Navigation – Plan du site
Dossier. La ville dans les Amériques : un regard de part et d'autre de la frontière
Gated communities et condominios cerrados : les métamorphoses d’un modèle

Le slogan « gated community »

Stéphane Degoutin
p. 17-32

Résumés

Les gated communities sont un sujet-symbole, qui incarne à son paroxysme le rêve ou le cauchemar suburbain. La distance entre la banalité du phénomène et l’imaginaire qu’il véhicule est flagrante mais elle ne procède ni d’un simple décalage ni d’une franche opposition. C’est cette distance que nous interrogeons : que se passe-t-il entre l’imaginaire et la réalité ? Au-delà de l’analyse des histoires qui les mettent en scène, une autre manière d’aborder les rapports qu’elles entretiennent avec la fiction, est d’interroger l’expression « gated community » elle-même.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Présentatrice radio à une convention de vendeurs à Philadelphie, The Philadelphia Retail Ledger, 6  (...)

Sell them their dreams. Helen Landon Cass1

Built metaphors

1Les lotissements résidentiels clos d’accès contrôlé ne constituent pas une forme urbaine nouvelle : ils apparaissent dès la fin du xviiie siècle autour de Londres et au début du xixe siècle autour de Paris et New York. Mais ils ne suscitent le débat que depuis une vingtaine d’années, après une phase de forte expansion, pendant laquelle ils ont reçu aux États-Unis le nom de gated communities.

2L’expression est intraduisible en français (littéralement : « communauté fermée par un portail »). L’American Heritage Dictionary of the English Language définit une gated community comme « un lotissement ou un quartier, généralement entouré d’une clôture, dont l’entrée est réservée aux résidents et à leurs invités ».

American Heritage Dictionary of the English Language, 2000.

3Le phénomène est donc relativement banal [Degoutin, 2006]. Son importance ne relève pas tant de la réalité factuelle que de sa dimension fictionnelle, dont nous avons souligné ailleurs2 [Degoutin et Wagon, 2007] l’importance. Les promoteurs qui commercialisent des gated communities ont souvent recours à des métaphores : « bulle », « oasis », « île », « paradis ». Les journalistes les présentent fréquemment sous un aspect fictionnel, les décrivant comme de « nouvelles forteresses », des « ghettos de riches » ou des « villes privées ». Les chercheurs [Capron, 2006] utilisent des mots qui excitent l’imagination : « forteresse » [Davis, (1990) 1997 ; Blakely et Snyder, 1997], « gouvernements privés » [McKenzie, 1994] « prison » [GUST, 1999 ; Degoutin, 2006]…

  • 3 James Graham Ballard, Le massacre de Pangbourne, Paris, Belfond, 1992 (Running Wild, 1988) ; Neal S (...)
  • 4 Michael Pattinson, Millenium, épisode « Weeds  », 1997 ; Michael Watkins, X Files, épisode « Arcadi (...)
  • 5 David Cronenberg, Frissons, 1975 (Shivers) ; Wes Craven, Invitation to Hell, 1984 ; John Duigan, La (...)

4Elles semblent constituer un décor « naturel » de fiction et ont été utilisées de manière explicite dans au moins douze romans3, sept séries télévisées4, une bande dessinée [Christin et Mounier, 2005] et sept films5. Leur principe même évoque de manière quasi automatique des histoires. Notre analyse a permis de mettre en évidence des schémas narratifs récurrents, déjà existants, dont la gated community serait l’incarnation actuelle.

5Plusieurs schémas narratifs sont comme incrustés dans l’idée de gated community (l’Arche de Noé, l’île, le huis clos…), que les auteurs ne font que révéler. Elles vivent dans l’imaginaire, dans le fantasme, indépendamment de la réalité. Suite à cette recherche, nous avons proposé de les considérer comme des « métaphores construites » (« built metaphors »).

6Au-delà de l’analyse des histoires qui les mettent en scène, une autre manière d’aborder les rapports qu’elles entretiennent avec la fiction est d’interroger l’expression « gated community » elle-même. Elle est fréquemment utilisée avec indifférence, comme une désignation allant de soi, aussi neutre qu’un terme géographique tel que « montagne » ou « rivière ». Or, elle n’est ni neutre, ni objective, ni précise, ni claire. Elle possède des connotations riches et complexes, une part d’étrangeté qui devrait suffire à susciter la curiosité.

