Navigation – Plan du site
Dossier. Venezuela, portrait d’une société au quotidien

Les territoires de l’informel. Étude du commerce de rue à Caracas

Mathilde Gauvain
p. 101-116

Résumés

Environ 100 000 personnes vivent du commerce informel de rue à Caracas, sur les trottoirs, les chaussées, les places, ou les autoroutes urbaines. Si le travail informel n’est pas une nouveauté au Venezuela, en revanche sa dénonciation comme une « occupation des espaces publics » est inédite. La critique de cette occupation se situe aux jonctions d’un discours sur la pollution socio-spatiale et d’une mythification d’un « âge d’or » vénézuélien révolu. Fondé sur une enquête ethnographique – observation in situ et entretiens semi-directifs auprès de vendeurs de rue –, cet article s’attache à analyser les structures économique et sociale du commerce informel pour comprendre comment la construction de cette notion d’informalité œuvre pour les représentations sociales de la ville.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Coins de rue, croisements. Les noms étaient attribués aux esquinas et non aux rues lors de la fonda (...)
  • 2 Entretien avec la responsable de l’économie populaire à la Alcaldía Libertador du 22 avril 2005.

1Impossible de parcourir les rues de Caracas ou d’ouvrir un quotidien vénézuélien sans voir et entendre parler des buhoneros, ces vendeurs de rue qui tirent leur nom d’un ancien mot espagnol désignant celui qui transporte et vend des choses de buhonería, de peu de valeur. Ils occupent les rues, les trottoirs et souvent une partie de la chaussée, les esquinas1, les places, les abords des stations de métro. On les retrouve aussi sur les autoroutes, ambulants marchant entre les files de voitures : ce sont ceux que l’on appelle les buhoneros « à haut risque »2, pour qui les accidents du travail mortels ou gravement handicapants sont extrêmement fréquents.

2La question du commerce informel en Amérique latine a commencé à être étudiée dans le années 1980, principalement dans deux perspectives : l’une économique, étudiant la question du secteur informel, de ses modalités et raisons d’être. C’est dans ce cadre que se situent les travaux de Hernando de Soto, qui a fondé l’institut Liberté et Démocratie au Pérou, et analyse le secteur informel comme une conséquence du coût, en temps et en argent trop élevé de la formalisation lors de la création d’entreprise. Cet institut a notamment publié des études concernant le problème spécifique des vendeurs ambulants [Alonso, Iwasaki, Ghersi, 1989], qui intègrent également les problématiques de politiques publiques. Les travaux de François Roubaud sur l’économie informelle au Mexique [Roubaud, 1994] s’inscrivent de même dans une double perspective économique et sociologique, concernant les conditions d’existence du secteur informel et de ceux qui en vivent. La seconde perspective est davantage reliée aux problèmes de politiques publiques de la ville qu’aux questions macroéconomiques de définition du secteur informel. Les travaux de John Cross [Cross, 1998] sur les vendeurs ambulants au Mexique cherchent ainsi à analyser les rapports entre ceux-ci et le pouvoir politique, les questions de clientélisme, et par là les raisons des politiques décidées à leur rencontre, comme les politiques de relogement. Les travaux de Jérôme Monnet sur la ville de Mexico [Monnet, 1993] se situent dans cette perspective.

3Ces vendeurs de rue sont la partie émergée de l’économie informelle urbaine, qui comprend par ailleurs tout un ensemble de petits artisans (réparateurs en tout genre, cuisinières dont les plats préparés sont vendus dans la rue, cireurs de chaussures ou manucures), de propriétaires de véhicules qui produisent un service de taxi, et d’ateliers de textile qui fabriquent une bonne partie des vêtements qui seront vendus ensuite dans les rues de la ville. En ce sens, et alors même que l’étymologie du nom donné aux commerçants ambulants au Venezuela renvoie à une terminologie castillane médiévale et tendrait donc à inscrire cette pratique dans une histoire continue, bien que géographiquement déplacée depuis l’Espagne, dans laquelle le commerce de rue comporterait une composante folklorique et traditionnelle essentielle, on peut voir que le commerce ambulant tel qu’il est pratiqué aujourd’hui à Caracas n’est pas qu’une survivance folklorique héritée. Il représente au contraire toute une économie dont vit un nombre important de ménages à Caracas, et en ce sens fait pleinement partie de la ville « moderne ». Ce commerce est l’élément principal et le plus emblématique de ce qui est appelé le « secteur informel urbain » [Lacabana, 1993 ; Chávez O’Brien, 1993], c’est-à-dire la composante urbaine de cette économie qui ne respecte pas toutes les règles légales et administratives pour pouvoir être déclarée « formelle ». L’importance des liens entre crise économique et économie informelle peut être mise en lien au niveau du continent, puisque c’est à l’occasion des crises socio-économiques engendrées par les Programmes d’Ajustement Structurel que la croissance du secteur informel est la plus élevée (80 % des emplois créés dans les années 1990 le sont au sein du secteur informel). Ces liens peuvent également être mis au jour au Venezuela particulièrement, puisque d’une part le développement massif du secteur informel a lieu dans les années 1980, suite à l’austérité budgétaire de la fin des années 1970, à la chute des prix du pétrole en 1982 et à la crise de la dette extérieure de 1983 qui fait abandonner le régime de change fixe et provoque une crise économique généralisée. D’autre part, le taux d’informalité de la population active occupée dépasse les 50 % dès janvier 2003 (lors de la grève patronale qui a provoqué des difficultés économiques importances et des pertes d’emploi massives), et ne redevient inférieur au taux de formalité qu’en janvier 2005. Ces variations ne sont pas dues uniquement à une hausse automatique de l’importance relative du secteur informel du fait de la destruction d’emplois formels, car plusieurs enquêtés ont confirmé leur passage vers le travail informel au début de 2003. Le lien entre secteur informel et activité économique formelle mesurée par exemple par le Produit Intérieur Brut, est alors de type « contra cyclique », le secteur informel représentant un secteur refuge, de relégation pour toute une partie des travailleurs. L’aire métropolitaine de Caracas compterait 48 675 vendeurs de rue, dont 38 458 dans le municipe Libertador [Censo 2001 ; Censo Alcaldía Mayor 2002-2003]. Il semble qu’il faille en réalité multiplier ce chiffre au moins par deux, sinon par trois. En effet ces chiffres datent de quelques années et, pour les raisons évoquées ci-dessus, le nombre de vendeurs de rue a augmenté depuis le début de 2003. D’autre part, le recensement effectué par la mairie comptabilisait les tenants d’un puesto, c’est-à-dire qu’il ne prenait pas en compte les relations de salariat, qu’on pourrait plutôt d’ailleurs nommer sous-traitance puisqu’il n’y a précisément pas de lien salarial, au sens de lien durable, contractuel, mais bien plus souvent des échanges de services entre membres d’un même réseau, familial ou communautaire.

