Navigation – Plan du site
Études

Les exclus du boom migratoire mexicain

Nathalie Gravel
p. 173-190

Résumés

Malgré le boom économique migratoire que connaît le Mexique grâce à la porosité de sa frontière avec les États-Unis, les bénéfices de cette manne ne sont pas également distribués dans la population. De nouvelles divisions sociales sont générées en territoire mexicain par un accès inégal aux réseaux de migrations internationales, conséquences évidentes de l’absence de politiques sociales et de la faiblesse de l’État mexicain. L’article présenté ici met l’accent sur l’émergence d’une classe de « nouveaux pauvres », exclue des courants migratoires, et il démontre leur nouvelle vulnérabilité économique, car ils n’ont pas la possibilité de toucher de « migradollars ». De nouvelles formes d’exclusion sociale défient les anciennes catégories sociales d’analyse, car elles infiltrent toutes les classes sociales du milieu rural mexicain.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cette recherche a bénéficié d’une bourse postdoctorale du FQRSC (Fond québécois de la recherche en sciences et culture) du gouvernement du Québec (2003-2005).

Texte intégral

1Les histoires et les images de Mexicains tentant leur chance à la frontière entre États-Unis et Mexique abondent dans la littérature scientifique, de même que les études concernant les Chicanos et leur intégration socio-économique ou culturelle en terre états-unienne. En revanche l’attention se porte plus rarement sur l’envers du miroir, sur les non-migrants, tous ceux qui demeurent exclus du courant migratoire vers le nord. Qui sont-ils ? Où sont-ils ? Que font-ils pour survivre économiquement ? En somme, qui peut migrer et qui ne le peut pas ? Ce qui demeure du milieu rural mexicain semble ignoré du monde académique et apparaît comme un grand vide sur la carte cognitive des études culturelles nord-américaines.

2L’argent des migrations provenant des Mexicains qui travaillent aux États-Unis est de plus en plus reconnu en tant que secteur d’activités économiques pour le Mexique ; depuis l’an 2000 il a dépassé l’entrée annuelle de devises du secteur touristique et même celui des investissements directs étrangers [ONU et CEPAL, 2000 ; Gravel et Patiño, 2003]. Cependant tous les groupes domestiques mexicains n’ont pas la chance de participer à ce boom économique.

3Cette recherche, fondée sur des entrevues et une observation participante dans différentes régions du Mexique, a permis de révéler l’émergence d’un nouveau type d’exclusion sociale à l’intérieur des communautés rurales étudiées : les groupes domestiques ayant la possibilité de prendre part au courant migratoire vers les États-Unis affichent davantage de pouvoir d’achat et un éventail plus grand d’opportunités de vie que les groupes domestiques contraints à demeurer sur place par manque de capitaux financiers ou humains. Malgré le peu de durabilité que présente un modèle de développement économique basé sur les migrations – sans compter les usages non productifs que font la plupart des familles de migrants de l’argent provenant des migrations (les « migradollars ») –, des conséquences directes de cette nouvelle différenciation sociale se font fortement sentir dans les communautés, venant exacerber d’anciennes inégalités de revenus. Parmi ces conséquences, dans le contexte politique économique du retrait de l’État de la vie sociale et du monde rural depuis le virage néolibéral de 1982 au Mexique [Esteva, 2003], les groupes d’individus que le manque de capitaux humains et financiers empêche de prendre part aux flux migratoires peinent à obtenir un revenu décent pour répondre aux besoins quotidiens essentiels et pallier le manque de protection de la part de l’État.

4Alors qu’on pouvait penser à une répartition plus équitable de cette nouvelle richesse à l’intérieur des communautés, les nouvelles pratiques de consommation et le nouveau style de vie adopté par les familles de migrants, souvent calqués sur les habitudes des Américains, laissent peu de place à cette redistribution. L’engouement de la population mexicaine à l’égard des biens de consommation américains fait que les États-Unis sont doublement gagnants dans cette situation : d’une part, ils obtiennent les services d’une main-d’œuvre abondante et peu onéreuse pour occuper des postes de travail non pourvus par leurs citoyens, d’autre part, grâce à l’entremise des salaires versés qui seront dépensés au Mexique, ils créent un nouveau bassin de consommateurs pour leurs produits de l’autre côté de la frontière.

5En outre, on peut se demander quelle part des revenus des migrations demeure dans l’économie mexicaine. S’il est difficile d’en juger, on observe toutefois que ces rentrées d’argent génèrent peu de nouveaux emplois, étant donné le faible investissement en projets productifs susceptibles d’offrir des possibilités durables de développement économique en milieu rural [Ramírez Juárez, 2005] et la concentration des « migradollars » vers des postes de dépense tels que la santé et l’alimentation, l’amélioration des conditions de logement et la consommation de biens divers [ONU et CEPAL, 2000].

De nouvelles exclusions sociales

6Dans le contexte d’une réorganisation difficile de la vie domestique en milieu rural mexicain après le virage néolibéral de 1982, de nombreuses familles ont dû cesser de se fier au revenu agricole comme gagne-pain principal. Les revenus provenant des migrations internationales sont dès lors apparus comme la source d’argent la plus stable. Ces « migradollars » permettent d’assurer la continuité des activités domestiques, l’amélioration des conditions de vie (alimentation, logement) et, dans une moindre mesure, le développement de certains projets productifs [ONU et CEPAL, 2000 ; VanWey et al., 2005 ; Hamilton, 2002].

7Si l’on considère les unités domestiques qui n’entreprennent pas de migrations internationales et qui, par conséquent, n’ont pas accès à ces nouvelles sources de revenus, les principaux obstacles à la mobilité résident dans la petite taille des familles, le manque de ressources financières propres ou, en l’absence d’un bailleur de fonds, l’âge avancé de certains chefs de famille, les inaptitudes physiques ou les obligations familiales incontournables – notamment dans les familles monoparentales ou avec de jeunes enfants. Ainsi les anciennes catégories utilisées pour caractériser l’exclusion sociale sont de moins en moins adéquates : les nouveaux pauvres ne sont pas nécessairement issus des populations indigènes [Panagides, 1996] – catégorie traditionnellement la plus défavorisée au Mexique –, mais sont des individus affichant une mobilité réduite, un âge avancé et un capital humain limité. L’appauvrissement des économies domestiques est ressenti dans la majorité des classes sociales, touchant indifféremment populations métisses et populations indigènes.

