Navigation – Plan du site
Dossier. La ville dans les Amériques : un regard de part et d'autre de la frontière
Migrants latinos et ville transnationale

Le Barrio, une figure majeure du quartier aux États-Unis

Sonia Lehman-Frisch
p. 79-100

Résumés

Cet article examine comment l’interpénétration des mondes latins et anglo-saxons se manifeste sur les territoires urbains nord-américains, à travers l’émergence de la figure du quartier hispanique ou Barrio, qui résulte de l’histoire croisée d’une immigration hispanique massive aux États-Unis et de dynamiques urbaines spécifiques au monde anglo-saxon. Il revient d’abord sur la dite latinisation de la population américaine afin d’en saisir à la fois les composantes, les fondements historiques et contemporains, et les rapports à la ville, puis examine comment le Barrio se constitue, tardivement, comme objet de recherche pour les sciences sociales. Il remet ensuite en question la figure univoque qui semble émerger des tentatives de théorisation de ce type de quartier, pour montrer la grande diversité des barrios qui participent du monde urbain américain d’aujourd’hui. Il montre enfin que le Barrio n’est pas une forme urbaine figée et définitive, et que l’évolution de la population hispanique dans certaines villes pose la question de sa pertinence pour comprendre la ville de demain.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 J’utuliserai indifféremment les termes « Hispaniques » et « Latinos », même si certains auteurs sou (...)
  • 2 Cet article s’appuie sur les recherches menées en liaison avec ma thèse [Lehman-Frisch, 2001], sur (...)

1L’ouvrage de Samuel Huntington a fait grand bruit lors de sa parution aux États-Unis. Dans Who Are We? The Challenges to America’s National Identity [2004], il analyse notamment le processus de latinisation qui transforme les États-Unis, qu’il assimile à une mexicanisation, et qu’il présente comme l’une des principales menaces pesant sur l’avenir du pays et de l’identité nationale. Certes les thèses provocatrices du célèbre politologue sont très contestables et de nombreux chercheurs, en Amérique comme en Europe, ont démontré la partialité, les travers et les excès de son argumentation. Reste alors que ceux que l’on qualifie indifféremment d’Hispaniques ou de Latinos1 connaissent une croissance démographique réellement spectaculaire. Il semble légitime de s’interroger sur l’impact de cette mutation démographique sur le sol américain, et tout particulièrement, dans le contexte d’une société urbaine à plus de 80 % en 2000, sur les villes des États-Unis. Cet article se propose d’examiner comment l’interpénétration des mondes latins et anglo-saxons se manifeste sur les territoires urbains nord-américains, à travers l’émergence de la figure du Barrio (un terme qui signifie quartier en espagnol et qui désigne un territoire urbain habité par une majorité d’Hispaniques)2. Celle-ci résulte en effet de l’histoire croisée d’une immigration latine massive et des dynamiques urbaines spécifiques au monde anglo-saxon. Il s’agira donc de commencer par revenir sur cette latinisation de la démographie américaine et d’en comprendre à la fois les composantes, les fondements historiques et contemporains et les rapports à la ville, avant d’examiner comment le Barrio se constitue, tardivement, comme objet de recherche pour les sciences sociales. On remettra alors en question la figure univoque qui semble émerger des tentatives de théorisation de ce type de quartier, pour montrer la grande diversité des barrios qui participent du monde urbain américain d’aujourd’hui. On verra enfin que le Barrio n’est pas une forme urbaine figée et définitive, et que l’évolution de la population hispanique dans certaines villes pose la question de sa pertinence pour comprendre la ville de demain.

L’« hispanisation » des États-Unis et l’émergence du Barrio

L’« hispanisation » des États-Unis

2En 2007, le Bureau du recensement des États-Unis estime la population catégorisée comme « hispanique » à plus de 45 millions de personnes, soit près de 15 % de la population totale. Ils représentent aujourd’hui la minorité la plus importante du pays, et leur croissance se poursuit à un rythme très rapide : de moins de 7 millions en 1960, ils sont passés à plus de 14 millions en 1980, puis à 35 millions en 2000. Des projections de 2004 les évaluent à 60 millions en 2020.

  • 3 Les Chicanos sont les personnes d’origine mexicaine nées aux Etats-Unis. Ce terme existe depuis le (...)

3En réalité, les termes Hispaniques ou Latinos masquent une grande diversité de populations (figure 1). Le sous-groupe majoritaire (59 %) est constitué par les personnes d’origine mexicaine ce qui alimente la confusion fréquente, dans l’opinion, des termes « Hispaniques » ou de « Latinos » avec ceux de « Mexicains » ou de Chicanos3. Viennent ensuite les Latinos originaires de Puerto Rico (10 %), d’Amérique centrale (5 %) et du Sud (4 %), de Cuba (3 %), de la République Dominicaine (2 %) et d’ailleurs (17 %). Outre la variété des origines nationales, il faut considérer la diversité de la durée d’installation de ces minorités dans le pays. Alors que certains « Mexicains Américains » sont présents sur le sol américain depuis plusieurs générations, les Dominicains figurent parmi les immigrants les plus récents. Dans ces conditions, on conçoit que la latinisation des États-Unis soit un phénomène bien plus complexe qu’il n’y paraît au premier abord, ne serait-ce que sur le plan statistico-démographique. L’explication de l’importance numérique des Latinos et du rythme soutenu de leur croissance réside à la fois dans l’histoire des relations entre le Mexique et les États-Unis et dans les flux migratoires qui continuent à relier les États-Unis à l’ensemble de l’Amérique latine.

Figure 1. Distribution des Latinos par origine nationale

Figure 1. Distribution des Latinos par origine nationale

4En effet, bien avant de passer sous le contrôle des États-Unis, le sud-ouest (compris ici comme les États de l’ouest et les États de la frontière avec le Mexique) était un espace hispanique : territoire espagnol puis mexicain, il avait attiré de nombreux colons depuis le début du xviie siècle. Avec l’annexion du Texas en 1845 puis le traité de Guadalupe Hidalgo en 1848, tous les Mexicains résidant au nord du Rio Grande se retrouvent brutalement sur le territoire d’un autre pays, et ils représentent l’entrée du premier contingent massif de Latinos sur le sol des États-Unis, sans même qu’ils aient eu à se déplacer. Cet événement, loin d’interrompre les migrations en provenance du Mexique est suivi de flux massifs au moment de la Révolution mexicaine.