4En se fondant sur une étude ethnographique des vendeurs de rue dans le municipe de Libertador, principalement dans les trois quartiers du centre historique, autour de la Plaza Bolivar, (place centrale de la construction en damier de la ville historique), de Sabana Grande (un boulevard piéton qui comptait 2 000 vendeurs de rue jusqu’en janvier 2007, où le gouvernement et la mairie ont décidé de les déloger de la rue), et du terminal de bus Nuevo Circo, cet article cherche à interroger les constructions mentales autour de l’informalité. Si le concept est économique et juridique dans la mesure où il est compris comme « manque » de respect des règles formelles, l’informalité comporte aussi une dimension de vécu socio-spatial, qui s’articule avec les lieux d’habitation (les barrios étant aussi considérés comme de l’habitat informel) et les espaces publics. Les principales critiques émises par les média concernant les vendeurs de rue rejoignent des préoccupations d’urbanisme plus que de respect des lois sur le travail et l’entrepreneuriat. En ce sens, l’informalité est considérée comme la caractéristique d’une partie de la ville, et on peut se demander alors s’il y a réellement un dualisme de Caracas, fondé sur un clivage qui pourrait s’articuler comme formel/informel. Pour tenter de répondre à cette problématique, cet article se fonde sur une enquête menée au sein d’une recherche doctorale, qui consiste en une série d’entretiens semi-directifs réalisés en 2005 et 2006 auprès de vendeurs de rue dans les quartiers de Sabana Grande, du centre historique, du terminal de bus Nuevo Circo et de l’avenue Baralt. Ces entretiens, réalisés sur le lieu de travail des enquêtés, concernent l’organisation territoriale des vendeurs de rue, leur mobilité quotidienne et les relations sociales qu’ils entretiennent avec les autres vendeurs de rue et avec les travailleurs « formels », dans une optique d’analyse sociologique des réseaux.

L’informalité : une notion construite

5Avant d’être un concept théorique économique, l’informalité est le revers d’une formalité, d’une « légalité » ou d’une « officialité », qui se retrouve dans de multiples domaines, notamment l’urbanisme du fait de ses liaisons avec la loi concernant les titres de propriété. Le terme même d’informel est nécessairement à questionner car son inscription dans une opposition au « formel » comme « officiel », « procédurier », « respectueux des règles », voire « protocolaire » renvoie à une part du monde social désignée comme déviante par rapport aux normes sociales construites par ceux qui détiennent une position dominante dans le champ social. Cependant, l’économie dite « informelle » a des formes, elle ne s’oppose pas au champ commercial par son absence de structures constituées en formes récurrentes [Lautier, 2004]. Les définitions du secteur informel sont nécessairement idéal-typiques, au sens où on ne peut penser en même temps toutes les formes (précisément) que peut prendre l’économie informelle.

6Selon une étude du Bureau international du Travail (BIT) de 1976 [Sethuraman, 1976], les caractéristiques principales de l’informalité sont les suivantes : petite taille des unités de production et caractère familial de ces dernières, absence d’observation de la réglementation, faible niveau technologique. Ces caractéristiques se retrouvent dans l’opposition bipolaire d’économie urbaine structurée entre le circuit supérieur, dans lequel on retrouve des activités comme la banque, le commerce d’exportation, l’industrie d’exportation, l’industrie urbaine moderne, le commerce moderne, les services modernes, les grossistes, les transporteurs, d’une part, et le circuit inférieur, caractérisé par des formes de fabrication qui ne sont pas « capital intensive », par les services non modernes généralement fournis au détail et par le commerce de petite dimension [Santos, 1975]. Cette bipolarisation entre deux circuits économiques est donc une sorte d’avatar de l’opposition entre la production « capital intensive » et la production « labour intensive ». L’économie informelle, de par son faible niveau technologique et les faibles effectifs des entreprises qui la composent et la construisent, appartient pleinement à ce circuit inférieur, qui compense ses très faibles capacités de financement par un recours accru au travail, et par une productivité du travail qui ne s’élève que par une exploitation intensifiée, non par une innovation technologique. L’informalité de leurs revenus empêche les vendeurs de rue d’accéder au crédit bancaire pour financer un investissement et les contraint à avoir recours aux usuriers, prêteurs informels qui imposent des taux d’intérêt mensuels de 20 % à 30 %.

  • 3 Leaders. Il s’agit du terme anglais hispanisé, utilisé à Mexico pour désigner les responsables loca (...)