8Le concept d’exclusion sociale est préféré à celui de marginalité qui date des années 1960. P. Ward [Roberts, 2005, p. 196] explique bien la différence :

  • 1 Traduction libre de l’anglais.

« La marginalité faisait en sorte que les gens se trouvaient en dehors des institutions formelles qui encourageaient les valeurs et aptitudes de la modernité – le système éducatif, le marché du travail formel et autres. L’exclusion sociale, quant à elle, est essentiellement une citoyenneté de deuxième classe dans laquelle les désavantages proviennent des différences produites par les institutions de l’État. »1

  • 2 La pauvreté de capacités est définie par Amartya Sen [2000, p. 4] comme étant l’incapacité de mettr (...)

9Le concept de pauvreté de capacités (capability poverty) d’Amartya Sen2 sera, quant à lui, utile pour comprendre la nouvelle vulnérabilité des groupes domestiques exclus du courant migratoire et les nouvelles exclusions et différenciations sociales qui apparaissent à l’intérieur des communautés rurales, brisant ainsi une ancienne homogénéité relative des familles métisses rurales, et, par ricochet, les valeurs d’entraide et de solidarité.

10Si l’on suit le raisonnement du cercle vicieux de la pauvreté qui met en relation la faible préparation des travailleurs (incluant un régime alimentaire pauvre en protéines et un niveau d’éducation ne permettant pas d’être compétitif sur le marché de l’emploi), leur faible capacité à trouver un emploi décent [Macías Gamboa et Reyes Vergara, 2004], voire à migrer, on saisit l’importance du poids des contraintes quotidiennes telles que les vivent les groupes domestiques pour comprendre le processus décisionnel qui les conduit à migrer ou non. Selon les capacités fournies par la présence de capitaux humains et financiers, ou la pauvreté de capacités résultant de l’absence de ces capitaux, une différenciation des groupes domestiques se crée, mettant en évidence des sous-catégories sociales autres que la catégorisation sociale classique qui se fonde sur l’ethnie, les classes sociales ou le genre.

11L’économiste Elizabeth Jelin [2005, p. 201] a souligné l’importance de porter au programme de recherche des sciences sociales les inégalités qui persistent, sous de multiples dimensions et à différentes échelles (de la micro-échelle du groupe domestique ou des relations interpersonnelles à l’échelle globale, transnationale) pour comprendre les nouvelles formes d’exclusion sociale en Amérique latine depuis le virage néolibéral (1980-1990).

12Afin de remédier au manque de connaissances sur les groupes domestiques qui ne bougent pas – ces groupes demeurant de véritables boîtes noires, comme l’a signalé Enrique Mayer [2002, p. 5] –, cette étude tend à expliquer les différences fines existant entre les groupes domestiques ruraux mexicains. Afin de comprendre comment les décisions économiques sont prises à l’intérieur de ces groupes, des liens seront établis entre les caractéristiques partagées par certains groupes de maisonnées rurales et les choix résultant de processus décisionnels de gestion des ressources matérielles et humaines. Un fait important à garder à l’esprit est que, malgré la popularité des migrations internationales de travail auprès des Mexicains, tous les Mexicains ruraux ne songent pas à migrer vers les États-Unis : certains tentent d’atteindre leurs objectifs de vie en demeurant sur place, en administrant leur entreprise, tout en essayant de survivre à la crise de la « transition économique mexicaine ».

13Après avoir suggéré une typologie des maisonnées rurales mexicaines, nous soulignerons les choix de vie qui se posent à eux, les stratégies économiques de survie mises en avant et les obstacles à la migration que rencontrent leurs membres hors du pays.

Méthodologie de collecte de données

14Les résultats d’entrevues s’appuyant sur 30 questionnaires appliqués à autant de responsables de groupes domestiques dans deux localités rurales mexicaines (Vizarrón de Montes et Cadereyta, toutes deux situées dans l’État du Querétaro) ont été analysés et interprétés dans le cadre d’une recherche postdoctorale entre 2003 et 2005. Ces deux localités possèdent chacune des populations inférieures à 15 000 habitants et font partie d’une région considérée comme prioritaire pour le gouvernement mexicain [CONAPO, 2001]. À travers la méthodologie de l’analyse relationnelle entre les indicateurs de développement économique domestique et les choix économiques résultant des processus décisionnels des maisonnées rurales, cette recherche tente de mettre au jour les liens existant entre la pauvreté des groupes domestiques ruraux et leur propension à entreprendre des migrations internationales. La taille réduite de l’échantillon ne permet pas pour l’instant de conclusion définitive mais est utile à titre indicatif. Les résultats obtenus sont fortement dépendants de la localisation géographique des zones d’étude sur le territoire mexicain et pourraient varier si la comparaison portait sur des zones plus éloignées de la frontière Mexique/États-Unis.

  • 3 Source : INEGI, 2000/Laboratoire de cartographie du département de géographie de l’Université Laval (...)

Figure n° 1. L’état du Querétaro et les localités étudiées3

Figure n° 1. L’état du Querétaro et les localités étudiées3

15L’État du Querétaro, situé au centre du Mexique, assez proche de la frontière mexicano-états-unienne, affiche des conditions économiques assez prospères (voir figure n° 2) et montre des disparités criantes de niveau de développement sur son territoire. En effet, les régions éloignées et marginalisées du nord de l’État (région montagneuse et aride de la Sierra Gorda où se trouvent des communautés indigènes otomi) sont parmi les plus défavorisées du Mexique [CONAPO, 2001 ; Bohórquez Molina et al., 2003]. Les sites choisis pour l’étude se situent au pied de la Sierra Gorda et représentent la frange pionnière avant la région peu hospitalière des Misiones.