7Nous partons de l’hypothèse que ce nom lui-même, et l’imaginaire qu’il véhicule, n’est pas étranger à l’attention insistante portée au phénomène.

L’expression ne recouvre pas son objet

8Comme cela a été fréquemment noté, l’expression gated community est utilisée pour désigner des réalités très variées, depuis des lotissements de quelques maisons ou ensembles d’appartements, jusqu’à de véritables villes privées de plusieurs milliers d’habitants, avec des degrés de fermeture très variés. Le concept est suffisamment flou pour être apposé sur de nombreux produits immobiliers, et les promoteurs s’en servent à loisir, s’ils pensent que l’expression peut faire vendre. Au contraire, dans des contextes où cette expression serait malvenue ou ne correspondrait pas aux attentes du marché, d’autres promoteurs l’évitent.

9Faute d’une dénomination internationale, l’expression états-unienne « gated community » est employée indifféremment par les chercheurs du monde entier, dans des pays et des contextes radicalement différents les uns des autres, bien qu’elle perde alors son sens originel. Si la gated community américaine type est en général une version exacerbée de la suburb dorée, entourée d’autres lotissements du même type, loin de la ville dense et des ghettos, ce n’est pas toujours le cas en Amérique latine ou en Amérique du Sud, où les quartiers fermés se situent parfois en ville dense, dans des quartiers informels pauvres, ou bien en contact direct avec les quartiers les plus pauvres. En Afrique du Sud, les gated communities ont proliféré pendant les années 1990, juste après la fin de l’apartheid, ce qui donne au phénomène un sens politique évident – mais difficile à interpréter : s’agit-il de perpétuer par d’autres moyens le système de l’apartheid, ou d’une phase de transition vers une société plus égalitaire ? S’agit-il du remplacement de la ségrégation raciale par une ségrégation de classe ? En Chine, les gated communities à l’occidentale prennent la suite d’une longue tradition de clôture des quartiers résidentiels.

  • 6 Pour une liste des conférences organisées par le réseau « Private urban governance and gated commun (...)

10Lors des colloques réunissant des spécialistes de la question6, il est frappant de constater que ceux-ci ne s’entendent pas sur l’objet de leurs discours. Les promoteurs, eux, emploient des dénominations différentes suivant les pays, qui reflètent souvent mieux la variété des situations.

11Il n’est donc pas toujours aisé de savoir à quoi s’applique exactement l’expression gated community : désigne-t-elle, pour celui qui l’emploie, une configuration urbaine, un mode de gestion, une organisation des relations sociales… ? Ses limites sont difficiles à cerner, tant géographiquement qu’historiquement, conceptuellement, ou en termes d’échelle.

12La configuration urbaine existait depuis près de deux siècles avant l’invention de l’expression, mais dans sa version d’origine, en Europe, elle ne portait pas ce nom – et l’on hésite à l’appliquer à ses antécédents. En effet, la création de l’expression en modifie la perception : elle confère du sens à un phénomène auquel on n’en attribuait pas auparavant.

gated communitiese

Qui parle ?

13Pour comprendre le sens et la portée de l’expression, il faut avant tout regarder d’où elle vient. Il ne s’agit pas de la dénomination d’un phénomène urbain forgée par des chercheurs, ni d’une formule critique élaborée par des journalistes ou des observateurs extérieurs, ni encore de l’invention d’un scénariste hollywoodien.

  • 7 Le phénomène commence à être discuté dans la presse au début des années 1990 aux États-Unis, et l’o (...)

14L’objet a été nommé par les promoteurs. L’expression est apparue aux États-Unis, sans doute au cours des années 1980, pour désigner un concept immobilier alors en plein essor7. « Gated community » est donc une création, qui procède d’une invention consciente. Le sens qu’elle transmet est un message publicitaire : son but n’est pas de décrire une réalité, mais de faire naître le désir chez l’acheteur potentiel.

L’expression elle-même est une fiction

15« Gated community » n’est pas une simple formule descriptive. Elle est à la fois une dénomination commerciale et un slogan : la désignation objective et les connotations subjectives sont mêlées. Incluse dans la dénomination même du phénomène, la fiction est donc indissociable de celui-ci. Son pouvoir d’évocation est très important. L’association des mots « gate » et « community » suffit à provoquer l’imagination, à laisser entrevoir un univers : l’expression à elle seule raconte une histoire.

