Navigation – Plan du site
Dossier. La ville dans les Amériques : un regard de part et d'autre de la frontière
La centralité urbaine à l’heure de la métropolisation : entre patrimonialisation et valorisation des espaces publics

La centralité reconquise

Élodie Salin
p. 103-122

Résumés

La « reconquête » de la centralité historique se réfère à deux processus : l’un très contemporain fait référence aux politiques urbaines de réhabilitation du centre historique depuis dix ans, l’autre, plus lent et plus profond, ne se comprend que sur le temps long de l’histoire et permet d’appréhender la place et le rôle de la centralité dans la ville. C’est ce deuxième processus que nous tenterons d’analyser ici afin de saisir en amont, à travers les discours, les imaginaires changeants et souvent paradoxaux de la ville historique de Mexico tour à tour « ville mère » puis « marginalisée » au cœur même de la métropole en mouvement. Pour comprendre le renouveau de l’attractivité de la ville historique, sa patrimonialisation, nous reviendrons sur les périodes phares de l’histoire de la ville mises en scène à la gloire de la nation.

Haut de page

Entrées d’index

Palabras claves :

centralidad, ciudad, patrimonio
Haut de page

Texte intégral

Le passé, c’est ce qu’une nation a de plus précieux après l’avenir.
Victor Hugo

Introduction1

  • 1 Le texte présenté ici reprend en partie les écrits de ma thèse de doctorat de géographie soutenue à (...)
  • 2 Site de la ville de Mexico DF?: http://www.ciudadmexico.com.mx/zonas/centro.htm.Traduction « Le cen (...)

1« El Centro Histórico de la Ciudad de México es un lugar tan maravilloso, que no podríamos terminar de enumerar sus grandes atractivos y leyendas, mismas que han pasado a formar parte del legado nacional, lo que ha llevado a la UNESCO a declararlo como “Patrimonio Cultural de la Humanidad” »2. La présentation du centre historique de Mexico sur le site de la ville de Mexico résume en une phrase l’importance symbolique du centre ancien et le sentiment de fierté nationale face aux lustres des époques antérieures. Le label de l’UNESCO et le classement sur la liste prestigieuse du Patrimoine mondial de l’Humanité en 1987 se pose comme un ultime et dernier signe de reconnaissance à l’échelle internationale de la grandeur passée et aujourd’hui « reconquise » du centre de la capitale, élevé au cœur même de l’identité mexicaine par la force des imaginaires des élites urbaines.

  • 3 Parmi de nombreuses références, citons l’ouvrage collectif sous la direction de H. Rivière D’Arc et (...)

2Si les études sur la centralité dans les villes latino-américaines sont si nombreuses3 c’est que les enjeux vont au-delà du territoire borné de la ville protégée et classée. Les enjeux sont autant symboliques qu’identitaires et l’importance de cet espace, extrêmement réduit dans la métropole actuelle, se mesure dans la place qu’il prend depuis les années 1960-1970 dans les politiques urbaines qui tendent à une « reconquête intégrale » du centre afin d’inverser les tendances liées au déclassement de cette centralité depuis la fin du xixe siècle.

3De la « ville-mère » aux temps de la colonie jusqu’à la prise de conscience patrimoniale des années 1960, les représentations de la ville coloniale ont été multiples: tout d’abord fêtée comme la ville idéale, bien ordonnée du temps de la Nouvelle Espagne, elle a ensuite été déclassée, paupérisée pour devenir le support de nombreux discours dépréciatifs à partir du xixe siècle. L’image du centre est devenue un enjeu identitaire collectif depuis la prise de conscience patrimoniale. Par ailleurs, cette construction identitaire est corrélée avec la naissance de l’idée de nation dans un pays qui veut s’affranchir de la tutelle occidentale. La requalification de la centralité se comprend sur le temps long en s’accompagnant nécessairement d’un travail de sélection conscient et inconscient des moments clés de l’histoire urbaine afin de construire, reconstruire ou inventer les imaginaires urbains. L’architecture, la trame viaire, les pratiques et les habitants du centre participent alors de cet imaginaire en constante redéfinition, et cette construction de l’image de la centralité historique sert à son tour les politiques urbaines qui l’instrumentalisent. Notre ambition est ici de nous détacher des évolutions très récentes du centre et de ses politiques urbaines immédiates pour montrer, sur le temps long, ce processus de trituration du passé afin d’édifier un imaginaire de la centralité « reconquise » conforme aux attentes du présent et servant la politique de la ville.

De la « Ville Mère » à la « Ville Patrimoniale »

La ville historique réinventée

4Dans l’espace urbain de la métropole actuelle de Mexico, la ville historique fait figure de confetti et ne correspond en réalité qu’à moins de 1 % de la surface bâtie de l’agglomération. Un confetti de l’espace urbain qui porte pourtant en lui toute l’histoire de la ville depuis l’époque aztèque jusqu’à la période contemporaine. Cet « espace genèse » conditionne toute l’évolution future de la croissance urbaine où le centre historique de Mexico apparaît alors comme un espace fondateur. Il correspond, dans les limites que lui ont attribuées les lois de protection, à la ville du xviiie siècle, alors que les extensions du xixe siècle font office d’espace tampon. Le périmètre « A » du centre historique, institué par un décret présidentiel en 1980 (carte 1), permet de dénombrer près de 1 157 édifices patrimoniaux.

Carte 1. Monuments remarquables et patrimoine dans le centre historique de Mexico

Carte 1. Monuments remarquables et patrimoine dans le centre historique de Mexico
historiquesanciensvieuxcoloniaux

5Comment le fait d’être historique peut-il être récent?