16L’État du Querétaro ne présente pas un bassin significatif de travailleurs migrant vers les États-Unis [INEGI, 2000], si l’on compare avec les États voisins du Guanajuato et du Michoacán, champions en la matière (voir tableau n° 1) [ONU et CEPAL, 2000]. Toutefois, plus de la moitié des familles interrogées (17 sur 30) possèdent des liens étroits avec des travailleurs ayant émigré aux États-Unis. Cet État bénéficie d’un solde migratoire positif dû à l’arrivée constante de Mexicains provenant de la capitale, Mexico, en quête d’une meilleure qualité de vie [Bohórquez Molina et al., 2003]. Après le District fédéral de Mexico, l’État du Querétaro est celui dont le taux de migrants de retour est le plus élevé, comparativement à ses voisins figurant dans le tableau n° 1.

Figure n° 2. Carte de distribution des revenus au Mexique, 2000

Figure n° 2. Carte de distribution des revenus au Mexique, 2000

17La croissance économique des dernières années de la ville de Santiago de Querétaro, sa capitale, et de ses industries offrent des sources d’emplois non négligeables, mais encore insuffisantes pour absorber les surplus de main-d’œuvre.

18À partir des résultats obtenus par les entrevues, une typologie des économies domestiques a été élaborée en utilisant les variables des sources de revenus, des capitaux investis dans la résidence familiale et du degré d’intégration économique des maisonnées au sein du marché des biens de consommation. L’objectif de ce regroupement était d’identifier les stratégies économiques de survie considérées par les différents types de maisonnées rurales selon leur degré d’affluence, de modernisation et de capital humain, et cela en intégrant la perspective temporelle prenant en compte les passages d’une catégorie à l’autre.

19Dans son étude sur la marginalité, Gino Germani [1980] a montré que deux types d’intégration économique étaient nécessaires pour réduire la vulnérabilité économique des foyers : 1°) l’intégration au marché des biens de la consommation et 2°) l’intégration verticale des activités économiques domestiques (de manière à réduire le nombre d’intermédiaires et à améliorer ainsi les gains). Lorsque nous considérons la nouvelle réalité des travailleurs ruraux mexicains, un troisième type d’intégration s’impose : l’intégration à des réseaux de migrations en direction des États-Unis.

  • 4 Source : INEGI, 2000.

Tableau n° 1. Flux migratoires pour quelques états du centre du Mexique, 20004

Tableau n° 1. Flux migratoires pour quelques états du centre du Mexique, 20004

20Le questionnaire utilisé a permis de documenter ces trois types d’intégration et de fournir des informations sur l’histoire économique des maisonnées, sur leurs cycles de vie, leurs priorités de dépenses et d’investissement, l’évolution du pouvoir d’achat perçu depuis 1995 et les types d’agriculture élevage (de subsistance ou pour la vente). L’analyse relationnelle a mis en lumière les motivations expliquant les choix effectués par les membres des maisonnées selon les priorités identifiées lors des entrevues. La théorie du choix rationnel (rational choice) semble souvent motiver les décisions de répartition des ressources et des capitaux, les décisions concernant l’organisation économique des maisonnées répondant à des demandes internes [Roseberry in Mayer, 2002, p. 6]. La famille élargie est un phénomène encore courant dans la campagne mexicaine, les décisions sont souvent prises pour le bien de tous – dans une logique de mise en commun des ressources –, quoique certains jeunes adultes montrent un engouement pour migrer relevant davantage du goût de l’aventure que de nécessités économiques. Macías Gamboa et Reyes Vergara [2004] relèvent à juste titre la présence d’une culture de migrations parmi les jeunes Mexicains, provenant des modèles de pères et d’autres figures d’influence ayant migré, qui pousseraient les plus jeunes générations à les imiter. La migration de jeunes hommes a fréquemment pour but la construction d’un patrimoine familial. Alors que de nombreuses familles ne peuvent compter sur l’existence d’un patrimoine matériel accumulé antérieurement, les migrations internationales permettent de combler cette déficience laissée par les crises et/ou ralentissements économiques (1995 et 1999) précédents [Gravel, 2004].

  • 5 Le concept de « besoins essentiels » dépasse la seule satisfaction des besoins physiologiques pour (...)

21Un concept qui se révéla fort utile pour évaluer la teneur du capital humain et économique des maisonnées est la « capacité de reproduction domestique » (householding capacity). Le concept de householding a été développé par Karl Polanyi [1977] pour désigner l’acte d’assurer la continuité de la maisonnée dans le temps en se procurant des biens matériels, alimentaires, des services et les soins nécessaires au bien-être de ses membres [Polanyi in Dapuéz et Baños Ramírez, 2004, p. 6]. L’utilisation du concept de capacité de reproduction domestique permet, quant à lui, d’évaluer la résilience de chaque maisonnée dans des temps économiques difficiles et le degré de vulnérabilité économique. C’est un indicateur de durabilité des systèmes économiques domestiques, de leur capacité de répondre aux besoins essentiels5 de leurs membres, de mettre de l’argent de côté pour parer aux urgences, et de faire en sorte que les cycles économiques (et/ou agricoles) recommencent année après année [Polanyi in Dapuéz et Baños Ramírez, 2004, p. 6].

22Une bonne capacité de reproduction domestique dépend d’un système économique domestique stable (moyennant un revenu suffisant prévisible et stable) et de la présence d’un capital humain évalué à partir des indicateurs suivants : 1°) le degré d’éducation atteint par ses membres, 2°) leur état de santé et 3°) leur habileté et les ressources dont ils disposent (diversité, capacité d’adaptation au changement et aptitude pour générer des rentrées d’argent). À l’opposé, une reproduction domestique défaillante montre chez ses membres des signes de malnutrition, un état de santé déficient, et l’impossibilité d’envoyer les enfants à l’école.