5Plusieurs décennies de fort ralentissement des flux migratoires suivent les quotas de 1924 qui ferment la porte aux immigrants du monde entier et la latinisation des États-Unis ne reprend avec vigueur qu’avec la nouvelle politique d’immigration mise en place en 1965. Dès lors, la majorité des immigrants ne provient plus de la vieille Europe mais de l’Amérique latine. Il convient cependant d’insister là encore sur la diversité des immigrations hispaniques et l’on distingue nettement plusieurs vagues migratoires, en fonction de leur ancienneté, de leur origine et de leur destination géographique.

6C’est un fait, l’immigration hispanique est d’abord mexicaine, on en sait les raisons (l’histoire des relations avec le Mexique, le fort différentiel économique, la proximité géographique…). Elle est caractérisée par des flux de grande ampleur quasiment ininterrompus et qui se sont intensifiés à partir de 1980 : aujourd’hui, pas moins du quart des immigrants mexicains sont arrivés dans les années 1990 et ils représentent la moitié de la population totale d’origine mexicaine aux États-Unis [Suarez-Orozco, Paez, 2002]. L’immigration mexicaine présente d’intéressantes spécificités géographiques, puisque les personnes d’origine mexicaine se concentrent dans les espaces où les Mexicains-Américains nés aux États-Unis sont les plus représentés, c’est-à-dire dans l’Ouest et le Sud, même si on assiste depuis quelques années à une tendance à la diffusion à partir des États d’installation traditionnelle vers ceux du sud-est et, plus généralement, vers l’ensemble du territoire et notamment l’Illinois [Faret, 2003].

7Les immigrants d’Amérique centrale et du Sud représentent une seconde vague migratoire, massive mais plus limitée dans le temps que celle des Mexicains. Les Cubains ont dominé cette vague migratoire pendant les années 1960, puis 1980, se dirigeant de préférence vers la Floride. à partir des années 1980, ce sont les Centraméricains qui prédominent, en raison de l’intensification des conflits affectant les pays d’Amérique centrale. En 2000, 1,7 million de personnes fuyant des pays dévastés par la guerre (principalement le Salvador, le Guatemala et le Nicaragua) se réfugient aux États-Unis. Aujourd’hui, près d’un Salvadorien sur six vit aux États-Unis [Suarez-Orozco, Paez, 2002]. Comme les immigrants Mexicains, ils s’installent en majorité dans l’ouest et en Californie, mais ils se dirigent également vers New York. Parmi les Sud-Américains, ce sont surtout des Colombiens qui affluent massivement vers les États-Unis, où ils se répartissent de façon relativement homogène sur le territoire, avec une place privilégiée pour New York dans leurs destinations.

8Les Dominicains participent, quant à eux, à une migration que d’aucuns qualifient de transnationale ou circulatoire, dans la mesure où leurs mouvements migratoires sont caractérisés par d’intenses va-et-vient entre la République dominicaine et Manhattan en particulier. Autre minorité hispanique que l’on peut assimiler à des immigrants latinos, en raison de leur statut socioculturel et linguistique (et en dépit de la citoyenneté américaine qu’ils ont acquise au moment de l’annexion de leur île par les États-Unis en 1898), les Portoricains attestent également d’un fort transnationalisme. Traditionnellement concentrés dans le nord-est (à New York en particulier), ils tendent aujourd’hui à investir d’autres régions.

9Finalement, comme le montre plus en détail l’article d’Isabelle Vagnoux dans ce numéro, ces vagues migratoires affectent diversement les grandes régions des États-Unis ; les destinations qu’elles privilégient attestent en outre d’un renversement de tendance saisissant depuis les années 1990, conduisant certains chercheurs à évoquer une « nouvelle géographie de l’immigration » [Massey, 2008].

Des Latinos majoritairement citadins

10À une échelle plus fine, une forte majorité des nouveaux venus sur le sol états-unien se concentre dans une dizaine de grandes villes seulement, même si l’on verra qu’une part croissante d’entre eux se dirige désormais aussi vers les petites villes de la périphérie des grandes agglomérations, voire du rural profond [Massey, 2008]. C’est particulièrement vrai pour les immigrants latino-américains, qui choisissent la ville comme destination privilégiée, et l’ensemble de la population hispanique est caractérisé par une forte concentration urbaine.

11Les statistiques révèlent que les Latinos sont plus souvent citadins que le reste de la population états-unienne : alors que neuf Hispaniques sur dix habitent en ville (les « aires métropolitaines » du recensement), ce n’est le cas que de 7,5 Blancs non hispaniques en 2002. De même, ils se démarquent du reste de la population états-unienne dans leur répartition entre villes-centres et banlieues, puisqu’ils se sont également installés dans ces deux types de territoires alors que les Blancs non hispaniques marquent une nette préférence pour les banlieues. Une analyse plus approfondie révèle des nuances selon les groupes hispaniques considérés : par exemple, les Portoricains tendent à habiter les centres-villes tandis que les Cubains résident plus fréquemment dans les zones suburbaines [Ramirez, 2003].

12De plus, les Latinos habitent de préférence les grandes villes (plus d’un million d’habitants), et ils y représentent souvent une part considérable, voire prédominante, de la population. C’est ce qu’illustre la figure 2 qui présente la part de la population hispanique dans la population métropolitaine totale et qui précise sa composition en termes de sous‑groupes ethniques hispaniques. Il y apparaît que New York et Los Angeles sont de loin les deux villes où les Hispaniques sont les plus nombreux, avec des effectifs respectifs de 2,1 et 1,7 million. Mais Miami et San Antonio sont les deux uniques villes possédant une population à majorité latine (66 % et 59 %). Dans la plupart de ces villes, les Mexicains constituent le sous-groupe prédominant, avec deux exceptions notables : New York présente une large gamme d’origines géographiques, les « Autres Hispaniques » surpassant désormais les Portoricains ; Miami atteste également d’une grande diversité subethnique ; les Cubains étant le groupe prédominant. De fait, dans toutes ces villes, sauf à New York et Chicago, les « Autres Hispaniques » représentent le deuxième sous-groupe par ordre d’importance, signalant désormais la remarquable diversité ethnique des populations urbaines latines [Arreola, 2004].

Figure 2. Les Latinos dans les grandes villes

Figure 2. Les Latinos dans les grandes villes

13La latinisation de la population urbaine s’est traduite par l’émergence et le développement de quartiers hispaniques identifiables aujourd’hui dans la plupart des grandes villes états‑uniennes. Tout particulièrement depuis les années 1970 et les migrations massives en provenance d’Amérique latine, le Barrio est devenu l’une des figures majeures des quartiers ethniques des grandes villes-centres à côté des ghettos (peuplés essentiellement d’Afro‑Américains) et des Chinatowns (investis majoritairement par des Chinois).