6La requalification des centres anciens comme « historiques » participe à la construction d’un discours et à un processus de patrimonialisation de la ville. L’espace, ponctué par la présence des monuments, devient un support idéologique qui sert à refonder, à donner un sens au présent. Et si les traces de l’histoire s’inscrivent de manière extrêmement forte dans la construction contemporaine des centres historiques, c’est qu’elles permettent de légitimer une mémoire collective en donnant à lire l’histoire à travers un espace. Le rapport entre le temps et le territoire est un phénomène complexe que l’on ne doit pas aborder uniquement par la métaphore du palimpseste, ces vieux manuscrits grattés avant d’être réutilisés pour l’écriture. « L’image du palimpseste évoque la capacité de l’espace géographique à effacer les traces du passé, mais aussi à conserver en filigrane les témoignages plus ou moins discrets des sociétés anciennes » [Di Méo, 2000, p. 54]. Cette image qui traduit l’accumulation et la superposition des couches historiques induit, afin de redécouvrir les traces du passé, l’oubli du temps présent, alors même que la démarche du géographe est de comprendre « la manière dont les temps historiques inscrits dans l’espace s’affrontent, se bousculent, s’excluent ou fusionnent pour donner naissance aux territoires d’aujourd’hui » [Ibid.].

7La construction des centres historiques d’aujourd’hui passe donc par une relecture du passé, par une « redécouverte » et une sélection des moments historiques les plus à même de servir une mise en scène des lieux, dans le but avoué de construire une identité nationale et urbaine solide et claire. Cette manipulation de la « mémoire collective » selon les termes du sociologue Maurice Halbwachs [Halbwachs, 1950] se définit comme une reconstruction du passé en fonction des besoins du présent. Elle est orchestrée de manière consciente ou inconsciente par les acteurs politiques et sociaux et conduit au processus de « patrimonialisation » des espaces urbains hérités révélant ainsi la fonction hautement symbolique et idéologique du patrimoine. Le patrimoine est alors synonyme d’instrument servant à une « requalification des lieux ». Pour comprendre la ville historique d’aujourd’hui, il nous faudra donc comprendre comment elle devient patrimoniale.

8Mais puisque l’espace requalifié est valorisé (ou valorisable) grâce à son histoire, il y a forcément un risque majeur de voir cette histoire en partie réinterprétée. Qu’il s’agisse d’une création d’un passé mythique ou d’une réinterprétation de l’histoire réelle, il existe à Mexico comme ailleurs une lecture particulière de l’histoire biaisée par la perception patrimoniale de la ville historique. À partir d’un paysage, celui du centre historique d’aujourd’hui, les éléments explicatifs de son identité s’emboîtent et s’interprètent alors à la lumière des pratiques et d’une idéologie patrimoniales.

Le choix de Cortes…

9Pour bien comprendre la ville patrimoniale actuelle, il est nécessaire de remonter aux origines de la ville, aujourd’hui mises en scène au cœur même de la ville historique. La nouvelle capitale issue de la conquête espagnole du xvie siècle n’a pas épargné Mexico-Tenochtitlan, capitale florissante du puissant empire aztèque entièrement rasée peu après l’arrivée des conquistadors sur le nouveau continent. De la surimposition de la ville coloniale sur la capitale aztèque, seul le nom de Mexico est resté.

10Au centre de la ville de Tenochtitlan se trouvait l’enceinte sacrée et cérémonielle où les édifices liés au pouvoir politique (palais de l’empereur aztèque et ses dépendances) ainsi qu’au pouvoir religieux (Templo Mayor et les bâtiments annexes) s’organisaient autour d’un vaste espace (carte 2).

11L’idée de Cortes a été de profiter de cette structure géographique, politique et administrative pour implanter un pouvoir fort et centralisé sur le modèle aztèque. Une partie du centre de l’enceinte cérémonielle aztèque, qui se trouvait au cœur de Tenochtitlan, est alors devenue le centre de la ville idéale pensée par les Espagnols. Cette centralité symbolique et politique est encore réelle aujourd’hui sur la place centrale du Zocalo, tant par la présence des monuments religieux (du Templo mayor à la cathédrale) que par les édifices du pouvoir politique (palais présidentiel muséifié) mais surtout en tant que lieu de convergence de toutes les marches de protestations de la nation mexicaine.

Carte 2. Principaux édifices et axes de circulations de la ville de Mexico-Tenochtitlan surimposés au centre historique actuel

Carte 2. Principaux édifices et axes de circulations de la ville de Mexico-Tenochtitlan surimposés au centre historique actuel

12Le mythe fondateur de la capitale aztèque mettant en scène un lieu au milieu d’une lagune où les premiers migrants auraient vu un serpent posé sur un figuier de barbarie et dévorant l’un de ses fruits correspond déjà à une manipulation de l’histoire par les souverains aztèques afin de donner une légitimité sacrée à un site marécageux et contraignant. Ce mythe des origines et la symbolique politique et centralisatrice du site de Mexico-Tenochtitlan ont été récupérés afin de servir la cause de la nation à partir du xixe siècle et afin de faire de cet emplacement un symbole unificateur pour les différents peuples qui composent aujourd’hui la nation mexicaine. La filiation entre les Aztèques et les Mexicains d’aujourd’hui est ainsi instaurée [Monnet, 1993, p. 175] grâce à la permanence du site. La valorisation, dans un premier temps, du patrimoine précolonial au détriment du patrimoine colonial permet de parler de hiérarchisation du patrimoine qui procède le plus souvent du plus ancien au plus récent.

La ville des palais

13Les éléments marquants de la période coloniale en Nouvelle Espagne sont résumés à deux événements majeurs: les débuts et la fin d’un Empire. Comment interpréter les trois siècles de cette domination espagnole en évitant les clichés qui encombrèrent pendant longtemps l’histoire de la Nouvelle Espagne ? « Contrairement aux clichés rabâchés après l’Indépendance, la période coloniale ne fut pas pour Mexico un interminable intermède plongé dans les ténèbres d’une occupation étrangère » [Gruzinski, 1996, p. 69].