23La capacité de reproduction domestique comporte aussi une dimension temporelle : elle varie selon les cycles de vie domestique tels qu’ils ont été illustrés par Goody [1966, in Mayer 2002]. Par exemple, de jeunes couples ayant des enfants en bas âge connaîtront une pression économique plus grande que des couples d’âge moyen dont les enfants ont atteint l’adolescence ou l’âge adulte. Avec le temps, la pression économique diminue sur ces maisonnées lorsque les enfants peuvent participer aux activités génératrices de revenus (l’un des moyens mis à leur disposition à l’heure actuelle est de migrer aux États-Unis) et une fois que les paiements d’ordre matériel sont achevés. Cette distinction des cycles de vie rappelle l’importance des catégories ouvertes permettant le passage des maisonnées de l’une à l’autre à mesure qu’elles franchissent un nouveau cycle de vie.

24Typologie des économies domestiques rurales mexicaines Quatre catégories ont été créées pour classer les maisonnées rurales faisant l’objet de l’étude : 1°) la maisonnée traditionnelle ; 2°) la maisonnée de subsistance ; 3°) la maisonnée entrepreneuriale ; 4°) la maisonnée moderne. Un des indicateurs retenus pour cette classification fut le confort matériel de la résidence, l’amélioration des conditions de logement étant un poste prioritaire de dépenses lorsque les chefs de famille disposent d’un léger surplus monétaire, animés qu’ils sont par des élans modernisateurs [Gómez Levy et Ramos Bernardino, 2002]. Cet indicateur est aussi utilisé par le programme du gouvernement mexicain d’aide à la réduction de la pauvreté en tant que révélateur de l’affluence des maisonnées [CONAPO, 2000 et 2001]. Les attributs résidentiels des catégories de maisonnées rurales dégagées dans cette étude sont résumés dans le tableau n° 2.

Tableau n° 2. Synthèse des types de maisonnées rurales mexicaines et de leurs attributs résidentiels

Tableau n° 2. Synthèse des types de maisonnées rurales mexicaines et de leurs attributs résidentiels

25La concordance existant entre le degré de division de l’espace domestique, d’une part, et le nombre moyen d’individus par maisonnée, le revenu moyen hebdomadaire, et la capacité de reproduction domestique, d’autre part, reflète le degré de modernisation atteint par chaque type. Lorsqu’il est question de diviser l’espace domestique, il s’agit de comptabiliser le nombre d’espaces partagés par l’ensemble des membres (par exemple : salle de bains, cuisine, salle à manger et salon), résultant de l’incorporation à l’espace intérieur de la résidence de fonctions traditionnellement conduites (dans le Mexique rural) à l’extérieur de la résidence, soit dans l’espace semi-privé de la cour arrière [Tello Peón, 1992 ; Gravel, 2004]. Le lien qui est fait entre la subdivision de cet espace intérieur, la progression des matériaux de construction utilisés dans la résidence physique et le degré de modernisation des maisonnées est justifié par l’utilisation d’indicateurs semblables par l’Institut national de géographie et de statistiques (INEGI) du Mexique et par les résultats d’autres études comme le rapport de Gómez Levy et Ramos Bernardino [2002] : dès que les familles rurales disposent d’un surplus monétaire, elles l’investissent dans l’amélioration des conditions d’habitation. Ainsi, les sols de terre battue sont remplacés par des planchers de céramique, ou en ciment, dans les résidences qui se modernisent (passant de la catégorie « traditionnelle » à la catégorie « moderne »). De même pour les matériaux de toitures, remplacés par de plus récents et plus résistants lorsque l’occasion se présente. Dans le cas d’ajout de pièces fonctionnelles à l’espace domestique, plus de confort et d’intimité sont recherchés. Il faut noter que les maisonnées rurales mexicaines présentent un modèle de consommation unique et un désir collectif d’acquérir un statut social supérieur par l’amélioration de la résidence physique. Après avoir fait un bref tour d’horizon des composantes des économies domestiques de chaque catégorie et de leur potentiel en capital humain, nous montrerons le lien entre ces dernières et leur propension à effectuer des migrations internationales.

  • 6 Travailleurs sur l’ejido, système de tenure de terre collective hérité de la Réforme agraire mexica (...)

26Ce type de maisonnée représente les groupes domestiques qui mènent une vie très liée à la terre – selon la définition de « traditionnel » que donne Timothy Luke [1996]–, à l’autosubsistance, à la solidarité dans la misère et à celle des anciens ejidatarios6. Ces groupes domestiques sont souvent composés de couples âgés sans enfants ou dont les enfants, d’âge adulte, contribuent peu au bien-être de leurs parents (souvent par manque de ressources). Ancrés dans un mode de vie rural, ces groupes domestiques constituent la dernière génération de Mexicains à afficher leur distance face à la modernité. Ils sont les seuls à ne pas vouloir acquérir davantage de biens matériels et à sembler satisfaits malgré la précarité de leur vie. À titre illustratif, un homme d’un certain âge a confié en entrevue : « Pourquoi voudrais-je davantage ? Je ne l’emporterai pas avec moi dans la tombe ! » Vivant sous le seuil de pauvreté, leurs membres souffrent de nombreuses carences alimentaires, mangent deux fois par jour des tortillas de maïs et des frijoles (fèves), sont souvent illettrés et travaillent durement pour de grands propriétaires jusqu’à un âge avancé (plus de 80 ans). Ces maisonnées manquent d’eau courante et d’électricité.

  • 7 Le programme Oportunidades d’Ernesto Zedillo (auparavant le programme Progresa), repris par le prés (...)

27Dans cette catégorie se trouvent aussi des familles indigènes ayant de jeunes enfants et des familles monoparentales (souvent des femmes abandonnées par leur mari), d’origine métisse ou indigène. Les nombreux enfants en bas âge (entre 7 et 10 enfants par femme de cette catégorie) rendent difficile la survie quotidienne de ces groupes domestiques et la plupart souffrent de malnutrition. Même si les rentrées d’argent se multiplient, certains pères de famille indigènes ayant jusqu’à trois sources de revenus (la principale est souvent la production artisanale), le revenu global n’est pas suffisant pour envoyer tous les enfants à l’école. La présence d’intermédiaires dans la vente d’artisanat (poterie et confection de vêtements traditionnels par exemple) vient réduire les bénéfices qu’ils pourraient réaliser. Avec l’aide du programme social mexicain de lutte contre la pauvreté, Oportunidades7 (autrefois : Progresa), un ou deux enfants seulement de ces familles peuvent bénéficier d’une bourse d’études les aidant à se procurer le matériel scolaire et l’uniforme nécessaires, l’école publique étant gratuite au Mexique jusqu’à l’université.

