Navigation – Plan du site
Dossier. La ville dans les Amériques : un regard de part et d'autre de la frontière
Migrants latinos et ville transnationale

L’espace d’habitation comme miroir identitaire. Le cas des migrants de Patamban (Michoacán, Mexique) aux États-Unis

Frida Calderón Bony
p. 57-78

Résumés

Le propos de cet article est de réfléchir à la relation que les migrants entretiennent avec leurs espaces d’habitation. Nous partons de l’hypothèse qu’il y a un rapport entre le sujet et son habitat qui se fonde précisément sur son expérience de mobilité migratoire et à partir du cas des migrants de Patamban (Michoacán, Mexique) nous nous intéressons aux pratiques d’habitation pour proposer une interprétation de la forme de ce rapport. Notre analyse donne place à un processus de définition identitaire de la part du migrant à partir de ses maisons (l’une dans le pays d’origine, l’autre dans le pays de destination) dans lequel l’habitat fonctionne comme ressource spatiale au profit de la définition du sujet. À partir de la notion de « dédoublement spatial » nous montrons que l’habitat fonctionne à la fois comme expression de soi et comme territoire de réaffirmation identitaire pour le sujet mobile.

Haut de page

Entrées d’index

Keywords :

migration, habitat, identity

Palabras claves :

migración, hábitat, identidad

Index géographique :

Michoacán, Mexique, États-Unis
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nous empruntons cette dénomination à Daniel Pinson.
  • 2 Patamban appartient à la zone connue comme « la Meseta Tarasca » au nord-ouest du Michoacán, dans l (...)

1Dans la littérature sur la migration, les investissements immobiliers des migrants sur leurs lieux d’origine ont été considérés la plupart du temps comme des projets futurs de retour au pays. Ainsi, ces constructions ont pris le nom de « maisons du retour »1. Cependant, l’élargissement des périodes migratoires et les regroupements familiaux sur les lieux de destination, remettent en question ces maisons quant à leur fonction, usage, signification, etc. C’est pourquoi nous proposerons ici une réflexion sur les espaces domestiques des migrants de la communauté de Patamban – Michoacán, Mexique2 – afin de comprendre comment fonctionne l’appropriation spatiale face à un dispositif de dualité résidentielle, ce dernier étant constitué par une maison sur le lieu d’origine et une autre sur le lieu de destination.

2La maison ouvre un univers d’observation sur les formes d’appropriation des lieux, et le dispositif de dualité résidentielle permet d’affronter cette problématique face à une condition de mobilité. Nous observerons d’une part la maison dans le lieu d’origine: celle-ci nous intéresse dans la mesure où elle fonctionne comme lien, proximité avec la famille, lieu de mémoire, point de ralliement. Il nous semble que cette maison crée une certaine communication ainsi qu’une manière particulière d’échanges et d’attaches vis-à-vis des membres du groupe d’appartenance, sa présence étant la preuve d’une vie migrante. Vue de l’extérieur, sa façade affiche l’exil vécu aux États-Unis, permettant un jeu de miroir entre le migrant et les membres de sa communauté.

3Au contraire, dans la distance qu’entraîne la migration, le migrant s’attache à retrouver les signes de son identité d’origine à partir de sa maison du lieu de destination: l’intérieur de la maison établit comme un univers de contact avec le milieu abandonné. Cet espace fait place à un jeu de miroir où les origines identitaires sont visibles. Les murs, qui favorisent l’intimité, permettent la présence d’éléments symboliques. L’important n’est plus le regard des autres, mais la mise en scène d’un espace où les attaches et les appartenances d’origine peuvent s’imposer dans ce milieu étranger.

  • 3 El « Norte » c’est le « Nord » et c’est ainsi que les migrants parlent des États-Unis.

4Nous allons voir comment ces deux maisons fonctionnent comme miroir de l’identité du migrant, dans un cas – le lieu d’origine – comme expression de soi vers les autres membres de la communauté, dans l’autre – le lieu de destination – comme territoire de réaffirmation de l’identité du groupe qu’on a quitté. Tout d’abord nous étudierons le fonctionnement de la mobilité migratoire pour l’ensemble de la communauté afin d’esquisser la forme d’un espace transnational né de la mobilité en soulignant la fonction de certains rôles sociaux attribués aux sujets du fait de leur condition de migrants. Nous montrerons notamment comment la construction d’une maison au village d’origine est devenue une pratique chargée de valeurs au sein du collectif. Puis nous décrirons les modèles de résidence aux États-Unis et l’usage des maisons à Patamban. Nous nous arrêterons sur l’idée de « dédoublement spatial » afin de proposer une interprétation du fonctionnement de ce modèle de double résidence organisé par les migrants entre Patamban et « el Norte »3 et afin de saisir sa place dans le processus de définition identitaire.

La mobilité transnationale

  • 4 « Feel » c’est-à-dire « champ » en anglais, terme que nous conservons ici puisque les migrants ont (...)
  • 5 Dans cet article, nous nous concentrons sur trois lieux de destination: le Colorado, la Floride et (...)

5L’augmentation des déplacements vers les États-Unis dans la communauté de Patamban montre un ensemble de trajectoires individuelles au sein d’un processus migratoire qui est, lui, collectif. Depuis les années 1940, les hommes ont commencé à quitter le village pour aller chercher un travail ailleurs. Peu à peu, les conditions de travail au pays voisin ont poussé les Patambenos à choisir comme destination de projet migratoire les États-Unis devenus ensuite un but « facile » à atteindre grâce aux possibilités instaurées par les réseaux de solidarité tant familiaux que communautaires construits par l’expérience migratoire commune. Peu à peu, la carte du mouvement vers le pays d’immigration s’est modifiée. Au début les hommes de Patamban allaient en Californie pour travailler dans le « feel »4 et se déplaçaient ensuite selon les périodes de récoltes (les États d’Arizona, Washington et Colorado constituant les premiers lieux de destination). Quand les femmes et les enfants ont suivi, des installations plus durables ont vu le jour dans les États où les Patambenos avaient établi des relations avec leurs patrons et où existaient des possibilités de travail pour les nouveaux venus. Un travail plus stable entraînant une moindre mobilité, on a vu s’amorcer à partir de 1980 un mouvement de regroupement familial. Ultérieurement, autour des années 1990, c’est vers la Floride que devait se concentrer une partie de la population migrante et, plus récemment ces cinq dernières années, l’État d’Utah est devenu le pôle d’attraction pour un nombre important de familles qui s’étaient installées auparavant dans d’autres États5.

  • 6 À partir du travail de recherche qu’il a réalisé à Chavinda, Michoacán à la fin des années 1980, ce (...)
  • 7 G. Simon considère que le mouvement des migrants d’un même groupe met en relation divers espaces na (...)