7Les caractéristiques de la production ne sont pas les seules à nous inciter à penser le secteur informel comme « part sombre » de l’économie, comme constitutif d’un circuit « secondaire », pour reprendre une terminologie appliquée au dualisme du marché du travail [Doeringer et Piore, 1971]. En effet, si le type d’organisation productive, favorisant la main-d’œuvre sur le capital, est un élément essentiel de compréhension de ce qui constitue le secteur informel, les relations de travail et le type d’emplois en sont un autre, tout aussi essentiel. Les multiples critères qui définissent le secteur informel selon le classique Rapport Kenya [BIT, 1972] ne facilitent pas nécessairement l’identification d’une activité précise à l’informalité. Pour le cas des vendeurs de rue, par exemple, et alors que leur appartenance au secteur informel ne fait apparemment aucun doute, le critère de « facilité d’accès à l’activité » n’est pas rempli de façon évidente, en raison des multiples barrières qui existent à l’entrée du marché, notamment la nécessité d’appartenir à un réseau. En effet, les vendeurs de rue sont organisés, de façon certes « informelle » au sens où cette organisation échappe aux cadres légaux et administratifs, ce qu’on peut considérer comme une organisation extralégale. Ainsi qui veut pouvoir occuper un morceau de trottoir pour vendre des produits se doit de négocier avec les vendeurs en place et notamment avec les líderes3 locaux, les coordinadoras (coordinateurs). Ces coordinateurs, par cuadra (espace de rue entre deux esquinas ou coins de rue), sont en charge de répartir les puestos et de vérifier que les vendeurs de rue leur versent bien le « loyer » mensuel pour l’espace qu’ils occupent. Ils sont nommés, de façon consensuelle, par tacite acceptation des vendeurs de rue, des autres coordinateurs, et entretiennent des liens privilégiés avec la police et la mairie qui les reconnaît comme responsables locaux et interlocuteurs privilégiés.

  • 4 Servicio Nacional Integrado de Administración Aduanera y Tributaria (administration fiscale vénézué (...)
  • 5 Impuesto al Valor Agregado (taxe sur la valeur ajoutée).

8À l’inverse, on peut considérer que nombre d’entreprises « formelles » ne respectent pas la légalité juridique, administrative et fiscale, en ne déclarant pas des employés, notamment auprès des registres de sécurité sociale, ou en pratiquant la fraude fiscale. On peut avoir une idée de l’importance de la fraude fiscale des entreprises en se référant au plan Évasion Zéro lancé en 2003 par le SENIAT4 vénézuélien, visant à organiser de grandes opérations de vérification du respect du Règlement de Loi de l’IVA5. Si l’informalité se définit comme la non-inscription à certains registres (commerciaux, de sécurité sociale, administratifs…) [Lautier, 2004], peut-on alors définir comme « informelles » des entreprises « officielles » mais qui ont des pratiques illégales ?

  • 6 Interdit à l’économie informelle.

9Au regard de ces questions, il faut peut-être s’en remettre aux discours et aux pratiques des acteurs, au sens où une entreprise « informelle » est une entreprise simplement « reconnue comme telle ». L’institutionnalisation du label [Becker, 1985] « informel » s’opère dans l’interaction entre les individus et le monde social, et cette dénomination, issue du BIT et de l’analyse économique, a été non seulement utilisée par les institutions de politiques publiques, par les média, mais également récupérée à leur compte par les acteurs. Le commerce de rue est associé à l’économie informelle par la mairie de Caracas-Libertador. Le lien affiché est dans une certaine mesure bijectif, puisque lorsque la mairie cherche à réglementer (Ordonnance du 1er septembre 1998 et Décret n° 105-1 du 29 janvier 2004 du Municipe Libertador) et à faire appliquer sa réglementation (affichage public sur les bâtiments officiels restaurés ou en voie de restauration, exposant : « Prohibido la economía informal »6), elle utilise le terme de « commerce informel ». Les vendeurs de rue mêmes se définissent de cette façon, à part une petite minorité cherchant à se faire reconnaître comme « entrepreneurs ».

  • 7 Entretien réalisé en juillet 2006, faisant partie d’une série d’entretiens auprès de vendeurs de ru (...)
  • 8 La ville de Caracas est divisée en cinq municipalités (Libertador, Chacao, Baruta, Sucre et El Hati (...)
  • 9 Centro de Divulgación del Conocimiento Económico, fondation privée pour le développement des théori (...)

10Cette dernière catégorie représente une minorité d’individus pour qui l’économie informelle est une opportunité d’entrepreneuriat libéral, au sein de laquelle les contraintes administratives, fiscales et de droit du travail n’existent pas. Le seul de nos enquêtés7 correspondant à ce profil est José Chauran, le secrétaire d’un syndicat de commerçants informels Sintrainor (Sindicato de Trabajadores Independientes Organizados), une organisation représentant plusieurs centaines de vendeurs du boulevard de Sabana Grande qui se charge de promouvoir les intérêts des commerçants, notamment en négociant avec la police métropolitaine (dépendant de la Alcaldía Mayor) et Policaracas (dépendant de la Alcaldía Libertador)8, et en organisant le principe des coordinadoras chargés de répartir les puestos notamment en réattribuant ceux dont les locataires ne se sont pas présentés un jour. Pour José Chauran, c’est une erreur de nommer informel des travailleurs qui cherchent simplement à développer leur entreprise, qui sont souvent diplômés mais contraints à rester dans le secteur informel en raison de l’insuffisance de la demande de travail. Dans la lignée des écrits de Hernando de Soto [1986] pour qui le secteur informel est en réalité un vivier de petits entrepreneurs extralégaux opprimés à qui il faudrait fournir des droits de propriété pour leur commerce, et qui montre la nécessité de la dérégulation des contraintes étatiques puisque hors de ces contraintes les chômeurs du secteur formel trouvent en fait à s’employer ou à se faire employer, les chercheurs du CEDICE9 considèrent que les inégalités existant au sein du secteur informel, qui opposent les « entrepreneurs » aux « survivors » [Zanoni Lopez, 2005], sont en fait à attribuer à d’inégales capacités innées pour l’entrepreneuriat.