Le Barrio, quartier ethnique typique de la ville-centre

14Les sciences sociales se sont depuis longtemps efforcées de théoriser les relations des immigrants au territoire urbain. Les tenants de la tradition sociologique de Chicago sont parmi les premiers à avoir pensé l’inscription dynamique des immigrants dans la ville. Ainsi le fameux modèle de la croissance urbaine proposé par Burgess en 1925 établit-il que les immigrants (essentiellement d’origine européenne à la fin du xixe siècle et au début du xxe siècle) s’installent au cœur de la ville-centre, à proximité des emplois, dans des logements dégradés laissés vacants par d’autres citadins en voie d’ascension sociale. Dans cette « zone de transition » urbaine jugée indésirable et formant un anneau concentrique autour du downtown, les immigrants se concentrent dans ce que les sociologues de Chicago désignent comme des « ghettos », c’est-à-dire des espaces ethniques socialement isolés au sein de la ville et caractérisés par un fort degré de désorganisation sociale. Mais dans cette conception dynamique de la ville, les quartiers ethniques centraux (Little Sicily, Greektown, Chinatown, Black Belt, etc.) sont des lieux transitoires de l’acculturation et de l’intégration progressive des immigrants, qui sont amenés à les quitter au fur et à mesure de leur parcours social et résidentiel ascendant.

15Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, le caractère ethnique des quartiers urbains semble s’estomper, un phénomène lié aux quotas de 1924 qui ont quasiment interrompu toute immigration sur le sol américain pendant quatre décennies. La géographie socioculturelle des villes des années 1940-1950 laisse presque penser que le vieil idéal du Melting Pot s’est matérialisé sur le territoire urbain avec la dissolution de l’ethnicité des quartiers. C’est donc avec surprise et inquiétude que les Américains entendent Nathan Glazer et Daniel Moynihan affirmer dans Beyond the Melting Pot [1970] que la ville américaine atteste d’une « résurgence de l’ethnicité » et que le melting pot n’a tout simplement pas eu lieu [Godfrey, 1988]. Cette nouvelle ethnicité, bien sûr, résulte des nouvelles vagues d’immigration et en particulier de celles en provenance d’Amérique latine. Dès lors, les chercheurs s’intéressent massivement aux quartiers ethniques des villes-centres, et tentent d’expliquer leur évolution contemporaine.

16Le Barrio, qui jusque dans les années 1970 n’avait fait l’objet de presque aucune recherche [Moore, 1997], commence à attirer l’attention des sociologues. À la suite de William Julius Wilson [1987], qui met en avant la notion d’underclass pour expliquer la terrible dégradation des conditions de vie des ghettos afro-américains, des chercheurs décrivent la grande pauvreté qui affecte également les quartiers hispaniques et en analysent les formes et les facteurs. Le Barrio, finalement, est pensé comme relevant de la catégorie des « quartiers ethniques en crise de la ville-centre », une crise dont les caractéristiques et les causes seraient finalement communes à tous ces quartiers centraux, quelle que soit leur identité ethnique et dont la thèse de l’underclass parviendrait à rendre compte. Comme le Ghetto, le Barrio souffre de la restructuration de l’économie urbaine qui prive les villes-centres de leurs emplois industriels peu ou pas qualifiés, alors que ceux-ci constituaient la base économique de ces populations socialement défavorisées  ; comme lui, il subit le départ des classes moyennes (lesquelles s’installent dans les banlieues) qui le plonge dans un profond isolement social expliquant la diffusion de comportements déviants [drogue, gangs, etc. – voir par exemple Vigil, 1988  ; Bourgois, 1995  ; Phillips, 1999].

17Au début des années 1990 cependant, certaines voix commencent à s’élever contre l’assimilation systématique des quartiers hispaniques avec les idées de crise, de dévitalisation et de délinquance. L’applicabilité de la théorie de l’underclass à la communauté hispanique et au Barrio est remise en cause [Moore, Pinderhughes, 1993], et plusieurs recherches montrent au contraire que c’est l’immigration hispanique qui a permis la revitalisation de certains quartiers américains en déclin [Moore, Vigil, 1993]. De même, avec la montée en puissance des Cultural Studies s’intéressant aux paysages, le Barrio est montré comme étant un lieu d’une grande vitalité culturelle [Arreloa, 2004 ; Rojas, 2006]. Certains auteurs ont même démontré comment le Barrio, en réalité, a été victime de politiques urbaines véritablement racistes ayant constamment négligé les espaces occupés par les minorités ethniques [Diaz, 2005]. Bref, depuis une quinzaine d’années, on assiste à un véritable retournement de la façon dont est pensé le Barrio : autrefois analysé comme quartier en grande difficulté et source de lourds problèmes sociaux, il est aujourd’hui montré comme un lieu de dynamisme et de résistance à l’injustice socio-ethnique à laquelle sont confrontés ses habitants.

Une pluralité de barrios

18Les théories développées par les chercheurs pour comprendre les mécanismes d’évolution et de fonctionnement du Barrio participent à construire un espace modèle qui masque en réalité la très grande diversité des barrios des villes américaines. En effet, en fonction de la date d’arrivée des Latinos, en fonction de la durée, de la continuité, et de l’intensité des processus migratoires, en fonction également des effectifs de la population hispanique locale, de ses origines nationales, du degré de ségrégation et de la forme de l’espace urbain investi, on peut distinguer plusieurs types de barrios dans les villes des États-Unis d’aujourd’hui.

Des barrios historiques, qui ont conservé toute leur latinité

19Un premier type de barrios est constitué par ces espaces urbains historiquement hispaniques et qui ont conservé toute leur latinité. Certaines villes états-uniennes ont en effet été fondées par des Hispaniques et continuent à être peuplées par une proportion significative sinon majoritaire de Latinos. C’est le cas de nombre de villes du sud-ouest, notamment du Sud Texas. Elles sont caractérisées par une nette dualité, le barrio (ou Mexican Town) se distinguant spatialement des quartiers anglos plus récents.

20San Antonio est l’archétype de ces villes tejanos (« texanes » en espagnol), où la « ville mexicaine », dans le West Side, possède son propre centre-ville, où l’habitat se mélange avec les petits commerces familiaux, et où les parcelles sont plus petites (carte 1). Avec la très forte croissance de la population mexicaine-américaine, de nombreux autres barrios se sont adjoints au barrio historique, mais sans complètement remettre en cause la ségrégation originelle, le downtown du West Side fonctionnant toujours comme quartier d’accueil pour les immigrants mexicains [Arreola, 2002].