6De nos jours, nous pourrions parler d’une « Nortenización », au sens où l’entend Rafael Alarcon6 [Alarcon, 1986] puisque la migration constitue un phénomène partagé, où le savoir-faire est transmis par les migrants aux nouvelles générations devenant ainsi une pratique qui se reproduit continuellement. Nous ne nous attarderons pas ici sur ce processus qui s’est constitué de façon analogue dans de nombreux cas de migrations, à savoir le déplacement familial faisant suite au déplacement des hommes seuls. Toutefois il nous semble important de souligner que c’est l’expérience de la mobilité accumulée dans le temps qui a fini par créer ce qu’on appelle un « espace transnational7 » [Simon, 1995]. Il existe actuellement une circulation de biens et de devises entre les lieux de vie dans le pays de destination et le lieu d’origine. Les retours sont fréquents, surtout au moment des fêtes au village et la circulation des hommes crée donc cet espace transnational; en outre le fort réseau de communication permet au groupe de maintenir liens et relations sociales malgré la dispersion.

  • 8 Nous pensons aux Maghrébins, Portugais ou Turcs dont maintes études ont ethnographié cette même pra (...)

7Il nous faut souligner la diversité des histoires individuelles dans la mesure où chaque migrant accomplit un parcours personnel; néanmoins, dans la confluence des histoires, il est facile de repérer un ensemble de pratiques qui, répétées par les uns et les autres, deviennent des pratiques collectives. Nous constatons d’une part, un fait social qui se nourrit de l’expérience du groupe (la mobilité migratoire internationale) mais aussi des projets personnels, encadrés, peut-on dire, par ces pratiques collectives. Comment analyser, dès lors, des pratiques partagées tout en restituant la place des individus ? Le cas des pratiques d’investissement immobilier entreprises par les migrants à Patamban nous permet de saisir cette double relation, à la fois avec les habitudes villageoises et en tant que réalisation matérielle d’un projet individuel. Certes, la construction d’une maison sur le lieu d’origine est l’une des pratiques les plus courantes chez les migrants des diverses latitudes du monde8 mais accorder une place aux dimensions culturelles de cet acte justifie l’intérêt d’étudier ici le cas des migrants de Patamban. Nous pensons que, dans l’ensemble des relations qui structurent la vie commune du groupe, la maison appartient à un champ social où elle acquiert sa signification. C’est précisément dans l’ensemble d’un certain univers socio-symbolique qu’il est pour nous intéressant d’observer les pratiques de l’espace domestique des migrants. Nous essaierons alors de rendre compte d’un processus dans lequel la maison – espace d’habitation – explique aussi un fonctionnement social avec des pratiques et des représentations culturelles.

Quand le migrant commence à exister. Les pratiques qui en découlent

8Quand un jeune Patambeno part aux États-Unis, le désir de découverte que suscite le pays du Nord l’accompagne dans cette aventure. Sa destination c’est « el Norte » car c’est là-bas, dit-on, qu’il existe des possibilités de « faire quelque chose ». C’est là-bas qu’il y a du travail et donc des dollars qu’on peut faire « fructifier ». Si les avis des uns et des autres se nourrissent de ces idées il y a cependant, dans les récits des uns et des autres, des raisons personnelles pour que le voyage s’accomplisse:

« Mes frères étaient déjà venus aux États-Unis avant moi, ils disaient que c’était pas bien et que c’était seulement le travail; qu’il valait mieux rester au village, mais en même temps, on a envie de voir de ses propres yeux. » (Chema, 36 ans. Entretien du 19 mai 2005 à Fort Pierce, Floride)

« Comme il n’y a pas de travail au village, on est désespérés… Et c’est pour ça qu’on a envie de venir ici. » (Ladis, 38 ans. Entretien du 4 mai 2005 à Fort Pierce, Floride)

« Au départ, quand on est à Patamban, les gens racontent que c’est presque une chose “unique”. Je voulais alors venir aux États-Unis, mais c’est parce qu’une chance s’est présentée que je suis venu. » (Gabriel, 22 ans. Entretien du 27 avril 2005 à Fort Pierce, Floride)

« La première fois, il y a toujours l’envie de découvrir, savoir si c’est joli, beau. Après on découvre que ça ressemble beaucoup au Mexique. La seule chose qui fait la différence c’est le dollar. On peut dire que c’est le même climat, le même système de travail, la seule chose qui fait la différence, comme je vous dis, c’est l’argent. » (Javier, 29 ans. Entretien du 20 juin 2005 à Pueblo, Colorado)

  • 9 « El Norte » devient un espace du parcours masculin parce que la communauté le considère ainsi; cel (...)

9Les récits des uns et des autres s’inscrivent comme des expériences particulières bien que le contexte soit social. La situation économique et le manque de travail sont les causes principales de ces départs. Par ailleurs, il est certain que ce sont les conditions structurales – un certain budget pour financer le déplacement, un réseau de relations, une certaine connaissance des lieux où l’on peut franchir la frontière ainsi que des destinations possibles qui rendent le projet réalisable. C’est surtout quand les garçons grandissent que les États‑Unis deviennent une destination quasi incontournable. Les jeunes se lassent du manque d’activités dans le village et c’est à partir des expériences de leurs proches – frères aînés, cousins, ou simplement amis ou voisins de quartier – que le projet de quitter Patamban commence à prendre forme. S’agissant d’une pratique répétée par la plupart des hommes du milieu rural, certains auteurs au Mexique ont parlé du voyage au « Nord » comme d’un « rite de passage » que les hommes sont plus ou moins obligés d’accomplir pour entrer dans la vie adulte9. Comme nous l’avions déjà indiqué, c’est certainement la tradition migratoire encouragée par un fort réseau communautaire et familial qui constitue la base la plus solide de la reproduction de cette expérience de mouvement. La mobilité internationale est en fait une structure collective accompagnée d’expériences individuelles.

Les choix personnels qui interviennent dans cette histoire commune

10Dans le cycle de vie de chaque individu c’est en fonction du moment que l’on peut essayer de saisir la part plus individuelle de chaque trajectoire, une fois le voyage migratoire réalisé celui-ci acquiert automatiquement une forte signification sociale. L’une des responsabilités principales pour le migrant, homme qui part, est de subvenir aux besoins de sa famille et cette responsabilité s’accompagne sans aucun doute du financement de l’aménagement de la maison qu’on laisse au village, ou de la construction d’une nouvelle maison si le cycle de vie exige de l’espace pour une nouvelle famille. C’est ainsi qu’il faut comprendre la cause des pratiques équivalentes dans les différents cas de figure que présente la communauté. On retrouve deux modalités d’action dans ce projet immobilier. Dans la première, certains jeunes célibataires construisent sur le terrain familial une ou deux chambres en béton à côté des constructions rustiques en bois que leurs familles possédaient déjà (cet espace leur sera sans doute rendu une fois qu’ils en auront besoin pour héberger leurs futures épouses). Dans la seconde, les hommes se chargent d’acheter un terrain vierge où ils feront construire une maison totalement indépendante du terrain du noyau parental.

