Navigation – Plan du site
Dossier. L’Amérique centrale au xxie siècle

Nouvelles dynamiques sociales en Amérique centrale

Carine Chavarochette et Anne Philippe
p. 15-19

Texte intégral

1Constitué de sept pays (Belize, Guatemala, Salvador, Honduras, Nicaragua, Costa Rica et Panama), l’isthme centraméricain est composé d’une mosaïque ethnique (populations amérindiennes mayas, kuna, miskito, bribri mais aussi métisses, afrocaribéennes, garifunas, etc.). Entre Amérique du Nord et Amérique latine, ces différents pays ont souvent expérimenté les mêmes événements politiques. Durant la colonisation espagnole, l’Audience du Guatemala a exercé son influence sur les actuels Salvador, Honduras et dans une moindre mesure sur le Nicaragua et le Costa Rica. Le Belize a, quant à lui, toujours fait figure de pays à part (sous tutelle britannique jusqu’en 1981), même si, depuis quelques années, il a renforcé ses liens avec les six autres pays à travers des accords commerciaux. Enfin, le Panama, sous contrôle de la Vice-royauté du Pérou puis de la Vice-royauté de Nouvelle-Grenade à l’époque coloniale, conserve toujours de nombreux liens avec la Colombie actuelle et l’Amérique du Sud.

2Au moment des Indépendances, au début du xixe siècle, ces pays ont tenté de se regrouper politiquement en 1823, au sein de la Fédération centraméricaine, avant de se séparer à la fin des années 1830. Devenus des États souverains, ils ont valorisé le développement de l’agriculture d’exportation de fruits et de café notamment, essor soutenu par les entreprises agro-exportatrices étasuniennes. Cette influence nord-américaine ne s’est pas limitée à l’aspect économique, les gouvernements successifs américains ont joué divers rôles dans les coups d’État militaires et le maintien des gouvernements autoritaires au xxe siècle.

3Dans la seconde moitié du xxe siècle, Guatemala, Salvador, Honduras et Nicaragua ont partagé l’expérience des dictatures, des guerres civiles et des affrontements entre armée régulière et guérillas. Puis dans le contexte de la fin de la Guerre froide et sous les auspices du Costa Rica, seul gouvernement démocratique stable depuis 1948, ces différents pays ont amorcé un retour vers la paix et la démocratisation de leurs institutions.

4Ce dossier thématique qui renferme quatre articles sur l’Amérique centrale dresse un portrait de cette région de la fin des guerres civiles des années 1990 à aujourd’hui, selon deux axes : l’un socio-anthropologique, l’autre politique. Le premier axe s’articule autour de deux articles traitant de manière différente la question des identités. Le texte de Hugo Rangel s’intéresse à la question des identités promues par les gouvernements d’Amérique du Nord bénéficiaires de main-d’œuvre étrangère, mais aussi aux identités activées aux États-Unis par les migrants centraméricains qui, tour à tour, promeuvent une identité religieuse, une identité régionale, américaine ou latina par l’usage de l’espagnol. Santiago Bastos, en s’attachant à la genèse et aux transformations du mouvement maya au Guatemala, interroge, quant à lui, la question d’une identité ethnique maya.