16Or les publicitaires ont récemment « découvert » que le simple fait de raconter une histoire était la clef de la mémorisation, de l’identification, et de l’empathie du public. Pour vendre un produit, il faut raconter une histoire à son sujet, et les histoires susceptibles de s’incarner en slogans forment les publicités les plus efficaces. Ce que l’on appelle aujourd’hui storytelling est la technique publicitaire par excellence. La pratique n’est pas nouvelle (les religions, notamment, utilisent depuis toujours le procédé), mais elle est devenue aujourd’hui omniprésente : prenant conscience que l’expérience humaine est façonnée par la fiction, les décideurs en publicité, marketing, management, politique etc., tentent de maîtriser les histoires qu’ils racontent et pour cela systématisent et instrumentalisent l’utilisation de la fiction.

17L’objet de cet article est de comprendre ce qu’évoque l’expression « gated community », d’identifier les histoires que raconte l’expression, et de comprendre pourquoi ces histoires en particulier se sont imposées (on aurait pu dire autrement, par exemple : enclosed neighborhood, safe district… qui racontent d’autres histoires).

18L’auteur s’appuie sur ses précédentes études du sujet et des fictions qu’a suscitées le phénomène, et sur son expérience de storyteller au sein d’une agence de publicité.

Ce que la publicité nous enseigne sur la fiction

  • 8 Mike Davis, City of quartz : Los Angeles, capitale du futur, Paris, La Découverte, 1997, trad. de l (...)

19« Gated community » résonne dans l’« imaginaire américain », mais celui-ci ne constitue bien évidemment pas un ensemble homogène et cohérent. L’expression est commercialement efficace, mais ne fait pas rêver tout le monde : elle peut être repoussante pour certains, et rappeler des scénarios anciens de chute, comme en témoignent les nombreuses thèses fantastiques ou apocalyptiques qu’elle inspire, que ce soit celles des auteurs de science-fiction comme James Graham Ballard, Neal Stephenson, Octavia Butler… [Degoutin et Wagon, 2007 et 2009] ou de théorie urbaine comme Mike Davis, Evan McKenzie…8 – qui se rejoignent parfois.

20L’analyse de l’expression ressort fatalement du subjectif, de l’imaginaire. Si le rôle de la publicité est bien, comme le pensait Helen Landon Cass, de vendre aux clients leurs propres rêves, alors le décryptage des slogans relève de l’analyse onirique. Il faut donc abandonner l’idée de s’avancer sur un terrain bien balisé – au risque de manquer l’essentiel.

21Pourquoi ne pas considérer le vague comme sujet d’analyse en soi ? « Gated community » fait image, mais l’image est floue. Or ce flou est précisément ce qui fait son efficacité. L’expression répond au principe d’économie du slogan publicitaire : exprimer le maximum avec un minimum de mots. Le slogan évoque plus qu’il ne raconte, et il serait illusoire de vouloir délimiter précisément une signification particulière (ce serait un contresens). Il est donc important de comprendre la signification des mots utilisés, notamment l’ambigu « community », mais surtout de replacer leur signification dans le contexte approprié, et de comprendre le genre narratif particulier qu’est le slogan publicitaire.

22« Slogan » est l’un des rares mots hérités du celte (sluagh-ghairm). Il signifie originellement « cri de guerre d’un clan ». Un slogan est un type particulier d’histoire, une histoire au sens le plus minimal du terme. Il donne les éléments de démarrage pour l’imagination, sans pour autant commander une direction en particulier. Le slogan publicitaire est très proche en cela de la poésie.

23« Gated community » propose une structure générique, un simple schéma narratif, sur lequel chacun (clients potentiels, chercheurs, auteurs…) peut greffer ses propres fantasmes. La trame narrative générique peut ensuite être actualisée dans le programme d’une gated community en particulier, par la thématisation : telle gated community sera conçue autour d’une thématique architecturale, telle autre pour les amateurs de marche à pied, telle autre pour les aviateurs amateurs, telle autre pour les homosexuels retraités, telle autre pour les Afro-Américains, etc.

