Navigation – Plan du site
Dossier. Le Chili « déconcerté »

La politique extérieure du Chili : le retour aux origines

Juan Gabriel Valdés
Traduction de Claudine Tamayo et Georges Couffignal
p. 31-47

Résumés

Cet article propose une analyse de la politique extérieure chilienne depuis le retour à la démocratie du début des années 1990, en soulignant les deux principales lignes directrices qui la caractérisent, indépendamment des alternances politiques : d’une part, la nécessité de multiplier les accords commerciaux dans le contexte global de la mondialisation ; d’autre part, celle d’approfondir le dialogue en matière d’intégration régionale tout en gardant ses principes traditionnels de respect des traités et du droit international. Toutefois, en analysant successivement les relations avec l’Argentine, la Bolivie et le Pérou, l’auteur rend compte de l’ambition modernisatrice et multilatérale de la politique extérieure chilienne depuis une vingtaine d’années en même temps que la permanence d’héritages anciens dans un certain nombre de relations bilatérales.

Haut de page

Texte intégral

Deux objectifs de base

1La politique extérieure du Chili des vingt dernières années se fonde sur deux points centraux. Tout d’abord, il s’agissait, pour un pays de niveau de développement moyen comme le Chili, de profiter du processus de mondialisation pour signer des accords commerciaux, laborieusement négociés, afin de réduire la distance avec les principaux centres économiques. En second lieu, il fallait que la participation dans les schèmes d’intégration régionale soit progressive, afin de conserver le plus d’autonomie possible en matière de développement économique et de politique interne, et en matière d’intégration à l’international. Le Chili a, par ailleurs, su préserver ses principes traditionnels de respect des traités et du droit international, c’est-à-dire « l’éthos » juridique de sa politique extérieure. Il a pu le faire en participant activement aux processus multilatéraux, en adoptant une politique d’équilibre avec les alliances politiques présentes dans la région, en pratiquant aussi toujours la modération en ce qui concerne son association avec l’Argentine et le Brésil.

2D’autres sujets ont, bien sûr, retenu l’intérêt du Chili, mais aucun d’eux n’a pu acquérir la prééminence de ces deux objectifs fondamentaux. En politique intérieure, ils n’ont cessé de donner lieu à des débats houleux et à des interprétations variées tant au sein des gouvernements de la Concertation que dans le pays en général. Il en a été de même de la question récurrente du rôle de l’Amérique latine dans la politique extérieure. Or les deux principes de base que sont l’insertion internationale et régionale du Chili semblent avoir acquis l’envergure d’une politique « d’État », régie par le principe de « régionalisme ouvert ». La notion d’ouverture se base sur une économie compétitive qui profite des avantages de la mondialisation pour alimenter l’élan exportateur. Considérée comme essentielle, l’intégration régionale est subordonnée au caractère d’« exception » du Chili en matière économique et politique. Cette « exception chilienne » admet pour principales vertus la stabilité institutionnelle et l’ordre démocratique et, a contrario, rejette tout ce qui peut être qualifié de « populiste ».

3La hardiesse de cette politique ne peut être ignorée. Le Chili a négocié individuellement des accords de libre-échange avec toutes les économies développées, y compris avec les États-Unis, le Canada et l’Union européenne, indépendamment des négociations menées parallèlement par les organisations subrégionales du MERCOSUR. Dans le même temps le pays a intégré des organismes régionaux tout en se réservant le droit de signer des formes particulières d’association avec des partenaires mondiaux. Les accords commerciaux les plus récents avec la Chine, le Japon et d’autres pays asiatiques, de même que la recherche de relations plus étroites avec les like minded countries, spécialement l’Australie et la Nouvelle-Zélande, montrent sa forte volonté de s’insérer dans l’économie du Pacifique, en renforçant son statut de membre de l’APEC depuis 2005. En réalité, le Chili a saisi l’occasion de démontrer que son insertion dans les courants de l’économie mondiale ne requerrait pas l’aval latino-américain. Il n’a pas non plus abandonné l’idée d’intégrer ses partenaires latino-américains à la logique des accords bilatéraux ou multilatéraux de libre-échange commercial.

4L’agenda du Chili dédié à l’Amérique latine n’a pas été moins dense que celui consacré au reste du monde. Il a négocié et souscrit des accords commerciaux avec tous les pays latino-américains, y compris Cuba. Il s’est associé au MERCOSUR et il a réintégré la Communauté andine des nations (CAN) comme membre associé. En matière politique, il a rejoint l’UNASUR et participé activement à tous les forums latino-américains dont, bien sûr, ceux de l’OEA et des autres organisations de l’hémisphère. Le caractère exceptionnel de sa relation avec les marchés internationaux ne s’est pas faite à l’aune d’une prise de distance avec ses voisins mais, au contraire, par l’affirmation publique d’une militance particulière du Chili en Amérique latine, ou, si l’on préfère, d’un droit à « l’exception chilienne » dans la région.

  • 1  . La presse brésilienne et la presse argentine critiquèrent durement la décision du président Lago (...)

5On ne s’étonnera pas si certains auteurs ont qualifié l’effort international du Chili de « tentation insulaire » [Pérez Llana, 2008, p. 73]. La posture chilienne provoqua au début des frictions avec ses partenaires latino-américains, mais c’est peut-être la preuve tangible d’un succès que personne ne conteste aujourd’hui1. L’ancien président du Brésil, Fernando Henrique Cardoso avait un jour qualifié le rôle régional du Chili de « leadership conceptuel ». C’était précisément reconnaître un modèle de développement tourné vers l’extérieur, défendant les principes juridiques et commerciaux multilatéraux, et se proposant de définir un type d’intégration régionale augmentant sa capacité d’action au niveau mondial. Sur le plan international, cette façon de faire semblait au début davantage inspirée par l’exemple des pays nordiques et des pays anglophones du Pacifique que par la vision classique de l’intégration latino-américaine. Avec le temps et l’adoption de la même stratégie internationale par de nombreux pays de la région, cette politique est désormais normalisée et plus personne ne s’en étonne aujourd’hui.