11Il nous faut comprendre que le secteur informel n’est bien évidemment pas homogène, et que l’ensemble des vendeurs de rue ne constitue pas non plus un regroupement égalitaire. Le secteur informel comprend un secteur primaire, regroupant une « bourgeoisie » de l’informel, composée des propriétaires de micro-entreprises ou encore des techniciens à leur propre compte, et un secteur secondaire qui forme le prolétariat informel, agrégation de sous-employés qui n’ont d’autre choix que de se faire employer dans des micro-entreprises, sans contrat, sans garanties de respect du droit du travail, sans assurances sociales, ou de s’auto-employer pour des tâches non professionnelles. Au sein même des vendeurs de rue, la différence est grande entre le propriétaire d’un ou plusieurs puestos bien situés, qui emploient d’autres personnes, souvent issues de leurs réseaux de connaissances, voire de leur réseau familial, et l’employé sans puesto qui n’a pas les moyens d’acheter lui-même la marchandise qu’il vend.

12L’informalité est donc bien une notion construite, qui a aussi comme fonction collatérale la négation des inégalités internes au secteur formel qui se creusent du fait de l’exploitation engendrée par l’absence de contrats officiels et formels, par la dimension labour intensive des activités et par l’inexistence de pouvoir de négociation de travailleurs surnuméraires hors des cadres réglementés. De la même manière qu’il existe une grande disparité des conditions objectives de vie au sein de ce qu’on nomme globalement les barrios, les zones informelles d’habitat, il existe de grandes différences de niveaux de vie, de revenus, de capacités d’expansion de l’activité entre les vendeurs de rue, malgré l’apparente homogénéité des stands et de la marchandise proposée.

Le vécu socio-spatial des vendeurs de rue

  • 10 Points, entendus ici comme sites de deux ou trois cuadras chacun.
  • 11 Ceux qui viennent « envahir » les puestos des autres, sans avoir obtenu l’accord des coordinateurs, (...)

13Angelina est une jeune femme de vingt-quatre ans, qui travaille sur un puesto du boulevard de Sabana Grande, situé dans le Punto 4. Ainsi, à Sabana Grande, le boulevard est découpé en 5 puntos10, numérotés de 1 à 5, du métro Plaza Venezuela au le métro Chacaito, gérés par cinq coordinateurs/trices (trois des cinq sont des femmes), qui se chargent de répartir les postes de vente (puestos) sur leur site, et de protéger ces puestos contre d’éventuels invasores11,à savoir des individus cherchant à s’installer comme buhoneros sans passer par le coordinateur, sur un espace déjà occupé ou hors des espaces délimités par le coordinateur. Angelina loue des téléphones (activité qui s’est développée de façon considérable à Caracas au cours des quatre dernières années, en raison des barrières financières et administratives à l’installation d’une ligne fixe et du prix élevé des communications téléphoniques mobiles) et vend des sous-vêtements. Elle vivait au barrio de La Vega, chez sa mère, avec son fils, puis a déménagé chez une cousine à Petare, pour réduire le temps de transport, largement supérieur à une heure, réparti entre le trajet à pied et le transport en camioneta. Depuis Petare, le trajet est moins long et moins pénible pour elle, élément essentiel à l’accessibilité. Environ 60 % des vendeurs de rue sont des femmes qui, en raison de leurs horaires – notamment de fin de travail – incompatibles avec les horaires scolaires, et en raison des difficultés et du coût des frais de garde des jeunes enfants, travaillent bien souvent avec leur(s) enfant(s) à côté d’elles, comme Angelina. Lorsqu’elle arrive à Sabana Grande, il lui faut retirer du dépôt, situé dans une boutique d’une des rues parallèles au boulevard, les éléments de son puesto et sa marchandise. Les vendeurs de rue doivent donc non seulement payer le coordinateur tous les mois pour leur emplacement, mais également payer le dépôt et les manutentionnaires qui aident à sortir et rentrer la marchandise dans le dépôt, ce qui ampute largement leurs revenus, d’environ 100 000 à 500 000 bolivars, en fonction des emplacements, soit environ un tiers de ce qu’ils gagnent. La journée est fatigante, et toutes les femmes enquêtées ont confié souffrir du travail à l’extérieur, sous le soleil, la pluie, au milieu du bruit des autres vendeurs, des piétons et des automobiles, ce dont aucun homme n’a parlé au cours des entretiens. Aucune structure n’est aménagée pour les centaines de personnes travaillant ainsi à l’extérieur. On peut citer l’exemple de l’accès aux toilettes, particulièrement important pour les femmes, puisque les buhoneros doivent débourser chaque fois 200 bolivars pour utiliser les toilettes des restaurants avoisinants, les commerçants ayant saisi l’occasion de cette captation de clientèle pour faire payer ce service.

14L’organisation du commerce de rue est gérée par l’Ordonnance municipale du 1er septembre 1998 de Libertador, modifiée par le décret de 2004 et par le décret de 2006. D’après ces textes, le commerce de rue est interdit dans toute une série de lieux urbains (abords de monuments officiels, abords des stations de métro, places, boulevards, autoroutes, zones situées à moins de 20 mètres d’une esquina, etc.) et limite la taille des puestos à 0,75 cm de large pour 1,50 m de long. Ces règles, qui limiteraient de façon très importante le nombre maximal de puestos dans la ville, ne sont bien évidemment pas respectées. Dans le municipe Libertador les rues dépourvues de buhoneros sont rares et toutes les zones les plus fréquentées de la ville regorgent de puestos : la Candelaria, Catia, le Centre historique autour de la Plaza Bolivar, la Avenida Baralt, le terminal de bus de Nuevo Circo et celui de la Bandera, etc. Depuis janvier 2007 cependant, les vendeurs de rue se sont vu interdire l’accès à Sabana Grande, après qu’ils ont quitté les lieux suite aux fêtes de fin d’année, conformément à l’accord passé avec la mairie de Libertador afin que celle-ci organise le nettoyage des lieux après la période de décembre, qui constitue la saison la plus haute de l’année pour le commerce. Le 28 février, ce sont les vendeurs de rue de la place Diego Ibarra, près du centre El Silencio, qui ont été délogés parce qu’ils ne respectaient pas les règlements de la mairie. Celle-ci semble adopter depuis le début de 2007 une politique publique plus répressive face à la question du commerce de rue, ou tout au moins plus active, puisque les vendeurs de rue délogés doivent être relogés rapidement dans des édifices particuliers, comme cela avait été le cas en 2005 dans les centres commerciaux de El Cementerio, Quinta Crespo et San Martín, ce qui n’avait cependant pas empêché l’arrivée de nouveaux vendeurs autour de ces centres.