Carte 1. San Antonio, ville duale

Carte 1. San Antonio, ville duale

Des barrios issus de l’hispanisation d’anciens quartiers ouvriers blancs à partir des années 1960

21La plupart des villes américaines n’ont pas le passé historique des pueblos de l’époque mexicaine. Mais à partir du milieu des années 1960, un grand nombre d’entre elles sont la destination de flux massifs d’immigrants en provenance d’Amérique latine, et des quartiers plus ou moins vastes se transforment parfois à une vitesse spectaculaire, suscitant alors l’angoisse des habitants anglos qui voient leur prééminence numérique remise en cause. Los Angeles en fournit un exemple emblématique.

22Ainsi, les villes du sud-est du comté de Los Angeles constituent dans l’après-guerre un solide couloir industriel, peuplé d’ouvriers blancs qui habitent près de leurs usines dans des maisons modestes, mais où ils ont le sentiment de mener une vie satisfaisante. En 1960, ces villes comptent moins de 5 % de Latinos, mais vingt ans plus tard, leur proportion atteint 50 % à South Gate et 85 % à Huntington ; en 2000, les Hispaniques, parmi lesquels une forte majorité de Mexicains, excèdent 90 % dans toutes les villes de cette région [Curtis, 2004]. En parallèle, la désindustrialisation frappe de plein fouet la région, et les Blancs, également inquiets des émeutes qui secouent le quartier afro-américain limitrophe de Watts, quittent leurs quartiers en masse. Après plusieurs décennies de crise, le sud-est du comté bénéficie ces dernières années d’une revitalisation économique passant par l’essor de petites industries variées et par le dynamisme d’activités commerciales.

23Aujourd’hui, la « barrioïsation » de la région a incontestablement transformé ces anciens quartiers blancs en quartiers dont l’ambiance et l’identité latine sont reconnaissables. Pourtant, l’héritage physique, institutionnel et symbolique des Anglos reste présent, à la fois dans leur paysage et dans leur organisation structurelle : c’est ce qui explique que ces barrios soient relativement bien dotés en parcs, écoles, églises et autres centres médicaux. De même, le paysage urbain offre une synthèse culturelle intéressante, puisque les maisons bâties par les Anglos sont entretenues et embellies par les Latinos d’origine mexicaine pour la plupart), comme en attestent les grilles d’inspiration hispanique, les façades repeintes de couleurs vives, ou les petits autels dans les jardins [Curtis, 2004]…

24De nombreux quartiers des villes-centres aux États-Unis ont ainsi été transformés par l’afflux d’immigrants en provenance d’Amérique latine à partir des années 1960 et 1970, et ont donné lieu à une hybridation intéressante entre l’environnement hérité et la culture latine. Mais il est important de noter que, selon l’origine du groupe d’immigrants majoritaire, on observe des nuances sensibles dans la tonalité latine émanant de chaque quartier. Washington Heights dans le Haut Manhattan à New York, par exemple, manifeste une « dominicanité » assumée, bien distincte de la « mexicanité » des barrios du sud-est de Los Angeles. C’est là en effet que les flux massifs de Dominicains se sont concentrés dès le milieu de la décennie 1960, et de nombreux signes attestent des origines nationales de la majorité des habitants du quartier [Miyares, 2004] : les enseignes en espagnol sont souvent peintes aux couleurs du drapeau dominicain (rouge, blanc et bleu). L’atmosphère résonne de musiques caribéennes et de conversations en espagnol. Durant la belle saison, les rues sont remplies d’hommes jouant aux dominos. Des vendeurs proposent des tranches de fruits tropicaux ou des beignets variés.

Carte 2. Les quartiers hispaniques à New York

Carte 2. Les quartiers hispaniques à New York

25D’autres quartiers ont accueilli, depuis cette même période, des Hispaniques aux origines très diversifiées. Toujours à New York, qui présente de fait une très grande variété de barrios (carte 2) en raison de la place privilégiée qu’elle occupe dans l’histoire et la géographie migratoires des Latino-Américains, Jackson Heights (Queens) en illustre le cas : nombre de Colombiens, de Cubains, d’Équatoriens et de Péruviens, fuyant les événements politiques qui secouent l’Amérique latine au cours de ces décennies, s’y installent. Aussi le paysage culturel de Jackson Heights affiche-t-il sa multi-ethnicité ostensiblement : les toponymes et les symboles spécifiques aux différentes nations se côtoient ; les agences de voyage, les boutiques de télécommunication ou les centres de transfert d’argent indiquent tous les pays avec lesquels les relations sont privilégiées ; les noms des magasins et les couleurs des vitrines ou des enseignes révèlent les origines variées de chaque commerçant, etc. [Miyares, 2004].

D’anciens barrios transformés par de nouveaux venus hispaniques dans les années 1990-2000

Photo 1. Spanish Harlem à New York : du « Barrio » portoricain au « Little Puebla » mexicain

Photo 1. Spanish Harlem à New York : du « Barrio » portoricain au « Little Puebla » mexicain

Source  : S. Lehman-Frisch, 2005.

26Dans les années 1990-2000, la poursuite et la diversification de l’immigration hispanique ont conduit à la transformation de certains barrios déjà existants. Aussi certains quartiers, fortement marqués dans le passé par la prédominance d’un groupe hispanique particulier, voient leur identité subethnique remise en cause par les nouvelles caractéristiques des flux migratoires hispaniques, ce qui ne va pas sans certaines tensions. C’est le cas de East Harlem à New York, investi par les Portoricains au cours de la première moitié du xxe siècle, et surnommé dès cette époque « Spanish Harlem » ou « El Barrio ». Cette enclave portoricaine ou newyoricaine (portoricaine de New York) a longtemps exprimé une latinité caribéenne sans mélange, avec ses fresques, ses drapeaux et ses symboles [Bourgois, 2001]. Pourtant, avec les années 1990, l’immigration hispanique devient un phénomène essentiellement mexicain. Si ces nouveaux venus tendent à s’installer dans tous les quartiers de la ville, son impact spatial sur le quartier portoricain traditionnel, Spanish Harlem, est particulièrement remarquable. Là, des boutiques anciennement vacantes sont reprises par des commerçants mexicains : elles portent le nom de lieux mexicains, et les couleurs du drapeau mexicain (rouge, blanc, vert) ou la figure de la Vierge de Guadalupe sont des motifs récurrents (photo 1). Des travailleurs journaliers attendent de se voir assigner des petits boulots aux intersections les plus passantes. En bref, « El Barrio » tend à devenir un « Little Puebla » (du nom de l’État mexicain d’où proviennent une grande partie des nouveaux venus). Cela nourrit l’inquiétude des anciens résidents portoricains, qui craignent de perdre le contrôle de ce quartier qui a toujours constitué le point d’entrée des Portoricains et qui demeure le symbole de la culture et de l’identité portoricaine [Miyares, 2004].