6La viabilité de cette situation tient au fait que les gouvernements de la Concertation ont systématiquement évité une « idéologisation » du « modèle chilien » et ont délibérément évité de construire des alliances politiques sur la base d’identités économiques communes. En général, les conceptualisations idéologiques du « modèle chilien » provenaient de l’étranger ou d’économistes dont les orientations étaient contraires à celles des gouvernements de centre-gauche qui dirigeaient le pays. La Concertación de Partidos por la Democracia était l’alliance gouvernementale qui avait vaincu Pinochet et sa dictature. La gestion conservatrice de l’économie se combinait avec des politiques sociales avancées, la transition chilienne était donc capable d’allier stabilité et justice. Ricardo Lagos et Michelle Bachelet étaient considérés comme des personnalités internationales du monde progressiste. Le caractère socio-démocrate des gouvernements chiliens fut un facteur déterminant dans la perception du pays à l’étranger et a permis une projection internationale qui, sous d’autres gouvernements, aurait pu générer un degré de résistance régionale plus important. En d’autres termes, les gouvernements de la Concertation ont su trouver un équilibre à une politique extérieure tournée vers des objectifs économiques et qualifiée de ce fait de « diplomatie pour le développement ».

  • 2  . Le Chili devait signer, deux semaines plus tard avec Washington, un traité de libre-échange dans (...)

7De plus on notera que si l’innovation et la créativité institutionnelle furent plus le fait de la diplomatie économique que de l’action politique à proprement parler, il n’en demeure pas moins que les politiques internationales adoptées par le Chili ont accru sa renommée et son prestige. Elles se sont particulièrement exprimées dans la sphère multilatérale. En refusant, au Conseil de Sécurité de l’ONU, de soutenir la guerre que voulaient mener en Irak les États-Unis et leurs alliés, le pays a réaffirmé sa tradition d’indépendance et de défense du droit international, ainsi que la volonté de ne pas subordonner ses obligations multilatérales à ses relations bilatérales, aussi importantes soient-elles2. Sa participation aux missions de paix – spécialement à Haïti, où le Chili fut le premier pays de la région à concourir lors de la crise de 2004 – rehaussa son soutien aux Nations unies et à leur rôle de garant de la sécurité internationale. La transcription à l’international de sa politique intérieure, de ses pratiques démocratiques, de ses politiques économiques et sociales, de la conduite équilibrée de son économie, lui a permis d’intégrer l’OCDE, traduisant le projet d’une nation qui se rapproche du développement.

8Tous ces facteurs se développèrent sur un terreau d’identité et de conviction. Le Chili « savait » ce qu’il voulait faire sur le plan international. En général, les thèmes des relations extérieures étaient consensuels et le pays célébrait la signature des accords commerciaux avec les pays centraux comme autant de succès nationaux sur le chemin prédéterminé du développement socio-économique. C’est dans ce cadre que la chancellerie et le gouvernement considérèrent que le traitement de la question la plus sensible de sa politique extérieure, à savoir ses relations « de voisinage », ne devait pas échapper à ces considérations.

9La politique extérieure du Chili s’est donc également tournée vers la sphère économique, sauf lorsqu’il s’est agi des questions portant sur les limites territoriales et les frontières. Dans ce cas précis, la traditionnelle approche strictement juridique a été maintenue. Dans une région sans cesse confrontée à des litiges sur les limites terrestres et maritimes, le Chili a décidé de traiter la question par la stricte application des traités signés et par le lancement de politiques de développement conjoint, induisant l’idée d’un rapprochement des sociétés civiles, surtout en matière d’investissements et de commerce.

10Les gouvernements de la Concertation – surtout les deux premiers – ont délibérément cherché à traiter tous les dossiers en suspens et à mener une politique d’intégration génératrice d’intérêts communs et d’espaces de confiance mutuelle. C’est pourtant sur ce terrain que les thèmes internationaux ont acquis une complexité majeure, voire un aspect irréductible. Les relations avec la Bolivie et le Pérou présentent ainsi un contraste flagrant avec les aspects les plus aboutis de l’insertion internationale. Après plus de vingt ans d’une politique extérieure cherchant à intégrer le Chili dans les thèmes globaux, il est déconcertant de voir que les questions limitrophes continuent à être prégnantes pour le gouvernement chilien.

  • 3  . Morales annonça, dans un discours du 23 mars 2011, que la Bolivie aurait recours aux tribunaux e (...)

11La décision récente du président Evo Morales de porter le différend maritime bolivien avec le Chili devant la Cour internationale de Justice – annulant ainsi le dialogue qui se poursuivait avec le gouvernement de Sebastián Piñera – sera un écueil important dans la politique internationale de chacun des deux pays3. Durant les vingt dernières années, les gouvernements chiliens successifs avaient trouvé des formules d’arrangement avec la Paz. Si celles-ci n’avaient pas conduit au rétablissement complet des relations diplomatiques, interrompues depuis 1978, elles avaient néanmoins permis, en ce qui concerne la « méditerranéité » bolivienne, de créer un modus vivendi pour les négociations et de construire un rapport de confiance susceptible de trouver une solution acceptable pour les deux pays.

12La plupart des analystes chiliens interprétèrent la décision de Morales comme un retour à la tradition bolivienne se servant de la revendication maritime comme d’un instrument de politique interne. Sur la question des frontières est toutefois venue s’ajouter la plainte déposée le 16 janvier 2008 devant la Cour internationale de Justice contre le Chili par le président du Pérou Alan García. Cette controverse concerne une zone maritime d’une superficie approximative de 37 900 km2 sur l’océan Pacifique. Le Pérou considère que la délimitation maritime entre les deux pays est encore à déterminer, tandis que pour le Chili il n’y a rien à délimiter puisque des traités internationaux en vigueur statuent sur cette question. Le démarrage de cette procédure à la Haye, dont l’issue sera connue dans le courant de l’année 2013, a introduit irritation et incertitude dans sa relation avec le Pérou, alors que les deux pays avaient précédemment atteint un rythme d’intégration économique et sociale très dynamique.

13Le Chili est ainsi en litige avec deux pays sur sa frontière nord et ce sujet est d’une extrême sensibilité au sein des trois pays en question. Aucune analyse de ces différends ne peut faire abstraction de la Guerre du Pacifique de 1879, élément central, historique, inscrit dans la mémoire collective et l’identité même des trois nations voisines. La victoire remportée par le Chili lors de cette guerre a signifié pour la Bolivie la perte de son littoral, et pour le Pérou – dont la capitale, Lima, avait été occupée par l’armée chilienne entre 1881 et 1884 – la perte d’importants territoires, mais surtout un motif d’humiliation qui a opéré une césure dans son histoire.

  • 4  . Durant les 20 dernières années, les capitaux chiliens à l’extérieur se sont principalement dirig (...)

