge, « La interacción social en la frontera México-Estados-Unidos : un marco conceptual para la investigación », in Roque Gonzalez, La frontera Norte : Integración y Desarrollo, El Colegio de México, 1981.

Cohen Ira, « Teoría de la estructuración y praxis social », in Giddens et al., La Teoría Social, Hoy, CONACULTA y Alianza Ed., México, 1991.

Coubès Marie-Laure, « Evolución del empleo fronterizo en los noventas : Efectos del TLCAN y de la devaluación sobre la estructura ocupacional », Frontera Norte, vol. XV, n° 30, 2003.

Dear M., Leclerc G., « Introduction : The Postborder Condition. Art and Urbanism in Bajalta California », in M. J. Dear and G. Leclerc (Ed.), Postborder City : Cultural Spaces of Bajalta California, University of Southern California, 2003.

Dear M., Leclerc G., « Tijuana Desenmascarada », Wide Angle, vol. 20, n° 3, 1998.

Ganster Paul, Valenciano E., (éd.), The Mexican-U.S. Border Region and the Free Trade Agreement, Institute for Regional Studies of the Californias, SDSU, San Diego, 1992.

Gerber James, « Trends in San Diego and California ? », in Norris Clement, Eduardo Zepeda (éd.), San Diego-Tijuana in Transition : A Regional Analysis, Institute for Regional Studies of the Californias, San Diego State University, USA, 1993.

Gruben W., « Was NAFTA Behind Mexico’s High Maquiladora Growth ? », Economic and Financial Review, Third Quarter, Federal Reserve Bank of Dallas, USA, 2001.

Hansen Niles, The Border Economy, University of Texas Press, USA, 1981.

Herzog Lawrence A., « The Political Economy of Tourism Development in the San Diego-Tijuana Transfrontier Metropolis », in Dennis R. Judd (éd.), The Infrastructure of Play : Building the Tourist City, Publish by M.E. Sharpe, Inc, 2003a.

Herzog Lawrence A., « Global Tijuana. The seven Ecologies of the Border », in M. J. Dear et G. Leclerc (éd.), Postborder City : Cultural Spaces of Bajalta California, University of Southern California, 2003b.

Herzog Lawrence A., « Cross-Border Planning and Cooperation », in Paul Ganster (éd.), The U.S.-Mexican Border Environment, SDSU Press, USA, 2000.

Herzog Lawrence A., From Aztec to High Tech : Architecture and Landscape across the Mexico-United States Border, Johns Hopkins University Press, Baltimore, USA, 1999.

Herzog Lawrence A., « The Transfrontier Metropolis », Harvard Design Magazine, n° 1, Winter/Spring, 1997.

Herzog Lawrence A., « Cross-National Urban Structure in the Era of Global Cities : The U.S.-Mexico Transfrontier Metropolis », Urban Studies, vol. 28, n° 4, 1991.

Herzog Lawrence A., Where North Meets South. Cities, Space and Politics on the U.S.-Mexico Border, Center for Mexican American Studies, University of Texas at Austin, USA, 1990a.

Herzog Lawrence A., « Border Commuter Workers and Transfrontier Metropolitan Structure along the United States-Mexico Border », Journal of Borderlands Studies, vol. V, n° 2, 1990b.

Heston Alan, Summers R., Aten B., Penn World Table Version 6.1, Center for International Comparisons at the University of Pennsylvania, October, 2002.

Honneth Axel, « Teoría crítica », in Giddens et al., La Teoría Social, Hoy, CONACULTA y Alianza Éd. México, 1991.

IMPLAN, Programa de Desarrollo Urbano del Centro de Población de Tijuana, 2002-2025 (PDUCPT), Ayuntamiento de Tijuana, 2002.

INEGI, Estadísticas Históricas de México, Tomo I, Instituto Nacional de Estadística, Geografía e Informática, México, 1999.

Kearney Milo, Knopp Anthony, Border Cuates : a History of the U.S.-Mexican Twin Cities, Eakin Press, Austin, Texas, USA, 1995.

Mercado Alejandro, « Dinámica de la integración y diferenciación económica regional. El caso de San Diego y Tijuana », in A. Mercado,

E. Gutierrez (Ed.), Fronteras en América del Norte, CISEN, UNAM, México, 2004.

Peach James, Adkisson Richard, « NAFTA and Economic Activity along the US-Mexico Border », Journal of Economic Issues, vol. XXXIV, n° 2, June, 2000.

Pérez Alejandro, Schwartz Moisés J., Inflación y Ciclos Económicos, Documento de Investigación n° 9904, Dirección General de Investigación Económica, Banco de México, 1999.