  • 8 Les bêtes d’élevage sont considérées comme des épargnes facilement monnayables, des réserves d’alim (...)

28En général, la survie pour ces groupes domestiques est une lutte quotidienne, tout comme pour la catégorie précédente, mais ces groupes ont un pied dans la modernité et se démarquent du mode de vie rurale. Ils bénéficient de capitaux humains et financiers plus substantiels, et utilisent notamment l’élevage comme. moyen d’épargne8. Disposant de plus de possibilités que le type précédent, ils combinent travail rémunéré et vente de produits de la terre et d’élevage. Les nombreux enfants d’âge adulte contribuent au budget familial : la diversité des sources de revenus et la force de leur main-d’œuvre (peu formée, par contre) permettent leur reproduction domestique dans le temps, quoique fragile. Ces maisonnées parviennent à un certain équilibre économique, mais sont vulnérables face aux imprévus (frais de médicaments et d’hospitalisation, funérailles et autres).

  • 9 Procampo est un programme d’appui à la production agricole en vigueur depuis 1993 au Mexique et a é (...)

29Le fait que de nombreux chefs de famille soient propriétaires d’une parcelle de terre (1-2 hectares) permet de conserver une base rurale, de prélever des produits alimentaires et de bénéficier de l’appui du gouvernement par le biais du programme Procampo9 (Programa de Apoyos Directos al Campo). La surdivision des parcelles de terre depuis la réforme agraire ne permet pas de faire passer en héritage un fonds terrien important, sauf dans le cas des descendants de grands propriétaires espagnols qui ont conservé certains privilèges. Les cycles agricoles sont assurés par une combinaison de recyclage de semences de l’année précédente et l’achat au détail de fertilisants et de semences, preuve que ces groupes ne vivent pas en autarcie (ce qui se rapprocherait davantage du style de vie traditionnel) et montrent une certaine ouverture au marché. L’accès au marché de vente des produits agricoles est difficile pour ces petits producteurs, mais la proximité avec les marchés urbains permet de récupérer certains bénéfices dans un marché informel (sur la rue et dans les marchés publics).

30Ces micro-entrepreneurs du milieu rural sont un exemple de groupe qui préfère demeurer au Mexique plutôt que d’entreprendre des migrations internationales risquées. Les membres de la famille élargie sont mis à contribution pour assurer la survie de l’entreprise familiale, souvent située sur les lieux de la résidence. Malgré les efforts d’intégration verticale des activités économiques du commerce – parfois combinées avec l’économie domestique en favorisant le passage de biens matériels et des capitaux de l’un à l’autre – et la présence de capitaux, d’un patrimoine et d’un capital humain diversifié relativement bien formé et flexible, la capacité de reproduction domestique de cette maisonnée ne fait que couvrir les besoins essentiels de ses membres, sans laisser de surplus.

31Le secret de la réussite de certaines de ces entreprises familiales repose sur l’accès à la terre, en moyenne plus important que pour les catégories précédentes (7 hectares chacun en moyenne), le maintien d’activités agricoles de subsistance ou en lien avec le commerce (élevage pour la boucherie) et l’accès à une éducation avancée de ses membres. Leur système économique domestique est le plus diversifié des catégories étudiées, présentant des caractéristiques d’intégration verticale méticuleuse qui réduisent les intermédiaires. L’appel à une main-d’œuvre familiale abondante et peu dispendieuse donne lieu par contre à sa sous-utilisation alors que celle-ci pourrait être mieux payée et souvent davantage mise à profit sur le marché du travail, moyennant des ouvertures sur le marché de l’emploi.

32Les producteurs agricoles de cette catégorie semblent avoir été les plus affectés depuis l’ouverture du marché mexicain, lors du virage néolibéral (1982) d’abord et dans le cadre de l’ALENA (1994) ensuite. Les pratiques de dumping de produits agricoles américains sur le marché national mexicain ont eu comme conséquence la réduction de la capacité de mise en marché des produits agricoles de la part de ce groupe de producteurs qui, autrefois, dégageaient un revenu substantiel de l’agriculture. Les producteurs interviewés ont exprimé leur difficulté à concurrencer les bas prix des céréales américaines, d’autant plus que la politique de prix garantis du maïs a été supprimée [Appendini, 1998, p. 35]. La seule option demeure de se tailler une place sur les marchés locaux, là où la vente au détail leur fait profiter de leur avantage de proximité. Ce type de maisonnée a une capacité d’épargne, mais cette dernière ne sert qu’à défrayer les coûts des services qui ne cessent d’augmenter tels l’électricité et l’eau. Ces entrepreneurs subissent fortement les conséquences de la chute du pouvoir d’achat depuis 1995, qui a entraîné une diminution des ventes, une difficulté à acheter la marchandise en gros et l’impossibilité de faire crédit à leurs clients comme autrefois.

  • 10 L’expression anglaise « house rich, cash poor » reflète bien cette réalité.

33Malgré son nom, ce groupe ne connaît pas une position économique confortable et la qualité de vie de ses membres fluctue dans le temps et à l’intérieur d’une même catégorie. Affichant le revenu moyen supérieur de cet échantillon, ce type de maisonnée est sujet à de brutales variations dans la composition de son budget domestique étant donné qu’il a rompu ses attaches avec le milieu rural (d’où son appellation « moderne ») et qu’il ne dépend que du revenu salarié, provenant en majorité du secteur tertiaire de l’économie. Bénéficiant d’un style de vie tourné vers la consommation de biens matériels, d’un niveau d’éducation relativement élevé, d’un patrimoine familial hérité de générations passées et ayant une natalité réduite (un à deux enfants par famille), ces groupes domestiques connaissent une nouvelle vulnérabilité économique : la taille réduite de leur famille nucléaire ne permet pas d’avoir accès à une variété de sources de revenus, tandis que leurs biens matériels peuvent difficilement être monnayés, à moins d’accepter une diminution de leur qualité de vie. Riches en patrimoine, ils sont dépourvus de liquidité10, ce qui a souvent un impact négatif sur la qualité de leur régime alimentaire. Espérant que cette situation économique critique ne sera que passagère, ils hésitent avant de se départir de leurs biens matériels. L’ampleur de la variété retrouvée en termes de revenues hebdomadaires dans cette catégorie est illustrée par ses extrêmes : le minimum est de 80 dollars alors que le maximum est de 500 dollars. Leur incapacité générale à épargner les tient au bord du gouffre économique. Bref, ces maisonnées « modernes » montrent une nette dépendance vis-à-vis de l’emploi salarié pour conserver leur qualité de vie et présentent une vulnérabilité économique élevée malgré les capitaux dont elles disposent.

