Navigation – Plan du site
Dossier. Le Chili « déconcerté »

Introduction

Georges Couffignal et Sébastien Velut
p. 25-29

Entrées d’index

Index géographique :

Chili
Haut de page

Texte intégral

1L’élection de l’homme d’affaires Sebastián Piñera à la présidence de la République du Chili, au mois de janvier 2010, a marqué pour la plupart des observateurs la fin d’un cycle inauguré avec le retour de la démocratie, l’élection de Patricio Aylwin porté par la Concertación au début des années 1990. Cette coalition de centre gauche, rassemblant la Démocratie chrétienne, le Parti socialiste et le Parti populaire pour la démocratie, a donc gouverné pendant plus de deux décennies, une longévité exceptionnelle, imputable sans doute à de fortes personnalités capables de rassembler au-delà de leur camp, comme les anciens présidents Ricardo Lagos et Michelle Bachelet, à un système de partage du pouvoir et des responsabilités entre les partis membres de la coalition et, surtout dans les premières années, à la nécessité de réaliser une transition démocratique sous diverses contraintes.

2Contrainte politique d’abord. La Constitution chilienne de 1981 a été rédigée sous la dictature du général Pinochet, de manière à préserver des «  enclaves autoritaires » telles que l’existence de sénateurs à vie, la présence des militaires dans les plus hauts organes de l’État, ou la désignation du chef des forces armées par celles-ci. Ces «  enclaves » n’en ont été expurgées qu’en 2005, et le général Pinochet, jusqu’à son décès en 2006, a pesé sur la politique chilienne. Enfin la Concertación n’a jamais disposé d’une forte majorité dans les deux chambres, le Sénat restant la plupart du temps contrôlé par les partis de droite (Union Démocratique indépendante et Rénovation Nationale). Contrainte économique ensuite. Les partisans du général Pinochet soulignaient à l’envi que les équipes de technocrates formés aux États-Unis, les Chicago Boys, avaient placé l’économie chilienne sur un sentier de croissance durable, grâce à des réformes libérales – une thèse critiquée notamment par Ricardo Ffrench Davis dans ce dossier. La Concertación devait faire au moins aussi bien pour rester légitime – et de fait les taux de croissance sont restés élevés pendant toute la période, et même supérieurs à ceux de la seconde moitié des années 1980, inaugurant un nouveau type de développement. Mais aussi parce que les grandes options économiques constituant le «  modèle chilien » faisaient l’objet sinon d’un consensus, du moins d’un fort soutien idéologique rendant difficiles des changements importants.

3Le Chili a connu vingt ans de succès qui ont été couronnés par son entrée à l’OCDE en 2010. La démocratie s’est consolidée, avec la tenue régulière des élections et la soumission des forces armées au pouvoir civil. Elle s’est approfondie grâce à la décentralisation permettant l’élection des conseils municipaux et des maires. L’économie s’est diversifiée, avec le développement de nouveaux secteurs exportateurs qui, sans arriver au niveau du cuivre, le complètent, tels l’aquaculture, la viticulture ou les services financiers. La croissance a permis une réduction significative de la pauvreté, malgré la persistance des inégalités. Des politiques ciblées ont été dirigées vers les populations vulnérables, notamment dans le domaine de la santé (plan Auge) et du logement (Un techo para Chile, puis Chile solidario). Les services publics ont été concédés ou privatisés mais restent contrôlés par des régulateurs publics («  Superintendances ») qui imposent aux entreprises le respect de leurs obligations. Les Chiliens ont pu accéder à de nouveaux emplois mieux rémunérés dans des activités modernisées, des mines au commerce de détail en passant par les services aux entreprises, et ils ont accédé à davantage de biens de consommation grâce à la généralisation du crédit. Même si les organisations internationales telles que l’OCDE ont pointé un certain nombre de problèmes inhérents à ce mode de développement, notamment la persistance de profondes inégalités de revenu, celles-ci pensaient que les responsables politiques des coalitions dominantes devaient pouvoir être résolus graduellement par des réformes techniques, le renforcement des institutions existantes, la négociation.

4Ces deux décennies ont été aussi deux décennies de changement. La croissance économique a eu pour effet de consolider et d’élargir la classe moyenne salariée, désormais très engagée dans différentes formes de consommation et aspirant pour ses enfants à une poursuite de l’ascension sociale grâce aux diplômes. Les paysages et les milieux ont été profondément transformés par les investissements publics et privés, l’extension des infrastructures, la construction immobilière, les nouvelles activités qui accroissent les pressions d’usage sur les ressources naturelles, à commencer par l’eau (voir l’article de Sébastien Velut et Alexandra Poignant). À mesure que s’éloigne la dictature de Pinochet, les revendications sociales et politiques se font plus fortes, moins contraintes par la menace d’un retour en force du régime autoritaire en cas de dérapage ou de désordre. Même si l’État chilien s’affiche comme le gardien musclé de l’ordre public, n’hésitant pas à faire usage de la force envers les protestataires, les espaces d’expression démocratique existent, notamment dans la presse alternative ou sur internet, mais la grande presse nationale demeure inféodée aux intérêts économiques dominants.

