Navigation – Plan du site
Lectures

Ruth Pérez López, Vivre et survivre à Mexico. Enfants et jeunes de la rue

Paris, Karthala, coll. « Questions d’Enfances », 2009, 345 p.
Caroline Stamm
p. 221-223
Référence(s) :
Ruth Pérez López, Vivre et survivre à Mexico. Enfants et jeunes de la rue, Paris, Karthala, coll. « Questions d’Enfances », 2009, 345 p.

Entrées d’index

Index géographique :

Mexique
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage de l’anthropologue Ruth Pérez López, sur les jeunes de la rue à Mexico, part d’une question simple : pourquoi ces enfants et jeunes demeurent-ils dans la rue, hostile et violente au premier abord, alors qu’ils pourraient intégrer l’une des nombreuses institutions sociales présentes dans la capitale mexicaine ? L’auteur propose une réponse en huit chapitres : les deux premiers – « Une étude d’ethnologie urbaine dans les « marges » et « Cadre de l’étude » – situent l’étude et sa méthodologie ; le troisième – « Représentations sociales des enfants/jeunes de la rue et modèles d’intervention » – traite de la dualité victime/délinquant qui caractérise le discours sur les enfants de la rue et des réponses apportées par les acteurs publics et privés qui travaillent avec eux ; les chapitres suivants – « Des stratégies de réponse face à l’adversité », « La constitution de groupes et l’exploitation de l’espace comme principaux modes d’adaptation au contexte de la rue » et « Relations sociales et réseaux de sociabilité » – s’intéressent aux stratégies des jeunes de la rue ; et enfin les deux derniers – « Le rapport à la rue » et « S’intégrer dans un quartier, s’inscrire dans la ville » – resituent les pratiques spatiales des jeunes par rapport à la ville.

2Tout d’abord éducatrice bénévole au sein d’institutions de bienfaisance, puis observatrice « indépendante » de deux groupes de jeunes de la rue, Ruth Pérez López montre dans ce livre sa connaissance du terrain et revient sur la position difficile de l’anthropologue dans un environnement tel que la rue. Elle raconte les limites de l’observation, les effets de la présence du chercheur, sa subjectivité par rapport aux sujets de son étude mais aussi les questions d’éthique qui se posent à lui, de sa responsabilité et de son inévitable implication.

3La démonstration s’appuie ainsi sur un solide travail de terrain ethnographique – observation de 24 groupes de jeunes des rues (approfondie pour deux d’entre eux), 100 questionnaires, 19 entretiens sous forme de récits de vie –, qui alimente le texte en exemples, extraits d’entretiens et illustrations, et qui facilite l’entrée dans l’univers des jeunes de la rue. À ces méthodes classiques de l’anthropologie s’ajoutent l’utilisation de la carte mentale, comme méthode complémentaire pour comprendre les déplacements et les espaces qu’utilisent les enfants et jeunes dans leur quotidien, et celle de la photographie, qui permet d’approcher la dimension spatiale de la vie dans la rue et les réseaux sociaux développés par ces jeunes.

4L’espace est, en effet, un aspect central de cette étude, qui s’intéresse à l’intégration parallèle des jeunes de la rue « au sein de logiques sociales informelles » (p. 21), lesquelles sont liées à l’espace dans lequel vivent ces jeunes. L’espace apparaît comme un point clé – bien qu’il ait été peu étudié en Amérique latine – et Mexico a la particularité d’être une ville où les enfants et jeunes de la rue ne partagent pas les espaces publics avec d’autres usagers. L’appropriation et l’exploitation quotidienne de l’espace sont déterminantes pour l’insertion des jeunes au sein des dynamiques de la rue et du quartier ; ceux-ci transforment les espaces publics en espaces domestiques, les organisent et les « embellissent ». Mais la ville n’est pas seulement un ensemble d’espaces qui leur permet de subsister : c’est également un lieu qui leur ouvre de nouvelles perspectives de mode de vie et de socialisation.