14Pour bon nombre de Chiliens, les positions du Pérou et de la Bolivie donnent le sentiment d’une régression du débat international dans le passé. Incrédules, ils constatent qu’un pays comme le Chili, entré dans le xxie siècle avec un tel niveau de développement économique et institutionnel, doit se consacrer à des thématiques jugées d’un autre temps. Le Chili ressemble ainsi à un riche commerçant qui, au moment de prendre l’avion pour un voyage d’affaires, serait retenu dans le pays par d’anciens créanciers qui, mécontents, demanderaient l’annulation de dettes déjà prescrites. L’image peut néanmoins avoir quelque fondement si l’on considère l’importance que l’investissement chilien a acquise à l’étranger. Selon une étude gouvernementale, les capitaux chiliens investis à l’étranger atteignent la somme de 56 789 millions de dollars, le Pérou étant ces dernières années une des destinations privilégiées. Durant les trois dernières années la présence chilienne dans ce pays a augmenté tant en nombre de projets qu’en volume d’investissement. En 2010, 42 % de l’investissement total du Chili à l’étranger lui ont été destinés (1 829 millions de dollars), faisant de ce pays le principal récepteur de capitaux chiliens cette année-là4.

15Néanmoins, cette situation s’avère en partie trompeuse. Dans la pratique, les gouvernements de la Concertation ont toujours privilégié le maintien d’étroites relations avec leurs voisins du nord et avec l’Argentine. À la fin des années 1990, certains épisodes difficiles de l’histoire étaient encore vivants dans les esprits. Il en était ainsi de la période durant laquelle la dictature de Pinochet, isolée internationalement, avait été au bord de la guerre avec l’Argentine et avait craint un conflit militaire avec ses trois voisins en même temps. À partir des années 1990, le Chili a réglé tous ses litiges limitrophes avec la République argentine, rouvert le dialogue politique avec la Bolivie et proposé de résoudre avec le Pérou les questions en suspens dans l’application des traités.

La première tâche internationale de la démocratie

16Les gouvernements démocratiques qui ont succédé à la dictature militaire donnèrent d’emblée une définition très claire de la politique extérieure qu’ils entendaient mener durant la période de transition. Il s’agissait de réinsérer le Chili au sein de la communauté internationale, de sortir de l’isolement politique auquel le régime de Pinochet avait été soumis, et de consolider un processus de développement économique fondé sur une économie ouverte aux marchés internationaux et tournée vers l’exportation. Ces deux objectifs requerraient non seulement une réactivation diplomatique, capable d’obtenir des soutiens pour le processus de transition démocratique, mais aussi, plus concrètement, une structure d’accords économiques et politiques internationaux, tant avec son environnement immédiat que sur le plan international. La politique extérieure a été ainsi totalement liée au projet de développement national qui voulait à tout prix éviter les retours en arrière, tant sur le plan politique qu’économique. D’un côté, la « diplomatie démocratique » développée à partir du gouvernement de Patricio Aylwin contribuait à empêcher le retour des troubles politiques ou de putschs militaires, un risque pas encore totalement écarté puisque Augusto Pinochet était toujours le Commandant en chef des armées. De l’autre, la signature d’accords et de traités économiques et commerciaux prémunissait contre les possibles retours en arrière en ce qui concerne le modèle économique que le Chili voulait développer. « Accrocher » l’économie chilienne à des partenaires comme le Canada et les États-Unis, par la signature de traités commerciaux qui avaient la même valeur juridique qu’une loi interne, donnerait un signe fort de stabilité économique et contribuerait à maintenir une certaine intangibilité de l’orientation économique libérale.

17En dépit de ces objectifs, les gouvernements de Patricio Aylwin et d’Eduardo Frei durent se consacrer en priorité aux relations avec les trois voisins limitrophes. Les différends frontaliers non résolus étaient en contradiction avec un processus d’intégration riche en opportunités matérielles et en possibilités de signer des accords de coopération. Cependant garantir la paix et une bonne entente politique avec l’Argentine, le Pérou et la Bolivie, non seulement relevait d’une nécessité de sécurité nationale, mais était également facteur de stabilité politique. La moindre agitation sur l’un de ces trois fronts aurait accru le rôle des Forces armées dans un contexte politique qui avait précisément pour objectif de les subordonner définitivement au pouvoir civil.

18À ces conditions immédiates devait s’ajouter la volonté de faire entrer le Chili dans l’ère de la mondialisation. La Concertation a visiblement tenté de se « défaire » du handicap historique causé par les différents frontaliers et de mener une politique extérieure à vocation mondiale, voulant faire du Chili un acteur du développement et de l’intégration dans la région, un pôle d’attraction pour les investissements, et un « pont » latino-américain avec la zone de l’Asie Pacifique.

Argentine : des accords enchanteurs

  • 5  . « Se comenzó a hablar de una ’política vecinal’ precisamente para describir una política que apu (...)

19Des trois relations « frontalières » – appelées depuis le retour à la démocratie relations « de voisinage » –, celle avec l’Argentine fut considérée comme étant, sans aucun doute, la plus urgente5. Le Chili et l’Argentine héritaient d’une relation historique marquée par l’insécurité et la défiance réciproque en raison de différends frontaliers anciens. En 1978, sous les dictatures de Videla et de Pinochet, ces deux pays avaient été au bord d’un conflit armé, suite à la non-reconnaissance par l’Argentine d’un jugement arbitral pour le contrôle de deux îles sur le Canal de Beagle, dans le Détroit de Magellan. Finalement, le Saint-Siège intervint au plus fort de la crise, à la demande des évêques des deux pays. La médiation du pape, obtenue dans le climat extrêmement tendu de janvier 1979, évita in extremis la guerre et s’acheva, non sans difficultés, par la signature d’un traité de paix et d’amitié en 1984.

20Le retour à la démocratie dans les deux pays transforma radicalement la nature de leurs relations. En 1990, les deux présidents Aylwin et Menem se réunirent avec une liste de 24 points limitrophes non résolus. Le 2 août 1991, à Buenos Aires, une Déclaration présidentielle conjointe sur les frontières solutionna 22 problèmes. Le différend concernant la Laguna del Desierto fut soumis à un arbitrage international, conformément à ce qui avait été établi par le Traité de paix et d’amitié de 1984. Trois ans plus tard, un tribunal ad hoc donna raison à la République argentine dans un jugement que le Chili accepta dans sa totalité. La délimitation entre le Mont Fitz Roy et le Cerro Daudet, plus connue sous le nom de Campos de Hielo Sur au Chili et Hielos continentales en Argentine, est encore de nos jours en suspens, en dépit d’un accord de 1998 qui en règlemente l’utilisation dans l’attente de la solution définitive.