5Par l’étude du phénomène migratoire des Centraméricains aux États-Unis et au Canada, Hugo Rangel présente les nouveaux enjeux transnationaux rencontrés par les populations centraméricaines. L’importance des flux migratoires en Amérique du Nord, notamment aux États-Unis, mais aussi au Canada, ne bouleverse pas seulement les pays centraméricains, ce phénomène influe aussi sur les politiques intérieures des pays récepteurs. L’auteur présente la communauté centraméricaine aux États-Unis et au Canada, en s’intéressant plus particulièrement aux Salvadoriens (représentant plus de 2,5 millions de personnes aujourd’hui en Amérique du Nord, soit un habitant salvadorien sur trois). Cette migration amorcée au moment de la guerre civile dans les années 1980 a fait place depuis à une migration d’ordre économique. L’absence de débouchés économiques et les bas salaires entraînent de plus en plus d’hommes et de femmes à quitter leur pays d’origine. Hugo Rangel explique comment le phénomène migratoire est perçu différemment par les politiques conservatrices étasuniennes, d’une part, et les politiques publiques multiculturalistes canadiennes d’autre part, plus flexibles. Il montre dans une première partie comment les discours politiques conservateurs, opposés aux migrants et désignant le fait migratoire comme un danger pour une supposée identité commune, sont activés aux États-Unis et, dans une moindre mesure, au Canada. Il signale les particularismes de la migration centraméricaine : des popu-la-tions jeunes, peu diplômées et maîtrisant mal la langue anglaise. De nombreux Nicaraguayens, Salvadoriens et Guatémaltèques arrivés avant 1997 ont été régularisés par l’administration Clinton mais les migrants plus récents ne bénéficient pas de documents migratoires.

6Cet article ne se limite pas à présenter la migration dans le contexte des pays récepteurs, il va au-delà en nous précisant l’impact de ce phénomène sur la vie quotidienne des familles demeurées en Amérique centrale. En effet, l’auteur s’intéresse également aux conséquences de la migration sur les pays de l’isthme, au rôle des remesas dans les économies centraméricaines, palliatifs qui n’ont pas conduit à un développement économique et social durable. Il signale comment la migration induit des comportements culturels spécifiques et transforme autant les sociétés d’origine que les sociétés nord-américaines.

7Le second article de ce dossier, celui de Santiago Bastos, s’intéresse plus particulièrement au mouvement maya au Guatemala, pays le plus indien de l’isthme. Les civils guatémaltèques ont subi trente-six années de guerre civile entre 1960 et 1996. Dès les années 1960-1970, dans la mouvance des contestations politiques et culturelles du continent, des groupes indiens s’organisent, mais les régimes militaires en place assimilent les contestations de la société civile aux troupes révolutionnaires. Les populations indigènes, majoritairement rurales, souvent prises entre « deux feux », entre les affrontements de la guérilla et de l’armée, deviennent les victimes d’une répression orchestrée. Plusieurs générations connaissent alors les massacres, les déplacements internes, les regroupements dans des villages « modèles », d’autres se réfugient au Mexique voisin. À côté des mouvements révolutionnaires et des modèles de développement proposés par une Église proche de la théologie de la libération, des groupes indigènes s’organisent autour d’une identité commune revendiquée : l’identification maya. Ces associations, en revendiquant le droit à la diversité culturelle, amènent le pays à se penser multiethnique, pluriculturel et multilingue.

8L’échec du référendum de 1999 pour modifier la Constitution dans ce sens souligne toutefois les limites des changements possibles et les réticences d’une partie de la société à admettre la particularité culturelle de sa population indienne. S. Bastos qualifie alors de « multiculturalisme de façade » les politiques des gouvernements successifs des années 2000 à l’égard des indigènes. En effet, les décisions se limitent à la reconnaissance d’une différence culturelle au sein de la société guatémaltèque sans prendre en compte les dimensions économiques et sociales, expliquant l’exclusion des Mayas. Une partie des acteurs du mouvement maya passe de l’activisme à la participation politique au sein du gouvernement en place. Néanmoins, les décisions étatiques se limitent à la sphère culturelle, l’État n’engageant pas de réforme pour améliorer la vie quotidienne des populations indigènes. S. Bastos montre comment les différents groupes cherchent finalement, dès les années 1990, en revendiquant une différence culturelle, à investir l’espace public national. Il souligne les limites de ces mobilisations, notamment dans les politiques de réduction de la pauvreté et de la marginalité, maux endémiques de nombreux indigènes guatémaltèques. La ségrégation persiste entre Indiens et non-Indiens et la violence sociale (assassinats frappant les femmes, bandes armées comme les maras, etc.) s’accroît. L’État n’arrive pas à juguler l’augmentation de l’insécurité, de la violence, l’instabilité de l’économie conjuguée aux politiques néolibérales et la migration croissante vers l’Amérique du Nord.