24Le slogan « gated community » n’est pas lisse. L’idée d’enfermement qu’il véhicule peut choquer. Les publicitaires savent qu’un slogan trop consensuel, trop logique, trop rationnel, s’oublie facilement. Pour accrocher l’intellect, pour être retenu, un bon slogan doit contenir quelque chose de choquant. Il doit « adhérer » à la mémoire, qu’il plaise ou non. Son étrangeté participe à son succès. Il doit éveiller des désirs plus ou moins conscients, vagues, à la fois universels et singuliers pour tous. « Gated community » exprime le désir légèrement coupable de trouver la tranquillité dans l’enfermement, dans le repli hors de la société. D’ignorer l’injonction de « faire société » pour se bercer dans le confort régressif de la « community ».

« Community »

25Comment entendre le mot « community » dans « gated community » ? Plusieurs contresens sont à éviter.

26Tout d’abord, il est impossible de traduire littéralement par le mot français « communauté » (même si le sens premier que donne le dictionnaire Robert, suffisamment flou, pourrait presque convenir : « groupe social dont les membres vivent ensemble, ou ont des biens, des intérêts communs »). Il ne faudrait pas, en effet, donner au terme un sens trop précis, alors qu’il est « vague, chargé d’histoire, de connotations morales, de nostalgie et de romantisme. […] Manifestement, les chercheurs qui se sont penchés sur le sujet ne parlaient pas tous de la même chose » [Blakely et Snyder, 1997, p. 32].

  • 9 « district where people live ; occupied primarily by private residences [syn : residential district (...)

27Un autre contresens consisterait à prendre le mot dans un sens fort, alors que son sens courant, dans le langage des promoteurs, est très affaibli. La définition la plus approchante serait celle-ci : « un quartier d’habitation ; occupé principalement par des résidences privées [syn. : quartier résidentiel]9 ». Il est à noter que beaucoup de dictionnaires de langue anglaise n’ont même pas de définition qui corresponde à cette acception du mot.

28Mais ce serait également un contresens que de prendre à la lettre cette dernière définition, et de ne considérer le mot que comme un simple synonyme de lotissement. Le mot était usé par un emploi trop systématique ; l’idéal de la community était peu crédible dans le territoire de la métropole suburbaine ouverte et infinie. Mais l’adjonction de « gated » lui redonne vie. « Fermée par un portail », elle devient subitement autre chose qu’un simple lotissement : elle évoque une « vraie » communauté, un espace social, un lieu d’exclusion, un territoire hors du monde normal… Elle provoque immédiatement des associations d’idées et des images. Cette réactivation d’un idéal ancien est l’une des clés de compréhension de l’expression, et l’une des raisons pour lesquelles elle heurte : elle semble signifier le désir d’un retour au passé, à l’idéal pionnier, et le refus de la mixité urbaine au sens moderne.

29Le mot « community » est donc, dans ce contexte, en même temps plus vague et plus riche de sens que dans son emploi courant. Il signifie à la fois « moins » (ce ne sont que des lotissements) et « plus » (dans l’imaginaire : la communauté est tout ce qu’on voudra). Le but des gated communities n’est certainement pas de créer des quartiers possédant une authentique vie communautaire – si tel était le cas leurs habitants perdraient tout l’avantage de la vie urbaine. Acheter une maison dans une gated community c’est acheter un environnement symbolique. La community n’est pas réelle, c’est simplement l’« univers » associé au produit vendu, une promesse publicitaire ni plus ni moins mensongère que la jeune fille qui pose sur la photo d’une publicité pour une voiture. Le mot « community » est le strict équivalent de cette jeune fille.

  • 10 Ce paragraphe est repris en partie de Degoutin, Prisonniers volontaires du rêve américain, op. cit.(...)

30Si l’on comprend le mot comme une référence à un univers imaginaire, l’évocation de l’histoire états-unienne prend alors sens, dans la dimension idéalisée des représentations collectives. La recherche de la communauté idéale est présente à toutes les étapes de l’histoire du pays et dans tous les groupes de la population, depuis les Indiens (« Native Americans ») jusqu’aux immigrés les plus récents, membres de gangs ou habitants de gated communities. Bien qu’il corresponde à des représentations différentes pour chacun, l’idéal communautaire est partagé par tous les Américains, contrairement à de nombreuses caractéristiques sociologiques souvent présentées comme « typiquement américaines » (l’esprit pionnier, l’esprit d’entreprise, la mobilité, etc.), mais qui sont en réalité spécifiques à la population wasp et partagées uniquement par ceux qui croient à la version wasp du rêve américain. Comment ne pas voir dans les gated communities la continuation, sous une forme symbolique, des principes fondateurs du rêve américain : la construction des États-Unis par accumulation de communautés utopiques, religieuses, politiques ou philosophiques ? À l’utopie de créer le paradis sur terre correspond le désir de fabriquer un environnement parfait10.