14L’historiographie « officielle » sur la ville de Mexico a eu tendance, dans les premiers temps de l’Indépendance (1821), à minimiser et même à dénigrer, l’importance de la période coloniale, pour affirmer sa personnalité en renouant avec le passé précolombien. La cité des palais du xviiisiècle ne sera remise au goût du jour que plus récemment, avec la prise de conscience patrimoniale.

15Le xviie siècle, sur le plan patrimonial, est présenté par les historiens de l’art [Francisco de la Maza, 1968], comme le commencement de la « Grandeur Mexicaine ». Le xviie siècle rompt avec les constructions de style médiéval du xvie siècle, et commence à imposer un style plus léger, conforme aux canons de la Renaissance. Il faut pourtant attendre la première moitié du xviiisiècle pour que le style architectural devienne proprement mexicain et dégagé des influences étrangères, marquant ainsi une première rupture dans la marche vers la mise en place d’une identité proprement mexicaine.

16L’image de ce que pouvait être la ville coloniale ne nous est parvenue qu’à travers des descriptions, des tableaux et des poèmes des chroniqueurs des xviie et xviiie siècles, comme en témoigne le tableau représentant la ville de Mexico en 1737 (figure 1).

Figure 1. Plan de la ville de Mexico en 1737

Figure 1. Plan de la ville de Mexico en 1737

17Plan dessiné en 1737 par l’architecte Pedro de Arrieta, Mexico. Les îlots des maisons sont dessinés en rouge et les façades en beige. Les faubourgs indigènes sont également représentés sur ce plan. Au centre, on note la représentation de la foule autour des marchés de la place centrale. On retrouve dans la silhouette de la ville de 1737, les contours du centre historique actuel (l’orientation est différente, en bas du tableau le jardin de l’Alameda). Dans le coin gauche du tableau, un commentaire sur l’histoire des édifices (source: Guide du Centre Historique, 1997, DR).

18La période phare de l’histoire de la ville de Mexico reste néanmoins le xviiie siècle. La ville du xviiie siècle, parée de toutes les richesses, théâtre de nombreuses festivités et véritablement investie par les édifices religieux et les palais de la noblesse, restera dans les mémoires comme la ville de l’apogée du style colonial. La ville de Mexico est alors une ville royale et baroque consciente de sa grandeur. Il n’est pas anodin de constater que parmi les édifices monumentaux historiques, il ne reste que ceux du xviiie siècle. Il paraît donc normal qu’ils soient une référence aujourd’hui pour qualifier la ville coloniale. Le style architectural devient uniforme et s’affranchit réellement de la tutelle de l’Espagne sous l’influence d’une noblesse et d’une bourgeoisie qui veut extérioriser sa richesse acquise dans les mines et les immenses propriétés de la colonie. La ville du xviiie est alors présentée dans les documents d’époque comme « la ville des palais », celle qui sert aujourd’hui de référence patrimoniale: « Les rues de la ville de Mexico sont très belles et très larges… Les édifices sont les plus beaux et les plus avantageux de l’univers, avec toutes ces maisons […] grandes, hautes, avec un grand nombre de fenêtres, de balcons et de grilles de fer qui ravissent l’œil. […] Les rues ne sont pas sinueuses comme dans la majeure partie des villes d’Espagne. » [Torquemada, 1615, cité par F. de la Maza, 1968, p. 13].

Figure 2. Le palais Iturbide

Figure 2. Le palais Iturbide

Gravure de Casimiro Castro in Mexico y sus alrededores, éd. 1874, Mexico, source, Artes de Mexico, 1993, DR.

19Ces représentations d’une ville remarquable persistent dans les écrits des voyageurs qui visitent Mexico jusqu’au début du xixe siècle à l’image d’Alexandre de Humboldt lors de son passage à Mexico en 1804 : « La ville de Mexico est remarquable aussi à cause de la bonne police qui y règne. La plupart des rues ont des trottoirs très larges; elles sont propres et très bien éclairées par les réverbères à mèche plate en forme de rubans »… [Humboldt, 1825, 1980].

20La ville y est auréolée de toutes les qualités: régularité, largeur des rues, majesté des places publiques, solidité et magnificence des monuments. L’impression qui se dégage de ses écrits est celle de l’émerveillement. Elle souligne la surprise des observateurs étrangers devant le bon ordonnancement de la ville de Mexico, comparativement à d’autres cités d’Amérique latine. L’image de Mexico que nous renvoie le baron de Humboldt est flatteuse, mais étrangement en décalage avec les descriptions des Mexicains qui commencent à percevoir les maux de la ville insalubre et pauvre. C’est cette image dévalorisée, en concordance avec des pratiques de la ville différenciées, qui va l’emporter quelques décennies plus tard et qui reste comme un stigmate dans la ville patrimoniale contemporaine en mal de reconnaissance.

De la marginalisation du centre historique

21Les représentations de la ville commencent à évoluer dès la fin du xviiisiècle, pour changer véritablement au cours du xixsiècle. Une vague de projets réformateurs associée à une réflexion de plus en plus critique sur la ville entraînent un certain nombre de mutations urbaines. Dans la plupart des villes européennes, le processus est le même. Les grandes villes se révèlent inaptes à remplir les fonctions que leur imposent l’industrialisation et des concentrations démographiques sans précédents. Paris, avec les réalisations du baron Haussmann (1853-1869), donne le ton, avec un urbanisme fonctionnaliste appliqué, qui sera admiré et imité dans de nombreuses villes à travers le monde. Ces changements radicaux que subiront les villes en pleine croissance naissent à l’origine d’un sentiment de profonde inadaptation du tissu urbain hérité aux réalités modernes. La ville du xixe siècle va se construire en s’opposant et en critiquant la ville existante.

