Navigation – Plan du site
Lectures

Véronique Marchand, Organisations et protestations des commerçantes en Bolivie

Paris, L’Harmattan, 2006
Françoise Martinez
p. 216-218
Référence(s) :
Véronique Marchand, Organisations et protestations des commerçantes en Bolivie, Paris, L’Harmattan, 2006, 328 p.

Entrées d’index

Index géographique :

Bolivie
Haut de page

Texte intégral

1Vendeuses dans les marchés couverts selon les normes commerciales traditionnelles, ou vendeuses de rue organisées en syndicats et en associations, ou encore vendeuses ambulantes plus isolées et moins visibles socialement, qui sont ces femmes boliviennes qui parlent l’aymara ou le quechua en plus de l’espagnol et qui, par leur apparence vestimentaire (jupes bouffantes, châle et chapeau), se distinguent autant des paysannes que des femmes de la ville en robe ou en pantalon ? Qui sont ces cholitas, comme on a coutume de les nommer à La Paz, en englobant sous un même terme leur diversité économique et socioculturelle ? Comment évoluent au jour le jour ces vendeuses en proie à des jeux complexes d’identifications statutaires et ethniques, avec quelles possibilités et quelles stratégies de revendications et de mobilisation ?

2Le travail de Véronique Marchand, qui reprend les recherches menées au cours de sa thèse de doctorat, apporte un ensemble d’éclairages sur cette population-charnière, entre ville et campagne, modernité et traditions, en l’approchant au plus près par un riche travail ethnographique mené à La Paz en 1998 et 1999.

3La première partie du travail décrit de façon fouillée la grande hétérogénéité sociale de ce groupe de femmes qui ont en commun d’être socialement des intermédiaires ethniques entre les Blanches qui ne les reconnaissent pas comme semblables et les Indiennes qu’elles ne veulent pas ou qu’elles ne veulent plus être. En tant que commerçantes, qu’elles travaillent en marchés couverts ou dans la rue, elles sont organisées chacune à leur manière. Les vendeuses de marchés couverts sont habituellement vendeuses de mère en fille. Elles appliquent le règlement des marchés défini par la municipalité et choisissent leurs « dirigeantes » ou maestras pour les représenter et les superviser. Ces dernières sont en effet autant de liens entre l’intérieur (les vendeuses, leurs valeurs et leurs principes) et l’extérieur (la municipalité et ses règles dont elles assurent le respect), d’où leur ambivalence. Les vendeuses de rue sont, elles, dans une situation plus précaire (soumises aux intempéries, à la pollution et pouvant plus difficilement laisser leurs marchandises sur place). Elles témoignent en outre, à partir de l’enquête menée par l’auteure, de parcours professionnels plus variés. Elles sont plus polyvalentes et se dotent aussi de dirigeant(e)s, les « secrétaires généraux/ales » dont le rôle est de les défendre face aux autorités municipales sans l’ambivalence des maestras. Quant à la troisième « catégorie » de cette typologie, les vendeuses contraintes à être des vendeuses « ambulantes  », elles sont discriminées, mal acceptées et a priori dépourvues de représentation collective de ce type. S’agissant d’une population moins facile à observer (pas de réunions, pas de lieu de rencontre particulier), c’est à partir d’une vingtaine d’entretiens que l’auteure a fait ressortir une série de parcours (souvent du monde rural vers le service domestique puis la vente). Elles montrent la conquête conflictuelle de leur espace de vente, leur quotidien en proie à la réprobation et aux sanctions, tant de la part des agents municipaux que des autres vendeuses mieux dotées et organisées, et l’obligation pour elles de changer régulièrement de lieu à moins qu’elles n’aient su négocier avec les uns et les autres leur présence à tel ou tel endroit de la ville.

4Tout en gardant présente à l’esprit cette typologie des vendeuses, Véronique Marchand, dans la deuxième partie du travail, rend compte des actions collectives menées par les commerçantes dans les années 1980 et 1990. De façon récurrente, l’enjeu principal des mobilisations est la défense des espaces de vente durement acquis dès qu’ils sont remis en cause par les autorités municipales. Celles-ci en effet, voyant d’un mauvais œil la prolifération des vendeuses, tentent périodiquement de mettre en place des projets d’expulsion. Différents cas d’affrontements sont ainsi étudiés comme autant d’exemples de réactions protestataires développées par les groupes de femmes entre 1987 et 1998. Les luttes y sont présentées avec leur composante ethnique et permettent de mesurer à chaque fois le rôle de l’appui syndical. Un cas de lutte menée par des vendeuses « ambulantes » entre novembre 1997 et janvier 1998 avec pour objectif l’occupation de façon stable d’une ancienne voie ferrée est, certes, la preuve que la démarche protestataire n’est pas l’apanage des deux premières catégories, mais il montre aussi combien, en l’absence de certaines ressources, la mobilisation peut se révéler insuffisante.

5La variable contextuelle donne à ces mobilisations et à leurs enjeux à plus long terme une tonalité spécifique. C’est un fait en Bolivie, et à La Paz en particulier, les équipes municipales restent rarement plus d’un an à la tête de la municipalité. De cette fragilité et précarité des dirigeants, les femmes et leurs organisations savent tirer parti, car l’équipe municipale ne peut se permettre de s’aliéner cet électorat conséquent et est donc périodiquement tenté de le satisfaire rapidement. Mais cette même vulnérabilité et cette instabilité politique constituent aussi un obstacle, en cas de rotation, à l’application rapide avec une nouvelle équipe des acquis obtenus avec la précédente. Mais la permanence des organisations de commerçantes veille au suivi des revendications dans le long terme.

6L’ouvrage, et c’est une de ses lignes de force, nous permet de voir comment statuts professionnels, familiaux et ethniques s’entrecroisent à des degrés divers dans cette population féminine pour mener la mobilisation à terme avec succès. Qu’il s’agisse de lutter contre la municipalité pour contrecarrer ses tentatives d’ingérence, ou contre l’État pour redéfinir un système de fiscalité qui les désavantage, ou encore contre d’autres associations de vendeuses aux intérêts divergents, ces femmes se battent autour de leur activité professionnelle de vente et font valoir la légitimité de leurs luttes en mettant en avant leur statut de vendeuse, de mère et de chola. Ce sont tous ces processus de lutte pour la reconnaissance finalement d’une triple identité, professionnelle, de genre et ethnique que Véronique Marchand met au jour dans ce travail.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Martinez, « Véronique Marchand, Organisations et protestations des commerçantes en Bolivie », Cahiers des Amériques latines, 53 | 2006, 216-218.

Référence électronique

Françoise Martinez, « Véronique Marchand, Organisations et protestations des commerçantes en Bolivie », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 53 | 2006, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 28 mars 2017. URL : http://cal.revues.org/1676

Haut de page

Auteur

Françoise Martinez

Université Paris X/CRIA, GRECUN

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org