11La construction d’une maison au village montre un engagement social de la part du migrant vis-à-vis de sa communauté si nous considérons qu’il y a dans cette présence spatiale la preuve d’une relation entretenue, à distance. C’est également à travers cette construction que le migrant montre son adhésion aux demandes sociales que son statut conditionne. Ce n’est pas une obligation mais c’est pourtant la force de la coutume qui semble régir cette pratique immobilière. La majorité des migrants nous ont parlé de ce projet immobilier comme étant très personnel; néanmoins une recherche attentive à travers leurs récits montre qu’il s’agit d’un désir qui naît des relations que l’appartenance sociale engage. L’expérience de ce migrant montre jusqu’à quel point les nécessités collectives rejoignent les projets de chacun :

« Une fois qu’on est là, on peut faire ce que l’on veut, mais il faut toujours se rappeler que si l’on vient aux États-Unis c’est pour faire quelque chose, “para superarse”, sinon, à quoi bon être venu. Il faut faire quelque chose, pour avoir quelque chose au Mexique. » (Javier, Idem.)

12Ce « faire quelque chose » est rapidement rattaché à la construction d’une maison dans le village, et cette maison se trouve légitimée grâce aux possibilités de promotion sociale qu’elle entraîne. Pendant nos entretiens certains migrants expliquaient que leur départ avait été conçu comme une stratégie pour « pouvoir aider la famille », ou comme une marge de manœuvre quand « on veut quelque chose de différent ». La maison représente, dans cette perspective, une manière de créer un patrimoine, une stratégie pour « avoir quelque chose »; ce qui équivaut donc à montrer les bénéfices obtenus par ce déplacement et cette absence dans la vie quotidienne du village.

  • 10 A. Bourdin explique l’intérêt de considérer la localisation des actions pour saisir une dimension l (...)

13Nous pensons que la construction de la maison au village obéit à une contrainte d’ordre social qui est liée à la condition de mobilité du sujet et qui se traduit par une action spécifiquement localisée; l’intérêt est de répondre au choix de cette localisation dans la démarche du projet de résidence des migrants10. Le projet immobilier au sein de l’espace transnational entraînant une double résidence, notre analyse essaie de saisir quelles sont les références qui confèrent plus ou moins de valeur à un lieu, dans l’ensemble de cet espace transnational. Nous considérons que, dans la relation avec le village, le sens de la fidélité du migrant se manifeste par le biais de l’investissement immobilier, dans la mesure où créer la maison atteste de son parcours durant l’exil. C’est une ressource mobilisée au profit de la création d’un langage spatial à travers lequel le migrant raconte son histoire aux membres de sa communauté.

14Aux États-Unis, les pratiques d’installation varient selon les déplacements imposés par les opportunités de travail. Des concentrations résidentielles avec des pratiques de cohabitation ont lieu aux points de destinations classiques autour de quelques familles. L’espace de résidence n’est pas important dans le premier temps du cycle migratoire, la stabilité dans l’installation étant le résultat de la stabilité au travail et donc d’une moindre mobilité. Le cas de Refugio illustre l’importance de ce moment dans le cycle de vie du migrant quand se présentent des choix à faire pour valoriser la mobilité lors d’un possible retour au village d’origine.

  • 11 Levantar en espagnol veut dire lever. L’idée de la construction de la maison comme quelque chose qu (...)

« Ici, chacun évolue de façon différente. Quand on arrive sans argent, on est obligé de prendre le premier boulot, n’importe lequel. Après, ça dépend, il faut chercher. Pareil pour l’habitation, si l’on veut vivre seul ou avec d’autres gens, c’est à chaque fois aussi un choix […] Plus on reste ici, plus on prend l’habitude d’être là. Quand on est seul, on pense à chaque fois à rentrer mais une fois qu’on a sa famille ici, on prend l’habitude de la routine, et l’on ne pense plus autant au retour […] Quand on arrive aux États-Unis, on a, comme je te dis, un projet de faire quelque chose; mais c’est en quelque sorte comme si on avait les yeux voilés, ce qui arrive ici n’importe pas ou importe peu, ce qui est important c’est de “levantar”11 ce qu’on a laissé là-bas. C’est pour ça qu’on construit une maison. Parce que, par exemple, si quand on était au pays on avait une maison en bois ou en pierre, arrivés ici, ce que l’on veut, c’est avoir une maison plus grande. Peut-être qu’après, ce qui se passe, c’est qu’il y a un manque de décision pour se décider à rentrer. » (Refugio, 33 ans. Né à Guanajuato, marié avec une femme de Patamban. Entretien du 15 mai 2005 à Fort Pierce, Floride)

  • 12 A. Sayad, a très bien expliqué ce phénomène du « transitoire » comme une dialectique perpétuée tant (...)

15Au nord de la frontière, la situation économique et sociale de la plupart des Patambenos reste incertaine et sans doute ce contexte oblige-t-il le migrant à considérer son séjour comme éternellement transitoire12. Le sens de sa place comme migrant dans la société de destination dépend directement des obligations sociales que sa société d’origine lui impose. C’est le travail qui donne sens à la figure du migrant et ce qui explique que l’investissement dans le village d’origine soit prioritaire dans la mesure où le projet d’exil exige de « faire quelque chose ». Dans ce contexte, l’installation dans le lieu de destination tarde, avant de devenir importante et, à long terme, le résultat est un système de double résidence.

La dualité résidentielle

16Comme nous avons tenté de le montrer, la naissance de l’ensemble résidentiel est concomitante de la trajectoire de vie des sujets. Si l’acte d’habiter rend compte du rapport établi entre les sujets et le territoire habité, c’est grâce à l’appropriation qui est faite des espaces, et en leur attribuant certaines caractéristiques particulières auxquelles les sujets arrivent à s’identifier, que ce rapport se construit [Segaud, 2007]. Dans le processus de multiplication résidentielle qu’entraîne la migration, l’habitat – expression d’identification – peut être considéré comme un miroir de la nouvelle identité migrante. Le phénomène de la double résidence a permis aux études sur les modalités résidentielles de montrer que: « formant système, c’est l’ensemble des deux résidences qui, dans leur alternance, donne sens à l’habiter » [Idem, p. 87]. Considérons d’abord les modalités de résidence dans les pays du Nord ainsi que le sort des maisons construites à Patamban avant de revenir sur la signification de ce système de double résidence transnationale.

Modèles de résidence dans les lieux d’arrivée. Hommes seuls qui habitent à plusieurs

17Selon le lieu et les conditions d’arrivée dans le pays d’immigration, les modalités d’hébergement varient. Les hommes seuls ont tendance à partager des locations à plusieurs, la plupart du temps avec des jeunes originaires aussi de Patamban. Sans trop se soucier de l’aménagement de leur espace d’habitation, ces hommes célibataires trouvent à se loger dans des lieux peu entretenus quant à la décoration et au ménage. Dans la plupart des cas, il y a un responsable de la location qui a le droit d’utiliser l’une des chambres du logement. Les autres, souvent six, voire plus, partageront les chambres disponibles ou logeront dans la salle de séjour.

