Navigation – Plan du site
Lectures

Idelette Muzart-Fonseca dos Santos et Denis Rolland (éd.), L’exil brésilien en France. Histoire et imaginaire

Paris, L’Harmattan, 2008, 398 p.
Rodrigo Nabuco de Araujo
p. 213-1216
Référence(s) :
Idelette Muzart-Fonseca dos Santos et Denis Rolland (éd.), L’exil brésilien en France. Histoire et imaginaire, Paris, L’Harmattan, 2008, 398 p.

Entrées d’index

Index géographique :

Brésil
Haut de page

Texte intégral

1Issu du colloque éponyme organisé à l’université de Paris Ouest les 24 et 25 novembre 2005, ce livre réunit en trois parties 18 articles, rédigés principalement par des universitaires brésiliens. Même si l’exil brésilien en France pendant le régime militaire (1964-1985) constitue le thème principal de l’ouvrage, les organisateurs ont veillé à établir des comparaisons entre différents exils. Nous trouvons ainsi des textes sur l’exil européen de l’empereur brésilien Pedro II à l’instauration de la République, en 1889 (« France, terre fertile d’exil ? La mort de Dom Pedro II à Paris et la construction française de la mythologie impériale », p. 175-184) ; sur celui du général portugais Humberto Delgado, disgracié du salazarisme, en 1959 (« Humberto Delgado : asile et exil du Portugal au Brésil démocratique (1959-1961) », p. 241-259) ; ou encore l’expérience politique que fut l’émigration vers le Brésil de l’écrivain belge Conrad Detrez dans les années 1960 (« L’exil brésilien et sa lecture chez Conrad Detrez », p. 301-314). La perspective de l’exil est abordée sous tous ses aspects : archives, mémoires, politiques d’accueil, conditions de vie, activités politiques, dynamiques internes, coopérations entre États, sans négliger les dimensions personnelles, sociales, sexuelles et artistiques. De la diversité des approches et de la qualité des textes résulte un ouvrage riche et utile pour tout chercheur s’intéressant aux liens contemporains entre la France et le Brésil.

2Afin d’éviter que le lecteur ne s’égare dans l’histoire des exils brésiliens en France, les auteurs rappellent à chaque moment dates, noms et épisodes qui jalonnent les trajectoires des exilés. Au-delà du traitement attendu des questions portant sur la répression et la mémoire surgissent, tout au long de l’ouvrage, un certain nombre de problématiques moins triviales, révélant l’importance des relations entre la France et le Brésil dans la définition des politiques d’accueil et de coopération entre polices.

3La première partie du livre s’interroge sur les dynamiques liées à la mémoire et à l’histoire de l’exil brésilien. Denise Rollemberg souligne que les chercheurs travaillant sur ce thème et, d’une certaine manière, ceux qui ont vécu l’exil renforcent ses aspects négatifs : la fonction d’élimination, d’éloignement, d’exclusion d’une génération qui s’oppose au statu quo. Elle soulève alors une question cruciale : si la loi d’amnistie de 1979 permet le retour des exilés et l’acquittement des militaires, ouvre-t-elle pour autant une période de réconciliation des deux camps opposés ? (« Mémoires en exil, mémoires d’exil », p. 17-34). Le séjour en Europe constitue, pour certains auteurs et acteurs, l’un des moments forts de l’expérience d’exil. Daniel Aarão Reis observe que la contribution des gauches au perfectionnement des institutions démocratiques du Brésil actuel a été faible, même si, du point de vue de la perception de la démocratie, exils et exilés ont contribué à modifier la vision du monde des gauches brésiliennes (« Culture politique, démocratie et exil des Brésiliens en France dans les années 1960 et 1970 », p. 35-47). Aujourd’hui, il est notable qu’un certain nombre d’anciens exilés politiques se trouvent au pouvoir aux côtés du président Luis Inácio Lula da Silva. Les exilés n’ont cependant pas été confrontés, en Europe, à une démocratie idéale et bienveillante, mais également à un appareil d’État plongé dans les enjeux diplomatiques et sécuritaires de la Guerre froide. La politique étrangère des deux pays est ainsi un élément essentiel : la visite du général Charles de Gaulle au Brésil en septembre 1964, quelque six mois après le coup d’État qui a installé les militaires au pouvoir, marque le début de la politique panaméricaine de la France et un tournant dans les relations franco-brésiliennes. D’où cette question soulevée par Denis Rolland : derrière le silence de la mémoire officielle, dont le vide est empli de doutes, doit-on envisager un possible soutien du gouvernement français au régime militaire brésilien ? Si la réponse de l’auteur est négative, il observe néanmoins que les stratégies d’accueil de certains réfugiés sont orientées par des logiques politiques. Il montre que l’accueil des opposants au régime, en plus de poser un problème pour les relations diplomatiques entre les deux pays, permettrait aux exilés brésiliens de se présenter parfois comme des résistants. Ce qui placerait implicitement le gouvernement de la dictature brésilienne en position d’occupants ou de collaborateurs (« L’État français et les exils brésiliens : prudence d’État, Guerre froide et propagandes », p. 49-124). Les traumatismes de la torture et de la répression, notoires dans les mémoires de l’exil, conduisent Samantha Viz Quadrat à s’interroger sur l’action des organes de répression au sein de la communauté des exilés. D’après une étude sur archives inédites (du Centre d’information extérieure et de la division de sécurité et d’information, à l’Arquivo Nacional), l’auteur émet l’hypothèse d’un échange d’informations probable entre la France et le Brésil qui aurait permis la persécution des exilés au-delà des frontières nationales, créant avant la lettre une communauté d’information internationale, prélude au Plan Condor (« La mémoire de la répression politique chez les exilés brésiliens en France », p. 125-143). Toutefois, les archives officielles ne fournissent que des informations partielles qui ne permettent pas de conclure à une contribution française à la répression politique brésilienne.

