Navigation – Plan du site
Dossier. Venezuela, portrait d’une société au quotidien

Introduction : le Venezuela contemporain à l’épreuve des faits

Julien Rebotier et Sandrine Revet
p. 17-22

Entrées d’index

Index géographique :

Venezuela
Haut de page

Texte intégral

1Dans le paysage des sciences sociales françaises, mais aussi européennes et nord-américaines, portant sur l’Amérique latine, on ne peut que se réjouir de l’intérêt nouveau que suscite depuis quelques années le Venezuela. Si, jusqu’au milieu des années 1990, le pays et ses dynamiques n’attiraient que rarement l’attention de la communauté scientifique, l’arrivée au pouvoir de Hugo Chávez Frías et les politiques controversées qu’il a mis en œuvre ont progressivement renversé la tendance de relative indifférence à l’égard de ce pays. Numéros thématiques de revues, essais et ouvrages de synthèse se sont multipliés, souvent centrés sur la figure énigmatique et polarisatrice de Chávez et sur l’analyse des discours du président. Dans le même temps, l’imaginaire français sur le Venezuela, inexistant ou strictement limité aux représentations d’un pays riche en pétrole et peuplé de Miss Monde étendues sur des plages de sable blanc, laissait progressivement la place à une série de commentaires sensationnels à propos du leader de la Révolution bolivarienne. L’expérience du Venezuela à l’heure du « chavisme » gagnait ainsi les colonnes de la presse, souvent par le biais d’un discours partisan et peu intègre scientifiquement, célébrée parfois, décriée souvent du fait de la persistance de la pauvreté, de l’inégale répartition des richesses, ou des mécanismes de pouvoir discrétionnaires.

  • 1 Olivier Schwartz, « L’empirisme irréductible », postface à Nels Anderson, Le Hobo. Sociologie du sa (...)

2Ce dossier est né de cet intérêt renouvelé pour le Venezuela et du constat concomitant selon lequel, dans le cadre de ces analyses, la société vénézuélienne elle-même n’apparaît souvent qu’en creux. Ce sont pourtant les dynamiques sociales, culturelles ou urbaines qui font la richesse du Venezuela actuel ; nous avons donc fait le pari de rassembler ici quelques études empiriques qui, seules, permettent de les éclairer. Nous proposons d’entrer dans le Venezuela par la porte de son quotidien, à travers tout ce qui, pour être familier, reste pourtant trop souvent mal connu1. Placer le Venezuela d’aujourd’hui à l’épreuve des faits : c’est la démarche pragmatique et empirique dont témoigne le titre de ce dossier. On y parlera donc de ce qui fait la réalité quotidienne des Vénézuéliens, de la ville et de ses marchands de rue (buhoneros), de la télévision, de la pauvreté, du droit et de la propriété privée, des affrontements entre « pro » et « anti » Chávez, de l’eau et des routes. Autant d’objets qui permettent de dépasser l’analyse de la façon dont le pays – ou son président – se « dit » pour parvenir à mettre en lumière la façon dont il se « fait ».

  • 2 En 1998, le nombre de coopératives enregistrées dans le pays était de 877. Il est aujourd’hui de 10 (...)

3C’est d’abord un Venezuela urbain, qui, sans surprise, apparaît dans ce numéro. Dans ce pays dont la population urbaine frôle ou dépasse, selon les méthodes de calcul, les 90 %, la question de la ville est centrale. À cet égard, le Venezuela partage avec d’autres pays latino-américains l’expérience d’un processus d’urbanisation (trop) rapide – caractéristique d’un développement à marche forcée, lié à l’exploitation pétrolière dès le second tiers du xxe siècle – et la kyrielle de problématiques sociales engendrées par les migrations rurales et le manque de planification urbaine (chômage, pauvreté, précarité, violence, etc.). Mais la ville, loin d’être uniquement analysable en termes de manques, est aussi un lieu plein. C’est ainsi le théâtre de dynamiques au niveau local ou municipal, comme le montre l’analyse que livre Anne Péné-Annette sur la gestion du service de l’eau par les communautés de Barcelona-Puerto La Cruz. Mettant en lumière la tension inhérente au mode de gouvernement actuel, entre d’une part une volonté de mettre en place les modalités d’une participation effective et d’autre part la tentation de maintenir un contrôle centralisé sur les processus de décision, cette étude de géographie sociale montre le rôle particulier que jouent les femmes dans la création et la gestion des coopératives. Le phénomène actuel de création de coopératives soulève pourtant encore bien des questions et appelle d’autres études, dans la mesure où la création de presque 100 000 coopératives depuis 19992 constitue un phénomène politique, économique et social, dont les modalités de mise en œuvre et les conséquences méritent d’être éclairées.

