Navigation – Plan du site
Dossier. Venezuela, portrait d’une société au quotidien

Services et développement urbains au Venezuela

Le cas du service de l’eau potable
Anne Péné-Annette
p. 89-99

Résumés

L’accès aux services urbains de base, et plus précisément à ceux de l’eau et de l’assainissement, constitue un angle d’approche intéressant pour rendre compte des conditions de vie urbaine au Venezuela et des réalités des réformes participatives. Nous partons d’une analyse des points de la loi sur l’eau et l’assainissement LOPSAPS concernant la gestion du service de l’eau en milieu urbain et la prise en compte de mesures en faveur d’une justice sociale. Puis nous nous penchons sur les implications de cette loi dans le développement urbain. Nous l’illustrons à partir du cas de la ville de Puerto La Cruz, sur le littoral nord oriental. Celle-ci se caractérise en particulier par une gestion participative dans le service de l’eau, à partir de la création d’une coopérative de gestion de l’eau.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nombreux sont les travaux réalisés dans le cadre des instances internationales, comme la Banque mon (...)

1Au même titre que le service électrique et de façon complémentaire aux services reliés à la mobilité que sont les transports urbains, l’analyse de l’accessibilité aux réseaux d’eau et d’assainissement donne un éclairage utile sur la réalité socio-économique de la population urbaine et sur les enjeux des choix de développement urbain. L’approche de chercheurs tels que Dominique Lorrain sur cette question souligne que, « parmi tous les besoins en infrastructures, l’eau à domicile est l’un des plus indispensables – élément de base de la vie domestique », et que « les solutions qui seront adoptées dans ce secteur auront un rôle d’entraîne ment pour le développement d’autres infrastructures urbaines » [Lorrain, 2000, p. 2]. C’est en nous fondant sur cette réflexion, ainsi que sur des travaux proposant des perspectives similaires1, que nous avons choisi de nous intéresser aux services urbains de l’eau et de l’assainissement dans les villes en développement, en particulier au Venezuela.

  • 2 Nous choisissons de mettre cette expression entre guillemets pour souligner l’originalité d’un proj (...)

2Ce pays fortement urbanisé constitue un cas intéressant avec la mise en place d’une nouvelle politique de gestion des services urbains depuis les débuts de la révolution bolivarienne. Depuis 1999, le gouvernement national affirme clairement sa volonté de réduire les inégalités sociales et d’améliorer les conditions de vie des populations, dans le cadre de la mise en œuvre du « socialisme pour le xxisiècle »2. Parallèlement, dans le cadre de la décentralisation depuis 1989, les municipalités, en accord ou non avec les orientations de leur gouvernement régional, définissent des choix de développement urbain. Dans ce contexte, est-il possible d’observer au Venezuela des changements notoires dans la politique de la ville en faveur d’un « accès pour tous » aux réseaux de base ? La société civile, majoritairement constituée en associations de quartier depuis les années 1960 au moins, est-elle davantage actrice de ces améliorations de la qualité de vie urbaine à partir de 1999 ?

  • 3 La politique de développement endogène est un axe prioritaire du gouvernement vénézuélien depuis 19 (...)

3Afin de répondre à ces questions, nous présenterons dans un premier temps quelques éléments de réflexion concernant la dernière loi sur l’eau et l’assainissement pour en évaluer les conséquences en matière de gestion de l’eau en milieu urbain. Nous montrerons ensuite que cette gestion, en partie dans un souci de renforcement de la gestion participative, se traduit notamment par la création de coopératives d’eau et d’assainissement. À partir de l’exemple de Puerto La Cruz, ville moyenne du littoral oriental vénézuélien située dans l’État Anzoátegui [Pulido, 1999], nous nous proposons ainsi de mettre en valeur les enjeux de l’évolution de la politique de gestion de l’eau et de l’assainissement, en lien avec la décentralisation et la politique de développement endogène3 du « socialisme pour le xxie siècle ».

Les implications territoriales et urbaines de la loi sur l’eau

  • 4 Ley Orgánica para la Prestación de los Servicios de Agua Potable y de Saneamiento (Gaceta Oficial, (...)
  • 5 Articles 126 à 128 de la LOPSAPS.

4Promulguée en 2001, la nouvelle loi sur l’eau et l’assainissement – la LOPSAPS4 – est un texte important pour l’évolution de la politique de l’eau et ses conséquences sur la gestion de ses services à l’échelle urbaine. Il y est stipulé que le Venezuela est officiellement entré dans une période de « transition »5 – et ce jusqu’en 2006 – destinée à réaliser le transfert de la gestion de l’eau et de l’assainissement des entreprises régionales aux municipalités.