5La société chilienne doit donc faire face à de nouveaux défis auxquels elle ne pourra pas répondre en continuant simplement sur sa lancée : cela ne suffira pas à faire du Chili un pays développé à moyen terme, objectif affiché par les gouvernements successifs. L’entrée dans l’OCDE a, d’une certaine façon, fait du « premier de la classe » latino-américaine le « petit nouveau devant progresser » du club des pays dits développés. Tout d’abord parce que la croissance économique chilienne reste encore très dépendante des exportations de cuivre et donc de la capacité des marchés mondiaux à absorber ce métal. Or la diversification est d’autant plus difficile que l’appétit des marchés pour le cuivre amène à une surévaluation de la monnaie et pénalise les autres exportations. D’autre part, parce que la dégradation de l’environnement par les activités économiques n’est pas soutenable en soi, et qu’elle est la cause de conflits sociaux d’intensité croissante. Enfin et surtout parce que le passage à une société développée suppose un saut qualitatif, une redistribution effective des richesses et un élargissement des possibilités offertes à tous les citoyens. Comme le montrent dans ce dossier Emmanuelle Barozet et Vicente Espinoza, même si la classe moyenne s’est étoffée, la structure sociale reste rigide. Il est très difficile d’accéder à la classe aisée et les classes moyennes sentent que leur position est fragile.

6Les manifestations étudiantes, qui ont secoué les villes et paralysé universités, collèges et lycées pendant toute l’année 2011, sont un signe fort de demande de changement politique  : les étudiants et collégiens réclamaient non pas des ajustements mineurs au système existant, mais une remise à plat complète ouvrant à tous l’accès à une éducation gratuite de qualité. De même, les revendications des Mapuches témoignent d’une lutte de longue durée contre l’accaparement de leurs terres, lutte étouffée par la dictature qui permit à ses amis d’en prendre possession. La Concertación n’avait pas répondu à leurs demandes, se contentant de mesures formelles en faveur des populations indigènes, tant que celles-ci restaient dans le cadre légal, comme le montre ici José Bengoa.

7Non seulement le gouvernement de Sebastián Piñera n’a pas apporté de réponses à ces questions, mais certains de ses membres se sont lancés dans des diatribes contre les fauteurs de trouble, étudiants ou Indiens. Plus généralement les partis politiques d’opposition, qui avaient mis en place le système existant, avaient bien peu de choses à leur proposer. Le système politique stable et polarisé issu de la transition est-il capable d’innover ? On peut en douter tant le système électoral binominal favorise les grandes coalitions au détriment des petits partis qui pourraient apporter un renouveau, et porter le message d’une partie de la population qui, faute d’être représentée, renoncerait à s’inscrire sur les listes électorales (voir l’article de Georges Couffignal). De ce point de vue, le vote tant attendu, en janvier 2012, de la loi réformant le système électoral, avec désormais inscription automatique des adultes sur les listes électorales et abandon du vote obligatoire, changera-t-il la donne ? Nul doute que la scène politique se trouvera devant une inconnue pour les prochains scrutins, puisqu’il y aura près de cinq millions d’électeurs supplémentaires. Voteront-ils ? Pour qui ? Pour l’une des deux coalitions ou pour de nouvelles formations ? L’abstention, désormais possible, devra être analysée de très près : nombre de ceux qui votaient autrefois parce qu’ils y étaient obligés pourraient, tout comme les nouveaux inscrits, manifester par leur refus de voter leur lassitude d’un système de coalitions politique figé qui a peu de chances de changer tant que le système binominal inventé par Pinochet demeurera en place. Renovación Nacional et la Démocratie Chrétienne semblent désormais vouloir le changer. Mais l’UDI s’y oppose avec vigueur et le PS comme le PPD ne semblent pas désireux de changer un système qui leur garantit – au-delà des mouvements de l’opinion – un nombre confortable d’élus.