De « nouveaux barrios » résultant d’une immigration récente

27D’autres villes américaines n’ont accueilli un nombre significatif d’Hispaniques que plus tardivement, alors que l’immigration latino-américaine se poursuit et que la population hispanique se diffuse au-delà des régions traditionnelles du sud-ouest et au-delà des grandes villes pour s’installer dans des territoires jusque-là rarement choisis comme destination.

  • 4 Le recensement dénombre 50 000 hispaniques dans la ville en 2003, mais d’autres études montrent qu’ (...)

28La nouvelle distribution des flux migratoires hispaniques aux États-Unis accorde depuis quelques années une place privilégiée à des petites villes ou à des gros bourgs situés à la marge des agglomérations ou dans des régions rurales [Frey, 2006 ; Massey, 2008]. Ainsi, pour rendre compte de la transformation du Sud des États-Unis en liaison avec la très forte croissance de la population hispanique au tournant du xxie siècle, certains chercheurs utilisent l’expression « Nuevo South » [Smith, Furuseth, 2006]. Dans des environnements qui n’avaient pas accueilli de migrants depuis plusieurs décennies, émergent pour la première fois de nouveaux barrios. Le phénomène est particulièrement saisissant à Nashville, capitale incontestée de la musique country, où Mike Davis constate dès 2000 qu’a surgi un « nouveau sonido » (son) de la ville, avec la musique norteña diffusée par trois radios locales hispanophones [p. 4]. La population hispanique dans le Tennessee est restée très faible depuis les années 1930 et ce n’est que depuis le milieu des années 1990 qu’elle commence à atteindre des proportions conséquentes à Nashville. L’immigration a d’abord été celle de jeunes Mexicains qui ont choisi de quitter le Texas et la Californie en raison des difficultés économiques et de l’essor des sentiments anti-immigrants croissants de ces États, phénomènes qui ont rendu Nashville comparativement attractive, dont le marché de l’emploi se développe alors sensiblement, notamment dans la construction et les services. Très vite cette immigration secondaire, essentiellement masculine, s’est diversifiée géographiquement, démographiquement et socialement : la ville a attiré des immigrants d’autres pays d’Amérique Centrale et du Sud, et des familles se sont installées, dont le capital socioculturel est parfois plus conséquent que dans les premiers temps. Dans une ville historiquement traversée par la question raciale noir/blanc, les 50 000 à 100 000 Latinos4 de l’aire métropolitaine de Nashville se sont installés dans le sud de la ville, transformant d’anciens quartiers en déshérence en barrios dynamiques [Winders, 2008].

La fin des barrios ?

29Les vagues migratoires en provenance d’Amérique latine se matérialisent sur les territoires urbains, la plupart du temps au cœur des grandes villes, par la création, le développement et la transformation de barrios, aux paysages culturels bien identifiables même s’ils sont relativement diversifiés. Mais on observe ponctuellement depuis une dizaine d’années certaines tendances inverses qui remettent en cause la concentration résidentielle des Latinos dans l’Amérique urbaine. Assisterait-on à la « débarrioïsation » des villes américaines ?

Des « barrios diffus »

30L’installation récente de groupes Latinos dans certaines villes peut prendre des formes spatiales qui s’éloignent sensiblement du modèle classique du Barrio. À Washington, par exemple, ce n’est que dans les années 1980-1990 que les immigrants hispaniques commencent à affluer. En 1980, ils sont très marginaux dans la capitale (3 %). Vingt ans plus tard, ils représentent 9 % de la population, soit un total de plus de 400 000 personnes. La composition de la population hispanique est relativement originale parmi les villes états-uniennes : le groupe principal est en effet celui des Salvadoriens (un tiers des Latinos), suivi par les Péruviens et les Boliviens (respectivement 9 et 7 %) puis des Jamaïcains, les Mexicains ne représentant, quant à eux, que 4 % [Price, Whitworth, 2004].

31Ethniquement variés, les Latinos sont en outre dispersés géographiquement dans toute l’agglomération, et l’on n’observe pas de barrio dans le sens traditionnel du terme, où l’identité latine transparaîtrait dans l’environnement urbain. La diffusion des Latinos sur le territoire urbain n’est-elle que transitoire, l’immigration hispanique dans cette ville étant encore trop récente pour avoir encore permis l’émergence de quartiers à l’identité latine plus marquée ? Est-elle liée à l’absence d’un foyer originel d’Hispaniques, autour duquel auraient pu s’articuler des réseaux d’entraide favorisant le processus d’agrégation résidentielle ? Ou bien s’explique-t-elle par un marché de l’emploi non qualifié lui-même dépourvu de pôles et dispersé sur le territoire ? Les recherches récentes portant sur les groupes d’immigrants hispaniques immigrés depuis peu font penser que la localisation des emplois joue un rôle majeur dans les nouvelles formes de distribution résidentielle des immigrants [Massey, 2008].

  • 5 Cette expression fait référence à la notion de « ghetto diffus » que C. Vallat emploie pour décrire (...)

32Quoi qu’il en soit, dans ce contexte de dispersion spatiale, les terrains de football (futbol en espagnol, soccer en anglais) sont les seuls lieux où peuvent s’exprimer l’identité mais aussi les rivalités latines potentielles des nouveaux immigrants. Les ligues de football, dont les noms évoquent le lieu d’origine de la majorité de ses joueurs, permettent l’accès à un espace où les immigrants récents peuvent passer du temps avec leurs compatriotes. En somme, l’absence d’enclave urbaine hispanique est compensée par ces ligues de football, qui jouent un rôle social fondamental dans les réseaux soutenant les communautés d’immigrants [Price, Whitworth, 2004]. Autrement dit, on a ici une forme de « barrio diffus »5, qui prend forme de façon éphémère autour de quelques lieux particuliers.

Des barrios en péril

33Certains barrios déjà constitués voient leur développement remis en cause, alors même que des flux considérables d’immigrants hispaniques convergent toujours en direction des agglomérations auxquelles ils appartiennent. Plusieurs auteurs décèlent en effet dans le processus de gentrification, une véritable menace pour l’avenir de certains barrios [Godfrey, 1988, 2004 ; Lehman-Frisch, 2001 ; Le Texier, 2005].

  • 6 La Mission est définie comme les îlots 208, 209, 228.01 à 2228.03 du recensement 2000 (US Census Bu (...)
  • 7 La ville de San Francisco correspond aux limites du comté du même nom, et est incluse dans l’airé m (...)