  • 6 Ley orgánica de Descentralización, Delimitación y Transferencia de Competencias del Poder Público ( (...)
  • 7 HIDROCARIBE est l’entreprise hydrologique de la région caraïbe (États Anzoátegui, Sucre et Nueva Es (...)

5Tout d’abord, la LOPSAPS poursuit au niveau national et régional le projet lancé par la décentralisation mise en place depuis 19896. Dans le même temps, cette loi présente une ambiguïté car, tout en affirmant le processus de décentralisation, elle perpétue aussi la légitimité du contrôle de l’État central. Pour cela, elle fait en partie la synthèse de textes juridiques adoptés entre 1992 et 1999, qui étaient les textes de référence de l’entreprise publique nationale de gestion de l’eau et de l’assainissement HIDROVEN et de ses filiales régionales, dont HIDROCARIBE7 pour le cas que nous développerons ultérieurement. Dans ce cadre juridique, la nouvelle politique de l’eau développe les aspects de la régulation, de la prestation et de la tarification. La régulation du service passe par la reconnaissance d’une coordination nécessaire entre les instances qui assurent la captation de la ressource, sa distribution, sa potabilisation ainsi que son évacuation. La prestation est encouragée dans le cadre d’un transfert de compétences aux municipalités. Enfin, la tarification a pour but de rendre les tarifs accessibles à tous les usagers, dans le cadre d’affirmation de justice sociale.

  • 8 Instituto Nacional de Obras Sanitarias, entreprise hydrologique nationale créée en 1943. La loi de (...)
  • 9 Il existe des exceptions à ce fonctionnement, chacune avec son mode de gestion particulier. Par exe (...)
  • 10 « Transformación a pulso », Vital, n° 10, 2003, p. 3-11.

6La période de « transition » proposée par la LOPSAPS n’est pas une nouveauté : dès 1989 s’est développée l’implantation d’un « modèle transitoire » correspondant au début d’une politique de libéralisation économique et d’une privatisation des services publics, sous la présidence de Carlos Andrés Pérez. Depuis 1993 et la loi de suppression de l’INOS8, ce projet de transfert de la prestation du service de l’eau aux municipalités a été exposé plus clairement : l’État est censé garder le contrôle de la régulation du service ; le transfert de compétences annoncé se réaliserait dans une période propice à la poursuite d’une décentralisation, en s’adaptant à une décentralisation déconcentrée. Or, depuis 1989, dans la plupart des cas, la gestion continue d’être assumée par les entreprises hydrologiques régionales affiliées à l’entreprise nationale HIDROVEN, sans implication des municipalités9. Dans le même temps, la LOPSAPS réaffirme le projet de transfert de la gestion de l’eau et de l’assainissement aux municipalités qui apparaissait dans les textes juridiques depuis 1989. HIDROVEN et ses filiales régionales avaient donc pour mission d’accompagner ce processus de transfert jusqu’en 2006, année où devait être réalisée la majorité de ces transferts. Dans la réalité, en 2007, les entreprises régionales continuaient de gérer l’essentiel des services d’eau et d’assainissement des municipalités. Pour réaliser ce transfert, une campagne de sensibilisation et d’information en faveur de cette réforme a été opérée auprès des usagers et des employés des entreprises. Ainsi, la revue institutionnelle Vital, publiée par HIDROVEN, présente une enquête réalisée en 2003 auprès des employés d’HIDROVEN et des entreprises régionales10. À travers les réponses des personnes interrogées, la transition opérée depuis 2001 apparaît davantage réussie que celle qui avait été opérée après la dissolution de l’INOS. Cependant, comme pour la plupart des documents publiés par des revues d’entreprises, il est difficile de faire la part des données empiriques et des éléments développant à outrance les aspects positifs d’une réforme en cours d’expérimentation.

  • 11 Oficina Nacional para el Desarrollo de los Servicios de Agua Potable y Saneamiento (ONDSAPS).
  • 12 Superintendencia de los Servicios de Agua Potable y Saneamiento.