  • 11 www.ic.org
  • 12 directory.ic.org/records/ ?action =view&record_id =2853

31Cette tradition communautaire est encore vive, comme en témoigne le magazine Intentional Communities11, dédié aux communautés dont les membres se regroupent pour partager un mode de vie particulier (sans être nécessairement des sectes). Les membres de la communauté Nature’s Pace Sanctuary, par exemple, cherchent à vivre en accord avec la nature, en reproduisant le mode de vie ancestral des Indiens d’Amérique. Cette communauté, que l’on pourrait qualifier de néo-hippie, affirme pourtant sur sa page web être une « gated community »12 – ce qui illustre l’extrême plasticité de l’expression.

« Gated »

32Il est impossible de comprendre l’expression en analysant isolément chacun de ses deux termes : c’est, une fois accolés, qu’ils prennent sens. L’intelligence du slogan est de combiner l’ancrage imaginaire du mot « community », très lié au contexte états-unien, et la symbolique universelle du « gate » : « lieu de passage entre deux états, entre deux mondes, entre le connu et l’inconnu, la lumière et les ténèbres, le trésor et le dénuement. La porte ouvre sur un mystère » [Chevalier et Gheerbrant, (1969) 1982, p. 779-782].

33Dans la littérature de science-fiction, le portail ou la porte est un dispositif récurrent. Il forme la frontière qui ouvre vers d’autres dimensions, d’autres temps, d’autres logiques, d’autres mondes. Dans l’environnement quotidien, les lieux qui mettent l’emphase sur le portail poursuivent le même but : marquer un seuil entre deux réalités. Celui qui franchit ce seuil pénètre dans un autre univers. Comme dit une plaque commémorative placée le 17 juillet 1955 à Disneyland (Anaheim, Orange County) : « Ici, vous quittez le présent et pénétrez dans le monde du passé, du futur et de l’enchantement. » De nombreux lieux de culte utilisent le même procédé (voir l’importance du portail des cathédrales) : le portail indique où s’arrête l’espace profane et où commence l’espace sacré, parfois inaccessible au profane.

34La surveillance des gated communities nord-américaines repose rarement sur des dispositifs de haute technologie. Murs et portails sont des moyens de protection élémentaires ; et ceux qui sont utilisés sont en général peu intimidants. Ils offrent une protection minimale, transmettent l’idée de la sécurité plus que ne garantissent réellement cette dernière. Leur rôle est avant tout symbolique, et leur efficacité symbolique est palpable : pour qui passe le portail d’une gated community, le monde extérieur cesse d’exister, comme par un effet magique. Cet effet, très sensible, existe grâce au portail, bien que l’on puisse démontrer par ailleurs sa relative inutilité en matière de sécurité. L’extérieur est mis à distance. Il est rendu indifférent, inexistant. Le sentiment est très semblable à celui que l’on a lorsqu’on entre sur une île – métaphore fondamentale du suburbain et de la gated community.

La gated community idéale est une île (Sailfish Point, Floride).

Panonceaux à l’entrée de gated communities états-uniennes.

35Dans l’expression « gated community », le mot « gate » est dépositaire d’une action, qui implique une volonté. Il ne s’agit pas d’une community with a gate mais d’une gated community (littéralement : « portaillée ») : il est sous-entendu que la communauté fait le choix de s’enfermer. Elle se met à l’abri. Tout comme la signification de community est réactivée par gated, la symbolique du gate est activée par community : il ne s’agit pas d’un simple portail, mais du point d’accès, ou de refus d’accès, à une communauté humaine. Si le mot s’appliquait à un bâtiment (gated house) ou à un ensemble de bâtiments (gated district), son sens serait moins fort. Appliqué à un groupe, au sein d’une même société, il manifeste une différence de nature profonde : ceux qui résident à l’intérieur sont désignés comme foncièrement autres. Il est facile d’imaginer, comme dans un récit de science-fiction, de trouver des hommes d’une sorte différente de l’autre côté du portail.

36Le portail caractérise les populations qui résident d’un côté ou de l’autre, mais ce de manière ambivalente : y a-t-il à l’intérieur les élus et à l’extérieur la plèbe, ou au contraire les prisonniers à l’intérieur et les hommes libres à l’extérieur ?