9Dans un contexte international de reconnaissance du multiculturalisme et des droits des populations autochtones, des associations civiles se sont mobilisées pendant la guerre civile puis après la signature des Accords de paix, en décembre 1996, pour faire valoir leurs droits spécifiques au sein de l’État guatémaltèque. Toutefois, la candidature aux élections présidentielles en 2007 de Rigoberta Menchu, prix Nobel de la paix en 1992, et sa défaite, ont montré les limites de la mobilisation politique ethnique ainsi que les tensions existant entre les différents mouvements s’autonommant mayas. Le choix d’un candidat indigène emblématique comme les appuis internationaux ne peuvent dissimuler l’absence de mobilisation sociale. Le Guatemala d’aujourd’hui n’est pas la Bolivie qui a élu Evo Morales.

10Le second axe construit autour de la difficile démocratisation compte deux articles. Au cours des années 1980, l’Amérique centrale est entrée dans un processus de démocratisation conduisant dans la plupart des pays de l’isthme à l’élection d’un président appartenant au champ civil, et au dialogue entre acteurs armés. Au Guatemala et au Salvador, ces élections mettent un terme à plusieurs décennies de dictature militaire et légitiment l’amorce des pourparlers avec la guérilla.

11La réinsertion politique des guérillas se traduit par une redéfinition de -l’espace politique : le FMLN (Farabundo Marti de Liberación Nacional) et l’URNG (Unidad Revolucionaria Nacional Guatemalteca) rompent avec leur passé clandestin et adoptent une nouvelle structure interne. Au Nicaragua, le FSLN (Frente Sandinista de Liberación Nacional) mute pour reconquérir le pouvoir.

12La signature des accords de paix au Guatemala et au Salvador est suivie de l’abandon de la lutte armée par les guérillas et d’une restructuration en parti politique. L’abandon de la lutte armée constitue alors une étape essentielle dans l’institutionnalisation. Au Salvador, au lendemain de la signature des accords de paix en 1992, les anciennes guérillas qui forment le FMLN se scindent, conduisant à la formation de deux partis politiques : la nouvelle structure FMLN devient hégémonique dans l’espace électoral, la RN (Resistencia Nacional) disparaît rapidement faute d’appuis et de réseaux solides. Les réseaux sociaux et politiques du FMLN permettent d’affronter l’ARENA, parti d’extrême droite formé par le général d’Aubuisson au début des années 1980. On assiste alors à un affrontement démocratique se substituant au conflit armé qui opposait la guérilla à l’extrême droite anticommuniste ; à l’inverse, l’URNG au Guatemala reste longtemps réduite à un statut pré-politique sans réelle perspective électorale.

13En revanche, le FSLN opère une transformation interne depuis sa déroute électorale en 1990, une transformation qui, dans le cadre des élections de 2006, porte au pouvoir Daniel Ortega. Le FSLN est dominé de 1979 à 1990 par neuf personnes. L’échec électoral conduit à une crise interne et à l’éviction de certains leaders. La création d’un nouveau statut et le leadership de Daniel Ortega contribuent à forger une identité forte.

14La conquête du pouvoir devient l’objectif pour ces organisations en mutation. Dans le cas du FMLN, les élections de 1994 assurent une représentation nationale et locale : les réseaux sociaux lui permettent de développer une stratégie de conquête de pouvoir et de parvenir à se positionner comme parti majoritaire aux élections législatives et présidentielles.