7En parallèle, l’État garde un rôle fondamental dans la régulation et le contrôle de la politique de l’eau au niveau national à partir de deux institutions nationales nouvellement créées. À partir de 2003, l’Office national pour le développement des services d’eau potable et d’assainissement11 doit fixer des politiques, des stratégies qui donnent les orientations de la prestation du service et l’assistance technique et financière aux prestataires de services. Par ailleurs, la Superintendance des services de l’eau potable et de l’assainissement12 a pour rôle de réguler et contrôler les activités en relation avec la prestation de service. Ainsi, l’organisation mise en place avec la LOPSAPS essaie de faire le compromis entre gestion centralisée et gestion participative dans un État national à forte tradition centralisatrice, même si la décentralisation depuis 1989 essaie de remettre en cause ce modèle. Quelles conséquences pouvons-nous dès lors observer à l’échelle urbaine ?

Croissance urbaine et évolution du service urbain de l’eau à Puerto La Cruz

  • 13 Depuis plus de 20 ans, l’immersion dans des quartiers variés, populaires ou aisés, nous a permis de (...)

8Nous retrouvons dans le Venezuela actuel des réalités urbaines décrites dans des travaux des années 1960 ou observées lors de nos premiers séjours sur place en 1986-1987, à savoir la non-existence ou le dysfonctionnement des infrastructures de base dans la ville [Brisseau, 1963 ; Peattie, 1968]. Outre notre immersion sur le terrain13, les documents techniques ou la presse locale mettant en exergue les problèmes de distribution de l’eau, les plaintes répétitives des habitants de tel ou tel quartier qui n’ont pas accès à l’eau ou qui ne sont pas raccordés au réseau d’égouts depuis des années, nous ont apporté des éclairages complémentaires pour évaluer la qualité des services urbains.

  • 14 Ces quartiers populaires correspondent aux quartiers dont les indicateurs socio-économiques et d’ac (...)
  • 15 Le rancho désigne au Venezuela une forme d’habitat précaire. À l’origine, il s’agit d’un terme rura (...)

9À Puerto La Cruz, les quartiers populaires consolidés depuis une vingtaine d’années14 se caractérisent par un service d’eau très déficient en termes de couverture en réseaux d’eau potable et inexistant en matière de réseaux d’assainissement. La pression de l’eau au robinet est très faible dans le cas des logements possédant l’eau à domicile ; l’eau n’arrive même pas dans les secteurs les plus élevés des versants de collines, même si le réseau existe. Les parties urbanisées les plus récentes couvrent en effet les versants des premiers contreforts de la chaîne côtière caraïbe. La croissance urbaine s’est en partie réalisée dans des zones considérées comme non urbanisables selon les normes en vigueur, par la construction d’habitats précaires de ranchos au statut illégal15. Puerto La Cruz a en effet connu l’explosion urbaine que l’on retrouve dans tout le Venezuela et en Amérique latine à partir des années 1970 [Marchand, 1971]. Cette croissance, surtout due alors à un exode rural soutenu, s’est traduite par l’arrivée massive de migrants, majoritairement originaires des zones rurales les plus proches des états Anzoátegui et Sucre. La croissance urbaine s’est effectuée rapidement, par extension successive de quartiers résidentiels péricentraux puis périphériques à partir du noyau urbain initial de front de mer et de Pozuelos. L’agglomération est schématiquement linéaire, avec une artère routière majeure constituant une frontière entre la « ville » et la majorité des quartiers populaires. Ces derniers ont été créés par occupation illégale de terrains, réalisée sans contrôle des pouvoirs publics qui se sont retrouvés rapidement dépassés.

La gestion participative dans le service de l’eau

10Dans un contexte de déficience du service public de l’eau au Venezuela, notamment dans les quartiers les plus pauvres, la ville de Puerto La Cruz constitue par conséquent un exemple intéressant. C’est en effet dans cette ville qu’une des premières coopératives de gestion de l’eau potable a été créée à partir de décembre 2002, dans la lignée des initiatives de gestion participative proposées par la LOPSAPS. Nous souhaitons ici présenter cet exemple pilote en essayant de dégager les raisons de sa création et les réussites de sa mise en place, mais aussi ses limites.