Un slogan trop efficace

37Une gated community serait donc un dispositif permettant de se mettre à l’abri du monde ordinaire, dans une dimension accessible seulement à certains humains. L’expression semble promettre qu’en habitant un lotissement de ce type, l’on pénètre dans un monde spécial, réservé, exclusif.

38Il est facile de comprendre le pouvoir d’évocation de ce slogan, tant sur les acheteurs potentiels, qui peuvent s’imaginer accéder à un monde d’élus, que du point de vue des « extérieurs », qui peuvent entendre l’expression comme un retrait hors de la société. Ces interprétations sont contenues dans l’expression elle-même : elles existent dès qu’on l’entend, avant même de voir ou de visiter la moindre gated community. L’histoire se construit instantanément lorsque l’on entend l’expression. Il n’est pas étonnant alors que les débats sur le sujet soient vifs, puisqu’une opinion sur le phénomène se forme dans le cerveau avant même que nous connaissions la nature réelle du produit. Chacun croit intuitivement le comprendre, et se laisse entraîner par son imagination.

39Incluse dans la dénomination, la fiction se situe à un endroit tellement visible, tellement fondamental, que nous oublions de la voir. De ce fait, le phénomène est souvent perçu comme auto-explicatif et, investi de ce qu’il semble signifier, brandi comme annonciateur d’un urbanisme sécuritaire, incarnant la rupture du lien social, et qui menacerait d’envahir la planète.

  • 13 Pour reprendre, dans un autre contexte, l’expression de Richard Dawkins (« Viruses of the mind  », (...)

40Le slogan déclenche des fantasmes : c’est le rôle même de la publicité. Dans ce cas, le résultat a dépassé les espérances. L’expression se révèle d’une certaine manière trop efficace, elle « survend ». Or, en faisant croire à plus que ce qu’elle désigne, elle attire l’attention non seulement des clients potentiels, mais aussi de la presse, des scénaristes hollywoodiens, des écrivains, des chercheurs…, donnant au phénomène une ampleur et une importance démesurées. Du fait de sa grande efficacité symbolique, l’histoire se répand comme un « virus de l’esprit »13, et le produit immobilier s’efface derrière les images qu’il suscite.

41L’expression est rapidement reprise par les journalistes et les théoriciens de la ville, et son utilisation dans un autre contexte modifie presque automatiquement son sens. Détachée de la brochure du promoteur, son sens s’inverse facilement pour prendre une signification péjorative ou dénonciatrice.

42L’analyse de l’imaginaire que charrie l’expression gated community permet d’interroger le jugement moral que l’on porte presque automatiquement sur le phénomène. N’est-il pas pré-écrit dans notre imaginaire ? Nous empêche-t-il de voir les éventuels aspects positifs du phénomène ? Beaucoup d’analystes s’emparent de l’expression comme si elle désignait une réalité indiscutable, sans voir sa subjectivité et son ambiguïté intrinsèques et, croyant interroger le phénomène, ils commentent en fait les images et les fantasmes que suscite en eux un slogan publicitaire. Un exemple courant est la « déception » que l’on ressent en étudiant le phénomène de plus près et en découvrant sa banalité. Là où l’on avait imaginé de l’extraordinaire, de la science-fiction, de la ségrégation à grande échelle, ou l’utopie du choix individuel – on ne découvre que de la ville presque ordinaire, un phénomène relativement banal.

L’idéalisation du banal.

Utopie banale

  • 14 États du sud, de la Californie à la Floride.

43Les gated communities ne sont pas un phénomène aberrant, ni fondamentalement différent du terrain sur lequel elles émergent  : le suburbain américain. On ne peut pas tracer une limite claire entre, d’un côté, les gated communities, de l’autre la banlieue américaine « normale ». Au contraire, elles représentent l’aboutissement dans l’extrême du modèle Sunbelt14 de la ville.

44Fonctionnellement, les murs et les portails des gated communities sont redondants : ils existent déjà dans les quartiers suburbains, même s’ils ne sont pas physiques. Les portails des gated communities matérialisent ce qui existait avant en intention. Ils incarnent et rendent explicite le principe de l’enclavement, inhérent à la fabrication du suburbain. Ils sont la manifestation physique de sa logique interne : un symbole matérialisé, devenu concret.

  • 15 CC et Rs ? : Covenants, Conditions and Restrictions.