21Le retour à la démocratie a donc permis de dépasser les querelles historiques et de faciliter un développement notable des relations entre le Chili et l’Argentine. Dans les 20 années qui ont suivi, les facteurs d’interdépendance ont pris le pas sur un passé de méfiance. La coopération entre les Forces Armées des deux pays a conduit à l’éradication des hypothétiques conflits militaires et à une série d’opérations conjointes, dont celles des missions de paix des Nations unies. Celles-ci ont récemment été consolidées par la création de la force intégrée Cruz del Sur qui regroupe des officiers et des soldats des deux pays. Durant deux décennies un plan cadre sur les passages frontaliers a permis l’augmentation des investissements et des communications. Il a également développé les services fiscaux destinés aux échanges touristiques et commerciaux. Les progrès sont étudiés annuellement par des comités bilatéraux qui examinent également les possibilités d’associations régionales transfrontalières.

22Actuellement les gouvernements de Buenos Aires et de Santiago envisagent la construction de tunnels transandins de grande envergure, visant à faciliter les exportations de l’Argentine et des autres pays par les ports chiliens du Pacifique. Un Traité d’Intégration Minière, signé en 1998, ouvre la possibilité de l’exploitation minière andine côté argentin, grâce à l’octroi de services d’extraction, de transit et portuaires chiliens.

  • 6  . L’Argentine est le quatrième partenaire commercial du Chili et occupe seulement la seizième posi (...)

23L’association du Chili au MERCOSUR a conduit à une importante augmentation du commerce bilatéral, même si les chiffres demeurent modestes (c’est une des caractéristiques du commerce intrarégional en Amérique latine)6. L’Argentine a été, en revanche, durant plus de dix-neuf ans, le premier pays destinataire des investissements directs chiliens, atteignant le chiffre de 15 671 millions de dollars, soit 30 % de l’ensemble des investissements chiliens à l’étranger. En outre, les immigrants chiliens – presqu’un million de personnes dans les régions argentines limitrophes – ont vu leur situation migratoire régularisée. Enfin, sur tout le territoire chilien, le tourisme argentin se développe chaque jour d’avantage.

24Cet ensemble de signes positifs ne veut pas dire qu’il n’y a pas eu des points de divergence entre ces deux gouvernements. En 2003, la fameuse « crise du gaz » – durant laquelle le gouvernement du président Kirchner a coupé, sans prévenir, les ravitaillements en gaz du Chili – a introduit momentanément un élément de perturbation dans l’étroite coopération qui avait caractérisé les relations durant les années précédentes. Il a fallu un certain temps avant que le ton présidentiel de complicité réciproque ne se rétablisse complètement. En revanche, la crise a montré combien les choses avaient avancé : la défiance ancestrale et le langage hostile, qui avaient caractérisé les relations entre les deux pays au siècle précédent, n’ont pas réapparu. En 2009, dans le cadre de la préparation conjointe des célébrations du Bicentenaire de l’indépendance des deux nations, les gouvernements de Michelle Bachelet et de Cristina Fernandez de Kirchner ont signé un nouveau Traité d’intégration et de coopération destiné à « projeter, dans le futur, la dynamique du mécanisme d’intégration binationale »  Ministerio de Relaciones Exteriores, 2010, p. 10.

25Les relations du Chili avec l’Argentine ont ainsi correspondu, avec plus ou moins de bonheur, à la formule envisagée par la Concertation depuis le début pour l’entente entre les deux voisins. Cette forme d’intégration est le modèle que le Chili aurait souhaité suivre avec ses deux voisins du nord, le Pérou et la Bolivie. Or, dans ces deux cas précis, l’évolution des relations bilatérales a été très différente.

Bolivie et Chili : la question de la mer à fleur de peau

26La question maritime a divisé le Chili et la Bolivie pendant plus d’un siècle. Des relations triangulaires litigieuses sont nées des conséquences de la Guerre du Pacifique qui avait opposé le Chili à la Bolivie et au Pérou en 1879. Lors de ce conflit, la Bolivie avait perdu son accès souverain sur l’océan Pacifique au profit du Chili. Depuis lors, sa volonté de le récupérer ne s’est amoindrie ni au fil du temps, ni du fait de l’échec des dialogues bilatéraux entre la Paz et Santiago, ni de la vanité de ses tentatives de donner au litige une dimension multilatérale. Pour sa part, le Chili est resté sur sa position historique qui est de s’en tenir au traité de 1904 en vigueur : son voisin de l’altiplano lui a cédé « à perpétuité » la souveraineté de son littoral Pacifique en contrepartie d’un accès de plein droit aux ports chiliens d’Arica et d’Iquique, ainsi que de la construction et de l’entretien du chemin de fer Arica-La Paz.

27À plusieurs reprises, surtout durant les vingt dernières années, le Chili a fait montre de ses bonnes dispositions à l’égard de la Bolivie. Il a manifesté son ouverture à la recherche de solutions qui lui permettent d’obtenir un débouché sur le Pacifique, à la condition qu’elle n’exerce pas un contrôle souverain sur ce territoire. Les gouvernements de la Concertation avaient en effet admis que, au côté de la « raison juridique » et de la « raison commerciale » une rationalité négociatrice pouvait voir le jour. Dès la fin du gouvernement de Eduardo Frei, le Chili a tenté une approche progressive du thème de la « méditerranéité » bolivienne. Cette approche a connu à la fois son paroxysme et sa chute sous le mandat du président Lagos, pour revenir ensuite sur le devant de la scène, visiblement grâce à la cordialité de l’entente politique entre la présidente Michelle Bachelet et son homologue bolivien Evo Morales. Il est évident que le dialogue entre les deux pays a été favorisé par l’éventualité d’une complémentarité énergétique. La découverte de gisements gaziers considérables en Bolivie a été une donnée de poids en faveur de négociations, le Chili manquant considérablement de production énergétique.

  • 7   L’article premier du protocole complémentaire (3 juin 1929) stipule : « Los gobiernos de Chile y (...)

28Pourtant, à chaque fois qu’il y a eu un rapprochement diplomatique entre la Paz et Santiago, celui-ci a été suivi d’une rupture, elle-même précédant, quelques années plus tard, une nouvelle phase de dialogue. C’est un cercle vicieux stérile et sans fin. Dans nombre de ces occasions manquées, le principe figurant dans le traité de 1929 qui délimite les frontières entre le Chili et le Pérou, a été un facteur décisif. Dans un protocole complémentaire, il établit que le Chili ne peut pas céder à un pays tiers – en l’occurrence la Bolivie – un territoire ayant appartenu au Pérou avant le conflit de 18797. Cette clause affirme que toute résolution du problème maritime bolivien par la concession d’un territoire qui rompe l’unité territoriale chilienne – solution qui n’est de toute façon pas envisageable pour le Chili – requiert obligatoirement le consentement péruvien. En définitive, c’est ici que se trouve le premier nœud de complexité du problème.