  • 4 Archivo del Antiguo Ayuntamiento de la Ciudad de Mexico.
  • 5 Le texte a été retrouvé par Ignacio Gonzales Polo et largement commenté. L’hypothèse de l’auteur vi (...)
  • 6 Pulqueria: endroit où l’on boit du pulque, boisson alcoolisée mexicaine, populaire et bon marché, o (...)

22Pour Mexico, le changement dans les perceptions et dans les politiques de la ville s’observe dès les dernières décennies du grand siècle baroque. Un texte, anonyme et manuscrit, retrouvé dans les Archives de l’Ancienne Municipalité de Mexico4 nous permet de comprendre les préoccupations sur la ville de cette époque. Ce Discours sur la politique de Mexico, écrit en 1788, est le premier texte qui nous parle clairement des premiers désagréments de la ville. Partisan de nombreuses réformes urbaines, l’auteur, qui devait être un homme instruit, sans doute en charge d’un poste dans l’organisation de la police de la ville5, pointe du doigt, par une série d’observations très critiques, les vices de la métropole de Mexico. Les vendeurs ambulants sont accusés de salir les rues. Celles-ci sont encombrées d’ordures et servent à toutes sortes d’activités: les artisans débordent sur les chaussées pour faire chauffer quelques mixtures utiles à leur métier; les populations y mangent et les pauvres (les Indiens) y dorment; les coins reculés servent de pissotières; de nombreuses bagarres éclatent aux alentours des pulquerias6; les maisons populaires hébergent des basses cours et les animaux traînent souvent dans les rues; les vaches et les mules se tiennent sur les places [Lombardo Ruiz, 1978, p. 169]. La conclusion de ce constat est accablante et l’hygiène générale de la ville est perçue comme désastreuse. Il convient pourtant de noter que les pratiques urbaines des populations n’ont sans doute pas véritablement évolué, au cours du xviie et du xviiie siècles, même si la ville est sans doute devenue plus sale [Monnet, 1993, p. 34]. Il est intéressant alors de comparer les opinions sur la ville à quelques décennies d’écart. Dans l’une, les étals des vendeurs ambulants sont signes de richesse, d’abondance et de prospérité pour la ville, dans l’autre ils incarnent déjà le malaise urbain. La perception de la ville est donc toute subjective. Comme nous l’avons vu plus avant, Humboldt, à la même époque, ne voit d’ailleurs pas de motifs de critique dans son observation des rues de Mexico. Il les encense même par rapport à d’autres villes comme La Havane.

23Comment expliquer alors ce changement dans le système de représentation de la ville?

  • 7 « Ordenanzas para la limpieza de la ciudad de Mexico, 1598 », Archivo General de la Nación, 1956.

24Les intellectuels mexicains de cette période charnière baignent dans une idéologie nouvelle qui s’est imposée petit à petit, tout au long du siècle des Lumières: le fonctionnalisme. La différenciation des fonctions est perçue comme la seule règle d’urbanisme viable et susceptible d’amener ordre et beauté à la ville. Conformément à ce principe, les pratiques nuisibles à la propreté de la ville doivent être délocalisées en dehors de la zone urbaine. Cette pratique n’est d’ailleurs pas nouvelle puisqu’il en est question dans les textes officiels dès le xvie siècle7. Les animaux, et surtout le bétail doivent être élevés en dehors du centre. Les vendeurs ambulants doivent se regrouper sur les places, par genre de marchandises; les abattoirs, les producteurs de jambon, les tanneurs sont devenus indésirables dans le centre… Les solutions, proposées par l’auteur, sont présentées comme nécessaires pour éviter la propagation des maladies. Cette conception nouvelle inaugure l’ère de la pathologie urbaine, qui sera un leitmotiv des images de la ville du xixsiècle, quels que soient les cultures et les continents.

25Jérôme Monnet décrit ce changement dans les représentations de la ville comme brutal. L’explication tient à plusieurs phénomènes. D’une part, la ville de Mexico, qui correspondait pendant les deux premiers siècles de la colonisation à la cité modèle, conforme à l’utopie urbaine, ne souffrait pas les critiques. La plupart des chroniqueurs de l’époque, reproduisant un discours bien établi ne se permettaient pas de voir la saleté des rues et les désordres de la ville. D’autre part, à la fin du xviiie siècle, les conceptions changent, et la ville américaine n’incarne plus le modèle de ville idéale. Les observateurs peuvent alors décrire ce qu’ils voient et critiquer de façon poussée les « vices » de la ville de Mexico, si éloignée du nouveau modèle urbain hygiéniste et fonctionnaliste [Monnet, 1993, p. 35].

26Les faubourgs de Mexico, au xixe siècle, inquiètent. Non encore véritablement définis par les fonctions urbaines, ils encerclent les quartiers riches et bourgeois du centre. Ils sont perçus comme dangereux, comme le repère des classes les plus pauvres. Qualifiés de sales et sordides, ils sont habités essentiellement par des Indiens, des métis et des « petits blancs » en voie de prolétarisation. Perçus quelquefois comme pittoresques et héritiers de la tradition indienne de l’ancienne Tenochtitlan, ils font pourtant le plus souvent peur et incarnent le refuge des pelados, miséreux et bandits de tout genre [Gruzinski, 1996, p. 334]. Mexico durant la première moitié du xixe siècle est une ville meurtrie dont la structure urbaine ne change pas énormément. Les années suivant l’Indépendance sont des années de crise, où l’économie du pays est ruinée et où les modifications urbaines ne sont pas à l’ordre du jour. Les guerres contre les Français (1838), puis surtout contre les États-Unis (1846-1848) entraînent des dépenses importantes et accroissent la dette extérieure. Le Mexique perd en outre la moitié de son territoire, cédé aux États-Unis après la guerre. Le général Santa Anna se soucie peu de la capitale, qui continue de vivre sur l’ancien modèle colonial: les notables au centre, les classes moyennes dans la première périphérie et les faubourgs indigènes entourant la ville.

