Navigation – Plan du site
Dossier. La ville dans les Amériques : un regard de part et d'autre de la frontière
Migrants latinos et ville transnationale

Migrants latinos et ville transnationale

Cynthia Ghorra-Gobin et Alain Musset
p. 55-56

Texte intégral

1C’est à un jeu de miroirs déformants que nous invite la deuxième partie de ce dossier consacrée à la perception, aux représentations et aux pratiques de la ville américaine de part et d’autre de la frontière – un jeu de miroirs qui met en scène la relation ambiguë qu’entretiennent les migrants latinos avec leurs nouveaux lieux de vie. En effet, des formes urbaines différentes impliquent des formes de sociabilité distinctes, surtout quand le migrant (parfois illégal) quitte son village d’origine pour se retrouver dans une grande ville del otro lado dont il ne maîtrise ni la langue ni les codes. Toutes les échelles d’analyse (du logement à l’espace migratoire en passant par le quartier) sont alors nécessaires pour essayer de comprendre les processus d’adaptation expérimentés par les individus et les familles afin d’intégrer un nouveau monde tout en essayant de conserver leur identité collective.

2Comme le rappelle à cet égard Frida Calderón Bony, dans la littérature consacrée aux migrations, les investissements immobiliers des migrants dans leur lieu d’origine ont été le plus souvent considérés comme des projets de retour au pays. Cependant, l’élargissement des périodes migratoires et les regroupements familiaux dans les lieux de destination remettent en cause cette interprétation car il faut désormais parler d’une véritable dualité résidentielle, avec un foyer dans le lieu d’origine et un autre dans le pays d’accueil. Pour les migrants originaires de Patamban (Michoacán, Mexique), la maison du village permet de marquer son attachement au groupe mais exprime aussi la qualité du migrant: la façade transformée et modernisée permet d’afficher la réussite de l’exilé. À l’inverse, de l’autre côté de la frontière, l’intérieur du logement permet d’entretenir le contact avec le milieu abandonné et les murs se couvrent d’objets et de photos qui marquent symboliquement l’appartenance du migrant à sa société d’origine. Ces deux maisons fonctionnent donc en sens inverse pour affirmer la double identité du migrant: à Patamban, la maison est l’expression de soi vers les autres membres de la communauté ; aux États-Unis, le logement devient un lieu de réaffirmation du groupe qu’on a quitté.

3À une autre échelle, à la fois spatiale et temporelle, Sonia Lehman-Frisch propose de présenter et d’analyser les modalités de l’« hispanisation » du quartier de la Mission, à San Francisco à partir de données objectives (évolutions socio-démographiques) tout en prenant en compte la vie de quartier avec l’émergence de gangs latinos. Il met également l’accent sur les représentations des anciens habitants face à l’hispanic community (souvent perçue comme une menace à la fois physique, culturelle et religieuse) ainsi que les incidences de l’hispanisation sur les processus de gentrification actuellement en cours. Dans les deux perspectives de recherche, c’est donc le problème de l’identité des groupes et de la transnationalité des espaces urbains qui est en cause: la ville devient à la fois la scène et l’enjeu de représentations sociales qui échappent en grande partie à ses acteurs mêmes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cynthia Ghorra-Gobin et Alain Musset, « Migrants latinos et ville transnationale », Cahiers des Amériques latines, 59 | 2008, 55-56.

Référence électronique

Cynthia Ghorra-Gobin et Alain Musset, « Migrants latinos et ville transnationale », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 59 | 2008, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://cal.revues.org/1108

Haut de page

Auteurs

Cynthia Ghorra-Gobin

Articles du même auteur

Alain Musset

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org