29La question n’a jamais été mieux exposée que lors du fameux accord dit de « Charaña » entre les dictateurs militaires chilien et bolivien, Augusto Pinochet et Hugo Banzer. Le 19 décembre 1975, le Chili accepta de céder à la Bolivie une portion de côte maritime souveraine, reliée au territoire bolivien par une frange également souveraine, située « dans le nord d’Arica ». En échange de cela, la Bolivie lui accordait une portion de son propre territoire. Parallèlement, et en conformité avec le traité de 1929 signé avec le Pérou, le Chili a demandé à ce dernier s’il acceptait que des territoires lui ayant appartenu avant la Guerre du Pacifique soient attribués à la Bolivie en pleine propriété.

30Les motivations de Pinochet étaient claires : menacé d’une attaque militaire de la part de l’Argentine, il craignait également une attaque du Pérou. Un accord avec la Bolivie permettait de s’assurer sa neutralité Rodríguez Elizondo, 2004, p. 156-190. La réponse péruvienne fit échouer le projet. Lima ne donnait son accord que si était créée une zone de souveraineté partagée entre sa frontière et la ville d’Arica, ainsi qu’une administration tripartite de ce port. Pour le Chili, cette solution était inacceptable. Les relations avec la Bolivie se détériorèrent à nouveau, au point d’en arriver, en 1978, à une nouvelle rupture des relations diplomatiques.

31Si, après le retour de la démocratie au Chili, les relations diplomatiques demeurèrent suspendues, les changements politiques favorisèrent la création d’espaces de dialogue et les rencontres présidentielles. En 1994, les deux chancelleries créèrent un « Mécanisme Permanent de Consultation Politique » qui fonctionna jusqu’à la fin de la décennie. Le Chili proposa à la Bolivie un « Accord de complémentarité économique » qui lui octroyait des concessions tarifaires sans aucune contrepartie. Le pari chilien était que l’augmentation du commerce et des investissements favoriserait l’établissement d’un climat de confiance réciproque, indispensable pour envisager sérieusement une solution au problème maritime bolivien. Au sein de la Concertation, dans les gouvernements d’Eduardo Frei puis de Ricardo Lagos, certains secteurs étaient ouvertement favorables à la recherche de formules excluant la question de la souveraineté, ou ne l’incluant pas d’emblée.

  • 8  . Comme l’a écrit Gustavo Fernández, ancien chancelier de Bolivie, « les enquêtes montrent la ranc (...)

32Cela étant, ces bonnes intentions se heurtèrent à un obstacle aussi important que l’avait été la clause du traité de 1929 vis-à-vis du couloir d’Arica. Effectivement, toute tentative de négociation sur ce sujet se trouvait confrontée à des difficultés politiques internes, aussi bien en Bolivie qu’au Chili. En Bolivie, la classe politique utilisait fréquemment le thème maritime comme ressource politique d’unité interne. Au Chili, la réaction politique la plus répandue était l’indifférence, voire la marginalisation du sujet dans l’agenda gouvernemental sitôt que surgissait un écueil. Dans les deux pays l’opinion publique – majoritairement hostile à toute concession – s’opposait à toute hypothèse de modification (même minime) des positions traditionnelles, ou encore à toute idée de faire des concessions dans un sens ou dans un autre8.

  • 9  . Pour les éléments du débat public qui accompagnent ces conversations particulières, voir Centro (...)

33C’est pour cette raison que les dialogues officiels demeurèrent toujours secrets. Dès le gouvernement d’Aylwin, plusieurs délégués présidentiels officieux, sous couvert d’activités académiques ou participant à des rencontres de la société civile, tentèrent d’explorer les attentes boliviennes et de trouver des solutions possibles au problème9. Au début de l’année 2000, à la fin du mandat du président Eduardo Frei, de notables progrès furent accomplis avec la signature (en Algarve au Portugal) par les chanceliers chilien et bolivien d’un accord pour entamer « sans conditions préalables ni exclusions » l’examen d’un agenda en treize points dans lequel figurait la demande bolivienne pour un accès souverain sur l’océan Pacifique. Le tabou semblait avoir été brisé.

  • 10  . Suite au décès de Hugo Banzer, le mandat présidentiel fut confié à Gonzalo Quiroga qui, un an pl (...)

34Le gouvernement de Ricardo Lagos y vit la possibilité de prendre les initiatives les plus ambitieuses, depuis l’accord de Pinochet et de Banzer, pour trouver une solution au problème bolivien. Mais à cette époque un élément essentiel de l’équation avait changé : la découverte de réserves gazières considérables en Bolivie. La sortie de cette manne par le Pacifique et les opportunités qu’elle ouvrait à la Bolivie pouvaient bouleverser le panorama géopolitique de la région. Même si elles n’avaient jamais fait l’objet d’échanges officiels, les propositions du Chili à la Bolivie semblaient inclure la concession d’une servitude de passage gratuite, pour 99 ans, jusqu’au port chilien de Patillo, afin qu’elle puisse acheminer son gaz et le faire transformer par son industrie bolivienne, en employant du personnel bolivien régi par les lois boliviennes Rodríguez Elizondo, 2004, p. 156. Mais aucune suite n’a été donnée pour diverses raisons : décès de Banzer, offre péruvienne d’octroyer des facilités à la Bolivie pour exporter son gaz par le port de Ilo, instabilité politique qui fit se succéder six présidents en six ans à la tête de la Bolivie. Cette proposition, qui cherchait à tirer profit des conditions économiques favorables pour sortir de ce marasme historique, s’est finalement réduite à une équation qui rassemblait autant de soutiens que de rejets dans les deux pays, à l’image du slogan « La mer pour le gaz »10. Deux faits mirent fin à cette nouvelle phase de dialogue : le président Sánchez de Losada fut renversé par la mobilisation des organisations syndicales boliviennes, qui avaient fait de la lutte contre l’exploitation du gaz par le Chili l’une de leurs grandes revendications, et les présidents Ricardo Lagos et Carlos Mesa s’affrontèrent publiquement lors du Sommet des Amériques de Monterrey, en janvier 2004.

35Le gouvernement de Michelle Bachelet, première femme présidente du Chili, démarra sous de bons auspices. Evo Morales, qui était, de son côté, le premier indigène élu à la présidence de son pays, fit une visite officielle au Chili. En Bolivie, la stabilité politique que garantissait l’énorme soutien populaire obtenu par le nouveau président fit supposer à de nombreux observateurs que le dialogue avec le Chili cesserait d’être subordonné aux aléas de la politique interne et que cette fois-ci l’examen du thème maritime pourrait aboutir à une solution satisfaisante pour les deux parties.