8Ainsi, la victoire de Sebastián Piñera est bien plus qu’une alternance. La Concertación est arrivée à l’élection avec une présidente sortante très populaire, Michelle Bachelet, mais peu d’idées nouvelles à proposer aux électeurs, et un candidat, Eduardo Frei, âgé de 68 ans qui avait déjà été président de 1994 à 2000. Les électeurs ont préféré un candidat de droite, mais proche de la démocratie chrétienne et qui, de surcroît, avait pris position en faveur du « non » lors du référendum de 1988 par lequel Pinochet espérait demeurer au pouvoir. Or si le président élu a pu assumer son statut présidentiel lors du tremblement de terre du 27 février 2010, puis en supervisant l’opération de sauvetage des mineurs de San José, il n’a pas pris de positions fortes sur les grandes questions qui se posent aujourd’hui au Chili (modèle de développement, environnement, fiscalité, éducation, inégalités, etc.). Symétriquement, on ne sent pas plus dans les partis défaits du centre gauche de propositions fortes.

9Cependant le Chili s’est affirmé en Amérique latine et dans le monde comme un partenaire stratégique, dont l’ascension n’a été éclipsée que par celle du Brésil. Comme le rappelle Gabriel Valdés dans son article, la signature d’accords de libre-échange avec plusieurs pays et grands ensembles, qui a ouvert le marché chilien, a constitué une option fondamentale de la politique étrangère dans le cadre du « régionalisme ouvert » promu par la CEPAL. Ainsi plus de 90 % des marchés d’exportation sont concernés et les entreprises chiliennes ont investi à l’étranger, notamment au Pérou et en Colombie. Le Chili a envoyé un contingent à Haïti dans le cadre de la mission des Nations unies. Pourtant, les relations de voisinage restent compliquées, particulièrement avec la Bolivie (pour la question séculaire d’accès à la mer qu’elle revendique), le Pérou (différend sur les eaux territoriales porté à la Cour internationale de justice de La Haye), et même avec l’Argentine du fait des problèmes d’irrégularité de livraison du gaz argentin.

10Dans le beau documentaire Nostalgia de la Luz (2010), Patricio Guzman établit un parallèle entre le travail de l’astronome et celui de l’archéologue et de l’historien, qui tous scrutent le passé, entre la quête des origines de l’univers avec les grands observatoires astronomiques du désert d’Atacama, et celle des mères de disparus qui recherchent des traces de leurs ossements dans l’immensité de ce désert. Quêtes identiques d’un passé révolu, quête de l’infiniment petit dans l’infiniment grand. Le film prend son temps pour faire découvrir les différentes populations qui ont habité le désert depuis plusieurs millénaires, jusqu’aux astronomes d’aujourd’hui et aux mères et épouses de victimes de la dictature. Il montre que derrière les images se dissimulent des histoires multiples que l’on a souvent voulu ignorer. Il semble qu’il soit nécessaire pour le Chili de mieux prendre en compte cette diversité, ces aspirations, ces conflits, pour aller de l’avant, plutôt que de continuer à refuser de reconnaître certains faits et d’écouter certaines demandes. Il ne s’agit pas seulement de mettre en place des politiques publiques palliatives, qui permettent au fond de pérenniser les situations, mais de faire des choix plus radicaux, de trouver de nouvelles alliances politiques nationales et internationales. Il sera sans doute nécessaire de rouvrir certains thèmes délicats identifiés par les auteurs de ce dossier pour surmonter cette crise de croissance qui laisse, pour le moment, les Chiliens déconcertés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Georges Couffignal et Sébastien Velut, « Introduction », Cahiers des Amériques latines, 68 | 2011, 25-29.

Référence électronique

Georges Couffignal et Sébastien Velut, « Introduction », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 68 | 2011, mis en ligne le 01 juin 2013, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://cal.revues.org/107

Haut de page

Auteurs

Georges Couffignal

Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle, Institut des Hautes Études de l’Amérique latine/CREDA-UMR 7227.

Georges Couffignal est professeur de science politique à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3. Il a été directeur de l’Institut des Hautes études de l’Amérique latine à deux reprises et a résidé durant quatre ans au Chili (2001-2005) en tant que directeur de l’Institut culturel franco-chilien. Parmi de nombreuses publications, il dirige chaque année un ouvrage sur l’Amérique latine publié par la Documentation française (collection « Mondes émergents ») : Une Amérique latine toujours étonnante (2012), L’Amérique latine est bien partie (2011), Une Amérique latine toujours plus diverse (2010), La nouvelle donne politique et économique (2009), Mondialisation : le politique, l’économique, le religieux (2008).

Articles du même auteur

Sébastien Velut

Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle, Institut des Hautes Études de l’Amérique latine/CREDA-UMR 7227.

Sébastien Velut est professeur de géographie à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, directeur de l’Institut des Hautes Études de l’Amérique latine (IHEAL) et du Centre de Recherche et de documentation sur les Amériques (CREDA – UMR 7227). Parmi de nombreux livres et articles, il est notamment l’auteur de

Argentine, des provinces à la Nation (Paris, PUF, 2002) et a récemment coordonné avec Carlos Quenan le volume

Amérique latine, les enjeux du développement (Paris, Agence française de développement, 2010).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org