45Les gated communities procèdent littéralement à un renforcement symbolique des principes de la banlieue américaine. Toutes les promesses qu’elles incarnent poursuivent le rêve suburbain américain : la promesse d’un territoire inaccessible aux intrus – une île – qui ne sera jamais rattrapé par le reste de la ville, tout en restant connecté aux réseaux ; la promesse d’un environnement architectural parfait et maîtrisé et d’un environnement social parfait et maîtrisé ; la promesse d’un environnement dont tout vice a été évacué, tant à l’extérieur (par la clôture) qu’à l’intérieur (par les règlements de copropriété très stricts15).

46Grâce aux règlements de copropriété vos voisins se sont engagés par contrat à se comporter comme vous. Le but est que la gated community reste parfaitement identique dans le temps : il ne s’agit pas seulement de créer la perfection, mais la perfection durable, éternelle, intemporelle. La gated community ne se place pas seulement en dehors de l’espace commun mais également en dehors du temps : c’est un lieu onirique, utopique.

47La gated community matérialise les rêves suburbains les plus profonds et pousse le rêve un peu plus loin, au bout de sa logique symbolique et imaginaire. C’est en tant que symbole qu’il faut la comprendre et l’analyser. Il est important de ne pas regarder uniquement la banalité du phénomène : fonctionnellement identique aux suburbs récentes, les gated communities en sont, symboliquement différentes. Elles incarnent et rendent visible une utopie, contiennent la promesse d’une autre société urbaine.

48C’est une utopie banale, discrète. Bien que déjà construite, elle continue d’activer un imaginaire, de laisser imaginer un monde autre, hors de la réalité actuelle.

Haut de page

Bibliographie

Atwood Margaret, Le dernier homme, Paris, R. Laffont, 2005 (Oryx and Crake), 2003.

Ballard James Graham, La face cachée du soleil, Paris, Fayard, 1998 (Cocaine nights, 1996).

Ballard James Graham, Le massacre de Pangbourne, Paris, Belfond, 1992 (Running Wild, 1988).

Ballard James Graham, Millenium People, Paris, Denoël, 2004 (Millenium People, 2003).

Ballard James Graham, Super-Cannes, Paris, Fayard, 2001 (Super-Cannes, 2000).

Blakely Edward J., Snyder Mary Gail, Fortress America: Gated Communities in the United States, Washington DC, Brookings Institution Press, 1997.

Boyle T.C., América, Paris, Grasset, 1997 (The Tortilla Curtain, 1995).

Brussolo Serge, Sécurité absolue, Paris, G. de Villiers, 1993.

Butler Octavia, La Parabole du Semeur, Paris, J’ai lu, 1995 (Parable of the Sower, 1993).

Capron Guénola (ed), Quand la ville se ferme: quartiers résidentiels sécurisés, Rosny-sous-Bois, Bréal, 2006.

Chevalier Jean, Gheerbrant Alain, Dictionnaire des symboles. Mythes, rêves, coutumes, gestes, formes, figures, couleurs, nombres, Paris, Robert Laffont, 1982 (1re édition: 1969), p. 779-782.

Christin Pierre, Mounier Alain, Mourir au paradis, Paris, Dargaud, 2005.

Craven Wes, Invitation to Hell, 1984.

Cronenberg David, Frissons, 1975 (Shivers).

Davis Mike, City of quartz: Los Angeles, capitale du futur, Paris, La Découverte, 1997, trad. de l’américain par Michel Dartevelle et Marc Saint Upéry (City of Quartz, Excavating the Future in Los Angeles, Londres, Vintage, 1990).

Dawkins Richard, « Viruses of the mind », in A Devil’s Chaplain, London, Weidenfeld & Nicolson, 2003.

Degoutin Stéphane, Glasze Georg, « Gouvernance urbaine privée et gated communities », Urbanisme, n° 356, sept. 2007.

Degoutin Stéphane, Wagon Gwenola, « Built Metaphors: Gated Communities and Fiction », article présenté à la 4e conférence internationale du réseau de recherche « Private urban governance & gated communities », La Sorbonne, 5-8 juin 2007.

Degoutin Stéphane, Wagon Gwenola, « Les Gated communities au cinéma et dans la littérature », in Thierry Paquot ed., Ghettos de riches, 2009.

Degoutin Stéphane, Glasze Georg, Le Goix Renaud, « Territoire, contrôle et enclosures », Urbanisme, n° 343, juillet 2005.