4C’est donc au contrôle que l’État français exerce sur les exilés que s’intéresse Maud Chirio. L’auteur soutient que l’incompréhension de la structure politique de la communauté exilée, l’incompétence des services de police et leur méconnaissance de la vie politique brésilienne constituent autant d’obstacles au contrôle que l’appareil d’État français prétend exercer sur les exilés ; elle montre en outre que les exilés latino-américains ont fait l’expérience parfois douloureuse, loin d’un pays d’accueil idéal, d’une insertion sociale difficile et d’un appareil d’État répressif et très réel. L’existence d’un contrôle policier à leur encontre a été totalement occultée, comme si l’image de « terre d’asile » y avait fait obstacle (« Les exilés brésiliens et la police française : un exemple de contrôle politique dans un pays d’accueil », p. 145-158). L’image idyllique de la terre d’accueil est aussi l’objet d’étude de Cristina Wolff qui s’interroge, à la fois sur la mémoire de militantes de la lutte armée et sur les discours du Cercle des femmes brésiliennes de Paris : l’exil fonctionne ici comme un recul capable de conduire femmes et hommes à repenser leurs pratiques, leurs théories politiques, leurs actions, leurs subjectivités au sein des organisations dont ils faisaient partie (« Féminisme et lutte armée : un regard à partir de l’exil », p. 159-171).

5La deuxième partie de cet ouvrage concerne les dynamiques internes de l’exil, les possibles comparaisons avec d’autres exils et l’impact sur la longue durée. Denis Rolland, dans un autre article, s’interroge sur la nature de la présence latino-américaine en France et souligne que son origine politique, dans les années 1960 à 1980, laisse inchangée sa nature d’élite culturelle et sociale, caractéristique ancienne de cette immigration (« L’exil des dictatures : impact conjoncturel dans la présence latino-américaine en France ? », p. 185-205). Cet effort de conceptualisation est renforcé par la contribution d’Angela Xavier de Brito et d’Ana Vasquez. D’après une démarche comparative qui établit un rapport entre l’exil brésilien et chilien, les auteurs identifient cinq phases de l’exil : la séparation traumatique d’avec le pays d’origine et l’arrivée dans le pays d’accueil ; le processus de transculturation et l’ambivalence permanente des exilés, partagés entre deux cultures ; l’affaiblissement des liens communautaires, accentué par l’avènement d’une génération née et éduquée en France ; les modalités de retour et les mythes qui y sont liés ; le post-exil, qui se caractérise par l’élaboration d’une mémoire a posteriori et la substitution des communautés d’exilés par des réseaux personnels et/ou professionnels (« On déguste l’amer caviar de l’exil à plusieurs sauces : un schéma théorique pour comprendre les exils latino-américains », p. 207-224). La contribution d’Helenice Rodrigues da Silva participe également à la création d’un cadre conceptuel : son étude met en lumière des intellectuels menacés par la répression qui abandonnent une expérience politique au Brésil pour s’installer dans une autre en France. Selon l’auteur, les échanges antérieurs entre la France et le Brésil, particulièrement durant les années 1930 lors de la fondation de l’Université de São Paulo, permettent une relative structuration de l’accueil des intellectuels grâce à leurs réseaux : dans la mesure où ils sont reçus dans des institutions d’enseignement et de recherche, leur insertion dans la vie académique française semble moins difficile que pour d’autres exilés non engagés dans cette trajectoire professionnelle (« Les exils des intellectuels brésiliens et chiliens en France lors des dictatures militaires : une histoire croisée », p. 225-240). Joana Maria Pedro reprend ensuite la question de la construction identitaire dans le dernier chapitre, en révisant les échanges entre le féminisme français et brésilien. Ici, l’expérience de l’exil permet l’appropriation des idées politiques développées par des groupes féministes français et leurs transferts au contexte brésilien. Toutefois, c’est la circulation de questions liées à la lutte pour l’amnistie et contre la dictature, plus que celles sur la condition des femmes, qui intéresse les membres du Cercle de femmes brésiliennes de Paris (« Lectures brésiliennes du féminisme français et mécanismes d’identification au Brésil », p. 261-279).