Porter Michael, The Competitive Advantage of Nations, Basic Books, New York, USA, 1990.

Sahr Robert C., Consumer Price Index (CPI) Conversion Factors to Convert to 2004 Dollars, Oregon State University, Corvallis (http://oregonstate.edu/Dept/pol_sci/fac/sahr/cv2004x.pdf), 2005.

SANDAG, Regional Comprehensive Plan for the San Diego Region, Chapter 5, Borders, Draft, USA, december 2003.

SANDAG, Indicators of Sustainable Competitiveness, San Diego Region, Final report, USA, 2002.

SANDAG, San Diego Regional Employment Clusters, INFO n° 1, USA, august 2001.

The Economist, « The Mexican American Border : Hi, Amigo », vol. 325, n° 7789, London, dec. 12, Autor anónimo, 1992.

Haut de page

Notes

1 Au sens que lui donne Porter [1990].

2 Cf. A. Heston, R. Summers et B. Aten, Penn World Table Version 6.1, Center for International. Comparisons at the University of Pennsylvania (CICUP), octobre 2002.

3 Voir note 2.

4 On obtient ce chiffre en divisant le nombre d’habitants du comté par celui des travailleurs du secteur commercial, pour chaque année de recensement économique

5 Les impulsions de nature transnationale englobent des activités dont ni les origines ni les objectifs n’ont de rapport avec la frontière.

6 BIE-INEGI pour les données mexicaines, et Bureau of Labor Statistics pour les États-Unis.

7 ENEU-INEGI pour les données mexicaines, et CPS – Bureau of Labor Statistics – pour les États-Unis.

8 En raison de sa croissance économique des années 1990, San Diego, comme d’autres villes non frontalières des États-Unis, a attiré des immigrants d’un peu partout, y compris une proportion croissante de Mexicains, venant de toutes les régions du Mexique. Cette migration mexicaine croissante crée un potentiel d’interactions transfrontalières pour des raisons non économiques. Cependant, même si ce potentiel se matérialisait, cela ne changerait pas la nature urbaine différenciée entre Tijuana et San Diego qui est due au fait que ces villes appartiennent à des formations économiques et des cadres institutionnels différents : interaction n’est pas intégration

Haut de page

Table des illustrations

URL http://cal.revues.org/docannexe/image/1791/img-1.png
Fichier image/png, 104k
Titre Graphique n° 1. Taux de croissance du revenu réel par habitant (chiffres de 2004)
Crédits Source : Estimations de l’auteur d’après les données du Bureau of Economic Analysis, États-Unis, et tableaux CPI (indices des prix à la consommation) établis par Robert C. Sahr, Oregon State University.
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/1791/img-2.png
Fichier image/png, 53k
Titre Tableau n° 1. Structure économique (pourcentage de l’emploi) entre 1970 et 2000 dans le municipe de Tijuana et le comté de San Diego
Légende *Finances et assurances sont englobées dans « Autres Services » en 1970 au Mexique.
Crédits Source : Recensement de population.
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/1791/img-3.png
Fichier image/png, 22k
Titre Graphique n° 2. Taux annuel de croissance de la population (en %) pour le municipe de Tijuana et le comté de San Diego
Crédits Source : Recensements de population.
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/1791/img-4.png
Fichier image/png, 24k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tito Alegría, « Débat sur la métropole transfrontalière : une remise en cause à partir du cas Tijuana/San Diego », Cahiers des Amériques latines, 56 | 2007, 63-82.

Référence électronique

Tito Alegría, « Débat sur la métropole transfrontalière : une remise en cause à partir du cas Tijuana/San Diego », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 56 | 2007, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 29 mai 2017. URL : http://cal.revues.org/1791 ; DOI : 10.4000/cal.1791

Haut de page

Auteur

Tito Alegría

Tito Alegria est docteur en planification et développement urbain de l’Université du Sud de Californie (Los Angeles) et architecte de l’Université nationale d’ingénierie de Lima. Depuis 1987, il est professeur de planification, économie et sociologie urbaine au département des études urbaines et de l’environnement du Colegio de la Frontera Norte, à Tijuana. Ses recherches portent sur les villes, particulièrement sur le développement urbain frontalier, l’emploi transfrontalier, les usages du sol et les sous-centres de commerce et services, la ségrégation socio-résidentielle, la régularisation foncière et l’intégration urbaine des étrangers. Il a publié deux livres et de nombreux articles scientifiques dans divers pays, a réalisé des séjours de recherche au Pérou et aux États-Unis et a été consultant pour des gouvernements locaux mexicains et pour le programme Habitat de l’ONU.

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org