18Ce sont là des hommes qui se déplacent en raison des contrats de travail. Aussi ces installations sont-elles liées à un moment particulier du cycle de vie; dans ces résidences nous trouvons des hommes de 15 à 25 ans, célibataires pour la plupart, avec une expérience migratoire allant de zéro à huit ans. Ces dernières caractéristiques montrent un début de mobilité sociale et il est évident que les investissements prioritaires concernent leur propre personne (vêtements, produits personnels) ou sont destinés aux membres de leur famille restés au pays, sous forme de cadeaux ou d’envois d’argent. Ces jeunes gens ne voient aucun intérêt particulier à faire des investissements dans un logement mieux aménagé aux États-Unis, leur projet étant de se déplacer là où le travail sera le mieux payé afin d’économiser et souvent sans l’envie de s’installer trop longtemps au même endroit. Certains parlent du projet de faire une maison là-bas, au village pour pouvoir, un jour, rentrer tranquillement chez eux.

Couples en maison individuelle avec des chambres en location

19Après une expérience de mobilité, seuls le plus souvent, les hommes célibataires rentrent au village pour se marier tout en envisageant une mobilité familiale ultérieure, une partie de la population migrante se trouve donc constituée alors par des couples de 25 à 35 ans. En général ces ménages préfèrent chercher un logement séparé des espaces de cohabitation uniquement masculins. Le couple avec enfants va donc louer une maison ou un appartement, mais pour couvrir les frais de cette location, il sous-loue des chambres de la résidence à des hommes célibataires, le plus souvent à des membres de la famille de l’un des conjoints.

20L’aménagement de ces espaces de résidence révèle tout de suite la présence d’une femme. La décoration étant une activité féminine ce sont les femmes qui vont se charger de la décoration. Elles utiliseront divers éléments : vases contenant des fleurs artificielles, photos de la famille (le plus souvent des enfants à la fin de l’année scolaire, ou le couple le jour de son mariage) ou tableaux avec des images d’un paysage quelconque de montagne ou de mer. Les salles de bains sont aussi des espaces auxquels les femmes tiennent, elles veillent par exemple à ce que les couleurs des serviettes soient assorties aux carrelages, rideaux de douche ou tapis. Étant responsables de l’alimentation et du ménage, elles cherchent à améliorer l’espace commun.

Familles élargies. Différents ménages dans la même maison

21Les familles ayant une plus longue expérience de vie en immigration fournissent le meilleur exemple de regroupement migratoire. Dans ces cas, l’homme, chef de famille, aura immigré seul dans les années 1960 ou 1970 et fait venir ensuite les autres membres de sa famille; d’abord ses fils, puis sa femme et finalement ses filles (si celles-ci sont mariées, s’ajouteront alors maris et enfants). Nous avons pu observer deux familles où fonctionnait ce processus. Dans les deux cas, le ménage parental forme le noyau du regroupement et devient de ce fait le responsable de l’achat d’une maison à plusieurs chambres. Les nouveaux couples utilisent chacun l’une des chambres et l’acquisition de la maison devient alors une « affaire de famille » pour reprendre l’expression de C. Bonvalet. Cette première concentration parentale pourra ensuite évoluer selon la durée du cycle migratoire quand certains membres se sépareront de la maison de famille pour s’installer de façon indépendante. Quand il y a des enfants, ils occupent les mêmes chambres que le couple parental. On retrouve ainsi un modèle à plusieurs familles nucléaires réparties dans les différentes chambres de la résidence commune.

Familles nucléaires. Habitation individuelle

  • 13 Nous gardons ici l’appellation « traila » qui est sans doute une dérivation du mot anglais « traill (...)

22Finalement, nous avons constaté la présence de familles nucléaires habitant en totale indépendance. La majorité réside dans des « trailas »13, les mobile-homes américains étant des espaces d’habitation d’acquisition facile pour la population migrante. Dans ce cas, les couples auront certainement réalisé l’achat grâce à l’appui de certains membres de leur famille à qui ils ont emprunté de l’argent. D’autres couples auront fait des prêts immobiliers et payé des maisons de style américain avec ces crédits. Ces résidences peuvent avoir deux ou trois chambres, ce qui permet de préserver une intimité entre enfants et parents, pratique peu courante à Patamban. Nous avons néanmoins constaté que certains espaces n’étaient pas toujours utilisés : par exemple, les salles de bains avec baignoire servaient peu, les mères préférant utiliser les lavabos pour faire la toilette des enfants. Dans un autre cas, l’une des trois chambres de la résidence servait de débarras et les trois enfants partageaient la même chambre.

23Dans les différentes modalités de résidence que nous venons de distinguer, l’aménagement ressemble à celui de n’importe quelle maison moderne: équipements de cuisine typiques – frigo, cuisinière, four à micro-ondes, machines à laver, sèche-linge, etc. – ainsi que les meubles dans le séjour et la salle à manger. Tous les migrants ont des télévisions, des reproducteurs DVD, et des chaînes HI-FI, des appareils photos, des caméscopes, preuves d’un style de vie correspondant au confort moderne. La consommation quotidienne étant une pratique nouvelle pour ces personnes venues d’un milieu rural manquant de ressources, elles font fréquemment des réflexions valorisant cette nouvelle forme de vie plus urbaine. Les deux objets de consommation les plus surprenants dans l’acquisition de ce nouveau style de vie sont peut-être la voiture et le téléphone portable, objets correspondant aux habitudes du milieu d’arrivée. Mais ce sont également les courses dans les centres commerciaux, les repas au restaurant, l’échange de cadeaux pendant les fêtes de Noël, l’achat fréquent de vêtements, d’objets de décoration, les envies de tout genre, autant de pratiques qui attestent un phénomène d’acculturation et que les migrants justifient en raison des nouvelles possibilités économiques que leur offre leur vie en immigration.

24Si les nouvelles pratiques de consommation représentent un indice dans l’apprentissage des nouveaux modes de vie, l’aménagement des espaces est sans doute aussi un reflet de ce phénomène. Toutefois et c’est ce que nous montrerons ensuite, l’espace d’habitation dans le lieu de destination est prioritairement un lieu pour se préserver du regard des autres, endroit intime où les négociations identitaires conservées depuis le lieu d’origine disputent leur place.

Maisons qui attendent, maisons qui parlent

  • 14 Constructions en grosses planches de bois et typiques de la région Purhépecha.

25Le village d’origine a subi des transformations venues du nord. Nous trouvons dans le paysage de Patamban nombre de maisons qui ne correspondent pas au modèle classique de l’architecture locale. Les matériaux se sont transformés et constituent le premier témoin du décalage entre les « trojes »14 et les vieilles maisons de briques en torchis, auparavant très courantes dans le village. Les maisons forment maintenant un ensemble bicolore rouge et gris (de briques et de ciment). Or, si l’on tient compte du climat de Patamban, le bois et la terre étaient certainement des matériaux beaucoup plus adaptés mais ils ne permettaient pas de transformer le paysage et de faire du nouveau.

