Navigation – Plan du site
Lectures

Luiz Carlos Bresser Pereira, Mondialisation et compétition, pourquoi certains pays émergents réussissent et d’autres non

Paris, La Découverte, 2009, 195 p.
Hugues Fournier
p. 223-224
Référence(s) :
Luiz Carlos Bresser Pereira, Mondialisation et compétition, pourquoi certains pays émergents réussissent et d’autres non, Paris, La Découverte, 2009, 195 p.

Texte intégral

1Dans ce livre d’économie, Luiz Carlos Bresser Pereira rassemble six articles qui, mis ensemble, proposent une voie alternative de développement pour les pays émergents en général et ceux d’Amérique latine en particulier (Argentine, Brésil). Cette entreprise arrive à point nommé, au moment où les vertus de la libéralisation tous azimuts et le modèle du « consensus de Washington » sont mis à mal par la présente crise économique. Mondialisation et compétition pose essentiellement une question : pourquoi les pays asiatiques tels que la Chine ou les « tigres » ont pu maintenir une croissance rapide depuis les années 1980 alors que les pays d’Amérique latine n’ont profité que d’une faible croissance ? Tirant son argumentaire de son importante expérience académique (professeur émérite d’économie à la Fondation Getulio Vargas au Brésil) et professionnelle (ministre des Finances sous Sarney et ministre sous Cardoso), Pereira expose les conditions nécessaires aux pays émergents pour effectuer un rattrapage durable. Après avoir, de manière pragmatique, défini les concepts clés tel que la mondialisation et le rôle stratégique de l’État nation (chap. 1), Pereira décrit sous un angle politique la nécessité des pays émergents de se munir d’une stratégie nationale de développement (chap. 2). L’auteur réévalue l’importance des institutions et note qu’un consensus atteint par les divers acteurs stratégiques de la société, avec l’État au centre, prime sur la protection des droits de propriété et des contrats. Ces derniers sont vus comme une ruse néolibérale de réduction du rôle de l’État. Ces postulats amènent Pereira à distinguer l’orthodoxie conventionnelle de ce qu’il nomme « nouveau développementisme » (chap. 3). Le chapitre décrit les politiques développementistes de 1930 à 1970 puis le glissement vers le néolibéralisme qui eut pour effet de détruire l’alliance nationale. Selon Pereira, le développementisme contenait le germe de sa propre destruction en étant fondé sur la substitution des importations. La crise de la dette et la vague idéologique en provenance du Nord se sont chargées du reste. La « création du nouveau développementisme » consiste, elle, en une stratégie alternative se situant entre l’ancien développementisme et l’orthodoxie conventionnelle. Encore une fois, cela s’articule autour de l’État, cet acteur considéré il y a tout juste quelques années comme nuisible à la croissance économique. Pour le nouveau développementisme, par rapport à l’orthodoxie conventionnelle, les réformes renforcent le marché, mais aussi l’État. Surtout, et ce sont deux points majeurs de Mondialisation et compétition, la croissance doit être financée par l’épargne interne (et non externe) et les entrées de capitaux se doivent d’être contrôlées, si nécessaire, pour administrer le taux de change. Ces affirmations amènent l’auteur à postuler que le taux de change est la variable dominante d’une forte croissance et que si l’État n’y prend pas garde, il risque de contracter la « maladie hollandaise ». Peu étudiée, l’influence du taux de change est la pierre de touche de la théorie de Pereira. La tendance à la surévaluation du taux de change (chap. 4) est la variable la plus stratégique pour un pays émergent puisqu’elle constitue un déterminant pour les importations et les exportations, mais aussi pour les salaires, la consommation et l’épargne. L’auteur fait une distinction entre le taux de change d’équilibre industriel et le taux de change d’équilibre courant. Si les deux taux de change ont des valeurs contradictoires, les biens à plus forte intensité technologique ne seront pas compétitifs. Dans le cas où l’État ne remédie pas à la surévaluation du taux de change, il ne pourra pas engranger de croissance rapide, donc de rattrapage. L’État contracte alors la « maladie hollandaise » (chap. 5) (ou « malédiction des ressources naturelles »), qui se « produit lorsqu’il y a une surévaluation permanente du taux de change, provenant de l’abondance de ressources naturelles du pays (concept restreint) ou de travail bon marché (concept étendu) et dont le faible coût marginal est compatible avec un taux de change du marché considérablement plus valorisé que le taux de change d’équilibre industriel. » La maladie peut aussi être contractée par l’envoi de transferts financiers de la part des migrants, ce qui est le cas en Amérique centrale. La neutralisation de la maladie hollandaise n’est pas sans risque politique puisque l’État doit alors faire face aux pressions des exportateurs de biens primaires, à une hausse transitoire de l’inflation et à la baisse des salaires. L’idée est de surmonter ce stade et de parvenir à une économie propulsée par les exportations et l’épargne interne (chap. 6). Modèle économique utilisé par les économies à croissance rapide d’Asie, qui ont tôt fait dans le cas de la Chine et qui ont appris de la crise économique de 1997 dans le cas de la Corée, que lorsque le pays se fie à l’épargne externe, les capitaux ne sont pas naturellement transmis des pays riches aux pays en développement. L’épargne interne permet au pays émergent de maintenir son taux de change compétitif et de baser sa croissance sur les exportations, courant ainsi moins de risque de subir une crise de la balance des paiements. L’approche de Pereira est stimulante et propose une voie alternative de développement économique à un moment où le monde en a bien besoin. Mondialisation et compétition ne fonde néanmoins pas de théorie, mais propose plutôt des pistes de recherche. Est-ce que la taille du pays importe ? Comment établir un consensus et éviter la question de redistribution lorsque les pays, tel que le Brésil, sont sujets à de fortes inégalités sociales ? Une fois neutralisée la maladie hollandaise, comment les pays émergents peuvent-ils être compétitifs face à des pays bénéficiant de rendements d’échelle comme la Chine ? Ce sont là toutes des questions auxquelles les réponses manquent !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hugues Fournier, « Luiz Carlos Bresser Pereira, Mondialisation et compétition, pourquoi certains pays émergents réussissent et d’autres non », Cahiers des Amériques latines, 59 | 2008, 223-224.

Référence électronique

Hugues Fournier, « Luiz Carlos Bresser Pereira, Mondialisation et compétition, pourquoi certains pays émergents réussissent et d’autres non », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 59 | 2008, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://cal.revues.org/1197

Haut de page

Auteur

Hugues Fournier

Sciences Po. Paris

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org