15Le seul texte réglementant le commerce informel et les seuls projets de « résolution » de ce qui est considéré comme un problème (lié notamment à la congestion des rues, à la pollution automobile qu’elle génère, aux dégradations dues aux déchets engendrés par cette occupation) sont donc une prise en charge spatiale de la question (espaces autorisés ou interdits, projets de relocalisation des vendeurs de rue dans des centres commerciaux populaires) et non une prise en charge économique et sociale. Entre les deux traitements possibles du pouvoir politico-administratif, direct sur les activités et donc indirect sur l’espace ou direct sur l’espace et donc indirect sur les activités [Coing, 1979], c’est donc l’aspect spatial qui est toujours privilégié, sans doute en raison d’un manque de leviers efficaces concernant les politiques publiques économiques et fiscales. On le retrouve dans les cas des vendeurs de Sabana Grande, qui doivent être relogés depuis le 23 février sur un espace délimité, un parking clos sur l’avenue Casanova aménagé pour accueillir les stands, en attendant que la tour construite au bord même du boulevard de Sabana Grande et supposée accueillir les vendeurs soit terminée. Cependant, les 700 places de cet espace sont insuffisantes pour accueillir les 2 000 vendeurs de rue recensés, et la méthode d’attribution de ces places n’ayant pas encore fait l’objet d’un accord, le relogement n’est, au 2 mars, pas encore effectif.

  • 12 Loi organique de protection de l’enfance.

16Néanmoins cette organisation spatiale est aussi l’occasion d’une tentative de contrôle réglementaire puisque, pour attribuer les espaces sur la zone de parking, la mairie a opéré un recensement des vendeurs de rue qui travaillaient à Sabana Grande, a éliminé ceux qui se présentaient alors qu’ils n’avaient pas de puestos sur le boulevard auparavant (ce qui représente environ 400 personnes), les sans-papiers (68 personnes) et des enfants dont le travail est contraire à la Ley Orgánica de Protección del Niño, Niña y Adolescente (Lopna)12, d’après la conférence de presse de Freddy Bernal (maire de Libertador) du 20 février 2007. Mais on peut également considérer que cette approche politique est révélatrice du lien essentiel entre économie informelle et territoire, et se pose alors la question de la dimension territoriale de la ville informelle, articulée entre les espaces d’habitat et de travail.

17Si l’approche ethnographique adoptée lors de nos enquêtes réalisées principalement dans les quartiers du centre historique (Capitolio), de Sabana Grande et du terminal de bus de Nuevo Circo ne nous autorise pas à émettre des hypothèses quant au taux de travailleurs du commerce informel qui vivent dans les zones informelles (qu’on peut globalement assimiler aux barrios de la ville, sachant cependant que ces zones ne sont en rien homogènes, aussi bien en termes de précarité du bâti, de droit de propriété du terrain, d’équipement des logements et des quartiers, que d’accessibilité à la ville formelle), on peut cependant noter que sur les 32 personnes interrogées, une seule vivait dans la ville formelle, un homme de vingt-cinq ans habitant chez ses parents. L’immense majorité des commerçants de rue résident ainsi dans les barrios qui accueillent 40 % de la population urbaine [Baby-Collin, 2000]. À l’inverse, la majorité de la population des barrios travaille dans la « ville formelle », c’est-àdire dans les territoires de l’habitat formel, que ce soit dans l’économie informelle ou dans l’économie formelle. La présence des vendeurs de rue dans les zones formelles de la ville contribue donc à une forme d’intégration des barrios dans la ville formelle, et tend donc à réduire l’importance de la marginalité des quartiers informels.

18La situation de territoires de l’économie informelle dans la ville formelle contribue à une forme de « mixité » temporaire, qui fait se rencontrer habitants des zones formelles et informelles, les clients des vendeurs de rue pouvant être résidents des unes ou des autres, comme l’expliquent les enquêtés :

  • 13 « Es que vienen de todas las zonas, hay vecinos de aquí, de Petare, caminan para comprar aquí econó (...)
  • 14 Il est ici fait référence aux missions d’éducation initiées par le gouvernement.
  • 15 « Aquí vienen a comprarlos, los compran lo mismo : venezolanos, extranjeros, clase media, clase baj (...)

« Les clients viennent de partout, il y a des gens d’ici, de Petare, ils marchent pour venir acheter à prix modique ici, il y a même des gens qui viennent du littoral pour acheter ici et faire des économies. »13 (Yuly, Sabana Grande)
« Ils viennent ici pour acheter, aussi bien des Vénézuéliens, des étrangers, la classe moyenne, la classe populaires parce qu’on vend des livres chers, et d’autres bon marchÈ, pour les gens qui ont de faibles ressourcess pour les étudiants de la mission14 par exemple. »15 (Erman, Plaza Bolivar)