34Le quartier de la Mission6, à San Francisco, est l’un de ces quartiers assiégés, selon l’expression de Brian Godfrey [2004]. Emblématique de ces barrios qui ont émergé dans les grandes villes-centres dans les années 1960, la Mission, qui était en 1950 un quartier majoritairement blanc, est peuplée de plus de 50 % d’Hispaniques en 1970. La phase de consolidation du barrio se poursuit au cours des deux décennies suivantes et, en 1990, la proportion de Latinos (essentiellement d’origine mexicaine et centraméricaine) atteint 61,6 % de la population locale [Lehman-Frisch, 2003]. Mais au tournant du siècle, la croissance de la population hispanique du quartier connaît un coup d’arrêt brutal : en 2000, la part d’Hispaniques a très légèrement diminué (60,8 %), alors qu’elle gagne un point dans la municipalité de San Francisco (passant de 13 à 14 % de la population totale) et près de cinq points dans l’agglomération (de 14 à 19 %)7.

35Ce renversement de tendance est lié au processus de gentrification dont les premiers signes sont apparus au début des années 1980 et qui désigne l’arrivée de classes moyennes et supérieures (celles que le Bureau du Recensement qualifie de Managers and Professionals) dans ce quartier pauvre et dégradé de la ville-centre [Lehman-Frisch, 2008]. Ces nouveaux habitants sont attirés par la localisation du quartier (près du downtown et des autoroutes menant à la Silicon Valley, les deux pôles d’emploi majeurs de l’agglomération), par la présence d’un habitat architecturalement intéressant (maison individuelles ou petits immeubles victoriens), par la faiblesse des prix immobiliers en comparaison du reste de la ville, mais aussi par la mixité socioculturelle du quartier. Ils transforment progressivement l’environnement du quartier, en réhabilitant leurs logements, et en accordant leur clientèle à certains commerces spécifiques à leur style de vie particulier qui émaillent le quartier (cafés et restaurants branchés en particulier). Ce faisant, ils contribuent à fragiliser la position des habitants déjà installés ou des immigrants potentiels, qui ne bénéficient que de revenus très modestes et sont incapables de faire face à l’augmentation des prix du logement d’un quartier en « revitalisation ». Il en résulte un processus que les Anglo-Saxons ont qualifié de displacement (départ forcé des habitants des classes modestes).

  • 8 Les chiffres sont tirés de San Francisco Rent Board, San Francisco Housing Data Book, 2002.

36Les expulsions de locataires, par des propriétaires qui souhaitent vendre leur bien ou le réinvestir eux-mêmes, représentent la forme de displacement la plus spectaculaire. Or, dans la deuxième moitié des années 1990, la ville a été saisie d’une vague d’expulsions sans précédent8. Entre 1993 (au cœur de la récession économique qui a frappé les États-Unis) et 1998 (au pic du boom de l’Internet), les expulsions notifiées au Rent Board de la ville ont été multipliées par trois. Au plus fort du phénomène, la Mission en est particulièrement affectée, suscitant des réactions indignées d’activistes locaux. Une galerie d’art d’inspiration hispanique, localisée au cœur de la mission, a ainsi mis en place dans sa vitrine sur l’un de ses murs un vaste panneau d’affichage consacré à des productions iconographiques protestant contre la gentrification du quartier. En octobre 2000 par exemple, l’une de ces affiches représente un pastiche de la première page du quotidien San Francisco Examiner titrant : « One Last Mexican Discovered in the Mission District » (photo 2).

Photo 2. Le quartier de la mission à San Francisco : résister contre la gentrification du quartier

Photo 2. Le quartier de la mission à San Francisco : résister contre la gentrification du quartier

Source : S. Lehman-Frisch, 2000.

37Dans ce contexte, de nombreux habitants croient assister à la fin de la prééminence hispanique dans le quartier : « Le quartier, comme vous pouvez le voir, devient chaque jour moins un quartier d’immigrants », se lamente cet homme d’origine salvadorienne, arrivé il y a plus de vingt ans, à qui fait écho cet autre compatriote : « J’aimerais que davantage de familles latines [sic] puissent venir vivre ici. Mais on ne voit plus tellement de Latinos ». Certains d’entre eux sont tentés d’y voir une conspiration socio-raciale de la part des Yuppies (Young Urban Professionals) blancs contre les classes populaires hispaniques : « J’ai le sentiment qu’il y a une conspiration pour se débarrasser de nous. Ok, ils ne nous chassent pas du quartier à coups de pied, mais les loyers… », soupire amèrement cet immigrant centraméricain. Et cette angoisse de ne pas pouvoir rester se combine à la frustration de voir se développer des commerces destinés aux gentrifieurs et qui sont en décalage complet avec leurs goûts et leur pouvoir d’achat [Lehman-Frisch, 2008].

  • 9 La définition de l’aire métropolitaine ayant changé depuis 2000 (les nouvelles Metropolitan Areas n (...)

38Malgré les débats largement médiatisés, à la fin des années 1990, sur la « yuppification » et « l’invasion dotcom » des entreprises internet, les Latinos, dans le recensement de 2000, n’ont pas subi le déclin numérique annoncé, et le processus de gentrification en est resté au stade sporadique, pour reprendre l’expression de Neil Smith [in Bidou, 2003]. Cette résistance est à mettre en partie au crédit de l’activisme des associations locales, qui se sont battues pour freiner l’ascension vertigineuse des loyers et défendre les locataires contre des expulsions sommaires. Elle est liée également à la mauvaise réputation du quartier : les gangs hispaniques continuent à faire peser un lourd sentiment d’insécurité qui décourage sans doute des gentrifieurs potentiels, même si leur période d’intense activité est révolue [Lehman-Frisch, 2003]. Mais en 2006, la ville de San Francisco a perdu plus de 30 000 habitants par rapport à l’an 2000, dont presque 5 000 Latinos [American Community Survey, 2006]. Les statistiques actuellement disponibles ne permettent pas d’affiner l’analyse à l’échelle du quartier9, et il sera intéressant d’observer l’évolution de la répartition de la population hispanique dans la métropole san franciscaine par rapport aux autres groupes ethniques, et en particulier ses impacts sur le quartier de la Mission. C’est à la lumière de ces données que l’on pourra réellement mesurer le péril encouru par le barrio.

Conclusion

39Depuis les années 1970, dans le contexte des grandes vagues de migration en provenance d’Amérique latine et d’Asie, les chercheurs ont été de plus en plus nombreux à s’intéresser à l’inscription spatiale des dits Latinos aux États-Unis. En cherchant à comprendre en particulier leurs relations au territoire urbain, ils ont érigé le Barrio en une figure majeure des quartiers urbains. Or cette construction savante (et médiatique) du quartier hispanique a abouti à une quasi-naturalisation du Barrio. Ce faisant, elle a contribué à masquer la très grande diversité des situations urbaines qu’elle est censée expliquer : quoi de commun entre le barrio historique de San Antonio et Little Havana à Miami ? Comment comparer East Harlem à New York avec les barrios de Nashville ? En outre, elle rend difficile la pensée de l’évolution diachronique des barrios, et plus précisément, l’éventail des transformations possibles qui peuvent les affecter.