27L’inversion de l’image urbaine à partir de la seconde moitié du xixe siècle s’accompagne en outre d’une croissance urbaine spectaculaire (carte 3). La centralité se déplace vers les quartiers

28L’inversion de l’image urbaine à partir de la deuxième moitié du xixe siècle s’accompagne en outre d’une croissance urbaine spectaculaire (carte 3). La centralité se déplace vers les quartiers nouvellement construits à l’ouest du centre, le long des grandes voies de communication tel que le boulevard de la Réforma. Les élites sont attirées par la culture et les modes de vie à l’Européenne et souhaitent voir Mexico rejoindre le lot des villes occidentales et modernes.

  • 8 Vecindades?: habitat traditionnel populaire du centre historique de Mexico, organisé autour d’une c (...)

29Au même moment, le centre se métamorphose en rupture avec son passé désacralisé et cet espace devient celui de la spéculation foncière à la suite du démantèlement des biens de l’Église à partir des années 1860. Le marché immobilier explose avec la sécularisation des biens de l’Église et ouvre à une nouvelle classe de promoteurs de vastes possibilités. Les classes populaires et ouvrières, de plus en plus nombreuses demandent à être logées et la bourgeoisie tend à choisir d’autres lieux de résidence, plus en accord avec l’idée qu’elle a de la ville moderne. Le centre devient un véritable chantier alors que la ville compte déjà près de 200 000 habitants en 1860. La croissance démographique s’accélère et condamne le centre à se paupériser et se taudifier. De nombreuses vecindades8 se concentrent dans le nord du centre et dans ses périphéries immédiates afin de loger les classes prolétaires. En 1910, Mexico compte 470 000 habitants et sa surface bâtie s’étend sur près de 40 km, soit cinq fois plus que le centre historique correspondant à la ville du xviiie siècle. À cette marginalisation spatiale s’ajoute donc une marginalisation sociale du centre historique de Mexico. De cette époque date également la différenciation forte entre l’est et l’ouest du centre historique. Les quartiers ouest sont ceux qui restent proches des nouvelles centralités en construction là où les élites urbaines choisissent de se déplacer. Les rues de l’ouest du centre sont celles qui accueillent les boutiques chics (rue Platero), les hôtels de luxe, les banques et les grands magasins; à l’est ce seront les quartiers ouvriers en direction des anciens lacs mal asséchés de la lagune de Mexico. Cette profonde division de l’espace, qui s’étend sur les marges élargies du centre, marque encore aujourd’hui le paysage urbain et les pratiques de la réhabilitation dans le centre de Mexico. Ce principe de dissymétrie urbaine que l’on retrouve dans toutes les grandes villes est aussi le révélateur d’une ségrégation sociospatiale ancienne fondée en partie sur des imaginaires et les pratiques urbaines des classes sociales différenciées.

30Le xixe siècle est donc celui des bouleversements urbains et l’histoire patrimoniale de la ville n’en retiendra qu’une période historique creuse où les discours sur la ville ancienne passent dans le registre de la pathologie urbaine, même si dans les faits, la partie ouest du centre reste valorisée dans les pratiques sociales des élites. Les Mexicains de la fin du xixe siècle ne se préoccupent pas de questions patrimoniales et les monuments sont d’abord perçus comme religieux et espagnols (donc sans valeur) avant d’être historiques et intimement liés à l’histoire de la nation et à l’identité mexicaine.

Carte 3. Agglomération de Mexico

Carte 3. Agglomération de Mexico

Pour une reconquête du centre historique

Il fallut un demi-siècle pour traduire sous forme officielle l’intuition qu’il existe un
patrimoine monumental essentiel à la conscience nationale.
Babelon, Chastel, 1994, p. 72.

L’espace valorisé et l’espace oublié

31À la fin du xixe siècle, les élites urbaines si elles ne résident plus dans le centre historique continuent de le pratiquer sur un périmètre restreint. L’ouest du centre historique, cet espace compris entre l’Alameda et le Zocalo, inspire largement le style des beaux quartiers de Mexico. Le parc de l’Alameda, apprécié pour ses promenades, fait la jonction entre le centre ancien et le très huppé Paseo de la Reforma. Dans cet espace, valorisé par les classes aisées, prennent place les nouvelles fonctions urbaines (banques, commerces modernes, lieux de divertissements à la parisienne…). Ces fonctions impliquent des pratiques diurnes de la part des classes favorisées. Le soir, elles retournent dans leurs périphéries résidentielles fraîchement construites. L’habitat est, quant à lui, préservé dans les autres parties du centre colonial de Mexico. Les quartiers, à l’intérieur même de cet espace restreint (9,1 km2, soit l’ensemble du centre du xviiie siècle) s’individualisent et les pratiques qu’ils suscitent deviennent radicalement différentes. Elles annoncent déjà ce que nous observons de nos jours. La valorisation de l’espace, requalifié de corredor financiero ou plus récemment de corridor culturel, trouve donc son origine dans cette évolution urbaine du début du xxe siècle. À Mexico, les classes populaires investissent le nord, l’est et le sud du centre historique. Ces quartiers se caractérisent par les logements de vecindades, par des activités artisanales ou de petits commerces populaires. Progressivement pourtant, par mitage de l’espace urbain, des poches de pauvreté viennent également s’installer dans la zone privilégiée du centre historique, entre le Zocalo et l’Alameda. Des édifices religieux, comme l’ex-hôpital de Betlemitas, sont squattés par des résidents pauvres. Les exemples de ce genre sont nombreux et le centre historique dans son ensemble finit par devenir un espace populaire.