26Ces nouvelles maisons des migrants sont donc des constructions en brique rouge et ciment, dont les murs sont recouverts d’enduit et peints de diverses couleurs quand le projet arrive à terme. Néanmoins, le paysage offre un aspect hétérogène avec des chantiers dans plusieurs quartiers du village, augmentant sa densité selon le stade du projet de construction. Le village s’est agrandi pour répondre à une demande de terrains permettant des constructions indépendantes des terrains familiaux. En effet, la résidence virilocale ? de règle s’est trouvée rapidement déplacée au profit de la pratique de résidence individuelle que les nouveaux ménages privilégient actuellement. Par ailleurs, il existe plusieurs styles et différents stades dans les processus de construction. Certains ont eu la chance de mener à terme leur projet et dans ce cas des maisons terminées, aux façades peintes, avec des portes en métal et des fenêtres de tailles différentes témoignent du cheminement esthétique réalisé par les propriétaires. Mais dans de nombreux cas, on a juste commencé le chantier de base en attendant une situation économique plus favorable; le béton et les briques sont alors une marque de promesse pour la maison qui s’édifiera un jour.

  • 15 Nous avons connu le cas de personnes qui envoyaient des croquis sur papier pour le plan de construc (...)

27Au plan technique ces maisons sont construites sans l’intervention d’architectes et ce sont les maçons du village, certains anciens migrants qui produisent ces bâtisses. Aussi les projets immobiliers constituent-ils une scène de relation continue entre le migrant et les membres de sa famille restés à Patamban. Ce sont généralement les parents du migrant qui serviront d’intermédiaires pour l’élaboration de ce chantier à distance et recevront l’argent pour l’achat des matériaux et le paiement de la main-d’œuvre; ils auront par téléphone les indications concernant la distribution et les formes architecturales désirées pour la nouvelle maison à construire15. Une deuxième relation interviendra dans cette scène de la construction : le regard que porteront sur cette maison les autres membres du village. Ceux-ci vont s’informer du parcours du propriétaire, faire connaissance avec sa famille, essayer de savoir s’il a modifié son statut – toujours célibataire, maintenant marié, pas encore revenu, etc. – autant de signes à travers lesquels le migrant gardera une communication, grâce à ce langage spatial.

  • 16 Nous pensons ici aux travaux de M. Mauss.

28Une fois que les maisons sont terminées, peu d’entre elles sont habitées. La plupart sont simplement surveillées par certains membres de la famille ou prêtées en échange de leur entretien. À ce propos il est important de noter que la pratique de la location n’est pas usuelle. Ces maisons sont des biens immobiliers qui pourraient fournir un bénéfice monétaire, mais les Patambenos n’y ont pas recours. Certains émigrants envoient même de l’argent pour payer l’électricité et l’eau potable quand leur maison est habitée par des membres de leur famille. Il s’agit certainement d’une pratique de « do »16: on prête sa maison en échange de la garde de celle-ci par les membres de la famille pendant qu’on est absent.

29Ces maisons attendent que le sort décide de la destination de chaque périple migratoire, devenant des espaces dociles où le migrant pourra parler de lui, mettre en jeu son statut et celui de sa famille, raconter l’incertitude qui menace ses revenus durant le projet de travail en immigration. D’une part, c’est la trajectoire de chaque migrant qui se donne à voir dans cet espace, d’autre part ces maisons représentent un message sur la manière de concevoir une maison quand on a vécu ailleurs. Pour finir voyons comment fonctionne le dédoublement spatial pour tenter de comprendre quel est le sens donné tant à cet espace éloigné du lieu de vie bien qu’inscrit dans le lieu d’origine, qu’à l’espace de vie loin de chez soi, aux États-Unis.

Le « dédoublement spatial » ou l’identité en deux lieux

30Il existe certainement un rapport entre les espaces où vivent les migrants et le fait que leur habitat se transforme et devienne un symbole de leur mobilité, d’une part pour eux‑mêmes dans l’intimité de la maison au pays d’origine et d’autre part, pour leur groupe d’appartenance à travers l’aspect extérieur de la maison dans leur village. Notre hypothèse est que la maison permet un dialogue entre les deux pays, de la part du migrant (entendons ici les habitants d’une même maison) avec lui-même ainsi qu’avec l’environnement social où son habitat prend place.

31Notre intention est de proposer ici une grille de lecture qui serait un jeu de miroir entre l’intérieur et l’extérieur de ces espaces dédoublés de part et d’autre de la frontière. Les espaces sont alors un miroir grâce auquel le migrant arrive à établir une réflexion sur sa trajectoire de vie et à projeter les transformations identitaires auxquelles il est confronté au cours de son expérience de mobilité. Nous allons analyser ces deux espaces de résidence selon les concepts de primarité et secondarité que nous propose Jean Rémy pour étudier le dédoublement spatial.

32S’interrogeant sur la sédentarité face à des conditions de déménagement, J. Rémy considère que l’ancrage identitaire n’est pas forcément équivalent à la mono résidence et c’est ce qui nous intéresse ici. Étant donné le phénomène du déplacement international, les migrants sont contraints d’inventer des stratégies pour que leurs espaces d’habitation puissent devenir significatifs de leur subjectivité. Ainsi, l’image du « dédoublement spatial » proposé par J. Rémy explore précisément les relations entretenues avec plusieurs résidences. Dans son argumentation, il est indispensable de comprendre que les sujets mobiles fonctionnent à partir d’un dispositif résidentiel, la dualité créant une nouvelle dimension spatiale. Sa réflexion le conduit à proposer les concepts de primarité et de secondarité afin de saisir les significations qui se tissent dans deux espaces qui sont à la fois complémentaires et opposés. Pour Rémy : « dans un espace de primarité, le sérieux des rôles sociaux et des engagements est directement pris en charge. Il façonne les modes d’appropriation de l’espace autant en termes d’usage qu’en termes de représentation (et inversement) dans un espace de secondarité, on prend distance individuellement ou collectivement vis-à-vis de ces rôles et des effets du contrôle social… ce dédoublement crée un espace de liberté à significations multiples. « Il peut s’agir d’un espace où la fantaisie se donne libre cours » [Rémy, 1996, p. 319]. Dans ce sens, nous proposons donc cette grille d’analyse pour interpréter la co-pénétration des espaces investis par les Patambeños : leur résidence aux États-Unis et leur nouvelle maison à Patamban.

Dehors : là où sont les autres

33Les maisons à Patamban ne sont pas forcément aménagées, puisqu’elles sont peu utilisées, voire non habitées. C’est donc le dehors qui est mis en scène; les façades des maisons fonctionnent en ce sens comme des toiles où les divers désirs spatiaux conçus par les migrants peuvent être représentés. La maison de Patamban est pour la lecture que nous proposons, le lieu de primarité; ceci dans la mesure où – et toujours selon J. Rémy – c’est dans cet espace que se trouvent plus clairement pris en charge le rôle et le statut de l’habitant. Nous considérons que c’est dans cette maison que le migrant joue la destinée de sa trajectoire car c’est là, plus que nulle part ailleurs, que l’espace lui donnera une place au sein de la communauté. Dans la relation que l’individu entretient avec son groupe d’appartenance, le migrant a fait une recherche de position qui, en quelque sorte, le précède. Son passé lui a déjà donné une place, il appartient au groupe, à une famille; il détient déjà inévitablement une position. Une fois parti, c’est lui-même qui se revendique comme un membre du groupe qui est maintenant censé construire une maison. Une fois que son cycle de vie et sa trajectoire sociale fonctionnent dans sa condition de migrant, il a une identité qu’il décide lui-même d’assumer. C’est dans cette mesure que la maison de Patamban – nous le pensons – a un sens principalement tourné vers l’extérieur, car c’est le regard que les autres vont porter sur elle ainsi que le reflet qu’elle renvoie au migrant qui donneront une signification au présent de chaque propriétaire.

