Navigation – Plan du site
Lectures

Xavier Arnauld de Sartre, Les fronts pionniers d’Amazonie. Les dynamiques paysannes au Brésil

Paris, CNRS Éditions, 2006, 223 p.
Guillaume Marchand
p. 211-213
Référence(s) :
Xavier Arnauld de Sartre, Les fronts pionniers d’Amazonie. Les dynamiques paysannes au Brésil, Paris, CNRS Éditions, 2006, 223 p.

Entrées d’index

Index géographique :

Brésil, Amazonie, Amazonie brésilienne
Haut de page

Texte intégral

1Dix ans après l’ouvrage Les fronts pionniers d’Amazonie brésilienne. La formation de nouveaux territoires, dirigé par C. Albaladéjo et J. Tulet, X. Arnauld de Sartre revient sur les processus de construction territoriale à l’œuvre dans les espaces pionniers. Tout comme l’ouvrage précédemment cité, qui faisait intervenir des chercheurs d’appartenances très diverses (agronomes, géographes, économistes), l’auteur fait également le pari de l’interdisciplinarité afin de saisir au mieux les relations entre construction sociale et construction territoriale. De nombreuses passerelles sont établies entre géographie (rapport des hommes à l’espace) et sociologie (rapport des hommes dans un espace), démontrant à de nombreuses reprises la complémentarité entre les deux approches. L’hypothèse qui guide sa réflexion est la suivante : les territoires pionniers de la Transamazonienne seraient en train de devenir des espaces ruraux presque comme les autres grâce à un certain nombre de mutations dans les rapports sociaux au sein de l’agriculture familiale. Parmi elles, la remise en cause de logiques paysannes traditionnelles par des conflits plus ou moins ouverts entre générations d’agriculteurs. Après un premier chapitre présentant, dans les grandes lignes, les dynamiques pionnières de 1970 à nos jours, les logiques paysannes en question sont clairement identifiées notamment dans leur façon de s’inscrire dans le temps et l’espace. Si les agriculteurs familiaux sont plutôt prompts à la mobilité, ce n’est pas toujours synonyme d’échec ou un manque d’adaptation aux conditions du milieu mais un choix : la reproduction de l’agriculture familiale. La migration aurait alors un but simple : donner une terre aux enfants devenus adultes. Ceci constitue un moyen efficace de garder ses enfants auprès de soi, que ce soit pour exercer un certain contrôle sur eux (allant du mariage aux orientations techniques en matière agricole) ou pour pérenniser l’exploitation parentale par le maintien d’une main-d’œuvre facilement malléable, car redevable du sacrifice réalisé par les parents (sorte de contre-don). Tandis que la proximité géographique renvoie au mode de vie communautaire, le système don/contredon fait référence selon l’auteur à un paternalisme de type paysan, ces deux aspects constituant les fondements mêmes du paysannat traditionnel.

2En Amazonie, la reproduction sociale de l’agriculture familiale, dans sa version traditionnelle, passe donc par un déplacement dans l’espace, en général d’une zone pionnière plus ou moins ancienne vers ce que l’on nomme les « terres neuves » de la frontière, et serait par la même occasion responsable de l’augmentation des déboisements enregistrée ces trente dernières années. Si ces logiques évoluent, « se modernisent » pour reprendre l’expression de l’auteur, elle-même inspirée des acteurs régionaux impliqués dans des projets de développement durable, la consolidation territoriale tant attendue des zones pionnières pourrait ainsi se mettre en place.

3Certains comprendront par « modernisation » le fait d’empêcher le recours aux migrations, comme le voulait la théorie de la « nécessaire stabilisation » des populations amazoniennes, en vogue jusqu’au milieu des années  1990. L’auteur propose toutefois une alternative intéressante à partir de l’étude de six localités situées sur les vicinales (appelées travessões dans le livre, en référence au vocabulaire de la région d’Altamira) de la Transamazonienne. Plutôt que de provoquer un changement exogène pouvant être tout aussi néfaste pour la relation des agriculteurs à leurs milieux, l’étude des changements en cours dans un front pionnier ancien peut permettre de prendre des décisions plus adéquates pour le futur. Pour ce faire, X. Arnauld de Sartre a choisi de s’intéresser à un moment charnière des stratégies de reproduction au sein de l’agriculture familiale : le passage d’une génération à l’autre.

4Afin d’obtenir un maximum d’information sur ce moment-clé, des entretiens semi-directifs ont été menés tour à tour avec les membres de la première (chapitre 2) et de la seconde génération (chapitre 3, 4 et 5) autour de deux principaux thèmes : les trajectoires de vie, ce qui inclut tant le parcours géographique (migration) que socio-économique (accès à la terre, construction du ménage), et les relations parents-enfants (attentes, projets, critiques et contestations vis-à-vis de l’autre génération). Ainsi, si changement il y a, la confrontation des discours tenus par les deux générations permettra d’en expliquer les origines.