5En s’intéressant aux discours des enfants et jeunes de la rue et aux raisons invoquées de leur présence dans la rue, Ruth Pérez López remet en cause les idées reçues et défend l’idée qu’il s’agit d’un choix, bien qu’elle reconnaisse dans le même temps le poids des déterminismes. Il s’agit donc de considérer ces enfants et jeunes comme des sujets et non comme des victimes, car, par exemple, deux enfants dans la même situation peuvent choisir dans un cas de quitter le domicile familial et dans un autre d’y rester. L’auteur se situe en opposition avec les études qui montrent que les populations marginales, les sans domicile fixe entre autres, sont incapables de mettre en place des stratégies. Elle attribue aux jeunes de la rue le statut d’acteurs et prend ainsi en compte leurs stratégies qui ne sont pas seulement des actions urgentes, mais s’inscrivent dans une continuité.

6La stratégie dominante dans le cas des jeunes de la rue à Mexico est celle du contournement : ils s’approprient un système de valeur différent de celui de la société, au moyen duquel ils peuvent valoriser leur situation et parvenir à une « intégration par les marges » (p. 132). L’auteur défend la marge comme mode d’intégration parallèle. La vie dans la rue leur permet de construire une place et des normes sociales reconnues par leurs pairs et par toute une série d’acteurs avec qui ils interagissent au quotidien. En outre, ils ne sont pas dépourvus de moyens pour faire face aux dangers de la rue. Pour être protégés, les enfants et jeunes de la rue adhèrent à un groupe, s’approprient un espace et développent des réseaux relationnels. Ils ne sont pas non plus exclus des dynamiques locales et ne vivent pas constamment sous la pression de la survie. Une anecdote de l’auteur raconte comment, lors d’un camp de vacances organisé avec des jeunes de la rue, ceux-ci disaient avoir faim parce qu’ils ne mangeaient que trois fois par jour alors que, dans la rue, on leur offrait tout le temps à manger. C’est une conception de la rue comme un lieu où il est « facile » de survivre.

7Dans ce contexte, les jeunes sont généralement dans un rapport de confrontation avec les institutions d’assistance. Celles-ci sont vécues par eux comme les espaces de la norme, de l’obéissance, de la restriction, de la subordination et de la limite, alors que la rue est l’espace de l’apprentissage, du jeu, de la liberté, de l’autonomie et de la socialisation. Les compétences acquises dans la rue sont rejetées et inexploitables dans les institutions. Le rejet des institutions n’est cependant pas absolu : elles représentent aussi une ressource supplémentaire pour améliorer le quotidien dans la rue. Par ailleurs, vivre dans la rue n’a pas le même sens pour tous les jeunes : certains le vivent positivement, d’autres négativement ; surtout, le rapport à la rue évolue et se modifie dans le temps.

8Pour conclure en reprenant quelques mots de la préface de Riccardo Lucchini, « le livre de Ruth Pérez López évite le double piège de la banalisation/dramatisation qui trop souvent caractérise les discours à propos des enfants en situation de rue » et offre une image la plus « objective » possible des jeunes de la rue, de leurs stratégies et de leurs pratiques, usages et appropriation de l’espace. Loin d’idéaliser le monde de la rue – car elle décrit aussi l’expérience de la mort, les violences, la drogue qui caractérisent la vie dans la rue –, Ruth Pérez López ouvre de nouvelles pistes d’analyse du phénomène médiatique des enfants de rue et propose de nouvelles perspectives de lecture de notions plus vastes telles que la survie, la marginalité ou l’intégration sociale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Caroline Stamm, « Ruth Pérez López, Vivre et survivre à Mexico. Enfants et jeunes de la rue », Cahiers des Amériques latines, 59 | 2008, 221-223.

Référence électronique

Caroline Stamm, « Ruth Pérez López, Vivre et survivre à Mexico. Enfants et jeunes de la rue », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 59 | 2008, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://cal.revues.org/1193

Haut de page

Auteur

Caroline Stamm

Université Paris Est/Lab’Urba

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org