19Selon les enquêtés, les clients viennent d’un peu partout : employés dans les entreprises proches, élèves des écoles voisines, habitants du quartier ou de tout Caracas. De ce fait, les buhoneros peuvent représenter une forme de lien symbolique et objectif entre les territoires formels et informels. Sans aller jusqu’à avancer l’hypothèse d’une « mixité » sociale des espaces publics qui nous semble sinon utopique du moins improbable, la mixité entraînant un mélange qui ne se produit pas, on peut envisager ces interstices informels dans l’espace économique urbain comme des interfaces entre deux territoires sociaux. Les habitants de ces deux mondes urbains opèrent symétriquement un découpage entre « eux » et « nous » mais seule la ville formelle a le pouvoir, de par sa position dans le champ social, de stigmatiser [Goffman, 1977] les zones informelles, opérant ainsi une réduction de l’autre à son territoire d’habitation. Des entretiens avec des résidents de la ville formelle, membres de la petite bourgeoisie ou de la bourgeoisie plus aisée, ont été l’occasion de nous rendre compte de la mise à distance effectuée par rapport aux habitants des barrios, qui ne sont pas seulement discriminés économiquement comme pauvres, mais également désignés comme population déviante : délinquants, alcooliques, incestueux. La figure du « bon pauvre » existe cependant, incarnée principalement par la domesticité, c’est-à-dire ceux qui vivent dans les quartiers formels, chez leurs employeurs, ou en tout cas qui leur sont familiers. Dans ce discours, on peut comprendre que les lieux formels et la proximité avec ceux qui y résident sont pour ces enquêtés – les entretiens ont été principalement effectués dans le secteur de Caurimare, à l’occasion d’une recherche sur la privatisation des rues, les habitants installant une barrière contrôlée par un vigile à l’entrée de la rue, exclusivement résidentielle – un facteur de « civilisation », au sens de Norbert Elias, pour ceux qui sont issus des milieux populaires.

20Les barrios ne sont pas des ghettos au sens propre du terme [Wacquant, 2006] et les politiques actuelles d’implantation de structures paraétatiques dans les communautés et de constitution et dynamisation d’instances de décision locales tendent à réduire les processus de relégation sociale. Le repli sur soi des quartiers informels, dû notamment au chômage massif qui diminue les occasions pour les habitants des barrios de fréquenter la ville formelle, n’est que partiel, notamment grâce aux formes d’emploi informelles qui occupent largement l’espace public de la ville formelle.

21Les espaces économiques mêmes contiennent des liens entre formel et informel : si les vendeurs de rue se fournissent de façon quasi exclusive chez des grossistes revendant des produits fabriqués par les ateliers informels du pays ou importés par voie de contrebande, il est en revanche fréquent que les commerçants formels se fournissent aux mêmes endroits. Encore une fois, le secteur informel n’est pas homogène, mais au contraire segmenté entre un secteur aux revenus et aux capacités d’accumulation comparables à ceux du secteur formel (et qui parfois lui sont préférables) et un secteur de relégation et de subsistance. Cependant, y compris dans ce dernier cas, la nécessité d’aller travailler au milieu de la ville formelle participe d’un décloisonnement des habitants des zones informelles, même si celui-ci est relatif.

La Caracas formelle, la Caracas informelle : interdépendance objective et rupture symbolique

22La population des barrios représente quasiment la moitié de la population de Caracas, dans des secteurs situés autour de la ville formelle, mais également dans d’autres imbriqués dans celle-ci. Cependant, de la même façon que l’économie informelle ne constitue pas un secteur homogène, la totalité de ce qui peut être reconnu socialement comme barrio ne forme pas un « mégabidonville » [Davis, 2006] unifié, tant pour la pérennité des constructions que pour l’accessibilité aux services essentiels (eau) ou pour l’accessibilité à la ville formelle. Si les habitants des barrios doivent effectuer en moyenne trente minutes de marche pour atteindre un transport [Urban Planning Studio, 2001 : 25], la grande majorité de ce déplacement ayant lieu dans les escaliers qui servent de rue aux quartiers construits sur les pentes des cerros atteignant jusqu’à 40 %, l’écart type de cette moyenne est relativement élevé, du fait de la grande disparité d’accessibilité des quartiers informels. Entre les habitations situées au bas des collines, à l’entrée des barrios pour lesquelles les transports en commun sont très aisément accessibles, qui bénéficient souvent d’une arrivée d’eau et sont à l’abri des risques générés par les éboulements de terrain, et celles qui nécessitent de longs trajets en jeep collective et à pied – seuls 5 % des barrios sont accessibles directement par des routes carrossables [Baby-Collin, 2000] –, qui n’ont un accès à l’eau que collectif et dont la situation sur les collines est un obstacle à la pérennisation du cadre bâti, il y a une différence qui n’est pas que de l’ordre du degré. Les phénomènes de marginalisation sociale ne sont pas uniquement dus à la situation physique puisque de nombreuses zones informelles sont situées dans l’« enceinte » de la ville formelle, et parfois à proximité de quartiers de la classe moyenne-supérieure.

23Les quartiers informels sont dépendants de la ville formelle, non seulement en termes théoriques puisque les deux notions se construisent nécessairement en négatif l’une de l’autre, mais également de façon concrète dans la mesure où leurs ressources proviennent pour une large part de la ville formelle, soit que les habitants travaillent dans l’économie formelle, soit que leurs ressources comme travailleurs informels dépendent de celle-ci. La ville formelle dépend également de ces zones informelles, réservoirs de main d’œuvre pour l’industrie dans les années 1960-1970, pour la domesticité et pour la vente informelle dont les classes moyennes sont clientes.

24Malgré cette interdépendance, malgré les différentes modalités d’intégration, les quartiers informels continuent à faire l’objet d’une marginalisation qui atteint leurs habitants par capillarisation. Alors que les contacts interpersonnels entre habitants des barrios et habitants de la ville formelle de classe moyenne sont fréquents, les territoires des premiers restent souvent inconnus des seconds. Ainsi, au cours des entretiens réalisés sur la vision qu’ils ont des vendeurs de rue, les habitants des propriétés de Caurimare m’ont appris être clients des vendeurs de rue, via leurs domestiques, et ont confirmé qu’ils n’allaient jamais dans les barrios ou dans les lieux où l’on pourrait rencontrer leurs habitants, avançant généralement le double argument de l’absence d’intérêt pour eux d’aller dans le centre-ville et de l’insécurité qu’ils attachent à ces quartiers.