4La ville qui apparaît dans ce dossier est aussi une ville paradoxale, faite autant de circulations que de confrontations dont les espaces publics sont le reflet. Mathilde Gauvain souligne la teneur de ce paradoxe en décrivant les trottoirs occupés par des vendeurs ambulants qui fournissent les caraqueños en produits de toutes sortes, et, parallèlement, les processus de stigmatisation en œuvre à l’encontre de ces mêmes marchands. Son analyse, qui avance l’idée selon laquelle les puestos des buhoneros constitueraient en quelque sorte des « interfaces entre deux territoires sociaux » en dépit de processus discursifs de mise à distance, a le mérite de mettre en lumière des dynamiques que l’analyse perd parfois de vue, comme l’interdépendance entre la ville « formelle » et la ville « informelle ».

5Une autre opposition apparente de la ville, souvent trop vite associée à la dichotomie entre ville « formelle » et ville « informelle », est mise en scène par Armelle Racinoux et Emiliano Zapata au travers de la confrontation entre tenants et détracteurs du pouvoir en place. La mise en question de l’espace public, menacé par l’appropriation politique partisane, est à l’origine de vifs épisodes d’affrontements au cœur de cet espace public urbain, qui devient à la fois acteur et médiateur de la rivalité des deux camps. Paradoxalement, l’auteur met en avant le fait qu’une telle confrontation, aussi violente soit-elle, est dans le même temps le gage de prémices démocratiques qui voient, face à une position politique, se dresser sa contradiction dans l’espace public. Enfin, il apparaît que le discours manichéen, qui présente un Ouest de Caracas « chaviste » et un Est « opposant », ne résiste pas à l’épreuve d’une réalité finalement moins homogène, à laquelle il est nécessaire d’apporter des nuances.

6En outre, une scène publique apparaît centrale dans plusieurs des études réunies dans ce dossier : les médias. Médias qui véhiculent et participent à la construction du discours stigmatisant sur les buhoneros (Mathilde Gauvain). Médias qui contribuent à la dualisation de la société en conflit (Armelle Racinoux et Emiliano Zapata). Médias à partir desquels Leopoldo Tablante propose d’observer la mise en objet du phénomène de la pauvreté depuis la fin des années 1980. Dans cette étude, l’auteur propose à la fois une remise en perspective – historique, économique, politique – des phénomènes de médiatisation de la pauvreté et une véritable déconstruction de ces mécanismes. Il met en lumière les enjeux politiques du traitement médiatique de la pauvreté et des phénomènes trop souvent passés sous silence dans les études consacrées au Venezuela, comme le racisme structurant et silencieux qui parcourt la société ou les inégalités de genre.

7Toutes ces scènes urbaines révèlent enfin leur ancrage dans une temporalité qui semble définir le Venezuela actuel : celle de l’urgence. Urgence de situations quotidiennes en matière de logement, de sécurité, d’alimentation ou d’emploi, qui demeurent problématiques pour une majorité de Vénézuéliens et dont la résolution à ce jour s’inscrit dans des dynamiques telles que les misiones par exemple. Urgence, encore, de la « méthode » de fonctionnement du pouvoir, portée par ce qui semble davantage être un mouvement qu’un parti et dans lequel certains voient plus d’arbitraire que de droit (Guy Mazet).

8Il est dès lors légitime de s’interroger : le Venezuela actuel développe-t-il des modèles de crise – c’est-à-dire des modèles susceptibles de faire face à la crise qu’il traverse – ou bien le pays est-il confronté à une crise de ses modèles ? Au-delà, les dynamiques que l’on observe actuellement au Venezuela se situent-elles dans la continuité ou en rupture avec des processus antérieurs, avec des dynamiques plus anciennes ? Autant de questions qui constituent la toile de fond de ce dossier à partir de perspectives et de disciplines différentes.

9Rogelio Altez se saisit ainsi de cette question des modèles à partir du cas concret de la gestion des voies de communication entre Caracas et La Guaira. Il nous montre, en adoptant une perspective historique, que la « crise du viaduc » qui coupa en janvier 2006 la capitale de son littoral est en réalité une crise structurelle, qui plonge ses racines dans la période coloniale et qui, associant les questions de pouvoir aux aléas naturels, a présidé à la construction d’un modèle de gestion publique fondé sur le principe de l’urgence. L’effondrement récent du viaduc invite ainsi à s’interroger sur la capacité du pays à reconstruire sur les ruines des modèles du passé. L’inauguration d’un nouveau viaduc quelque seize mois plus tard seulement, si elle constitue un véritable défi relevé par le gouvernement, ne remet pas en question l’analyse en termes structurels que propose l’article.