Grilles pour séparer de la rue

Grilles pour séparer de la rue

© F. Calderón Bony.

Exemple de chantier à Patamban

Exemple de chantier à Patamban

© F. Calderón Bony.

Rechercher le nouveau

Rechercher le nouveau

© F. Calderón Bony.

34Parti, on devient un migrant. Comment se faire voir alors? Comment donner un sens au présent que l’on vit ? Si l’espace est statique, la maison est là et elle ne bouge pas, mais elle fournit néanmoins la preuve de l’agencement spatial que l’habitant réalise. Elle est assurément une ressource spatiale mise en avant au profit de l’identification entre le migrant et son groupe, assise qui renvoie au migrant une image de lui-même à partir d’une appartenance d’origine; inversement, cet habitat est aussi le miroir grâce auquel le migrant parlera de son présent avec les membres de sa communauté. L’habitat parle de lui après son départ quand il est différent. Si, à l’intérieur de cette petite société, les autres sont présents et font sens dans la mesure où il existe un rapport d’altérité continu dans la vie quotidienne, c’est certainement grâce à cet objet spatial que le migrant reprend place dans ce lieu d’histoire commune. À Patamban les rapports sociaux correspondent à ceux d’une société rurale où l’anonymat existe peu et où la surveillance du groupe sur les faits et gestes de chacun est caractéristique de la vie du village. Dans l’ensemble des relations qui soudent les positions des uns et des autres, une place correspond à chacun en raison de sa famille d’origine; ainsi la maison que le migrant fait construire est une affaire publique qui engage autant son statut que celui de sa famille, voire de sa famille élargie. Cette maison rend visible l’absence du migrant et explique aux autres où en est le migrant dans son projet d’exil.

35Par ailleurs, le territoire où s’inscrit cette maison c’est bien là le lieu d’origine commun de tous ceux qui sont partis au Nord, lieu de leur histoire comme groupe social. Le migrant s’attachera alors à montrer sa singularité à partir de la maison. Le nombre d’étages, le garage, la forme des fenêtres, le style de l’entrée vont constituer autant d’éléments pour distinguer le parcours de chacun. La rapidité de sa construction en plusieurs mois ou plusieurs années témoignera des occasions de travail de chaque propriétaire. La maison fournit ainsi une visibilité au migrant qui est vu à travers elle. Mais que veut-il montrer et à qui ? Le migrant porte en lui l’envie de raconter à quel point il a changé, et ce qu’il a appris ; il lui importe donc d’afficher les nouveautés qu’il croit pouvoir transmettre dans son milieu d’origine. Il nous semble qu’un certain processus d’individualisation a lieu au sein de la structure communautaire et qu’il est de plus en plus perfectionné par les sujets ; néanmoins ce processus de distinction a besoin de la structure du village pour se constituer ; sans le regard des autres cette recherche de distinction n’acquiert pas de sens précis. Tout en utilisant les ressources de son expérience migratoire, le migrant rêve et imprime dans cette maison les désirs d’un espace d’habitation nouveau, moderne, citadin. C’est aussi dans cet extérieur, façade de soi, que le migrant peut expliquer aux membres de son groupe qui il est et qui il est devenu du fait de sa mobilité. C’est pourquoi sa maison devient l’objet de sa propre histoire.

Dedans : là où sont les miens

  • 17 Nous reprenons ici quelques idées d’Arjun Appadurai dans son livre « Après le colonialisme. Les con (...)

36Aux États-Unis, étant donné la distance qui le sépare de son milieu d’origine, le migrant s’arrange pour que son habitat puisse également donner sens à son histoire présente. Souvent clandestin, il ne cherche pas à être reconnu, au contraire, il préfère que l’extérieur de sa maison soit discret, fait comme les autres : il laisse sa voiture devant le garage et place un barbecue dans le jardin. Mais pour autant, le migrant sait qu’il vient d’ailleurs, qu’il est loin de chez lui; son habitat se tourne vers le dedans à la recherche de son passé pour donner un sens à son présent. Lui, le « local » est présent et adopte des formes variées, rêvées, imaginées, afin de pouvoir devenir une ressource identitaire17. La mémoire du groupe contribue ainsi à la définition de chacun car elle donne continuité aux générations et poids à la longue durée; le souvenir devient alors une impression pleine de significations et l’intérieur de la maison constitue justement la scène de ces souvenirs.

Aspect des résidences aux Etats-Unis

Aspect des résidences aux Etats-Unis

© F. Calderón Bony.

© F. Calderón Bony.

37En ce qui concerne le système de la double résidence, nous pensons que cet espace fonctionne comme lieu secondaire dans la mesure où le migrant est alors plus éloigné des rôles que lui assigne sa position au village. Ici, l’habitat est davantage la création d’une zone de contact avec le milieu quitté, stratégie pour combler la distance, lieu où les « codes » culturels importés sont présents, espace de reconstruction et de définition de l’origine et du passé, en somme, un espace d’intimité pour la recherche de soi. Cette particularisation spatiale est quelque peu nostalgique et l’affichage d’éléments à contenu fortement identitaire semble exprimer le besoin de marquer dans l’espace des traits du lieu d’origine. Si à Patamban il est rare de trouver dans les maisons des signes de caractère « folklorique » sous la forme « d’images » ou autres éléments de la « culture » locale, c’est aux États-Unis une pratique courante qui se manifeste à partir de certains objets de décorations. Sur les murs des résidences des migrants on trouve des poteries fabriquées dans le village ou des jouets en bois typiquement mexicains. Parfois un petit « rebozo » bleu est accroché au mur à côté de paysages de l’État du Michoacán, le Lac de Camecuaro à quelques kilomètres seulement de Patamban par exemple, ou les affiches invitant à la fête de Cristo Rey au village. On constate une utilisation de certains éléments qui jouent le rôle de symboles nécessaires à l’élaboration d’une nouvelle organisation de l’identité. Dans ce sens, l’identité se transforme en une forme d’identification avec un monde social spécifique où les uns et les autres reconnaissent leur appartenance en raison d’objets qu’ils distinguent comme étant propres à l’espace d’où ils viennent.

  • 18 Jésus de Nazareth et Saint François d’Assise.

38Le dedans est miroir pour soi et de soi. D’une part, le migrant n’oublie pas d’où il vient car son passé est l’une des sources de sa destinée sociale. Il se soucie de transmettre, de faire part, de donner à voir malgré la distance. Tous les détails qui pourraient servir pour faire « comme si » on participait à la vie du village sont mis en place. Des photos des membres de la famille vivant au village et des « Saints » les plus honorés18 par exemple sont indispensables pour constituer cette ubiquité symbolique. Les aliments préparés à la maison font aussi partie des stratégies à travers lesquelles le migrant s’identifiera avec le milieu d’origine malgré la distance et le manque de contact.