11Les habitants se trouvant à l’origine de cette initiative, les femmes en tête, jouent en fait un rôle moteur depuis une vingtaine d’années, au sein des associations de quartier qui interviennent auprès des pouvoirs publics – qu’il s’agisse de la municipalité de Puerto La Cruz ou du gouvernement de l’État Anzoátegui. Ces personnes justifient leur décision d’avoir créé la coopérative en se fondant sur la LOPSAPS et, avant tout, sur la Constitution bolivarienne. Elles font notamment référence au fait qu’il y est stipulé que la société civile doit prendre la responsabilité des services de base. Ainsi l’article 184 de cette constitution souligne-t-il que :

  • 16 Gaceta Oficial, nº 5 453, 24 mars 2000

« La loi créera des mécanismes ouverts et flexibles pour que les États et les municipalités décentralisent et transfèrent les services aux communautés et aux associations de quartier organisées […] en promouvant le transfert de services en matière […] de services publics […], en stimulant les expressions de l’économie sociale, comme les coopératives, les caisses d’épargne, les mutuelles et autres formes associatives […] afin de garantir le principe de coresponsabilité dans la gestion publique des gouvernements locaux et des États et de développer des processus autogestionnaires et co-gestionnaires dans l’administration et le contrôle des services des États et des municipalités »16.

  • 17 Traduction que nous donnons à « mesas técnicas de agua ».

12Dans ce cadre, la société civile peut prendre en charge le transfert de compétences à la place des instances administratives, quel que soit l’échelon. Quant à la LOPSAPS, elle précise dans les articles 75, 76 et 77 les fonctions des « ateliers techniques de l’eau »17 qui légitiment la participation de la société civile, même s’il s’agit d’une responsabilité d’observation :

  • 18 Article 75 de la LOPSAPS. Dans de nombreux cas, cela signifie en fait une façon de contourner les d (...)

« Les souscripteurs des services pourront constituer des associations […] afin de connaître la gestion des services, donner leur avis sur les propositions d’investissement auprès des autorités nationales, des États et des autorités municipales […] »18.

  • 19 Instituto de Capacitación Educativa.
  • 20 Universidad de Oriente (UDO).
  • 21 La Fundación para la comunidad est un organisme public géré par l’État fédéral, qui compte des bure (...)
  • 22 Ministerio del Ambiente y de los Recursos Renovables.

13Pour arriver à la création de la coopérative de gestion de l’eau Zona Alta de Puerto La Cruz, les habitants des quartiers périurbains ont donc organisé au départ des « ateliers techniques de l’eau ». Les premiers ateliers ont commencé à partir de 2002 à développer un programme de sensibilisation auprès des habitants, pour susciter l’idée d’être plus responsables de la qualité du service de l’eau. En parallèle, ces ateliers ont permis de favoriser des relations de confiance entre les différentes instances concernées par le service de l’eau, que ce soit l’entreprise HIDROCARIBE, l’organisme de formation INCE19, l’Université publique régionale20, l’organisme FUNDACOMUN21, le bureau régional du MARN22 ou les représentants des quartiers concernés. Pionnière, cette coopérative constitue un modèle à l’échelle régionale et nationale à partir duquel d’autres initiatives ont vu le jour depuis.

  • 23 Soit environ le quart de la population : au recensement de 2001, la population de Puerto La Cruz (p (...)
  • 24 Le barrio désigne le quartier populaire. Les quartiers concernés sont notamment les barrios de Las (...)
  • 25 En juin 2004, nous avons visité une de ces stations de pompage rénovées.

14Dans ce contexte, la coopérative Zona Alta de Puerto La Cruz prend en charge le service de l’eau potable d’une population d’environ 50 000 habitants23, dans des barrios24 de la partie sud-est de la municipalité de Puerto La Cruz. Si une première phase non institutionnelle a démarré dès 1999, ce projet acquiert en décembre 2002 le statut officiel de coopérative de gestion de l’eau, et plus précisément de tarification et de recouvrement des factures. En 2003, la coopérative compte 25 membres actifs, originaires du secteur, et un groupe d’environ 150 personnes soutenant l’initiative. Son siège est intégré à des locaux gérés par l’organisme FUNDACOMUN dans le barrio Las Charas, également utilisés pour des ateliers de formation des « missions ». Cette coopérative apparaît donc intimement liée aux dynamiques sociales du quartier dans leur ensemble. À partir du 1er juillet 2003, un contrat est signé avec l’entreprise régionale HIDROCARIBE pour la rénovation25 et la surveillance des stations de pompage, ainsi que pour la maintenance des canalisations.

  • 26 Bolivares. En 2003, le salaire minimum était de 210 000 Bs. Mais pour l’ensemble de la popula tion (...)
  • 27 Ces données sont disproportionnées par rapport à la moyenne communément évaluée pour une consommati (...)