10C’est encore la question des modèles qui occupe Guy Mazet, qui s’interroge sur la teneur juridique des postures internationales adoptées par le gouvernement vénézuélien et sur leur manque d’orthodoxie. À travers les différentes décisions prises par le président Chávez, doit-on comprendre que le modèle du libre-échange est « troqué » au nom d’autres modèles qui seraient soutenus par l’éthique ou l’entraide ? Le droit – international et national – peut-il être mis au service de telles transformations ?

11C’est enfin de confrontation de modèles dont il est question dans la contribution de Nubis Pulido sur les villes vénézuéliennes contemporaines. Pour un pays structurellement urbain, les rythmes de croissance, les tailles des villes, leur distribution dans le réseau urbain national, ainsi que le sens que tout cela prend au niveau de l’exercice du pouvoir ou du développement territorial, ont fait l’objet au Venezuela d’études urbaines classiques depuis quelques décennies. Forte de cette tradition, l’auteur pose une série de questions originales et se demande si la trajectoire des villes intermédiaires, qui suit un modèle urbain global, est remise en question par la confrontation avec un modèle politique centralisateur.

  • 3 Très présent dans les discours en Amérique latine, ce terme renvoie à une manière d’être qui serait (...)

12Comment comprendre, dès lors, cette donnée actuelle de l’urgence ? « L’idiosyncrasie »3, souvent invoquée au Venezuela comme une explication générale impossible à remettre en question sous peine de mépriser d’intouchables spécificités culturelles, ne permet pas de comprendre ces pratiques récurrentes. Il en va de même pour l’accusation fréquente portée contre « l’intérêt politicien à court terme », qui n’a rien de spécifique au Venezuela. En revanche, le peu de cas fait des questions d’inclusion sociale et de solidarité dans l’histoire des politiques publiques au Venezuela détermine certainement la compréhension du type de développement social national que l’on connaît encore aujourd’hui. En se penchant sur des dynamiques de longue durée, Rogelio Altez observe bien cette absence de vision nationale qui se situerait au-delà des temporalités immédiates, qui relèvent souvent de l’opportunisme politique, populiste ou même économique. En cela, l’arrivée du président Chávez au pouvoir, pour révolutionnaire qu’elle se prétende, ne semble pas entraîner de rupture indiscutable.

13Cette posture de l’urgence et les réponses immédiates qu’elle appelle, justifiées par la dette sociale contractée au fil des décennies par des régimes répondant à une démocratie de toute évidence plus politique que sociale, caractérise encore la façon dont le pays est mené aujourd’hui. L’assistance s’inscrit dans les modèles de réponse courants au Venezuela : parer au plus pressé souvent selon des principes circonstanciés, intéressés et partisans ; jugements ou décisions politiques parfois discrétionnaires ; fonctionnements institutionnels dépendant des relations interpersonnelles et du positionnement politique. Trop occupé – pour l’essentiel dans les tranchées médiatiques – à résister aux pressions d’ordre divers émanant de l’intérieur et de l’extérieur, le pouvoir chaviste serait-il toujours dans une phase de transition ou de consolidation ? Ou bien pouvons-nous déjà conclure, en invoquant certaines pratiques actuelles du pouvoir, qu’elles ne font que reprendre les pires logiques de la période antérieure ?

14C’est probablement dans des formes nouvelles de participation que la rupture semble malgré tout opérer, ce dont ne témoigne que ponctuellement les articles de ce dossier Si cette question de la participation est un enjeu fort pour la plupart des démocraties actuelles, les formes qu’elle prend au Venezuela demeurent en effet peu abordées de manière empirique. Dans l’espace académique qui analyse la situation du pays, on trouve à cet égard deux types de postures. Pour certains, la participation directe et la formation de conseils communaux s’inscrivent dans une dérive autoritaire, servie par la captation d’une légitimation politique à peu de frais. Pour d’autres, les formes que prennent les nouveaux mécanismes d’exercice de la démocratie sont trop complexes pour être balayées de la sorte et les nouvelles formes de gestion publique (Conseils locaux de Planification et de Participation, Comités sectoriels, Conseils communaux, Conseils de Travaux locaux, etc.) sont de nouveaux modèles requérant une attention renouvelée et des méthodes d’analyse adaptées. Gageons que ce travail qui reste à effectuer donnera lieu à de riches publications à l’avenir.

