Navigation – Plan du site
Lectures

Jean-Pierre Lavaud et Isabelle Daillant, La catégorisation ethnique en Bolivie. Labellisation officielle et sentiment d’appartenance

Paris, L’Harmattan, 2007
Capucine Boidin
p. 218-221
Référence(s) :
Jean-Pierre Lavaud et Isabelle Daillant, La catégorisation ethnique en Bolivie. Labellisation officielle et sentiment d’appartenance, Paris, L’Harmattan, 2007, 291 p.

Entrées d’index

Index géographique :

Bolivie
Haut de page

Texte intégral

1Réunis en 2003, les dix textes composant cet ouvrage ont le mérite de se situer dans un hors temps médiatique. Ils posent un problème d’une urgente acuité tout en inscrivant leurs analyses dans la longue durée ; en ce sens, la prise de recul par rapport à l’élection d’Evo Morales en décembre 2005 est efficace. Les trois premiers articles analysent en effet l’histoire politique des catégories officielles des xixe et xxe siècles, tandis que les sept suivants sont fondés sur des terrains qui permettent d’entrer dans les logiques des termes d’adresse et d’auto-identification.

2Pour qui ne connaît pas la Bolivie, le premier texte, signé par Daniel Dory, donne un aperçu géo-historique et une synthèse bibliographique qui impressionnent, même si la simplification qu’il entraîne est parfois problématique et contredit presque la dynamique d’ensemble de l’ouvrage. Certains mots complexes et sensibles (race, classe, castas, etc.) sont heureusement contextualisés par la contribution de Rossana Barragán sur « L’ordre social des classifications au xixsiècle : Indiens, Métis et Espagnols/Blancs » et certains chiffres sont déconstruits dans l’article de Jean-Pierre Lavaud. Ainsi, le tableau construit par Daniel Dory, où les différents recensements de 1827 à 2000 font osciller la population indigène entre des estimations maximales et minimales de 73 % et 47 %, est contrebalancé : « du point de vue de la connaissance, il est bon de rappeler encore les 13,5 % d’identification indigène de l’enquête de la corte electoral de 1999, obtenus lorsque la possibilité d’une affiliation métisse est introduite » (Lavaud, p. 116).

3Ancrés dans des ethnographies fines, souvent portés par une perspective sociologique (individualisme méthodologique et interactionnisme), les articles partent de l’idée selon laquelle toute catégorisation, qu’elle soit ethnique, géographique, sociale, religieuse ou sexuée, a pour objectif de situer autrui ou soi non seulement dans une différence, mais aussi sur une échelle hiérarchique (Lavaud, p. 12). Nommer et, de surcroît, compter constituent des actes politiques. Les catégories ne reflètent donc pas – mal ou bien – des groupes « réels » objectifs et le chercheur n’a pas pour mission d’évaluer la conformité d’une étiquette avec une réalité. Historicisées et contextualisées, les appellations perdent leur apparente « évidence ». Mais elles n’en sont pas moins profondes et significatives. Bien que construites, changeantes et historiques, les classifications sont des opérations symboliques chargées de sens pour les acteurs. Ainsi en est-il quand des paysans de langue maternelle quechua et aymara, récemment devenus mineurs à Potosí, s’imaginent descendants de conquistadors espagnols, dépravés et pervertis par l’argent des mines, pour expliquer leurs comportements (Pascale Absi). Les Chimane, qui vivaient relativement en marge du territoire et des dynamiques nationales et ignoraient alors la catégorie même d’Indien, rassemblent collas et cambas sous un même terme : « les nombreux » (Isabelle Daillant). En ce sens, le travail conjoint des éditeurs de cet ouvrage, l’une ethnologue et l’autre sociologue, donne un équilibre certain à l’ensemble : une égale attention est apportée aux processus sociaux et au travail symbolique, aux parcours individuels et collectifs.