15La tarification et la facturation sont à la charge de la coopérative, qui emploie deux jeunes personnes diplômées en comptabilité et résidant dans la zone. En 2003, le tarif fixé est de 4 370 Bs26 par mois pour les familles qui reçoivent de l’eau plus de deux jours par semaine et de 1 870 Bs par mois pour celles qui ont de l’eau à domicile deux jours ou moins de deux jours par semaine. Ces tarifs ne sont pas bas si l’on se réfère au tarif moyen en vigueur en 1999 : 332 Bs par m3 pour une consommation moyenne de 500 litres par jour par habitant27. Le tableau suivant propose une comparaison entre le tarif proposé par la coopérative et celui de l’entreprise HIDROCARIBE.

  • 28 Sources : Coopérative Zona Alta de Puerto La Cruz et HIDROCARIBE. Ces calculs personnels ont été ré (...)

Calcul d’une Facture d’eau Fictive À Puerto La Cruz28

Calcul d’une Facture d’eau Fictive À Puerto La Cruz28

16Le tarif A concerne le cas d’un domicile où l’eau coule au robinet plus de deux jours par semaine. Si nous prenons l’hypothèse de quatre jours par semaine, on obtient – sur la base d’une consommation de 500 litres par jour – une consommation de 8 000 litres (8 m3) pour 16 jours dans le mois. Le tarif B concerne le cas d’un domicile où l’eau coule au robinet deux jours ou moins de deux jours par semaine. Si nous prenons l’hypothèse de deux jours par semaine, on obtient une consommation de 4 000 litres (4 m3) pour 8 jours dans le mois. Même si cet exemple fictif n’a pas de une valeur démonstrative d’où l’on pour rait tirer des généralités, il indique quand même qu’il serait plus onéreux de payer sa facture à la coopérative qu’à HIDROCARIBE. Cette approche nous permet de souligner les limites de la gestion participative en terme de coût.

  • 29 Entretien réalisé en juin 2004.

17À partir de 2004, une nouvelle phase du développement de la coopérative s’est caractérisée par le transfert de compétences à la coopérative pour les réparations et la maintenance du réseau primaire de canalisations. Comme le soulignent alors les responsables de la coopérative29, leur souhait est d’arriver à une gestion totale du service d’eau potable, en accord avec l’article 184 de la Constitution bolivarienne.

En guise de conclusion

  • 30 Terme employé par les partisans du gouvernement pour désigner la révolution bolivarienne.
  • 31 Les cercles bolivariens sont des petits groupes de militants généralement constitués en comité de q (...)

18À travers de cette étude de cas, il ressort que la participation active de la société civile dans la prise en charge de la gestion de l’eau durant « el proceso »30 n’est pas seulement issue des décideurs politiques ou de ses représentants à l’échelle du quartier comme les cercles bolivariens31. En raison de notre connaissance de ce terrain urbain avant même l’enclenchement des programmes-phares du « socialisme pour le xxie siècle », par l’intermédiaire d’acteurs de la politique de la ville et des habitants eux-mêmes qui ont, depuis les années 1980, déployé des efforts persévérants et acharnés pour avoir des conditions de vie plus dignes, nous souhaitons souligner la complexité de l’évolution en cours et la relative inopérance des notions de rupture ou de continuité. En outre, la gestion de l’eau et de l’assainissement renvoie à des éléments de confort de base qui ne sont pas encore réalisés pour la majorité de la population de la ville étudiée. Cette réalité touche d’ailleurs encore plus la population rurale du Venezuela, sept ans après les débuts du régime d’Hugo Chávez Frias.

  • 32 Ciudad Guayana est l’une des rares villes à posséder une station d’épuration en état de marche corr (...)

19Dans ce contexte, un des éléments les plus alarmants est la quasi-absence de la prise en compte de l’assainissement, qui nécessiterait pourtant des moyens à l’échelle urbaine et métropolitaine, mais aussi nationale. Or, rares sont les villes au Venezuela qui possèdent les infrastructures adaptées au traitement des eaux usées32. À Puerto La Cruz, la quasi-totalité des eaux usées est rejetée directement dans la lagune El Maguey et dans la baie de Pozuelos.

  • 33 Alo Presidente est une émission de la chaîne de télévision nationale (VTV ) qui retransmet un disco (...)
  • 34 Dans l’émission du 10 avril 2005, le président Chávez a souligné l’urgence d’assainir le lac de Val (...)