36Un agenda commun en 13 points fut mis au point et permit d’opérer une hiérarchisation dans les priorités des deux pays. Plusieurs points étaient très substantiels : l’intégration physique, l’intégration frontalière, la libre circulation des personnes, un plan de réouverture du chemin de fer Arica-La Paz, le développement du Couloir interocéanique reliant, à travers le territoire bolivien, les ports brésiliens de Santos et le Mato Grosso avec les ports chiliens d’Arica et d’Iquique. Le rapprochement entre les deux pays se manifesta en particulier avec la signature de nouveaux accords commerciaux, et avec une entente inédite en matière de Défense qui s’accompagna d’un hommage chilien rendu aux héros boliviens de la guerre qui avait opposé les deux pays. Enfin, lorsque Evo Morales demanda à Michelle Bachelet de jouer, en tant que présidente de l’UNASUR, le rôle de médiatrice dans le cadre du conflit qui opposait la Paz aux préfets de certaines régions du pays, la défiance réciproque semblait être reléguée à l’histoire Ruz, 2011, p. 155-162.

37Pourtant, le thème maritime continua d’occuper le devant de la scène sans que les parties s’engagent. Michelle Bachelet fit une nouvelle proposition officieuse de dernière minute à la Bolivie : un accès à la mer à travers une concession non souveraine du territoire chilien. Cette proposition, dévoilée par la presse après l’intronisation de Sebastián Piñera, aurait été rejetée par l’actuel gouvernement chilien. Mais avant cela, un nouvel obstacle était venu s’ajouter au traitement de ce thème : la nouvelle Constitution de l’État bolivien. Promulguée en 2009, elle déclare « son droit inaliénable et imprescriptible » sur le territoire qui lui donne accès à l’océan Pacifique et à son espace maritime. Elle précise de plus que, dans un délai de quatre ans – donc avant 2013 –, la Bolivie doit soit dénoncer soit renégocier les traités internationaux « contraires à la Constitution ». C’est une allusion directe au Traité de 1904 qui a mis fin à la Guerre du Pacifique entre le Chili et la Bolivie. Dans la pratique, ce durcissement institutionnel complique grandement la poursuite des propositions chiliennes aux autorités boliviennes, qu’il s’agisse d’un accès à la mer avec une perspective non souveraine, ou même d’un accès à la mer avec une perspective future de souveraineté.

Le Chili et le Pérou, un nœud dans le passé et le futur

38Des relations du Chili avec ses trois voisins, la plus paradoxale est sans doute celle avec le Pérou. Unis sous le Vice-royaume du Pérou, voire depuis l’époque inca, les peuples des territoires qui forment le Chili et le Pérou actuels ont maintenu jusqu’à nos jours des relations à la fois étroites et tendues, pleines de projets communs comme de ressentiments. Malgré une volonté d’intégration indéniable de dynamisme, la guerre du Pacifique, considérée d’un côté comme un mythe et de l’autre comme une punition, continue de faire planer son ombre. Liés de façon croissante par le commerce, les investissements et l’immigration, le Chili et le Pérou ne parviennent toujours pas à tourner la page de leur deuil passé.

  • 11  . Les travaux qui devaient être mis à la disposition du Pérou étaient une jetée d’amarrage, un bât (...)

39Après le retour de la démocratie, le gouvernement chilien réessaya de mettre en application le protocole complémentaire du traité de 1929 qui avait mis fin à la guerre du Pacifique avec trente ans de retard. Ce protocole engageait le Chili à réaliser des travaux pour le Pérou. Or ces derniers étaient suspendus depuis près de soixante ans, en raison d’un problème d’interprétation concernant l'administration11. Durant tout ce temps, les deux pays n’avaient pu parvenir à un accord sur la conception, la construction et la livraison de ces travaux, en raison de l’intérêt économique décroissant au fil du temps qu’ils représentaient pour le Pérou, et en raison du lobby des ultranationalistes péruviens qui considéraient que l’inaccomplissement des engagements chiliens était bénéfique pour eux. De ce point de vue, un traité « non appliqué » ouvrait une fenêtre d’ambigüité à l’égard du port d’Arica, donnant éventuellement une plus grande possibilité de revendication pour le Pérou.

40Les premières négociations entre les gouvernements de Patricio Aylwin et d’Alberto Fujimori promettaient une résolution rapide du problème. Cependant, l’« autogolpe » péruvien d’avril 1992 détériora la relation du gouvernement de Fujimori avec la région, et donc avec le Chili. Le débat péruvien sur les « Conventions de Lima » tendit à se politiser. La signature d’un accord en mai 1993 demeura sans suite, Fujimori ayant décidé de le retirer du Congrès péruvien un peu plus d’un an plus tard, en août 1994.

41Suite au conflit de 1995 entre l’Équateur et le Pérou, les négociations reprirent lorsque le président Fujimori annonça sa volonté de mettre fin à toutes les questions non résolues en matière de frontières. Le Chili, avec l’Argentine, le Brésil et les États-Unis, s’était porté garant des négociations interétatiques dans ce conflit qui s’acheva en 1998. Son rôle avait été apprécié par le gouvernement de Lima. Après de brèves négociations, le Chili et le Pérou signèrent le 13 novembre 1999 un accord selon lequel les protocoles encore en suspens du traité de 1929 devaient être définitivement appliqués. Comme l’a dit à cette occasion le chancelier péruvien,

  • 12  . El Peruano, 14 novembre 1999.

« la signature de l’Acte d’exécution des points en suspens du Traité de 1929, auquel nous venons d’assister il y a quelques minutes, met fin aux dernières séquelles d’un conflit entre le Pérou et le Chili, qui a eu lieu 120 ans auparavant, et qui est aujourd’hui, fort heureusement, totalement surmonté12 ».

42Pourtant ce propos ne reflétait pas complètement la réalité. Depuis 1986 la chancellerie péruvienne avait commencé à préparer une argumentation contre le Chili à propos des eaux limitrophes. Cette même année, le Pérou communiqua à Santiago qu’il considérait que les limites maritimes entre les deux pays n’avaient pas été fixées. Il niait de ce fait l’interprétation chilienne des accords maritimes de 1952 et de 1954 – ces derniers étant considérés comme des traités internationaux parfaitement valides par le Chili – ainsi que les actes des nombreuses commissions mixtes chiléno-péruviennes enregistrées depuis lors.