25La politique de l’État vénézuélien à l’égard des vendeurs de rue, entre laisser-faire et répression, laisse de plus en plus place à la négociation. Cependant, hormis les réglementations municipales qui ne sont pas respectées par les vendeurs de rue, à part lorsque des opérations de démonstration de la force de la puissance publique les y contraignent, les seules tentatives d’organisation de l’économie informelle consistent à délocaliser le commerce informel dans des « centres commerciaux populaires ». Trois centres ont été construits à cet effet, à Quinta Crespo, à El Cementerio et à San Martín, offrant un total d’à peine 2 000 places, bien éloigné du nombre de puestos existant à Caracas. Le même type de mesures a été mis en place dans les centres historiques de Lima et Mexico, avec une certaine réussite dans le premier cas. Cependant, si ce processus de sortie des vendeurs informels du centre-ville ou de la ville formelle permet un meilleur contrôle du respect des lois et règlements, il est aussi révélateur du désir de sortir l’informel du formel. Les critiques émises à l’égard du commerce informel de rue concernent principalement l’occupation des espaces publics et la pollution générée par les déchets et par les embouteillages automobiles qu’il engendre, comme en témoignent les entretiens avec des passants, ainsi que les articles de presse consacrés aux buhoneros. Le relogement actuel des vendeurs de Sabana Grande participe d’une logique différente, puisque l’immeuble qui leur est destiné se trouve en bordure du boulevard qu’ils occupaient, correspondant ainsi à un compromis entre le souhait du voisinage et des commerçants formels de voir les buhoneros quitter la rue, et le souhait de ceux-ci de rester dans les endroits de passage afin de conserver une visibilité pour garantir leur chiffre d’affaires.

Conclusion

  • 16 « L’État encouragera l’initiative privée, garantissant la création et la juste distribution de la r (...)
  • 17 « Toute personne détient le droit individuel et collectif de profiter d’une vie et d’un environneme (...)

26Ainsi, par l’intermédiaire des vendeurs de rue, c’est bien la ville informelle qui entre dans la ville formelle et se donne à voir en plein jour. Si les liens entre travail informel et pauvreté sont statistiquement établis, ils sont également socialement reconnus et identifiés. Les travailleurs pauvres du centre-ville, pour plus de la moitié des femmes, souvent accompagnées de leurs enfants, sont autant de pauvres qui ne restent pas dans leurs quartiers et donnent à voir publiquement la situation économique du pays et leur propre situation. L’idée de pollution de l’espace public est à mettre en lien avec son acception anthropologique. En posant un élément important de l’économie informelle au sein de la ville formelle, les vendeurs de rue « polluent » l’espace public, au sens où ils s’infiltrent dans un ordre sans pouvoir être classifié dans cet ordre [Douglas, 1962]. Cette pollution renvoie au danger encouru lorsqu’on franchit les frontières internes du système socioculturel. À cet égard, l’intrusion des marges dans le centre remet en cause la vision ségrégative mais stabilisée de l’ordre social. Les discours actuels des Vénézuéliens de la classe moyenne sur le paradis perdu des années économiquement fastes du pays sont à mettre en lien avec ces nouveaux franchissements des divisions internes qu’ose le prolétariat sous employé de la capitale. Mary Douglas parle de souillure pour exprimer cette pollution rituelle qui met en danger le système socioculturel. Cette idée peut être reliée aux débats concernant le commerce informel, comme celui ayant eu lieu lors de la convocation des vendeurs de rue de Sabana Grande, désirant créer un « conseil communal populaire de rue » regroupant habitants du secteur et vendeurs de rue, dans l’idée qu’ils participent d’une même communauté. Face au droit au travail (inscrit dans l’article 112 de la Constitution)16 revendiqué par les vendeurs de rue, les habitants opposaient notamment leur droit à la santé (article 127 de la Constitution)17, dans lequel on retrouve l’idée d’une pollution générée par le commerce de rue. En identifiant l’origine de cette souillure, on désigne ceux qui mettent en danger l’équilibre du système social. Expulser les vendeurs de rue peut alors participer de l’idée d’un rite de purification destiné à rétablir un ordre social menacé par autre chose qu’une simple privatisation, c’est-à-dire ici accaparement, à des fins individuelles, de la rue comme bien public spatial.

27Les territoires de l’informel débordent les espaces informels. Les espaces économiques nous invitent à repenser les notions de marginalité, en sortant les barrios hors du concept du ghetto et de la rupture spatiale. Si l’informalité est souvent synonyme de pauvreté, elle n’est pas synonyme de marginalisation dans un pays où elle organise les structures d’habitat et de travail de la moitié de la population. Dans une telle configuration socio-économique, il est intéressant de constater que les efforts politiques actuels visent précisément à essayer de constituer un pan « participatif » à la démocratie, autrement dit à s’extraire de la démocratie « formelle » caractérisée par la prédominance du seul suffrage universel et de la seule représentation. Si l’informalité a des formes, il peut être alors envisageable de donner à ceux qui la vivent et la subissent au quotidien les possibilités de les choisir. En laissant de côté les solutions traditionnelles d’éradication de l’informalité par la force – délogement des bidonvilles et chasse aux vendeurs de rue –, Caracas peut chercher une solution à sa propre intégration socio-économique.

Haut de page

Bibliographie

Alonso Iván, Iwasaki Fernando, Ghersi Enrique, El comercio ambulatorio en Lima, Instituto Libertad y Democracia, Lima, 1989, 233 p.

Baby-Collin Virginie, Marginaux et citadins. Construire une urbanité métisse en Amérique latine. Étude comparée des villas d’El Alto de La Paz – Bolivie et des barrios de Caracas – Venezuela, Université Toulouse II, Thèse de géographie, 2000, 620 p.