20Dans un Alo Presidente33 antérieur aux élections du 3 décembre 20063434, le président Chávez a insisté sur l’importance de la préservation de l’eau. Il nous incombe, en tant que géographe, de nous demander si ce discours marque les débuts d’une nouvelle étape de la qualité de vie urbaine au Venezuela.

Haut de page

Bibliographie

« Développement urbain : l’enjeu urbain », Urbanisme, n° 324, mai-juin 2002, p. 37-65.

« Services en réseaux, services sans réseaux dans les villes du Sud », Flux, n° 56-57, 2004.

Benitez-Eslava Edgardo, Réformer le service de l’eau : Histoire, système technique et régulation de firmes. Le cas du District Fédéral du Mexique (1992-2003), thèse de l’École Nationale des Ponts et Chaussées, Paris, 2005.

Brisseau Jeanine, « Les barrios de Petare : faubourgs populaires d’une banlieue de Caracas », Cahiers d’Outre-Mer, 1963, p. 5-42.

Coing Henri, Dorier-Apprill Elisabeth, Jaglin Sylvie (éd.), « Régulation et gouvernance : la création d’une capacité régulatrice du service électrique au Venezuela », in Gérer la ville entre le global et le local, Autrepart, n° 21, 2002, p. 55-68.

Fournier Jean-Marc, L’eau dans les villes d’Amérique latine, Paris, L’Harmattan, coll. « Géographie sociale », 2001.

Fournier Jean-Marc, GOUËSET Vincent, « L’eau : objet privilégié pour le croisement des recherches Nord-Sud ? À propos du FIG de Saint Dié-desVosges et de quelques publications récentes sur le thème de l’eau potable », Autrement, 2004, p. 151-166.

Giordani Jorge, « Cuatro décadas de planificación nacional en Venezuela, ¿justicia social vs retórica política? », Cuadernos del Cendes, n° 31, 1996.

Lorrain Dominique, Gestions urbaines de l’eau, Paris, Économica, 1995.

Marchand Bernard, Venezuela, travailleurs et villes du pétrole, Paris, Éd. de l’IHEAL, 1971.

Mauco Carlos, Marginalité sociale : les agents publics et les quartiers populaires – le cas de Barcelona-Puerto La Cruz, thèse de doctorat, Université de Lyon II, 1989.

Peattie Lisa, The view from the barrio, Ann Arbor, University of Michigan Press, 1968.

Pene-Annette Anne, « Concurrence sur les usages de l’eau dans les pôles d’industrie lourde de l’est du Venezuela », Bulletin de l’Association de Géographes Français, déc. 2003.

Pene-Annette Anne, L’eau convoitée de la Guyane vénézuélienne, Cybergéo, 2004 (www.cybergeo.presse.fr/EAUVILLE/Pene .htm).

Polese Mario, Shearmur Richard, Économie régionale et urbaine, introduction à la géographie économique, Paris, Economica, 2e éd., 2005 [1995].

Pulido Nubis Miriam, Les tendances récentes de l’urbanisation au Venezuela : le rôle des villes moyennes, thèse de doctorat, Université de Toulouse II – Le Mirail, 1999.

Ramousse Didier, Stratégies d’industrialisation, organisation de l’espace et insertion du Venezuela dans l’économie-monde des pôles de développement à la reconversion du système technico-industriel, thèse de doctorat, Université de Paris III, 1997.

Sandia De Segnini Maria Elena, Ley orgánica para la prestación de los servicios de agua potable y saneamiento, Caracas, Ed. Jurídica Venezolana, 2002.

Schneier-Madanes Graciela, De Gouvello Bernard, Eaux et réseaux : les défis de la mondialisation, Paris, Éd. de l’IHEAL, 2003.

Zuindeau Bertrand, Développement durable et territoire, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2000.

Haut de page

Notes

1 Nombreux sont les travaux réalisés dans le cadre des instances internationales, comme la Banque mondiale ou la Banque interaméricaine de Développement, et dans le cadre de recherches sur les villes « en développement » depuis les années 1980. Du point de vue de la recherche en France, parmi les travaux les plus récents, nous pouvons notamment faire référence à ceux de V. Verdeil pour le cas philippin, de S. Jaglin pour les villes subsahariennes ou de B. de Gouvello pour les coopératives d’eau en Argentine.

2 Nous choisissons de mettre cette expression entre guillemets pour souligner l’originalité d’un projet dont il est encore difficile de mesurer la portée politique et sociale. Il n’en est pas moins porteur de changements dont nous avons pu observer les débuts lors des dernières missions sur le terrain en 2005.

