Navigation – Plan du site
Dossier. La ville dans les Amériques : un regard de part et d'autre de la frontière
La centralité urbaine à l’heure de la métropolisation : entre patrimonialisation et valorisation des espaces publics

La centralité urbaine à l’heure de la métropolisation : entre patrimonialisation et valorisation des espaces publics

Cynthia Ghorra-Gobin et Alain Musset
p. 101-102

Texte intégral

1L’idée de la centralité dans la tradition occidentale est généralement associée à celle de patrimoine historique ou encore de quartier historique. Cette centralité s’impose dans le paysage urbain en raison du caractère monumental des bâtiments ou encore de leur allure majestueuse faisant référence à un passé souvent glorieux. Mais comme le souligne Élodie Salin dans son article sur Mexico, c’est moins l’esthétique urbaine qui est véritablement convoquée dans la dynamique de la reconquête de la centralité que l’évocation d’une mémoire au travers d’une pluralité de discours souvent contradictoires mais toujours en mesure de susciter l’intérêt de tous. Mexico est une capitale nationale et de ce fait, elle se doit de refléter l’histoire d’une mise en scène de la nation. Il est vrai que la conquête espagnole dans le Nouveau Monde s’est traduite par l’affirmation d’une centralité urbaine au service du pouvoir politique, un constat que l’on peut difficilement établir pour la conquête britannique ou hollandaise qui incarne moins la volonté d’un pouvoir central que la dynamique de marchands (au travers des Compagnies) et d’individus en quête de nouveaux horizons d’ordre spirituel et/ou matériel.

2Au sein du territoire qui, plus tard, deviendra les États-Unis, la ville relève généralement de l’ordre marchand, comme l’indique Cynthia Ghorra-Gobin. Aussi au cours de la période où les treize colonies choisirent de se fédérer, d’affirmer leur indépendance et de se doter d’une Constitution (entre 1765 et 1789), les Américains ont dissocié la ville politique de la ville économique. Washington est désignée capitale fédérale alors que New York et Philadelphie notamment représentent le cœur de la vitalité économique du pays. Los Angeles, un « pueblo » de l’empire espagnol devenu par la suite une petite ville de la frontière mexicaine, puis une petite ville de la frontière américaine ne fait pas vraiment l’expérience de la centralité (en dehors d’une phase limitée à deux ou trois décennies, entre 1880 et 1910) pour très rapidement s’affirmer comme une ville organisée sur le principe de la maison entourée d’un jardin pour tous et s’étendant en dehors de toute notion de limite. Cette faible valorisation des espaces publics tout au long de l’histoire de la ville contraste ces dernières décennies avec les pratiques sociales des Latinos qui se donnent les moyens de s’approprier des espaces publics. Cette mise en scène de la population latino dans quelques espaces publics de la ville ne va pas sans influencer la politique de recentralisation de Los Angeles qui jusqu’ici s’est limitée à la construction de nouveaux bâtiments et de gratte-ciel et à la réhabilitation de quelques anciens bâtiments en dehors de toute référence à la figure du piéton. Mais à présent le débat sur l’aménagement du downtown s’oriente progressivement vers cette idée d’une valorisation des espaces publics.

3Ces deux articles sur Mexico et Los Angeles montrent en fait comment deux entités métropolitaines des Amériques, qualifiées de villes globales (ancrage dans les réseaux économiques) et de villes mondiales (attractivité liée au patrimoine historique ou influence liée à l’industrie cinématographique), s’inscrivent dans la dynamique de la reconquête de la centralité. Les modalités sont certes différentes en raison de leur trajectoire historique singulière mais à Los Angeles la présence latino n’entraîne pas uniquement des tensions interethniques, elle induit une certaine influence sur les débats autour de la recentralisation de la ville.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cynthia Ghorra-Gobin et Alain Musset, « La centralité urbaine à l’heure de la métropolisation : entre patrimonialisation et valorisation des espaces publics », Cahiers des Amériques latines, 59 | 2008, 101-102.

Référence électronique

Cynthia Ghorra-Gobin et Alain Musset, « La centralité urbaine à l’heure de la métropolisation : entre patrimonialisation et valorisation des espaces publics », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 59 | 2008, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 30 avril 2017. URL : http://cal.revues.org/1152

Haut de page

Auteurs

Cynthia Ghorra-Gobin

Cynthia Ghorra-Gobin, directeur de recherche au CNRS, enseigne à l’Institut -d’Études Politiques (Paris). Sa recherche porte sur la question urbaine et prend la ville américaine comme terrain d’investigation. Ses travaux récents privilégient les mutations (sociales, politiques, économiques et culturelles) liées aux processus de globalisation ainsi que la démarche comparative. Parmi ses récentes publications, Les États-Unis entre local et global (Presses de Sciences Po, 2000), Villes et société américaine (Colin, 2005), la codirection de Géopolitique des Amériques (Sedes, 2008), la direction du Dictionnaire des mondialisations (Colin, 2006) et d’un dossier sur Los Angeles réunissant chercheurs américains et français (Urbanisme, 361, 2008). Son ouvrage, Los Angeles, le mythe américain inachevé (CNRS éditions, 1997, 2000), a reçu le prix France-Amériques en 1998.

Articles du même auteur

Alain Musset

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org