6La troisième et dernière partie de l’ouvrage a trait aux aspects littéraires et artistiques de l’exil. D’emblée, Adriana Coelho Florent s’intéresse aux relations intimes entre poésie et politique dans la chanson de Chico Buarque. Chanter devient alors un moyen privilégié d’expression des opposants au régime et une manière presque physique de conjurer l’oubli, aussi bien pour les exilés que pour ceux qui sont restés (« Les chants du Sabia funambule : exil, nostalgie et identité dans le Brésil de la dictature militaire de Tom Jobim et Chico Buarque à Gilberto Gil et João Bosco », p. 283-299). Le cinéma surgit pour illustrer les relations entre l’art et la politique dans l’expérience de l’exil, avec les contributions de Sylvia Nemer (« Glauber Rocha et les lettres de l’exil », p. 315-326) et Maurício Cardoso (« Glauber Rocha et la tentation de l’exil 1972-1976 », p. 326-339). Catarine Sant’ana analyse la relation entre théâtre et politique dans l’œuvre du dramaturge brésilien Augusto Boal (« Le rire sur la corde raide : l’humour dans l’œuvre d’Augusto Boal en exil », p. 341-364). Enfin, Monica Raisa Schpun analyse la dérision humoristique de Jô Soares dans son émission télévisée du début des années 1980, lorsqu’il met en scène le personnage Sebá, dernier exilé brésilien en France. (« Le regard décalé de l’exilé sur le Brésil post-amnistie : Sebá, personnage de l’humoriste Jô Soares », p. 365-374).

7Cet ouvrage constitue une somme, issue de la consultation d’un nombre très important de documents privés et publics, révélant aux lecteurs des sources inédites et une bibliographie dense et variée. Il témoigne de la fécondité d’un champ de recherche en expansion et désormais solidement ancré dans le paysage académique brésilien. Par ailleurs, Ana Vasquez rappelle que ce thème est relativement daté ; les premières études émanent des exilés eux-mêmes dès la fin des années 1970. C’est pourquoi il n’est jamais inutile de rappeler l’effort de mise à distance, employé par ceux-là mêmes qui ont connu l’expérience de l’exil. Plus qu’ailleurs, la question de l’identité est centrale dans cet ouvrage. Mais parvient-on à dépasser ce paradigme qui nous empêche de comprendre les processus à l’œuvre dans les transferts que réalisent les exilés ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rodrigo Nabuco de Araujo, « Idelette Muzart-Fonseca dos Santos et Denis Rolland (éd.), L’exil brésilien en France. Histoire et imaginaire », Cahiers des Amériques latines, 59 | 2008, 213-1216.

Référence électronique

Rodrigo Nabuco de Araujo, « Idelette Muzart-Fonseca dos Santos et Denis Rolland (éd.), L’exil brésilien en France. Histoire et imaginaire », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 59 | 2008, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://cal.revues.org/1186

Haut de page

Auteur

Rodrigo Nabuco de Araujo

Université de Toulouse – le Mirail/FRAMESPA

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org