4Tout se passe comme si les individus et les groupes engagés dans des dynamiques sociales et économiques maîtrisaient les changements par le travail sur les noms : mineurs de Potosí cherchant à se distinguer des paysans et se rapprochant des élites créoles (Pascale Absi) ; marchandes de La Paz de pollera s’éloignant des paysannes comme des femmes de vestido urbaines (Véronique Marchand) ; Jalq’a de Sucre qui choisissent de produire une musique et de s’habiller de vêtements « métis » pour être accceptés par les métis mozos (Rosalia Martínez) ; Chiriguano qui préfèrent se présenter comme Guarani, Tapii qui font oublier l’étymologie de leur nom (Isabelle Combès). Les « noms » et présentations de soi pour autrui ne sont pas sans conséquence. Entendus, vus et tenus pour « vrais », ils engagent les corps, les désirs et les subjectivités. « Ce que les hommes pensent être réel est réel dans ses conséquences ». De fait, le caractère performatif de leurs énoncés échappe rarement aux acteurs, qui au contraire manipulent de nouveaux noms ou resignifient à loisir de vieux termes qu’ils choisissent de garder. Les catégories changent alors au moins légèrement de sens chaque fois qu’elles sont proférées. Si bien que rapidement les recherches en sciences sociales utilisent des nomenclatures déjà dépassées, retravaillées par les acteurs. Qu’elles disent l’inclusion, l’exclusion, la distinction, la dévalorisation, la mise en garde ou la critique, les catégories peuvent également devenir à double tranchant dans la bouche des locuteurs. « L’accès à l’aide économique est le nœud du problème, la clef qui fait comprendre le choix d’un nom, d’une étiquette, la clef aussi qui fait varier, dans les divers recensements, le nombre d’indigènes, du simple au double. Le nom est une arme, c’est un outil politique c’est une arme blanche que l’on retourne, contre le Blanc, quand le besoin s’en fait sentir » (Combes, p. 276).

  • 1 Nicolas Richard, Les chiens, les hommes et les étrangers furieux. Archéologie des identités indienn (...)
  • 2 Claudia Briones, « Formaciones de alteridad : contextos globales, procesos nacionales y provinciale (...)

5L’ouvrage est riche pour mieux comprendre l’histoire et l’actualité des classifications internes et des métissages de la société bolivienne. Comme ont pu le souligner les éditeurs du livre par ailleurs, la prégnance du métissage ressort très largement de tous les articles sous des angles et des sens différents. Au moment où des frontières et des oppositions se transforment (pour se créer, se rigidifier ou s’affaiblir), les passages et les mélanges sont d’autant plus perçus et nommés, que ce soit pour être décriés ou pour être célébrés. Tout d’abord, les catégories dites intermédiaires (cholas, mestizos) sont anciennes. Ensuite des faits – comme s’exprimer en langue amérindienne – ont été interprétés différemment suivant les époques : au début du xixe siècle, lorsque toutes les classes sociales (bourgeoisie comprise) de La Paz parlent aymara et toutes celles de Cochabamba dialoguent en quechua, la langue n’est pas un marqueur d’ethnicité. Elle ne devient un critère de définition et de comptabilisation des Indiens que progressivement. Seul regret : parfois, au lieu de suivre chacune des catégories, le lecteur aurait aimé pouvoir reconstruire les transformations des systèmes de noms, comme Isabelle Combès le fait pour la partie du Chaco et qu’une thèse récente, défendue par Nicolas Richard, approfondit pour le Chaco paraguayen1. Plus généralement, une réflexion sur « la formation nationale des altérités » internes – pour reprendre un concept proposé par Claudia Briones – permettrait de saisir la dynamique d’ensemble2. En comparaison avec le Paraguay, c’est le poids des identifications économiques, soutenues par de puissants syndicats, qui étonne. L’impression finale qui se dégage est que l’identité professionnelle (artisans, mineurs, marchandes, paysans, etc.) surdétermine les désignations, qui se disent, vivent et marquent à travers le langage de la musique et du vêtement – devenant alors « ethniques » (Rosalía Martínez). De nombreuses questions surgissent qui appellent de nouvelles recherches : quel impact à court et à long terme auront les politiques d’Evo Morales sur les catégories ethniques ? La revalorisation de « l’Indien » entraînera-t-elle les acteurs à abandonner les catégories intermédiaires et à gommer les métissages comme autrefois ils furent amenés à taire certaines différences ? Quelles soient libératrices ou enfermantes, le pouvoir produit de nouvelles dynamiques identitaires. Le débat reste ouvert.

Haut de page

Notes

1 Nicolas Richard, Les chiens, les hommes et les étrangers furieux. Archéologie des identités indiennes dans le Chaco boréal, thèse de doctorat en anthropologie, Paris, École des Hautes Études en Sciences Sociales, janvier 2008.

2 Claudia Briones, « Formaciones de alteridad : contextos globales, procesos nacionales y provinciales » , in Cartografías Argentinas, Políticas indigenistas y formaciones provinciales de alteridad, Buenos Aires, Antropofagias, 2005, p. 11-44.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Capucine Boidin, « Jean-Pierre Lavaud et Isabelle Daillant, La catégorisation ethnique en Bolivie. Labellisation officielle et sentiment d’appartenance », Cahiers des Amériques latines, 53 | 2006, 218-221.

Référence électronique

Capucine Boidin, « Jean-Pierre Lavaud et Isabelle Daillant, La catégorisation ethnique en Bolivie. Labellisation officielle et sentiment d’appartenance », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 53 | 2006, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 29 mars 2017. URL : http://cal.revues.org/1678

Haut de page

Auteur

Capucine Boidin

IHEAL/CREDAL

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org