3 La politique de développement endogène est un axe prioritaire du gouvernement vénézuélien depuis 1999 et se fonde sur la théorie d’un développement territorial mû par une dynamique interne. Dans la pratique, au cours des dernières années, cette politique repose sur une plus grande utilisation de la rente pétrolière dans des programmes sociaux (par exemple les « missions »).

4 Ley Orgánica para la Prestación de los Servicios de Agua Potable y de Saneamiento (Gaceta Oficial, n° 5 568, « Extraordinario », 31 décembre 2001).

5 Articles 126 à 128 de la LOPSAPS.

6 Ley orgánica de Descentralización, Delimitación y Transferencia de Competencias del Poder Público (Gaceta Of icial, n° 1 453, 28 décembre 1989).

7 HIDROCARIBE est l’entreprise hydrologique de la région caraïbe (États Anzoátegui, Sucre et Nueva Esparta).

8 Instituto Nacional de Obras Sanitarias, entreprise hydrologique nationale créée en 1943. La loi de suppression de l’INOS de 1993, précisant le transfert aux municipes de compétences liées à l’eau, autorise le gouvernement national à procéder à la suppression de l’INOS (Ley que Autoriza al Ejecutivo Nacional a Proceder a la Supresión del INOS, Gaceta Of icial, n° 4 365, « Extraordinario », 28 septembre 1993).

9 Il existe des exceptions à ce fonctionnement, chacune avec son mode de gestion particulier. Par exemple, Aguas de Monagas CA a été créée en 1994 et les actionnaires sont constitués par un groupement de municipalités (pour 49 %) et le gouvernement de l’État Monagas (pour 51 %). Les municipalités, par un contrat de prestation des services, délèguent à l’entreprise la gestion de l’eau et de l’assainissement. À l’autre extrémité de mode de gestion, il existe la CVG-GOSH (Corporation vénézuélienne de Guyane-Gestion des opérations des systèmes hydrauliques) qui, depuis 1985, est l’organisme de gestion des États Bolivar, Delta Amacuro et Amazonas – CVG étant l’organisme de planification régionale de la Guyane, directement relié au gouvernement central. Depuis 2005, CVG-GOSH est en cours de remplacement par l’entreprise régionale Hidrobolivar, appelée aussi CVG-Hidrobolivar en raison de la prégnance du contrôle de la CVG.

10 « Transformación a pulso », Vital, n° 10, 2003, p. 3-11.

11 Oficina Nacional para el Desarrollo de los Servicios de Agua Potable y Saneamiento (ONDSAPS).

12 Superintendencia de los Servicios de Agua Potable y Saneamiento.

13 Depuis plus de 20 ans, l’immersion dans des quartiers variés, populaires ou aisés, nous a permis de multiplier les expériences et de vivre au quotidien en compagnie des habitants.

14 Ces quartiers populaires correspondent aux quartiers dont les indicateurs socio-économiques et d’accès aux services urbains ont les valeurs les plus faibles. Au sein de la municipalité de Puerto La Cruz, ils constituent environ les deux tiers de la population.

15 Le rancho désigne au Venezuela une forme d’habitat précaire. À l’origine, il s’agit d’un terme rural utilisé pour décrire un habitat avec une armature en bambous recouverte de torchis. Par extension, il désigne surtout désormais l’habitat d’un bidonville, en général construit à partir de matériaux de récupération comme la tôle ondulée.

16 Gaceta Oficial, nº 5 453, 24 mars 2000

17 Traduction que nous donnons à « mesas técnicas de agua ».

18 Article 75 de la LOPSAPS. Dans de nombreux cas, cela signifie en fait une façon de contourner les dissensions qui peuvent exister dans la gestion des services entre pouvoir de l’État, pouvoir régional et pouvoir municipal.

19 Instituto de Capacitación Educativa.

20 Universidad de Oriente (UDO).

21 La Fundación para la comunidad est un organisme public géré par l’État fédéral, qui compte des bureaux dans chaque État fédéré et qui est destiné à la promotion des quartiers les plus défavorisés. Cet organisme existe depuis plus de 30 ans.

22 Ministerio del Ambiente y de los Recursos Renovables.

23 Soit environ le quart de la population : au recensement de 2001, la population de Puerto La Cruz (parroquia Puerto La Cruz et parroquia Pozuelos) s’élevait à 222 202 habitants (source : Instituto Nacional de Estadística).