  • 13  . Septembre 2011.

43Selon le Chili, cette approche s’avérait surprenante, puisque ces cinquante dernières années le Pérou avait appliqué la limite parallèle établie par ces accords en matière de navigation, de survol, d’exercice de juridiction et de recours devant les tribunaux. Pour toutes ces raisons les gouvernements de Ricardo Lagos puis de Michelle Bachelet refusèrent d’ouvrir des négociations sur cette question. Fort de sa solide identité légaliste, le Chili resta attaché à la thèse de l’intangibilité des traités. Ce thème parut avoir été oublié sous le mandat d’Alberto Fujimori. Il revint avec force sous celui d’Alejandro Toledo. En 2005, le Congrès péruvien approuva la Loi des fondements de la souveraineté maritime qui modifia unilatéralement les frontières entre les deux pays. Les protestations diplomatiques du Chili, une suite de notes devant les Nations unies, accompagnées de quelques actes peu heureux des deux parties, ont culminé en janvier 2008 avec le dépôt par le gouvernement du président Alan García d’une plainte contre le Chili devant le Tribunal de la Haye Rodríguez Elizondo, 2004 ; Leiva, 2010. Au moment où est écrit cet article13, les deux pays se trouvent dans la phase de présentation de leurs arguments devant ce tribunal.

44Ces rencontres infructueuses en matière limitrophe ne doivent cependant pas faire oublier les remarquables avancées dans plusieurs domaines des relations bilatérales. Le Chili est en effet devenu un important pays d’accueil pour les immigrants péruviens, et le Pérou a été le principal destinataire des investissements chiliens à l’étranger. La régularisation de dizaines de milliers d’immigrants illégaux péruviens par le gouvernement de Michelle Bachelet a été une importante preuve d’amitié vis-à-vis de son voisin. Au Pérou, la création par le gouvernement d’Alan Garcia d’un cadre institutionnel favorable à l’investissement étranger, a été accueillie par l’entrepreneuriat chilien comme un signe exceptionnel de progrès dans les relations bilatérales et dans une perspective d’intégration des économies.

Le nouvel intérêt latino-américain du Chili

45L’évolution des différents avec la Bolivie et le Pérou n’ont en rien modifié la position historique du Chili sur ces questions. D’une part, avec la Bolivie, les gouvernements de Michelle Bachelet puis de Sebastián Piñera ont adopté la même attitude que ces 20 dernières années. Ils ont maintenu un dialogue ouvert et centré sur l’agenda de 13 points sur lequel le président Evo Morales a beaucoup travaillé depuis le début de son mandat. Cet agenda, on l’a vu, englobe notamment le thème maritime bolivien. D’autre part, l’attitude du Chili vis-à-vis du Pérou a été « d’envisager de développer un agenda commun plus large, actif et créatif, dans lequel le jugement de la Haye ne peut pas être ignoré mais ne peut pas non plus constituer un obstacle pour sa continuité » Leiva, 2010, p. 148. Derrière le maintien de bonnes relations, on peut lire en filigrane, en accord avec la ligne de conduite du pays, une raison juridique qui n’admet ni la révision des traités internationaux ni la non-reconnaissance du droit international. Ce consensus, au sein du Chili, constitue sa meilleure ligne de défense et par conséquent, le jugement de la Cour de la Haye sera accepté dans sa totalité.

46D’un point de vue politique, deux lectures opposées se développent au sein du spectre partisan. Pour un secteur, les différents limitrophes avec le Pérou et la Bolivie semblent être sous-jacents à la politique subrégionale et continueront, par conséquent, à exister dans le futur. De ce fait, le Chili ne doit pas faire miroiter des attentes de changement de ses positions traditionnelles. Ce secteur s’oppose catégoriquement à la concession d’un accès souverain sur la mer pour la Bolivie et a tendance à critiquer l’inclusion du thème maritime dans le dialogue entre les deux pays puisqu’il génère des illusions irréalisables. L’idée d’une position « de fermeté » avec ses voisins du Nord, en ce qui concerne des incidents limitrophes réels ou éventuels, découle de cette même ligne de pensée. Dans cette optique, le dépôt d’une plainte devant la Cour de justice de la Haye par le Pérou démontre qu’il n’est pas possible de mettre fin à ses revendications revanchardes et laisse entrevoir que d’autres réclamations plus ambitieuses suivront la publication du jugement. Il faudra adopter une position « claire » face à ces revendications, qui inclut inévitablement la question d’un équilibre stratégique. Cette position n’est pas incompatible avec la volonté d’accroître les relations économiques avec le Pérou, en proposant des actions conjointes en direction de l’Asie, du Pacifique, de l’économie internationale.

  • 14  . Cf. par exemple, l’entrevue de l’ex-Chancelier Mariano Fernández, La Segunda On Line, 25 de Abri (...)

47Un autre secteur, de plus en plus influent, souligne la nécessité, pour un pays comme le Chili, complètement dédié au commerce extérieur, de recomposer ses relations de voisinage, pour favoriser le développement d’un climat de bonne volonté dans la région. Puisque la Bolivie possède des richesses naturelles considérables, principalement du gaz naturel, ce secteur suggère de trouver une solution maritime qui satisfasse les deux parties. L’idée d’offrir à la Bolivie un accès à la mer « avec une perspective de souveraineté » a d’ailleurs été publiquement évoquée par des figures influentes de la vie politique chilienne14. L’incorporation au scénario de l’investissement étranger chilien comme un facteur important des relations de voisinage, contribue à favoriser l’optique négociatrice de façon déterminante.

48Cette optique correspond davantage à ce qu’a été la politique extérieure modernisatrice et tournée sur le monde de ces vingt dernières années. Mais son adoption suppose la réalisation d’un facteur politique inatteignable pour le moment : la transformation de l’opinion publique chilienne et l’existence de conditions politiques nécessaires en Bolivie et au Pérou qui puissent aboutir à un accord tripartite. Il est clair que ces points de vue contradictoires vont manifestement continuer à coexister au Chili jusqu’à la publication du jugement de la Cour internationale de Justice. À ce moment-là s’ouvrira une période décisive pour permettre de reformuler les relations entre les trois pays.

Haut de page

Bibliographie

Centro de Estudios Estratégicos para la Integración Latinoamericana, Hacía un enfoque trinacional de las relaciónes entre Bolivia, Chile y Perú, La Paz / Lima / Santiago, 2 vol., 2001 et 2002.

Grebe Horst, “La relación entre Bolivia y Chile. Situación y Perspectivas”, in Artaza Mario, Milet Paz (éd.), Nuestros Vecinos, Santiago de Chile, RIL Editores, 2007.