15Dans un contexte mondialisé où la souveraineté échappe souvent aux citoyens, le processus vénézuélien, quoi qu’il porte comme valeurs politiques et sociales, ne mérite pas de disqualification a priori, dans la mesure où il est majoritairement et librement consenti à travers de multiples processus électoraux. L’analyse et la compréhension du Venezuela contemporain constituent plutôt un véritable défi pour les sciences sociales : si « étudier et lutter » n’est plus qu’un vague refrain du passé pour certains, « étudier sans préjuger » doit être à l’ordre du jour. Entre une science idéologisée et l’illusion d’une neutralité péremptoire et sans appel, il est nécessaire d’investir tout le champ de la nuance, d’éclairer les contextes et leur pertinence et d’adopter un certain décentrement par rapport aux productions médiatiques. L’ambition de ce numéro est de démontrer la nécessité de comprendre le processus politique vénézuélien pour ce qu’il implique en termes de réalités nationales et locales, mais aussi globales. Le nouveau, le complexe, l’original ou l’événement lancent immanquablement le défi d’une remise en question réflexive et c’est bien à cela que nous invite le Venezuela d’aujourd’hui. Se cramponner aux modèles traditionnels d’analyse, derrière des références plus « normées » que démontrées et au nom d’un certain « réalisme scientifique », ne reviendrait qu’éclairer le Venezuela à l’ombre du passé. Ce dossier n’entend être qu’une modeste contribution à ce que les sciences sociales peuvent apporter à la compréhension des dynamiques qui traversent le Venezuela contemporain. Ce laboratoire bouillonnant, foisonnant, mais aussi déroutant et dérangeant, demande aux chercheurs de se dégager de postures construites a priori et d’inventer, pour le comprendre, des modèles d’analyse qui permettent de saisir toute la complexité des réalités qu’ils observent.

Haut de page

Notes

1 Olivier Schwartz, « L’empirisme irréductible », postface à Nels Anderson, Le Hobo. Sociologie du sans-abri, Paris, Nathan, coll. « Essais et recherches », 1993 [1923], p. 265-308.

2 En 1998, le nombre de coopératives enregistrées dans le pays était de 877. Il est aujourd’hui de 102 768 selon les chiffres de la SUNACOOP (la Superintendance nationale des Coopératives), qui dépend du ministère de l’Industrie et du Commerce (http://www.sunacoop.gob.ve/index.html).

3 Très présent dans les discours en Amérique latine, ce terme renvoie à une manière d’être qui serait singulière, à des pratiques, des comportements et des références qui seraient propres aux contextes locaux. « L’idiosyncrasie » peut prendre des atours revendicatifs quand il s’agit de prendre ses distances avec des influences extérieures, qu’elles soient européennes ou nord-américaines. Elle est également invoquée comme l’interprétation ultime de ce que l’on ne sait expliquer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Rebotier et Sandrine Revet, « Introduction : le Venezuela contemporain à l’épreuve des faits  », Cahiers des Amériques latines, 53 | 2006, 17-22.

Référence électronique

Julien Rebotier et Sandrine Revet, « Introduction : le Venezuela contemporain à l’épreuve des faits  », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 53 | 2006, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 28 mars 2017. URL : http://cal.revues.org/1684

Haut de page

Auteurs

Julien Rebotier

Julien Rebotier est allocataire de recherche en géographie à l’Institut des Hautes Études de l’Amérique latine (Université Paris III – Sorbonne Nouvelle). Il termine actuellement sa thèse de doctorat portant sur les enjeux des risques urbains à Caracas, dans la perspective d’une approche globale des risques et de leurs différentes territorialités, de leur gestion par les acteurs publiques et de la planification urbaine. Il a notamment publié « Método de localización de los heridos en el caso de un terremoto en la ciudad de Mérida, Venezuela » (Revista Geográfica Venezolana, vol. 47, 2, 2006) et « Au-delà de la ¡Revolución! Un regard critique sur le Venezuela contemporain » (ÉchoGéo, n° 3, 2007, http://echogeo.revues.org).

Sandrine Revet

Sandrine Revet est docteur en anthropologie et enseigne à l’Institut des Hautes Études de l’Amérique latine. Ses travaux proposent une approche anthropologique des catastrophes dites naturelles. Outre de nombreux articles, elle a récemment publié Anthropologie d’une catastrophe. Les coulées de boue de 1999 au Venezuela (Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2007).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org