32À l’aune des pratiques urbaines du tournant du xxe siècle, nous pouvons jeter un nouveau regard sur les pratiques de réhabilitation actuelles dans le centre historique de Mexico et la nette préférence pour la partie ouest dans les politiques urbaines de « reconquête » du centre depuis les années 1960. La volonté d’embourgeoisement des corridors privilégiés (corridors financiers, corridors culturels) s’explique par la permanence de la dissymétrie et par des pratiques différenciées entre la partie est et ouest du centre avant même la prise de conscience patrimoniale.

L’éveil de la pensée patrimoniale: entre modèle européen et nationalisme?

33Au Mexique, la notion de patrimoine est intimement liée à la construction de l’idée de nation. La monumentalisation du passé, d’abord précolonial puis colonial, est une manière de montrer à tous, la grandeur de la patrie. La mise en place des premières instances de protection des monuments se réalise à la fin du xixe siècle et au début du xxe siècle suivant un modèle européen. La gestation du sentiment patrimonial, tout comme la gestation du sentiment national, est souvent longue et semée d’embûches puisque les édifices concernés sont fatalement marqués par les institutions religieuses, monarchiques et coloniales, boucs émissaires de la nouvelle patrie. Le cas du Mexique, dans ce contexte, ressemble fortement à l’exemple de la France post-révolutionnaire. La construction de l’idée de nation mexicaine passe donc tout d’abord par un rejet de l’héritage colonial et par une valorisation, quelque peu artificielle, du passé précolombien qui acquiert dès le départ une forte connotation politique. De manière paradoxale, le rejet premier de toute la culture espagnole semble nécessaire pour s’affranchir de la domination de l’Occident. Le nationalisme naissant est en quête d’une identité culturelle qui symbolise l’ensemble de la nation et intègre les différents éléments ethniques qui la composent. L’intérêt porté aux antiquités précolombiennes permet cette intégration des Indiens à la nation mexicaine. Elle n’en exclut pas pour autant les élites urbaines créoles qui trouvent dans la valorisation des racines précoloniales de la nouvelle nation un nouveau souffle permettant de se démarquer des autres pays. La première étape dans la fondation d’un patrimoine national mexicain se consacre donc entièrement aux vestiges précoloniaux.

34La vente des biens de l’Église, au milieu du xixe siècle, fait tomber dans le giron de l’État les biens qui appartenaient jusqu’alors aux confédérations religieuses. Comme nous l’avons vu, l’État préfère laisser l’initiative du démantèlement des ensembles conventuels et religieux aux investisseurs et spéculateurs privés. Pourtant, comme en France, au moment de la Révolution, l’État devient le nouveau gestionnaire de biens essentiellement urbains et à forte valeur patrimoniale. Son intérêt n’est pourtant pas encore dans la protection des monuments coloniaux. Par contre, le gouvernement organise des fouilles archéologiques dans le centre de Mexico. La responsabilité de ces fouilles revient à l’État et à lui seul. Il est en outre propriétaire de tous les biens archéologiques trouvés sur le territoire national. Le patrimoine devient un instrument au service de la nation. Les moyens de sa préservation sont mis en œuvre, notamment avec les possibilités d’expropriation dont s’était doté l’État.

35Mais jusqu’à la Révolution mexicaine (1910-1924), tout un pan du patrimoine est exclu de cette construction nationale. Les monuments coloniaux ne sont considérés comme « monuments historiques » qu’à partir de 1914. Enfin, les lois de protection s’étendent aux monuments de cette époque coloniale après avoir été sciemment oubliées pendant près d’un siècle. La période de domination espagnole n’est plus rejetée et s’intègre alors comme un élément constitutif de l’histoire nationale. Comment expliquer, non pas la reconnaissance légitime de ce patrimoine colonial, mais le fait que les Mexicains aient mis autant de temps à étendre leur domaine patrimonial à la période coloniale?

36Françoise Choay parle, pour l’exemple de la France, de « prise de conscience d’un changement d’ère historique, d’une rupture traumatique du temps » [Choay, 1996, p. 101]. F. Choay lie cette prise de conscience des intellectuels, artistes et hommes de plume avec l’avènement de l’ère industrielle au xixe siècle. Le monument historique appartient alors à une époque révolue et ne se renouvelle plus. Le constat est celui d’un tarissement irrémédiable. L’industrialisation du Mexique, à la fin du xixe siècle, aurait sans doute entraîné les mêmes conséquences s’il n’y avait eu ce rejet fondateur de la puissance colonisatrice. La Révolution mexicaine marque une autre rupture dans le temps. L’indépendance s’est affirmée pendant un siècle, le pays s’est affranchi de cette tutelle pesante de l’Occident. L’entrée dans le xxe siècle est brutale pour le Mexique, déchiré entre des luttes fratricides et sanglantes. La distanciation avec la période coloniale est suffisamment accomplie pour permettre la protection de monuments, qui apparaissent sans doute, pour la première fois aux yeux des Mexicains, comme des témoins d’un passé révolu, qui n’est plus menaçant et dont il est possible de tirer une certaine fierté. Les monuments historiques coloniaux, tout comme le patrimoine archéologique, vont tout au long du siècle servir à illustrer et à faire grandir le sentiment national. Le patrimoine monumental antérieur au xixe siècle acquiert alors un statut particulier et sa mission est d’inscrire dans la centralité devenue « historique » les symboles de la grandeur de la nation. La hiérarchisation du patrimoine perdure néanmoins et la découverte du Templo mayor en 1978 par des ouvriers lors de travaux sur le réseau électrique de la ville va entraîner la destruction d’un pâté de maisons coloniales jouxtant la cathédrale. L’État avait fait son choix, aidé en cela par les textes législatifs et par le soutien d’une partie de l’opinion publique qui avait intégré les schémas hiérarchiques de la sauvegarde du patrimoine. Les vestiges du complexe cérémoniel des Aztèques s’étendant en outre sous la Cathédrale métropolitaine, certaines voix, à l’époque, avaient même émis l’idée de la détruire afin de continuer les fouilles!