Propension relative à joindre les réseaux de migration

34Cette étude a montré que les populations indigènes du Mexique n’ont pas de difficultés particulières à prendre part aux réseaux de migration ayant comme destination les États-Unis, ce qui contraste avec leur exclusion sociale historique [VanWey et al., 2005 ; Ramírez Juárez, 2005]. Les inégalités sociales résultant des différences ethniques semblent diminuer dès que le contingent de main-d’œuvre émigrante s’apprête à traverser la frontière séparant le Mexique des États-Unis. Une fois en territoire américain, les travailleurs mexicains se fondent en une seule catégorie de travailleurs d’origine latino, et quelle que soit leur origine, métisse ou indigène. En conséquence, et cela peut constituer un attrait considérable pour les travailleurs indigènes, le fait de migrer à l’international abolit pour eux la hiérarchie mexicaine des classes sociales qui leur causait préjudice [Panagides, 1996]. Par contre, cet avantage acquis, ils se retrouvent au bas de l’échelle sociale états-unienne aux côtés des autres immigrants latinos. Cet effacement des différences ethniques semble également s’appliquer aux différences dues au genre : les femmes mexicaines, une fois aux États-Unis, obtiennent davantage de pouvoir face à leur conjoint ou dans la communauté, et les différences marquées par le genre tendent à s’estomper [entrevue Castillo García, 2006]. Or les femmes, seules ou mariées, représentent une part importante des flux migratoires mexicains vers les États-Unis.

35Revenons aux catégories d’analyse des maisonnées rurales : de manière générale, l’analyse de l’intégration de l’ensemble de ces maisonnées aux réseaux de migration internationale montre que les catégories les plus pauvres (représentant presque la moitié de l’échantillon étudié, soit 13 sur 30) n’ont pas de connexions avec les réseaux de migrations internationales à l’intérieur de la famille nucléaire. Les maisonnées faisant partie des catégories « traditionnelles » et « au seuil de la subsistance » effectuent plutôt des migrations de travail à court terme, souvent saisonnière, à l’échelle régionale ou nationale, soit vers les grands centres urbains. Même si certains groupes domestiques interviewés faisant partie de la catégorie « au seuil de la subsistance » ont, dans leur famille élargie, des travailleurs ayant migré aux États-Unis, ils ne touchent pas de « migradollars ».

36Par ailleurs, ce sont les maisonnées « entrepreneuriales » du milieu rural mexicain qui ont montré la plus forte propension à entreprendre des migrations internationales, car ils disposent d’un capital humain important en termes de nombre de travailleurs, d’éducation et de liquidité de capitaux provenant de l’entreprise familiale. Les maisonnées dites « modernes », de par leur petite taille, ne disposent pas d’un nombre de travailleurs suffisamment grand pour pouvoir diversifier les sources de revenus. Aussi, les paiements récurrents qu’ils doivent faire sur leurs achats les empêchent de prendre le risque d’être sans revenus pendant un certain temps.

37Au terme de cette analyse des contraintes à la mobilité des travailleurs demeurent les questions de l’âge, des ressources économiques et des attributs familiaux (âge des enfants, nombre d’enfants, familles monoparentales) comme limites aux migrations internationales. Quant aux ressources économiques nécessaires pour effectuer la migration, ces dépenses sont souvent assurées par des bailleurs de fonds provenant de la famille élargie ou de la communauté d’origine, si ce n’est par le migrant lui-même. La plus grande partie des frais engagés par le migrant sont destinés au déplacement accompagné d’un « coyote » pour traverser la frontière de la manière la plus sûre possible et de l’achat de faux papiers. L’intégration en territoire étranger est grandement facilitée par la présence de parents déjà sur place et/ou d’ONG et d’associations de migrants, dont certaines figurent dans le guide du migrant (Guía del migrante) publié par le gouvernement mexicain pour chacun de ses États.

Transition économique mexicaine et résilience économique

38La restructuration de l’économie rurale mexicaine depuis l’avènement du virage vers la libéralisation du marché (1982) a contraint les économies domestiques à s’ajuster aux nouvelles conditions d’emploi, principalement par le biais de la diversification des sources de revenus. Une des stratégies économiques mises en avant par certaines maisonnées rurales fut d’emprunter la voie de la migration internationale. Cette stratégie n’est pas accessible à tous, et certains types de maisonnées montrent une incapacité à toucher ces « migradollars » et, dans le contexte économique qui prévaut depuis 1995, affichent une nouvelle vulnérabilité économique. C’est le cas des maisonnées les plus démunies en capitaux humains et économiques, mais aussi de celles que l’on croyait être les mieux nanties, les plus modernes, touchant deux salaires (les épouses travaillant dans la fonction publique ayant souvent un salaire supérieur à celui de leur mari) et imitant le style de vie nord-américain fondé sur le travail salarié, la famille nucléaire peu nombreuse et la consommation. Comme Thompson [1992] l’a montré, le fait d’avoir rompu leurs liens avec la terre et la production agricole de subsistance les rend dépendant de l’emploi salarié et les expose à une nouvelle vulnérabilité, qui se manifeste rapidement par la perte de variété dans leur régime alimentaire.