Becker Howard Saul, Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Paris, Métailié, 1985 (1963), 247 p.

BIT, Employment, Incomes and equality. A Strategy for Increasing Productive Employment in Kenya, Genève, OIT, 1972.

Chávez O’brien Eliana, « El sector informal urbano. Estrategias de vida e identidad », in Nueva Sociedad, n° 124, Caracas, 1993, p. 82-93.

Coing Henri, Lamicq Hélène, Maldonado Carlos, Meunier Christine, Approches du « secteur informel » de l’économie des villes du tiers-monde, Créteil, IUP, Université Paris – Val-de-Marne, 1979, 159 p.

Cross John, Informal Politics. Street Vendors and the State in Mexico City, Stanford University Press, Stanford (Ca), 1998, 284 p.

Davis Mike, Le pire des mondes possibles. De l’explosion urbaine au bidonville global, Paris, La Découverte, 2006, 249 p.

Doeringer Peter, Piore Michael, Internal labor market and manpower analysis, Heath Lexington Books, Lexington, 1971, 214 p.

Douglas Mary, De la souillure. Essai sur les notions de pollution et de tabou, Paris, Maspero, 1971, 194 p.

GoffmaN Erving, Stigmate. Les usages sociaux des handicaps, Paris, Minuit, 1977, 175 p.

Lacabana Miguel, « La calle como puesto de trabajo : reflexiones acerca de la relación Estado-Sector informal urbano », in Cuadernos del CENDES, vol. 10, n° 22, Caracas, 1993.

Lautier Bruno, L’économie informelle dans le tiers-monde, Paris, La découverte, coll. « Repères », 2004, 121 p.

Marquez Patricia, The street is my home: youth and violence in Caracas, Stanford, Stanford University Press, 1999, 276 p.

Monnet Jérôme, La ville et son double. La parabole de Mexico, Paris, Nathan, 1993, 224 p.

Santos Milton, L’espace partagé : les deux circuits de l’économie urbaine des pays sous-développés, Paris, Éd. M. Th. Génin, 1975, 405 p.

Sethuraman V. Salem, « Le secteur urbain non structuré : concept, mesure et action », Revue internationale du travail, vol. 114, n° 1, Genève, BIT, 1976, p. 79-92.

Soto Hernando de, El otro sendero, Lima, El Barranco, 1986, 317 p.

Urban Planning Studio, DisasterResistant Caracas, New York, Columbia University, 2001, 126 p.

Zanoni López Wladimir, Buhoneros en Caracas: un estudio exploratorio y algunas propuestas de políticas públicas, Caracas, Cedice, 2005, 86 p.

Haut de page

Notes

1 Coins de rue, croisements. Les noms étaient attribués aux esquinas et non aux rues lors de la fondation de la ville.

2 Entretien avec la responsable de l’économie populaire à la Alcaldía Libertador du 22 avril 2005.

3 Leaders. Il s’agit du terme anglais hispanisé, utilisé à Mexico pour désigner les responsables locaux des organisations de commerçants de rue. Cf. notamment les études de John Cross.

4 Servicio Nacional Integrado de Administración Aduanera y Tributaria (administration fiscale vénézuélienne).

5 Impuesto al Valor Agregado (taxe sur la valeur ajoutée).

6 Interdit à l’économie informelle.

7 Entretien réalisé en juillet 2006, faisant partie d’une série d’entretiens auprès de vendeurs de rue, en 2005 et 2006.

8 La ville de Caracas est divisée en cinq municipalités (Libertador, Chacao, Baruta, Sucre et El Hatillo), chapeautées par une mairie de l’aire métropolitaine. Chaque municipalité possède sa propre police, ainsi que la mairie métropolitaine.

9 Centro de Divulgación del Conocimiento Económico, fondation privée pour le développement des théories économiques et politiques libérales, qui possède un département consacré à la question de l’économie informelle et qui a organisé une enquête sur les vendeurs de rue de Sabana Grande en 2004.

10 Points, entendus ici comme sites de deux ou trois cuadras chacun.

11 Ceux qui viennent « envahir » les puestos des autres, sans avoir obtenu l’accord des coordinateurs, ni avoir payé pour la location.

12 Loi organique de protection de l’enfance.

13 « Es que vienen de todas las zonas, hay vecinos de aquí, de Petare, caminan para comprar aquí económico, hay gente que vienen del litoral para comprar aquí económico. »

14 Il est ici fait référence aux missions d’éducation initiées par le gouvernement.

15 « Aquí vienen a comprarlos, los compran lo mismo : venezolanos, extranjeros, clase media, clase baja… porque hay libros baratos y libros caros, para las personas de bajo recurso… estudiantes de la misión… ».

16 « L’État encouragera l’initiative privée, garantissant la création et la juste distribution de la richesse, ainsi que la production de biens et services qui satisfassent les besoins de la population, la liberté de travail, d’entreprise, de commerce, d’industrie […] ».

17 « Toute personne détient le droit individuel et collectif de profiter d’une vie et d’un environnement sûr, sain et écologiquement équilibré. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathilde Gauvain, « Les territoires de l’informel. Étude du commerce de rue à Caracas », Cahiers des Amériques latines, 53 | 2006, 101-116.

Référence électronique

Mathilde Gauvain, « Les territoires de l’informel. Étude du commerce de rue à Caracas », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 53 | 2006, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 23 mai 2017. URL : http://cal.revues.org/1720 ; DOI : 10.4000/cal.1720

Haut de page

Auteur

Mathilde Gauvain

Ancienne élève de l’École Normale Supérieure (LSH) et agrégée de sciences économiques et sociales, Mathilde Gauvain prépare actuellement une thèse en études sur le développement à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, consacrée aux fonctions urbaines de l’économie informelle de rue à Caracas. Ses thèmes de recherche portent notamment sur la cohésion sociale et urbaine et sur l’économie sociale. École des Hautes Études en Sciences sociales/GGSEU.

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org