  • 19 Des relations économiques, affectives, de communication; ainsi que des échanges, des solidarités et (...)

39La préoccupation du groupe migrant de s’identifier à un passé commun semble donner une logique à la structure de son présent et c’est en fonction de celle-ci qu’une valeur lui est attribuée. C’est ainsi que la communauté prend place comme un élément central pouvant offrir une continuité à la cohésion sociale du groupe malgré sa dispersion19. Paradoxalement, la mobilité opère une forme spécifique d’ancrage identitaire, qui est particulièrement évidente quand on constate la lutte engagée par chacun pour garder une place dans le tissu social. Le phénomène de déplacement migratoire étant répandu dans l’ensemble de la communauté, des ragots circulent par exemple pour disqualifier les réussites de telle ou telle autre personne, ainsi que pour réclamer la priorité (forme de prestige) d’arrivée dans un lieu de destination. Au sein de cette expérience commune, nous constatons un besoin de délimiter des positions chez les divers membres du collectif. Ainsi, dans ce nouvel environnement, les Patambenos fréquentent les mêmes lieux, vont manger aux mêmes endroits pour favoriser des rencontres. Le nouveau milieu d’installation entraînant une vie avec plus d’intimité à l’intérieur des maisons, nous considérons que ces moments de rencontre sont une tentative pour recréer des espaces publics où l’on peut se retrouver avec les autres membres du groupe. Se connaître est finalement un signe d’appartenance, d’adhésion, de « faire partie ». On doit souligner à ce sujet l’importance des films vidéos des fêtes au village que les migrants se font envoyer du Mexique et où, comme nous l’a expliqué l’un d’eux:

  • 20 Francisco, 38 ans. Entretien du 24 mai 2007 à San Jorge, Utah.

« Ce n’est pas tant la fête qu’on a envie de voir, puisque la fête nous la connaissons […] ce qu’on veut c’est voir les gens […] ceux qui ont grandi ou qui sont maintenant plus vieux, […] Ce sont les visages de tous qu’on a envie de voir20. »

40Quand il y a une fête, c’est aussi ce contact de « connaissance de l’autre » qui est en scène. Une jeune fille dit à une autre avant le départ pour la fête de « Jesús de Nazareth » en Californie, cette année: « N’oublie pas que c’est la présentation en société » et elle rit, car elle sait très bien que c’est là l’un des enjeux de la rencontre. C’est dans l’ironie qu’elle exprime ce qu’elle sait de ce regroupement annuel.

  • 21 Guadalupe, 26 ans. Entretien du 10 mars 2007 à San Fernando, California.

« Tu ne peux pas savoir, me dit-elle, tout le monde va là-bas pour voir si tu as eu d’autres enfants, si tu as grossi, si tu t’es coupé les cheveux ou si tu les as teints, pour savoir comment tu t’habilles maintenant, si ton mari va bien, ou encore si tu as changé de mari21. »

41Et elle rit de nouveau.

L’espace pour se voir

42Ce que nous essayons de montrer c’est que la déterritorialisation de la population de Patamban crée de nouvelles formes de socialisation où l’on doit être capable d’inventer des façons d’être visible vis-à-vis des habitants de sa communauté et à partir de plusieurs espaces tenant compte de la dispersion du groupe. « Pour être vu, il faut connaître celui qui te voit », disent les Patambeños, et il nous semble qu’« être vu » équivaut à l’un des mécanismes de définition de l’identité commune.

43Pour être visible à Patamban le migrant a besoin de sa maison et non pas de sa présence physique dans les espaces de contact quotidien. Inversement, aux États-Unis, il a besoin du contact avec son groupe d’appartenance et donc d’espaces de rencontre hors de la maison. À Patamban la maison qu’il a fait construire devient l’objet de l’histoire qu’il construit, le reflet du cheminement de lui-même, une page de lui-même. Au contraire, aux États-Unis, il a besoin de l’intérieur de sa résidence, lieu d’intimité pour pouvoir redonner un sens à sa condition d’immigré. Le migrant pense son origine et la reconstruit puisque c’est là l’une des ressources de son projet migratoire ainsi que la cause de sa prolongation. Là-bas, à travers sa façade, la maison de Patamban est l’objet que le migrant a fait faire pour raconter son histoire aux autres membres du groupe, pour qu’ils le voient et pour se montrer lui-même bien que cet objet tire une partie de son sens de l’éloignement. Aux États-Unis, à l’intérieur de sa résidence il met en ordre ce qui représente son lieu de départ pour signifier son attachement, il établit une relation avec cet objet de son histoire, sa maison au village, dans laquelle il s’est investi tout en restant au loin. Mais il sort de la maison pour voir les autres, l’intimité de sa maison aux États-Unis ne lui suffit pas pour se voir puisqu’ici il a besoin du regard du groupe auquel il appartient.

44C’est par la capacité de convertir l’espace en indice du rapport d’appartenance que nous avons voulu parler de la maison comme d’un miroir, objet pour « se voir » comme pour « être vu ». Miroir où le migrant ne cherche pas seulement son propre reflet mais aussi le regard des autres sur lui, processus indispensable dans l’élaboration de sa propre identité. L’altérité est là, sous le regard de l’autre.

Localisation du village d’origine (Patamban) et des lieux de résidence dans le pays de destination (Fort Pierce, Floride ; Pueblo, Colorado et St. George, Utah). Les trois localités de destination correspondent aux lieux où nous menons notre enquête de terrain (Réalisation graphique F. Calderón Bony).

Haut de page

Bibliographie

Alarcon Rafael, « El proceso de nortenización: Impacto de la migración internacional en Chavinda, Michoacán », in Thomas Calvo, Gustavo Lopez (coord.), Movimientos de Población en el Occidente de México, El Colegio de Michoacán Centre d’études Mexicaines et Centraméricaines, p. 337-357, 1986.

Appadurai Arjun, Après le Colonialisme. Les conséquences culturelles de la globalisation, Préface de Marc Abélès, Titre Original : Modernity at Large. Cultural dimensions of Globalization, Paris, Payot et Rivages, 2005.

Bourdin Alain, « L’ancrage comme choix », dans Mobilités et ancrages. Vers un nouveau mode de spatialisation, Paris, L’Harmattan, p. 37-55, 1996.

Lopez G., Diaz Gomez L., « Los niños como actores sociales », in Gustavo Lopez (coord.), Diaspora Michoacana, Colmich y Gobierno del Estado de Michoacán, p. 147-163, 2003.

Ma-Mung Emmanuel, La diaspora chinoise, Géographie d’une migration, Paris, Géophys, 2000.

Pinson Daniel, « Les maisons du Marocain », in Philippe Bonnin et Roselyne de Villanova, D’une maison l’autre, Parcours et mobilités résidentielles, Postface de Jean Rémy, Paris, Créaphis, p. 69-87, 1999.