39Le contexte économique national mexicain actuel présente des caractéristiques de précarité de l’emploi salarié et un pouvoir d’achat réduit (durant la période 1993-2003, ce pouvoir d’achat a été divisé par trois) [SEDESOL, 2003] ; les capitaux de roulement dont disposent les petits commerçants et les salariés des milieux ruraux sont de plus en plus limités. Dans une telle situation, deux atouts ressortent pour combattre la vulnérabilité économique et mettre en place des pratiques de résilience, ce qui par ailleurs est loin de signifier le développement économique des maisonnées : un nombre important d’enfants d’âge adulte non mariés et la conservation des liens avec la terre permettent de diversifier les sources de revenus et de terrains où prélever ces revenus.

40Ces ajustements face à la transition économique mexicaine ne se font pas sans payer le prix d’une qualité de vie diminuée, pour ceux qui restent en territoire mexicain, comme pour ceux qui s’en vont aux États-Unis. En espérant que ce ne soit que de courte durée, certains responsables de groupes domestiques tirent profit d’activités de la vente sur le marché informel ou de l’existence d’un terrain pour démarrer une production de subsistance, ajoutant ainsi une dimension productive à leur économie domestique qui s’était tournée davantage vers la consommation depuis les années 1970 [Gravel, 2004 ; Pépin Lehalleur, 1992]. Défiant les anciennes catégories d’analyse sociale, cette nouvelle vulnérabilité s’insère dans tous les interstices des économies domestiques rurales affichant une trop grande dépendance sur des sources uniques de revenus, et quelle que soit la classe sociale ou l’origine ethnique.

41Peut-on croire alors en un développement durable fondé sur les migrations alors que l’État mexicain ne génère pas d’options pour ceux qui sont exclus des réseaux migratoires internationaux ? Avec l’augmentation potentielle des contrôles à la frontière Mexique/États-Unis, l’État mexicain aurait tout à gagner à chercher des alternatives à ces migrations du côté de la création d’emplois, à appuyer des projets productifs dans le monde rural d’où provient la majorité des émigrants, et à encourager des politiques de redistribution de la richesse à l’intérieur des limites de son territoire.

Haut de page

Bibliographie

Appendini Kirsten, « Changing Agrarian Institutions: Interpreting the Contributions», in Cornelius Wayne A., Myrhe David (ed.), Transformation of Rural Mexico. Reforming the Ejido Sector, La Jolla, Center for US-Mexican Studies, University of California San Diego, 1998, p. 25-38.

Bohorquez Molina José Gerardo et al., Los pobres del campo querétano. Política social y combate a la pobreza en el medio rural de Querétaro, México, INAH/INI/SEDESOL/CONACYT/COPLADEQ/UAQ, 2003.

Consejo Nacional De Población (CONAPO), Indices de marginación, 2000, México, Consejo Nacional de Población (http://www.conapo.gob.mx /publicaciones/indice2000.htm, page consultée en janv. 2001).

Consejo Nacional De Población (CONAPO), Regiones de atención prioritaria, México, Consejo Nacional de Población, 2001 (http://www.conapo.gob.mx, page consultée en oct. 2004).

Dapuez Andrés, Baños Ramirez Othón, « Transformaciones en el Régimen de la casa maya en Xocen », Revista de la Universidad Autónoma de Yucatán, vol. 19, n° 229, 2004, p. 3-27.

Esteva Gustavo, « Los árboles de las culturas mexicanas », in Esteva Gustavo, Marielle Catherine (coord.), Sin maíz no hay país, México, Culturas populares de México, 2003, p. 17-28.

Germani Gino, Marginality, New Brunswick, Transaction Books, 1980.

Gómez Levy Enrique, Ramos Bernardino Gladys, Evaluación social del programa de crédito para el desarrollo de las microregiones mexicanas, 1999-2002, document non publié présenté à l’Union européenne, 2002.

Gravel Nathalie, « Faire plus avec moins : comment survivre à la transition économique au Yucatán, Mexique (1982-2002) », Les Cahiers de Géographie du Québec, vol. 48, n° 134, 2004, p. 155-172.

Gravel Nathalie, Patiño Hernández Jorge, « The Mexican Dream: Finding a Way Out », Focal Point. Spotlight on the Americas, vol. 2, n° 9, 2003, p. 4-5.

Hamilton Sarah, « Neoliberalism, Gender, and Property rights in Rural Mexico », Latin American Research Review, vol. 37, n° 1, 2002, p. 119-143.

Instituto Nacional De Estadística, Geografía E Informática (INEGI), Censo General de Población y Vivienda 2000. Cuestionario ampliado, Aguascalientes, INEGI, 2000.

Instituto Nacional De Estadística, Geografía E Informática (INEGI), El sector agropecuario en el estado de Querétaro, Aguascalientes, INEGI, 1997.

Jelin Elizabeth, « Ciudadanía, derechos e identidad », Latin American Research Review, vol. 39, n° 1, 2005, p. 197-201.

Luke Timothy W., « Identity, Meaning and Globalization: Detraditionalization in Postmodern Space-time Compression », in Heelas Paul et al. (coord.), Detraditionalization ; Critical Reflections on Authority and Identity, Oxford, Blackwell, 1996, p. 109-133.

Macias Gamboa Saúl, Reyes Vergara Araceli, « Migración laboral y deserción educativa », Canadian Journal of Latin American and Caribbean Studies, vol. 29, n° 57-58, 2004, p. 173-202.

Mayer Enrique, The Articulated Peasant. Household Economies in the Andes, Boulder, Colo, Westview Press, 2002.

Panagides Alex, « Mexico », in Psacharopoulos George, Patrino Harry Anthony (coord.), Indigenous People and Poverty in Latin America. An Empirical Analysis, Aldershot, G.-B. Avebury, 1996, p. 127-163.

Pépin Lehalleur Marielle, « ¿Hacia una sociabilidad urbana en el campo mexicano ? Reflexiones a partir de la desunión de producción y consumo », Estudios sociológicos, vol. X, n° 29, 1992, p. 289-313.

Polanyi Karl, The Livelihood of Man, New York, Academic Press, 1977.