15La réinsertion politique des guérillas conduit à la démobilisation des acteurs armés et à leur réinsertion au sein de la société civile. Au Guatemala et au Salvador, les accords de paix facilitent la réinsertion sociale des guérilleros : au Guatemala, l’accord sur la réinsertion des anciens membres de la guérilla prévoit une série de mesures relevant de leur sécurité et de leur réadaptation au niveau socio-économique. Au Salvador, le retour à la vie civile des guérilleros s’inscrit dans le cadre de l’aide développée par le PNUD.

16Benjamin Moallic analyse le processus de réinsertion de ces acteurs dans les organisations humanitaires et les mouvements indigènes. Il utilise la notion de réseau pour expliquer la transition et la mobilisation des ressources avec l’exemple d’un micro-musée précolombien. Cet investissement s’inscrit dans le cadre du développement du tourisme solidaire. Il mobilise les réseaux transnationaux des anciens sandinistes pour appuyer ce projet et il est destiné à assurer la continuité des luttes indigènes. Par ailleurs, la reconnaissance des droits de l’homme a permis à d’anciens guérilleros de se reconvertir. Benjamin Moallic montre ainsi la naissance d’une nouvelle identité civile, empreinte de revendications anciennes et adaptée à la doctrine des droits de l’homme.

17Ce tour de l’Amérique centrale se termine au Honduras, frappé par l’instabilité politique. La démocratisation politique s’est amorcée dans les années 1980 avec l’élection d’un président civil. Cependant, l’incapacité de résorber la pauvreté s’est accompagnée d’une violence sociale engendrée par la multiplication des groupes maras et d’une précarité institutionnelle marquée par un coup -d’État militaire inattendu au cours de l’année 2009. Karen Bähr analyse le processus mis en place pour réduire la pauvreté : cette réduction s’appuie sur des aides financières internationales et sur le respect de principes liés à la participation politique des citoyens. Cependant, l’importance accordée à la croissance économique n’a pas permis la modernisation de l’État. De surcroît, la démocratisation s’est uniquement traduite par une alternance politique formelle.

18La précarité de l’État favorise les jeux internes des différents groupes oligarchiques du pays ; le coup d’État récent rend visible leur mainmise sur l’État et l’armée ; celle-ci a été utilisée pour rétablir un ordre jugé menacé par le président en place. Ce dernier avait décidé de modifier la constitution pour pérenniser le pouvoir. Cet auto-coup d’État civil s’est soldé par un coup d’État militaire et la tenue de nouvelles élections tout en provoquant de nouveaux départs vers le nord du continent…

Carte : La Souris.

Haut de page

Table des illustrations

Crédits Carte : La Souris.
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/1355/img-1.png
Fichier image/png, 75k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Carine Chavarochette et Anne Philippe, « Nouvelles dynamiques sociales en Amérique centrale  », Cahiers des Amériques latines, 60-61 | 2009, 15-19.

Référence électronique

Carine Chavarochette et Anne Philippe, « Nouvelles dynamiques sociales en Amérique centrale  », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 60-61 | 2009, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 23 mai 2017. URL : http://cal.revues.org/1355

Haut de page

Auteurs

Carine Chavarochette

Carine Chavarochette est anthropologue et historienne, chercheure associée au MASCIPO-EHESS. Spécialiste du Mexique et du Guatemala, elle enseigne à Paris 8 Vincennes-Saint-Denis et à l’Institut des Hautes Études de l’Amérique latine. Sa thèse de doctorat (Université Paris 7) portait sur les conséquences de l’établissement de la frontière Mexique-Guatemala auprès des populations frontalières (indiennes et non-indiennes), notamment sur les conflits agraires et les rituels transfrontaliers. Ses recherches actuelles s’articulent autour de la gestion de l’eau (sociale et symbolique).

Anne Philippe

Anne Philippe est docteur en science politique et chercheure associée au CREDA. Ses travaux portent sur la violence politique et la démocratisation en Amérique centrale, notamment sur les réseaux transnationaux des mouvements armés.

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org