40C’est toute la question de l’avenir des barrios, et plus largement de la ségrégation ethnique dans les villes américaines, qui se pose. Alors que les courants migratoires – et notamment ceux en provenance d’Amérique latine – se modifient sensiblement depuis les années 1990, en se diffusant plus largement sur tout le territoire états-unien [Massey, 2008], est-ce que les villes des États-Unis n’auraient pas là une opportunité unique d’entrer dans une nouvelle ère urbaine où la ségrégation ethnique pourrait perdre de sa rigidité, voire s’estomper ? Allant dans ce sens, un chercheur a noté, à l’échelle métropolitaine, depuis 2000, la multiplication de ce qu’il désigne comme des « métropoles melting pot », caractérisées par la cohabitation de plusieurs groupes ethniques de proportion significative : à côté de Los Angeles, Miami, San Francisco et New York figurent désormais des villes comme Houston, Albuquerque, Washington ou Dallas, pour n’en mentionner que quelques-unes parmi les dix-huit recensées [Frey, 2006]. Il s’agit de savoir si, dans ces nouvelles « métropoles melting pot », la ségrégation se reporte à l’échelle du quartier. Or un sociologue démontre que, contrairement à l’idée prévalant d’une ségrégation croissante dans les villes américaines, on observe ces dernières années une tendance au développement des quartiers multi-ethniques. Ces quartiers « intégrés », qui diffèrent radicalement du modèle de l’ »enclave ethnique » ou du « village urbain », rassemblent de nombreux groupes d’habitants, dont les styles de vie, les intérêts, les objectifs et les idéologies sont variés, et qui peuvent lutter non seulement contre des forces extérieures (par exemple les promoteurs ou la municipalité), mais aussi entre eux [Maly, 2004]. L’avenir des barrios est-il dans la cohabitation avec d’autres groupes socio-ethniques ? C’est à souhaiter, à condition que cette mixité ethnique ne soit pas assortie d’une sourde domination socioculturelle au détriment des plus faibles [Young, 1990].

Haut de page

Bibliographie

Arreola Daniel (dir.), Hispanic Spaces, Latino Places : Community and Cultural Diversity in Contemporary America, Texas University of Press, 2004.

Arreola Daniel, Tejano South Texas : A Mexican American Cultural Province, Texas University of Press, 2002.

Bidou Catherine (dir.), Retours en ville, Paris, Descartes & Cie, 2003.

Bourgois Philippe, En quête de respect : Le crack à New York, Paris, Seuil, 2001.

Curtis James R., « Barrio Space and Place in Southeast Los Angeles », in Arreola D. D. (dir.), Hispanic Spaces, Latino Places : Community and Cultural Diversity in Contemporary America, Texas University of Press, 2004.

Davis Mike, Magical Urbanism : Latinos Reinvent the US City, New York, Verso, 2000.

Diaz David R., Barrio Urbanism : Chicanos, Planning and American Cities, Routledge, 2005.

Faret Laurent, Les territoires de la mobilité : Migration et communautés transnationales entre le Mexique et les États-Unis, CNRS Éditions, 2003.

Frey William H., « Diversity Spreads Out: Metropolitan Shifts in Hispanic, Asian, and Black Populations Since 2000 », Living Cities Census Series, The Brookings Institution, mars 2006.

Godfrey Brian, Neighborhoods in Transition : The Making of san Francisco’s ethnic and nonconformist Communities, University of California Press, Berkeley, 1988.

Godfrey Brian, « Barrio Under Siege: Latino Sense of Place in San Francisco, California », in Arreola Daniel D. (éd.), Hispanic Spaces, Latino Places: Community and Cultural Diversity in Contemporary America, Texas University of Press, 2004.

Guzman Betsy, The Hispanic Population : Census 2000 Brief, US Census Bureau, mai, 2001.

Huntington Samuel, Qui sommes-nous ? Identité nationale et choc des cultures, Odile Jacob, 2004.

Lehman-Frisch Sonia, « Gentrifieurs, gentrifiés : co-habiter dans le quartier de la Mission (San Francisco) », Espaces et Sociétés, n° 132-133, in Authier J.-Y., Bidou C. (coord.) « La gentrification urbaine », 2008, p. 143-160.

Lehman-Frisch Sonia, « La Mission, barrio de San Francisco : L’hispanisation d’un quartier américain et de sa rue commerçante », Espace, Populations, Sociétés, n° 1 « Diversité des populations d’Amérique du Nord » (Y. Boquet coord.), 2003, p. 117-135.

Lehman-Frisch Sonia, « Les États-Unis : l’autre Amérique… latine ? », in S. Hardy et L. Médina-Nicolas (coord.), L’Amérique latine, Éditions du Temps, 2005, p. 264-285.

Lehman-Frisch Sonia, La rue commerçante dans l’expérience urbaine aux États-Unis : Transformation et renouveau des quartiers de San Francisco (1950-2000), thèse de doctorat sous la direction de J. Monnet et A. Musset, Université de Paris X-Nanterre, 2001.

Lehman-Frisch Sonia, « Les gangs hispaniques dans le quartier de la Mission (San Francisco, Californie) », Cahiers des Amériques latines, vol. 33, n° 1, 2000, p. 173-200.

Letexier Emmanuelle, « Minorités et espace public dans la ville. Le “Chicano Park” à San Diego (Californie) », in Espaces et Sociétés, n° 123, vol. 3, décembre 2005, p. 10-28.

Maly Michael T., Beyond Segregation: Multiracial and Multiethnic Neighborhoods in the United States, Temple University Press, Philadelphia, 2005.

Massey Douglas (dir.), New Faces, New Places : The Changing Geography of American Immigration, Russell Sage Foundation, New York, 2008.

Miyares Ines M., “Changing Latinization of New York City”, in Arreola DanielD. (ed.), Hispanic Spaces, Latino Places : Community and Cultural Diversity in Contemporary America, Texas University of Press, 2004, p. 145-166.

Monnet Jérôme, « Du local au global : Quelles territorialités pour les “Latinos” de Los Angeles ? », in Prévot-Schapira M.-F., Rivière d’Arc H. (dir.), Les territoires de l’État-Nation en Amérique latine, Paris, IHEAL, 2001, p. 243-268.

Moore Joan, « Latino/a Studies : The Continuing Need for New Paradigms », déc. 1997 http://www.jsri.msu.edu/RandS/research/ops/oc29.html#anchor655706.