Ramírez Juárez Javier, « Ruralidad y recomposición social del campesinado en los valles centrales de Oaxaca », Communication au 5e Congrès de l’Asociación Mexicana de Estudios Rurales (AMER), Oaxaca, 25-28 mai 2005.

Roberts Bryan R., « From Marginality to Social Exclusion: From “Laissez Faire” to Engagement », Latin American Research Review, vol. 39, n° 1, 2005, p. 195-197.

Secretaría De Desarrollo Social (SEDESOL), Medición del desarrollo. México 2000-2002, México, SEDESOL, 2003 (http://www.sedesol.gob.mx, page consultée en janv. 2004).

Sen Amartya K., Social Exclusion : Concept, Application, and Scrutiny, Social Development Papers n° 1, Manille, Philippines, Asian Development Bank, 2000.

Tello Peón Lucía, « La vivienda en Yucatán: su especialidad y esencia », Cuadernos de Arquitectura de Yucatán, vol. 5, Mérida, Faculté d’architecture de la UADY, 1992, p. 715.

Thompson Lanny, « Central Mexico: The Decline of Subsistence and the Rise of Poverty », in Smith Joan, Wallerstein Immanuel (coord.), Creating and Transforming Households. The Constraints of the World-Economy, Cambridge/Paris, Cambridge University Press/Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 1992, p. 170-186.

Organisation Des Nations Unies (ONU) et Commission Économique Pour L’amerique Latine Et Les Caraïbes, Informe de la reunión de expertos sobre remesas en México : propuestas para su optimización, document non publié, México, 2000.

Vanwey Leah K. et al., « Community Organization, Migration, and Remittances in Oaxaca », Latin American Research Review, vol. 40, n° 1, 2005, p. 83-107.

Winson Anthony, Leach Belinda, Contingent Work, Disrupted Lives. Labour and Community in the New Rural Economy, Toronto, University of Toronto Press, 2002.

Haut de page

Notes

1 Traduction libre de l’anglais.

2 La pauvreté de capacités est définie par Amartya Sen [2000, p. 4] comme étant l’incapacité de mettre en œuvre des activités importantes qu’une personne a raison de choisir.

3 Source : INEGI, 2000/Laboratoire de cartographie du département de géographie de l’Université Laval, Québec.

4 Source : INEGI, 2000.

5 Le concept de « besoins essentiels » dépasse la seule satisfaction des besoins physiologiques pour assurer la survie (aliments, repos et abri). Dans sa définition des « nécessités », Adam Smith n’incluait « pas seulement les biens nécessaires au support de la vie, mais tout ce que les coutumes du pays rendent indécent de se passer non seulement chez les gens respectables, mais aussi parmi les couches les plus basses » [Smith, 1776, in Sen, 2000, p. 7].

6 Travailleurs sur l’ejido, système de tenure de terre collective hérité de la Réforme agraire mexicaine de 1930

7 Le programme Oportunidades d’Ernesto Zedillo (auparavant le programme Progresa), repris par le président Fox, vient en aide à environ 3 millions de mères de famille et d’enfants les plus défavorisés du Mexique. Les plateformes d’aide sont l’éducation, l’alimentation et la santé, afin d’essayer de rompre le cycle transgénérationnel de la pauvreté. Cet appui symbolique aux familles n’a pas que de bons côtés et impose des corvées aux mères de famille déjà surchargées, les obligeant à faire des kilomètres avant de se rendre à leur travail [entrevue Roldán Rico, 2004].

8 Les bêtes d’élevage sont considérées comme des épargnes facilement monnayables, des réserves d’aliments pour les jours de fête et comme des garanties sur des prêts.

9 Procampo est un programme d’appui à la production agricole en vigueur depuis 1993 au Mexique et a été conçu pour soutenir les paysans dans la transition économique néolibérale. Il supporte actuellement un total de 3 millions de producteurs agricoles, ce nombre ira en décroissant jusqu’à la fin du programme. Certains prérequis limitent le nombre d’« ayant-droits » comme d’avoir été propriétaire terrien depuis août 1993 et de cultiver l’une des huit céréales de base : maïs, sorgho, soja, blé, orge, carthame, fèves ou riz (site web Procampo).

10 L’expression anglaise « house rich, cash poor » reflète bien cette réalité.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure n° 1. L’état du Querétaro et les localités étudiées3
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/1651/img-1.png
Fichier image/png, 112k
Titre Figure n° 2. Carte de distribution des revenus au Mexique, 2000
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/1651/img-2.png
Fichier image/png, 79k
Titre Tableau n° 1. Flux migratoires pour quelques états du centre du Mexique, 20004
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/1651/img-3.png
Fichier image/png, 25k
Titre Tableau n° 2. Synthèse des types de maisonnées rurales mexicaines et de leurs attributs résidentiels
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/1651/img-4.png
Fichier image/png, 41k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Gravel, « Les exclus du boom migratoire mexicain », Cahiers des Amériques latines, 53 | 2006, 173-190.

Référence électronique

Nathalie Gravel, « Les exclus du boom migratoire mexicain », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 53 | 2006, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 23 août 2017. URL : http://cal.revues.org/1651 ; DOI : 10.4000/cal.1651

Haut de page

Auteur

Nathalie Gravel

Nathalie Gravel est spécialiste de géographie rurale, sociale et économique. Après une thèse intitulée Géopolitique de la culture et de la production : le cas des ouvriers ruraux des maquiladoras au Yucatán, Mexique (1995-2001), elle enseigne à l’Université Laval du Québec. Présidente de la société de géographie de Québec, elle a récemment publié « Mexican Smallholders Adrift : The Urgent Need for a New Social Contract in Rural Mexico », (Journal of Latin American Geography, University of Texas Press, 6 (2), 2007, p. 77-98) et « La función social de las maquiladoras en el campo yucateco, 1995-2003 » (in R. Diego et C. Conde (eds), El cambio en la sociedad rural mexicana. ¿Se valoran los recursos estratégicos ?, vol. III : Nueva ruralidad, territorialidad, financiamento y asesoría rural, México, Association Mexicaine d’Études rurales / Casa Juan Pablos / Universidad Autónoma Metropolitana, p. 79-103).

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org