Leiva Patricio (éd.), Diálogos sobre la Haya. El límite marítimo entre Chile y Perú, Santiago de Chile, Universidad Miguel de Cervantes, 2010.

Ministerio de Relaciones Exteriores, “Hitos de la Política Exterior durante el Gobierno de la Presidenta Michelle Bachelet, 2006-2010”, Santiago de Chile, 2010.

Ministerio de Relaciones Exteriores de Chile, “La inversión directa de capitales chilenos en el mundo, 1990-2010”, Santiago de Chile, 2011.

Pérez Llana Carlos, “Modelos Políticos y Alianzas Externas”, in Lagos Ricardo (comp.), América Latina: ¿Integración o Fragmentación?, Buenos Aires, Edhasa Editorial, 2008.

Van Klaveren Alberto, “La política exterior de Chile durante los gobiernos de la Concertación (1990-2010)”, Estudios Internacionales (Santiago), n° 169, mayo-agosto 2011, p. 155-172.

Rodríguez Elizondo José, Chile-Perú. El Siglo que vivimos en peligro, Santiago de Chile, La Tercera / Mondadori, 2004.

Ruz María Inés, “Relaciones Chile-Bolivia”, in Ensignia Jaime, Fuentes Cristián, Fernández María de los Ángeles (éd.), Política Exterior en el Chile post Concertación: ¿Quo Vadis?, Santiago de Chile, Friedrich Ebert Stiftung, 2011.

Haut de page

Notes

1  . La presse brésilienne et la presse argentine critiquèrent durement la décision du président Lagos de démarrer des négociations pour un TLC avec les États-Unis, ceci au moment où des négociations étaient en cours pour approfondir l’association du Chili au Mercosur. Dans de nombreux cas, ces articles reflètent le climat interne dans les gouvernements des deux pays.

2  . Le Chili devait signer, deux semaines plus tard avec Washington, un traité de libre-échange dans lequel il avait investi dix ans de dialogue et de lobbying. La signature s’est réalisée sans aucune conséquence. L’épisode mit en évidence que le « consensus » interne du Chili, quant à sa politique intérieure, se fondait plus sur la nécessité de la diplomatie économique que sur l’approche de l’indépendance politique. Des semaines durant, la presse conservatrice chilienne critiqua « l’esprit gauchiste » qui mettait en danger l’accord commercial le plus important signé par le Chili dans toute son histoire.

3  . Morales annonça, dans un discours du 23 mars 2011, que la Bolivie aurait recours aux tribunaux et aux organismes internationaux, le Chili étant jugé responsable de la fin de sa « méditerranéité ». Selon lui, la phase des pourparlers avec le Chili est épuisée.

4  . Durant les 20 dernières années, les capitaux chiliens à l’extérieur se sont principalement dirigés vers le secteur des services (40 %), de l’énergie (28,8 %) et de l’industrie (23,1 %). Voir Ministerio de Relaciones Exteriores de Chile [2011].

5  . « Se comenzó a hablar de una ’política vecinal’ precisamente para describir una política que apuntaba a la solución de antiguas cuestiones limítrofes pendientes, con pleno apego a los principios tradicionales mantenidos en ese ámbito, y que pretendía proporcionar un nuevo marco a las relaciones de creciente interdependencia con el entorno natural de Chile » [Van Klaveren, 2011].

6  . L’Argentine est le quatrième partenaire commercial du Chili et occupe seulement la seizième position comme pays destinataire de ses exportations. L’échange commercial en 2009 a été de 5 423,3 millions de dollars américains.

7   L’article premier du protocole complémentaire (3 juin 1929) stipule : « Los gobiernos de Chile y el Perú no podrán, sin previo acuerdo entre ellos, ceder a una tercera potencia la totalidad o parte de los territorios que, en conformidad al Tratado de esta misma fecha, quedan bajo sus respectivas soberanías, ni podrán, sin ese requisito, construir, al través de ellos, nuevas líneas férreas internacionales » [Leiva, 2010, p. 164].

8  . Comme l’a écrit Gustavo Fernández, ancien chancelier de Bolivie, « les enquêtes montrent la rancœur des Boliviens et le ressentiment des Péruviens envers le Chili ». Il faut ajouter qu’au Chili les enquêtes montrent le mépris des Chiliens envers les demandes de leurs voisins du nord [Grebe, 2007].

9  . Pour les éléments du débat public qui accompagnent ces conversations particulières, voir Centro de Estudios Estratégicos para la Integración Latinoamericana [2001 et 2002].

10  . Suite au décès de Hugo Banzer, le mandat présidentiel fut confié à Gonzalo Quiroga qui, un an plus tard, le céda à Gonzalo Sánchez de Losada. Après le renversement de ce dernier par une révolution populaire, la Bolivie connut deux présidents : Carlos Meza et José Luis Rodríguez à qui revint d’organiser les élections qui menèrent Evo Morales au pouvoir. En assistant à la prise de fonction de Morales, le président chilien Ricardo Lagos avait précédemment connu successivement six présidents boliviens durant son mandat, soit un par an.

11  . Les travaux qui devaient être mis à la disposition du Pérou étaient une jetée d’amarrage, un bâtiment pour les douanes et une gare terminus pour le chemin de fer relié à la ville de Tacna. Pour un récit détaillé des négociations sous le mandat du président Aylwin lire Rodríguez Elizondo [2004, p. 193-233].

12  . El Peruano, 14 novembre 1999.

13  . Septembre 2011.

14  . Cf. par exemple, l’entrevue de l’ex-Chancelier Mariano Fernández, La Segunda On Line, 25 de Abril de 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Juan Gabriel Valdés, « La politique extérieure du Chili : le retour aux origines », Cahiers des Amériques latines, 68 | 2011, 31-47.

Référence électronique

Juan Gabriel Valdés, « La politique extérieure du Chili : le retour aux origines », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 68 | 2011, mis en ligne le 01 juin 2013, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://cal.revues.org/111 ; DOI : 10.4000/cal.111

Haut de page

Auteur

Juan Gabriel Valdés

Juan Gabriel Valdés Soublette, politiste, ancien ministre des Relations extérieures du Chili, ancien ambassadeur, ancien responsable de la mission des Nations unies en Haïti, enseigne les relations internationales à l’Université du Chili. Il a aussi enseigné aux États-Unis et dans d’autres pays d’Amérique latine et d’Europe. Il a notamment publié Pinochet’s economists: the Chicago school in Chile (Cambridge/New York, Cambridge University Press, 1995).

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org