Du monument à la ville

37Comme dans la plupart des villes historiques, l’évolution de la sauvegarde du patrimoine passe lentement de celle des monuments à l’ensemble du tissu urbain. Par ailleurs, la notion de zone de monument apparaît assez tôt au Mexique. Dès 1930, c’est-à-dire bien avant la France, la place de la Constitution est déclarée zone de monuments: « Les maisons […] situées dans le périmètre de la place de la Constitution forment une unité monumentale par le caractère de leur architecture, par leur valeur artistique et historique […]. En conséquence, autorités et particuliers devront adapter leurs actions quant aux travaux qu’il y aura à effectuer dans ce périmètre comme dans les édifices dont l’ensemble constitue l’aspect typique de la place. » (Décret présidentiel de 1931, Diario Oficial, Mexico). La place de la Constitution est considérée dans son entier comme un monument. La fonction symbolique très forte de l’espace central ne vaut que si l’ensemble des bâtiments qui l’entourent présente une certaine harmonie architecturale, voire une harmonie historique factice. En effet, l’homogénéisation des façades de la place de la Constitution nous fait croire à une unité de temps et d’époque, fausse par ailleurs puisque le deuxième étage du Palais présidentiel est un ajout du xixe siècle et que le Palais de la municipalité au sud et les arcades de la façade ouest de la place sont du xxe siècle. On parle alors de la monumentalité de la place, de sa valeur symbolique et non plus seulement des édifices qui la composent.

38L’importance de la centralité comme zone intégrale à préserver et à valoriser se fait dans un deuxième temps, à partir des années 1960. Les luttes contre les projets d’élargissement de la rue Tacuba en plein cœur du centre historique vont focaliser l’attention des intellectuels sur la nécessité de sauvegarder l’ensemble de la ville historique. Ce mouvement suit en cela les évolutions à l’échelle internationale qui tendent à ériger des règles pour la préservation des secteurs urbains hérités (En France, loi Malraux sur les secteurs sauvegardés, 1962). La ville historique devient un objet patrimonial en soi et se singularise du reste de la métropole en constante évolution. Cette époque charnière est également importante dans la prise de conscience généralisée de l’opinion publique envers le patrimoine urbain.

Conclusion: de la conquête à la « reconquête urbaine »

39À travers l’étude des perceptions urbaines et des images souvent paradoxales de la ville historique de Mexico au cours des siècles, nous avons retracé la manière dont l’histoire est aujourd’hui réinterprétée et mise au service de la ville patrimoniale. De la cité Aztèque de Tenochtitlan à la ville des Palais du xviiie siècle, il ne reste que ces deux temps forts qui marquent chacun à leur manière l’apogée de la ville à la double identité, à la fois indienne et coloniale, mexicaine en vérité.

  • 9 Cf. les articles récents de E. Salin [2008], C. Paquette [2006], D. Hiernaux [2006].

40L’histoire du déclassement de la centralité est commune à presque toutes les villes historiques mondiales. Mexico n’échappe pas à la règle et les discours dépréciateurs mettant en scène la pathologie urbaine vont de paire avec une vraie décrépitude et un réel désintéressement pour la centralité, qui ne cesse au xixe siècle de se déplacer sur un axe sud-sud/ouest en direction aujourd’hui de la lointaine périphérie des affaires de Santa Fe. Mais la prise de conscience patrimoniale, qui se fait en plusieurs temps, des antiquités précolombiennes jusqu’aux secteurs urbains en passant par le « culte des monuments » selon l’expression de F. Choay, permet d’amorcer la « reconquête » de cette centralité qui apparaît comme inadaptée et peu attractive pour les élites urbaines. L’instrumentalisation de la valeur identitaire et symbolique de la ville historique est aujourd’hui incontestable dans les politiques urbaines qui tentent de faire valoir une image patrimoniale conforme aux attentes des classes aisées souhaitant réinvestir le centre sur le même modèle que les cités européennes. Les caractéristiques des mesures et des actions entreprises pour réhabiliter et revaloriser une partie (la partie ouest) du centre historique ont fait l’objet de plusieurs recherches9. Ces politiques tendent à impulser un processus de gentrification à l’aide d’un partenariat entre acteurs privés et acteurs publics. C’est peut-être là d’ailleurs le sens caché du vocabulaire emprunté aux conquistadors et chers aux Mexicains. La reconquête des classes aisées de retour dans un centre revalorisé serait-elle l’ultime étape du processus qui mettrait Mexico au même rang que les grandes capitales européennes que sont Paris, Londres ou Amsterdam?

Haut de page

Bibliographie

Babelon Jean-Pierre, Chastel André, La notion de patrimoine, Paris, Liana Levi, 1994, 127 p.

Choay Françoise, L’allégorie du patrimoine, Paris, Seuil, 1992, 267 p.

De la Maza Francisco, La ciudad de México en el siglo xvii, Lecturas mexicanas 95, FCE, SEP, México, 1968, 93 p.

Di Méo Guy, Géographie sociale et territoires, Nathan, Paris, 2000, 317 p.

Gruzinski Serge, Histoire de Mexico, Paris, Fayard, 1996, 454 p.