Moore Joan, Pinderhughes R. (dir.), in The Barrios : Latinos and the Underclass Debate, 1993.

Moore Joan, Vigil Diego, « Barrios in Transition », in Moore J., Pinderhughes R. (dir.), in the Barrios : Latinos and the Underclass Debate, New York, Russell Sage Pub, 1993, p. 355-366.

Phillips Susan, Wallbangin’ : Graffiti and Gangs in Los Angeles, University of Chicago Press, 1999.

Price Marie, Whitworth Courtney, « Soccer and Latino Cultural Space : Metropolitan Washington Futbol Leagues », in Arreola Daniel D. (dir.), Hispanic Spaces, Latino Places : Community and Cultural Diversity in Contemporary America, Texas University of Press, 2004, p. 167‑186.

Ramirez Roberto R., de la Cruz Patricia, The Hispanic Population in the United States, March 2002 : Population Characteristics, US Census Bureau, juin 2003.

Rocco Raymond, « Latino Los Angeles : Reframing Boundaries/Borders », in Scott A., Soja E. (dir.), The City : Los Angeles and Urban Theory at the End of the Twentieth Century, University of California Press, 1996, p. 365-389.

Rojas James, « The Cultural Landscape of a Latino Community », in Schein R. (dir.), Landscape and Race in the United States, Routledge, 2006, p. 177-186.

Smith Heather, Furuseth Owen (dir.), Latinos in the New South : Transformations of Place, MPG Books Ltd, Bodmin, Cornwall, 2006.

Suarez-Orozco Marcelo, Paez Mariela M. (dir.), Latinos : Remaking America, David Rockefeller Center for Latin American Studies, 2002.

Vigil Diego, Barrio Gangs: Street Life and identity in Southern California, Austin, University of Texas Press, 1988.

Waldinger Roger, Strangers at the Gates: New Immigrants in Urban America, University of California Press, 2001.

Wilson William J., The Truly Disadvantaged, Chicago, University of Chicago Press, 1987.

Winders Jamie, « Nashville’s New “Sonido” : Latino Migration and the Changing Politics of Race », in Massey D. (dir.), New Faces, New Places : The Changing Geography of American Immigration, Russell Sage Foundation, New York, 2008, p. 249-273.

Winders Jamie, « Placing Latino/as in the Music City : Latino Migration and Urban Transformation in Nashville », Tennesse, in Smith H. A., Furuseth O. J. (dir.), Latinos in the New South: Transformations of Place, Ashgate, 2006, p. 167-1990.

Young Marion I., The Politics of Difference, Princeton, New Jersey, Princeton University Press, 1990.

Haut de page

Notes

1 J’utuliserai indifféremment les termes « Hispaniques » et « Latinos », même si certains auteurs soulignent la spécificité du second, qui marque la singularité de l’expérience des populations hispaniques sur le sol états-unien, puisqu’on ne parle pas de Latinos en dehors des Etats-Unis.

2 Cet article s’appuie sur les recherches menées en liaison avec ma thèse [Lehman-Frisch, 2001], sur des éléments développés dans le chapitre d’un ouvrage [Lehman-Frisch, 2005], ainsi que sur une revue de la littérature contemporaine américaine sur les quartiers hispaniques.

3 Les Chicanos sont les personnes d’origine mexicaine nées aux Etats-Unis. Ce terme existe depuis le xixe siècle, mais a considérablement gagné en popularité dans le contexte du Civil Rights Movement des années 1960. Il exprime la fierté de l’appartenance ethnique et culturelle à la population d’origine mexicaine.

4 Le recensement dénombre 50 000 hispaniques dans la ville en 2003, mais d’autres études montrent qu’une part considérable de clandestins n’ont pas participé au recensement, et évaluent la présence des Latinos à 110 000 personnes en 2000 [Winders, 2008].

5 Cette expression fait référence à la notion de « ghetto diffus » que C. Vallat emploie pour décrire la situation des immigrés dans les villes italiennes.

6 La Mission est définie comme les îlots 208, 209, 228.01 à 2228.03 du recensement 2000 (US Census Bureau), et compte un total de 36 000 habitants à cette date. Les chiffres cités dans ce paragraphe sont tirés de recensements décennaux.

7 La ville de San Francisco correspond aux limites du comté du même nom, et est incluse dans l’airé métropolitaine (CMSA) de San Francisco-Oakland-San Jose, qui compte sept millions d’habitants en 2000.

8 Les chiffres sont tirés de San Francisco Rent Board, San Francisco Housing Data Book, 2002.

9 La définition de l’aire métropolitaine ayant changé depuis 2000 (les nouvelles Metropolitan Areas ne correspondent pas aux anciennes Consolidated Metropolitan Statistical Areas), il est également difficile de mesurer l’évolution de la population totale et hispanique à cette échelle.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Distribution des Latinos par origine nationale
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/1123/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Figure 2. Les Latinos dans les grandes villes
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/1123/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Carte 1. San Antonio, ville duale
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/1123/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 828k
Titre Carte 2. Les quartiers hispaniques à New York
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/1123/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Photo 1. Spanish Harlem à New York : du « Barrio » portoricain au « Little Puebla » mexicain
Crédits Source  : S. Lehman-Frisch, 2005.
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/1123/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Photo 2. Le quartier de la mission à San Francisco : résister contre la gentrification du quartier
Crédits Source : S. Lehman-Frisch, 2000.
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/1123/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sonia Lehman-Frisch, « Le Barrio, une figure majeure du quartier aux États-Unis », Cahiers des Amériques latines, 59 | 2008, 79-100.

Référence électronique

Sonia Lehman-Frisch, « Le Barrio, une figure majeure du quartier aux États-Unis », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 59 | 2008, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 29 mai 2017. URL : http://cal.revues.org/1123 ; DOI : 10.4000/cal.1123

Haut de page

Auteur

Sonia Lehman-Frisch

Sonia Lehman-Frisch est maître de conférences en géographie à l’université de Cergy-Pontoise et chercheur au laboratoire MRTE. Elle travaille sur le rapport des habitants à leur quartier et à leur ville et sur les concepts de ségrégation, de gentrification, de mixité sociale et de justice spatiale. Spécialiste des villes américaines, elle a récemment étendu ses recherches à d’autres grandes villes comme Londres et Paris. Elle a publié : « La ségrégation : une injustice spatiale ? Questions de recherche » (Annales de géographie, n° 665, 2009) et « Gentrifieurs, gentrifiés : co-habiter dans le quartier de la Mission (San Francisco) » (Espaces et Sociétés, n° 132-133, 2008). Elle est membre du comité de direction de la revue bilingue Justice Spatiale/Spatial Justice.

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org