24 Le barrio désigne le quartier populaire. Les quartiers concernés sont notamment les barrios de Las Charas, Valle Lindo, Valle Verde, Colinas de Valle Verde, Chuparin Arriba, Ezequiel Zamora et Colinas de El Limón.

25 En juin 2004, nous avons visité une de ces stations de pompage rénovées.

26 Bolivares. En 2003, le salaire minimum était de 210 000 Bs. Mais pour l’ensemble de la popula tion des barrios gérés par la coopérative, le revenu para famille est inférieur.

27 Ces données sont disproportionnées par rapport à la moyenne communément évaluée pour une consommation d’eau domestique ; elle est par exemple de 250 litres par jour et par habitant à Paris. L’ordre de grandeur de 1999 établi par HIDROCARIBE peut en partie être expliqué par le taux de perte très élevé, en raison de la vétusté des canalisations et de l’absence de la maintenance.

28 Sources : Coopérative Zona Alta de Puerto La Cruz et HIDROCARIBE. Ces calculs personnels ont été réalisés à partir de données de 2003 et, pour être actualisés, devraient prendre en compte l’inflation.

29 Entretien réalisé en juin 2004.

30 Terme employé par les partisans du gouvernement pour désigner la révolution bolivarienne.

31 Les cercles bolivariens sont des petits groupes de militants généralement constitués en comité de quartier. Leur principale fonction est de répondre aux besoins de la population et servir d’intermédiaire avec les représentants des collectivités locales et des organismes publics. Les cercles bolivariens ont été promus en 2001 par le président Chávez afin de consolider le processus révolutionnaire dans les quartiers.

32 Ciudad Guayana est l’une des rares villes à posséder une station d’épuration en état de marche correct (que nous avons pu visiter en mai 2004) même si elle est en sous-capacité.

33 Alo Presidente est une émission de la chaîne de télévision nationale (VTV ) qui retransmet un discours du président Chávez chaque dimanche ou presque. Ce discours peut durer plusieurs heures et est réalisé dans des endroits différents du pays, selon les circonstances, pour valoriser les réalisations du gouvernement et de la société civile. Ce programme hebdomadaire a été interrompu de septembre 2006 au 21 janvier 2007, afin de protéger la période pré-électorale du 3 décembre 2006.

34 Dans l’émission du 10 avril 2005, le président Chávez a souligné l’urgence d’assainir le lac de Valencia.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://cal.revues.org/docannexe/image/1710/img-1.png
Fichier image/png, 307k
Titre Calcul d’une Facture d’eau Fictive À Puerto La Cruz28
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/1710/img-2.png
Fichier image/png, 22k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Péné-Annette, « Services et développement urbains au Venezuela », Cahiers des Amériques latines, 53 | 2006, 89-99.

Référence électronique

Anne Péné-Annette, « Services et développement urbains au Venezuela », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 53 | 2006, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 24 août 2017. URL : http://cal.revues.org/1710 ; DOI : 10.4000/cal.1710

Haut de page

Auteur

Anne Péné-Annette

Anne Péné-Annette est agrégée de géographie et enseigne à l’Université de Versailles – Saint Quentin-en-Yvelines. Doctorante au CREDAL (UMR 7169), elle prépare une thèse intitulée Urbanisme et aménagement sur les pôles de développement du Grand Est du Venezuela. Membre du GdR « Réseau Ville », elle a notamment publié « Concurrence sur les usages de l’eau dans les pôles d’industrie lourde de l’est du Venezuela » (Bulletin de l’Association des Géographes Français, décembre 2003) ; ainsi que « L’eau convoitée de la Guyane vénézuélienne », Cybergéo, 2004 (http://www.cybergeo.eu). Elle a récemment présenté, dans le cadre du Festival de Géographie de Saint-Dié des Vosges, une conférence sur « Le Venezuela de Chávez : pétrole, développement, révolution ». Auteur d’une thèse intulée Les tendances récentes de l’urbanisation au Venezuela. Le rôle des villes moyennes (Université de Toulouse II – Le Mirail), Nubis Pulido est géographe et professeur à l’Universidad de Los Andes (Mérida). Ses principales lignes de recherche concernent la géographie urbaine et les systèmes urbains régionaux. Parmi de nombreux travaux, elle a notamment publié « El Espacio urbano latinoamericano y la globalización. Emergencia de ciudades ‘intermedias’ y nuevos cambios en Venezuela » (in América Latina : cidade, campo e turismo, Buenos Aires, Editorial CLACSO, 2006).

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org