Gruzinski Serge, La colonisation de l’imaginaire, sociétés indigènes et occidentalisation dans le Mexique espagnol xvie-xviiie siècle, Paris, Gallimard, 1988, 374 p.

Halbwachs M, La mémoire collective, PUF, 1950, Paris.

Hiernaux Daniel, « Les imaginaires et les lieux dans la reconquête du centre historique de Mexico », in Hélène Rivière d’Arc et Maurizio Memoli, 2006, Le pari urbain en Amérique latine - Vivre dans le centre des villes, Paris, Armand Colin, 2006, p. 37-46 p.

Humboldt Alexandre, Essai politique sur le royaume de la Nouvelle Espagne (1807-1811), 1980 (1825), « Voyages aux régions équinoxiales du Nouveau Continent », éd. Charles Minguet, 2 vol. 

Lombardo de Ruiz Sonia, « Ideas y proyectos urbanísticos de la ciudad de México », 1788-1850, Ciudad de México: ensayo de construcción de una historia, SEP, INAH, 1978, 225 p.

Méle Patrice, Patrimoine et action publique au centre des villes mexicaines, CREDAL, PUS, Éd. IHEAL, Paris, 1998, 324 p.

Monnet Jérôme, 1993, La ville et son double, la parabole de Mexico, Paris, Nathan, 1993, 224 p.

Paquette Catherine, « Des habitants pour le centre historique? Mexico face à l’un des défis majeurs de la réhabilitation » in Hélène Rivière d’Arc et Maurizio Memoli, 2006, Le pari urbain en Amérique latine - Vivre dans le centre des villes, Paris, Armand Colin, p. 107-125.

Salin Élodie, « Les centres historiques du Caire et de Mexico, représentations de l’espace, mutations urbaines et protection du patrimoine », thèse de doctorat de géographie, 2002, Paris-X Nanterre.

Salin Élodie, « La réhabilitation dans les centres anciens dans les grandes villes du Sud: entre maintien des populations pauvres et tentatives de gentrification? », Habiter le patrimoine, enjeux, approches, vécu, sous la direction de Maria Gravari-Barbas, PUR, Rennes, p. 281-295.

Salin Élodie, « La requalification des centres historiques du Caire et de Mexico: entre culture et marketing », L’économie culturelle et ses territoires, coll. « Villes et Territoires », Université de Toulouse le Mirail, Presses universitaires du Mirail, 2008, p. 317-329.

Haut de page

Notes

1 Le texte présenté ici reprend en partie les écrits de ma thèse de doctorat de géographie soutenue à Paris X Nanterre en 2002, sous la direction d’Alain Musset.

2 Site de la ville de Mexico DF?: http://www.ciudadmexico.com.mx/zonas/centro.htm.Traduction « Le centre historique de la ville de Mexico est un lieu si merveilleux qu’il nous serait difficile d’énumérer tous ses attraits et ses légendes, celles-là mêmes qui font partie de notre héritage national, déclaré patrimoine culturel de l’humanité par l’UNESCO. »

3 Parmi de nombreuses références, citons l’ouvrage collectif sous la direction de H. Rivière D’Arc et M. Memoli, 2006, Le pari urbain en Amérique latine. Vivre dans le centre des villes, Armand Colin, 224 p.

4 Archivo del Antiguo Ayuntamiento de la Ciudad de Mexico.

5 Le texte a été retrouvé par Ignacio Gonzales Polo et largement commenté. L’hypothèse de l’auteur vient de lui [Lombardo de Ruiz, 1978].

6 Pulqueria: endroit où l’on boit du pulque, boisson alcoolisée mexicaine, populaire et bon marché, obtenue par la fermentation du fruit et de la sève de l’agave.

7 « Ordenanzas para la limpieza de la ciudad de Mexico, 1598 », Archivo General de la Nación, 1956.

8 Vecindades?: habitat traditionnel populaire du centre historique de Mexico, organisé autour d’une cour.

9 Cf. les articles récents de E. Salin [2008], C. Paquette [2006], D. Hiernaux [2006].

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1. Monuments remarquables et patrimoine dans le centre historique de Mexico
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/1153/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Carte 2. Principaux édifices et axes de circulations de la ville de Mexico-Tenochtitlan surimposés au centre historique actuel
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/1153/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 1. Plan de la ville de Mexico en 1737
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/1153/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Figure 2. Le palais Iturbide
Légende Gravure de Casimiro Castro in Mexico y sus alrededores, éd. 1874, Mexico, source, Artes de Mexico, 1993, DR.
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/1153/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Carte 3. Agglomération de Mexico
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/1153/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Élodie Salin, « La centralité reconquise », Cahiers des Amériques latines, 59 | 2008, 103-122.

Référence électronique

Élodie Salin, « La centralité reconquise », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 59 | 2008, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 24 mai 2017. URL : http://cal.revues.org/1153 ; DOI : 10.4000/cal.1153

Haut de page

Auteur

Élodie Salin

Élodie Salin est maître de conférences à l’université du Maine et rattachée à l’URM CNRS 6590 ESO (Espaces et Sociétés). Ses thématiques de recherche sont liées aux enjeux urbains (centralité historique, protection et mise en valeur du patrimoine, métropolisation) des grandes métropoles latino-américaines (Mexico, Santiago) et du monde arabe (Le Caire). Spécialiste de la comparaison, Élodie Salin participe au programme METAL (Métropoles d’Amérique latine) de l’ANR. Ses axes de recherche l’amènent également à s’intéresser à la patrimonialisation, à la mise en tourisme et à la gestion des aires protégées et classées au patrimoine mondial de l’UNESCO (Quebrada de Humahuaca, Argentine et Chemin de l’Inca) dans une perspective de construction des identités territoriales et de développement durable.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org