Remy Jean, « Dédoublement des espaces sociaux et problématiques de l’habitat », in Philippe Bonnin et Roselyne de Villanova, D’une maison l’autre, 1996.

Sayad Abdelmalek, L’immigration ou les paradoxes de l’altérité. 1 L’illusion du provisoire, Raisons d’agir, Paris, 2006.

Schnapper Dominique, « De l’État-nation au monde transnational », Revue Européenne des Migrations Internationales, vol. 17, n° 2, 2001, p. 9-36.

Simon Gildas, Géodynamique des migrations internationales dans le monde, Paris, PUF, 1995.

Haut de page

Notes

1 Nous empruntons cette dénomination à Daniel Pinson.

2 Patamban appartient à la zone connue comme « la Meseta Tarasca » au nord-ouest du Michoacán, dans l’ouest du Mexique. Village rural d’implantation franciscaine fondé aux alentours de 1524, celui-ci s’étend sur 20 000 ha de propriété communale à une altitude de 2 140 mètres. Sa population compte 5 600 habitants selon les données du dernier recensement national. Ses principales activités économiques étaient la production de poterie ainsi que l’agriculture avant le déclenchement de la migration internationale, de nos jours source indispensable de revenus (Voir carte à la fin du texte).

3 El « Norte » c’est le « Nord » et c’est ainsi que les migrants parlent des États-Unis.

4 « Feel » c’est-à-dire « champ » en anglais, terme que nous conservons ici puisque les migrants ont l’habitude de l’utiliser.

5 Dans cet article, nous nous concentrons sur trois lieux de destination: le Colorado, la Floride et l’Utah qui constituent tous les trois notre terrain de recherche.

6 À partir du travail de recherche qu’il a réalisé à Chavinda, Michoacán à la fin des années 1980, cet auteur propose l’idée de « nortenización » pour évoquer la migration vers le Nord comme un processus social qui affecte l’ensemble de la vie des communautés touchées par ce phénomène.

7 G. Simon considère que le mouvement des migrants d’un même groupe met en relation divers espaces nationaux et que le tout spatial est justement l’espace migratoire international.

8 Nous pensons aux Maghrébins, Portugais ou Turcs dont maintes études ont ethnographié cette même pratique.

9 « El Norte » devient un espace du parcours masculin parce que la communauté le considère ainsi; celui-ci devient alors une composante de la vie adulte. Des refrains montrent qu’il s’agit d’un vrai « rite de passage »: « probar el Norte y volverse hombre » « cuando un muchacho prueba el Norte, se vuelve hombre » [Lopez et Diaz].

10 A. Bourdin explique l’intérêt de considérer la localisation des actions pour saisir une dimension locale de réalité à partir de laquelle l’ancrage a un sens dans les sociétés contemporaines.

11 Levantar en espagnol veut dire lever. L’idée de la construction de la maison comme quelque chose qui va vers le haut est une image de l’espace en vertical, image sur laquelle il serait intéressant de se pencher.

12 A. Sayad, a très bien expliqué ce phénomène du « transitoire » comme une dialectique perpétuée tant par la société d’émigration que par celle d’immigration.

13 Nous gardons ici l’appellation « traila » qui est sans doute une dérivation du mot anglais « trailler » et que les migrants utilisent en l’hispanisant pour définir les « traillers » très courants dans le logement américain.

14 Constructions en grosses planches de bois et typiques de la région Purhépecha.

15 Nous avons connu le cas de personnes qui envoyaient des croquis sur papier pour le plan de construction de la maison. Nous avons nous-mêmes remis les photos d’une construction à Patamban à son propriétaire aux États-Unis. Nous avons pu constater que les désirs manifestés sur le croquis par le propriétaire et envoyé à la famille qui dirigeait la construction au village n’avaient pas été bien suivis par celle-ci.

16 Nous pensons ici aux travaux de M. Mauss.

17 Nous reprenons ici quelques idées d’Arjun Appadurai dans son livre « Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la globalisation » où il développe l’idée de l’imagination et de la vie sociale telles qu’elles se développent de plus en plus dans un monde déterritorialisé, sans que pour autant les vies que les sujets imaginent et où ils inscrivent leurs désirs aient lieu dans un panorama purement international. Dans ce sens, l’idée de l’imagination comme un champ organisé de pratiques sociales, comme une forme de travail et de négociations pour délimiter des différences cultuelles est particulièrement évocatrice pour notre propos.

18 Jésus de Nazareth et Saint François d’Assise.

19 Des relations économiques, affectives, de communication; ainsi que des échanges, des solidarités et des formes d’attachement différentes, autant de traits pour penser les formes de cohésion entre des groupes divisés dans l’espace ou qui vivent en mobilité. Nous essayons ici de réfléchir au sens d’appartenance à partir du travail d’Emmanuel Ma-Mung sur la diaspora chinoise où il explique le rôle central de l’extra-territorialité comme fonctionnement de base pour l’intégration d’un groupe dispersé. Consulter également sur ces questions Dominique Schnapper.

20 Francisco, 38 ans. Entretien du 24 mai 2007 à San Jorge, Utah.

21 Guadalupe, 26 ans. Entretien du 10 mars 2007 à San Fernando, California.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://cal.revues.org/docannexe/image/1109/img-1.png
Fichier image/png, 46k
Titre Grilles pour séparer de la rue
Crédits © F. Calderón Bony.
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/1109/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Exemple de chantier à Patamban
Crédits © F. Calderón Bony.
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/1109/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Rechercher le nouveau
Crédits © F. Calderón Bony.
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/1109/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Aspect des résidences aux Etats-Unis
Crédits © F. Calderón Bony.
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/1109/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Crédits © F. Calderón Bony.
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/1109/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Localisation du village d’origine (Patamban) et des lieux de résidence dans le pays de destination (Fort Pierce, Floride ; Pueblo, Colorado et St. George, Utah). Les trois localités de destination correspondent aux lieux où nous menons notre enquête de terrain (Réalisation graphique F. Calderón Bony).
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/1109/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frida Calderón Bony, « L’espace d’habitation comme miroir identitaire. Le cas des migrants de Patamban (Michoacán, Mexique) aux États-Unis », Cahiers des Amériques latines, 59 | 2008, 57-78.

Référence électronique

Frida Calderón Bony, « L’espace d’habitation comme miroir identitaire. Le cas des migrants de Patamban (Michoacán, Mexique) aux États-Unis », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 59 | 2008, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 24 mai 2017. URL : http://cal.revues.org/1109 ; DOI : 10.4000/cal.1109

Haut de page

Auteur

Frida Calderón Bony

Frida Calderón Bony, anthropologue (Universidad Autonoma Metropolitana-Iztapalapa, Mexique), réalise un doctorat à l’EHESS sous la direction d’Alain Musset. Au croisement de l’anthropologie et de la géographie cette recherche porte sur les transformations spatiales et les processus identitaires que provoque la migration des Mexicains vers les États-Unis dans un village de la région du Michoacán au Mexique.

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org