5Certaines évolutions sont très visibles, comme une tendance pour les fils et filles de colons à vouloir être autonomes de plus en plus tôt. Tous les moyens sont bons pour refuser ou négocier les logiques communautaires et traditionnelles : sexualité et mariage en dehors des règles consacrées ; installation indépendante du don de terre par les parents ; départ en ville ou en fazenda afin d’éviter une éventuelle migration familiale. La contestation par le travail en fazenda étant particulièrement critiquée par les parents, puisqu’il rompt avec un des idéaux qui les a poussés sur les terres amazoniennes au prix de nombreux sacrifices : être un agriculteur indépendant.

6D’autres évolutions sont plus difficiles à saisir, qu’elles soient cachées dans les discours à double-sens que les agriculteurs amazoniens manient avec habileté (les lecteurs pourront s’entraîner à loisir à lire entre les lignes grâce aux nombreuses retranscriptions qui jalonnent la démonstration de l’auteur) ou qu’elles soient tout simplement inaccessibles à l’enquêteur. Les perceptions des femmes et filles d’agriculteurs sur la société paysanne sont très difficiles à obtenir, soit parce qu’il est moins évident d’interroger les femmes seules, soit parce que lors des entrevues en présence d’un individu masculin (père ou époux) leurs discours sont très souvent édulcorés. De nombreux indices, glanés çà et là, tendent à prouver que ces dernières seraient tout autant, si ce n’est plus, que les jeunes hommes, de puissants vecteurs de transformation des logiques paysannes. Les femmes de colons poussent les enfants aux études et leurs ouvrent ainsi de nouvelles perspectives de carrière. Les jeunes filles se révoltent contre la double dépendance qui pèse sur elles, celle du père puis ensuite celle du mari. Elles n’hésitent pas non plus à se rebeller contre un certain nombre de normes communautaires jugées d’un autre âge, notamment les règles autour des flirts ou de la sexualité avant-mariage. Plus lettrées que leurs homologues masculins et plus habituées au mode de vie urbain, en renégociant leur position sociale et en participant plus activement à l’éducation des enfants, les filles d’agriculteurs pourraient être à l’origine de la modernisation des familles rurales amazoniennes. L’hypothèse, résumée ici, est plus que plausible, mais des difficultés à obtenir de l’information à ce sujet contraignent pour le moment l’auteur à une certaine réserve.

7Les origines de cette modernisation doivent être encore analysées, quoique la confrontation des deux typologies générationnelles apporte quelques éléments de réponse dans le chapitre 5. La transformation des logiques sociales serait donc à l’origine d’un nouveau rapport à l’espace, d’une nouvelle ruralité aux multiples facettes. Multiples dans le sens où ces nouvelles manières de percevoir l’agriculture familiale varient d’un jeune interrogé à un autre, en fonction du background social (notamment le degré de rupture vis à vis des normes paysannes), ou bien encore des expériences de vie de chacun, ce que l’auteur nomme les « chocs biographiques » : séjour(s) en ville, passage dans une Maison familiale rurale (MFR), errances aventurières diverses (orpaillage, travail salarié pour autrui)… Le seul reproche que l’on peut faire à l’ouvrage est de ne pas trop détailler l’application de ces nouvelles formes de ruralités à l’échelle des exploitations même si ce n’est pas son objectif initial. Outre quelques indications sur les orientations agricoles (préférences pour les cultures pérennes ou les pâturages), on ne sait pratiquement rien sur l’usage que les jeunes agriculteurs ont du feu, de la forêt ou des terres « dégradées ». On ne sait pas non plus s’ils sont vraiment plus sensibles aux questions environnementales, ce que postule et espère un grand nombre de syndicats ruraux, associations et ONGs militant pour un développement plus durable de l’Amazonie. Respectent-ils par exemple les normes environnementales édictées pour les projets de colonisation que leurs aïeux ont parfaitement ignoré jusqu’ici ? Ces quelques précisions auraient pu permettre de mieux se faire une idée du caractère prédateur ou économe de l’usage que ces jeunes ruraux font du milieu dans lequel ils ont souvent grandi, contrairement à leurs parents qui, eux, l’ont en général découvert. Si néanmoins vous voulez découvrir de qui dépend peut-être le futur de l’Hileia (nom donné à la forêt amazonienne), plongez-vous dans le livre de X. Arnauld de Sartre…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Marchand, « Xavier Arnauld de Sartre, Les fronts pionniers d’Amazonie. Les dynamiques paysannes au Brésil », Cahiers des Amériques latines, 53 | 2006, 211-213.

Référence électronique

Guillaume Marchand, « Xavier Arnauld de Sartre, Les fronts pionniers d’Amazonie. Les dynamiques paysannes au Brésil », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 53 | 2006, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 23 mai 2017. URL : http://cal.revues.org/1670

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org