Degoutin Stéphane, Prisonniers volontaires du rêve américain, Paris, La Villette, 2006.

Duigan John, Lawn dogs, 1997.

GUST (Ghent Urban Studies Team), The Urban Condition: Space, Community and Self in the Contemporary Metropolis, Rotterdam, 010 Publishers, 1999.

Katzenbach John, State of mind, 1997.

Kohan Jenji, Weeds, 2006.

Kroeker Allan, The Twilight Zone, épisode « Evergreen », 2002.

Marro Stephen, Arrested development, 2003.

McKenzie Evan, Privatopia: Homeowner Associations and the Rise of Residential Private Government, New Haven-Londres, Yale University Press, 1994.

Oz Frank, Et l’homme créa la femme, 2004 (The Stepford Wives).

Palud Hervé, Albert est méchant, 2004.

Pattinson Michael, Millenium, épisode « Weeds », 1997.

Piñeiro Claudia, Las Viudas de los Jueves, 2005.

Pla Rodrigo, La Zona, 2008.

Schwartz Josh, The O.C., 2003. Site : www.gated-communities.de

Hillenburg Stephen, Spongebob Squarepants, 1999, episode « Squidville », 2001.

Stephenson Neal, Le Samouraï virtuel, Paris, R. Laffont, 1996 (Snow Crash, 1992).

Stuart Woods, Orchid Beach, 1998.

Watkins Michael, X Files, episode « Arcadia », 1999.

Haut de page

Notes

1 Présentatrice radio à une convention de vendeurs à Philadelphie, The Philadelphia Retail Ledger, 6 juin 1923.

2 Disponible en ligne : http://www.nogoland. com/urban/bm.pdf. Voir aussi S. Degoutin et G. Wagon, « Les Gated communities au cinéma et dans la littérature », in Thierry Paquot éd., Ghettos de riches, 2009.

3 James Graham Ballard, Le massacre de Pangbourne, Paris, Belfond, 1992 (Running Wild, 1988) ; Neal Stephenson, Le Samouraï virtuel, Paris, R. Laffont, 1996 (Snow Crash, 1992) ; Octavia Butler, La Parabole du Semeur, Paris, J’ai lu, 1995 (Parable of the Sower, 1993) ; Serge Brussolo, Sécurité absolue, Paris, G. de Villiers, 1993 ; John Katzenbach, State of mind, 1997 ; T. C. Boyle, América, Paris, Grasset, 1997 (The Tortilla Curtain, 1995) ; J. G. Ballard, La face cachée du soleil, Paris, Fayard, 1998 (Cocaine nights, 1996) ; Stuart Woods, Orchid Beach, 1998 ; J. G. Ballard, Super-Cannes, Paris, Fayard, 2001 (Super-Cannes, 2000) ; J. G. Ballard, Millenium People, Paris, Denoël, 2004 (Millenium People, 2003) ; Margaret Atwood, Le dernier homme, Paris, R. Laffont, 2005 (Oryx and Crake, 2003 ; Claudia Piñeiro, Las Viudas de los Jueves, 2005).

4 Michael Pattinson, Millenium, épisode « Weeds  », 1997 ; Michael Watkins, X Files, épisode « Arcadia  », 1999 ; Spongebob Squarepants, épisode « Squidville  », 2001 ? ; Allan Kroeker, The Twilight Zone, épisode « Evergreen  », 2002 ; Arrested development (la mère de famille habite une gated community), 2003 ; Josh Schwartz, The O.C., 2003 (la gated community est le cadre de tous les épisodes, quatre saisons à ce jour) ; Jenji Kohan, Weeds (plusieurs épisodes des saisons 2 et 3 mettent en scène des gated communities), 2006-2007.

5 David Cronenberg, Frissons, 1975 (Shivers) ; Wes Craven, Invitation to Hell, 1984 ; John Duigan, Lawn dogs, 1997 ; The Sect, 1999 ; Hervé Palud, Albert est méchant, 2004 ; Frank Oz, Et l’homme créa la femme, 2004 (The Stepford Wives) ; Rodrigo Pla, La Zona, 2008.

6 Pour une liste des conférences organisées par le réseau « Private urban governance and gated communities », voir le site www.gated-communities.de. Voir aussi Stéphane Degoutin, Georg Glasze et Renaud Le Goix, « Territoire, contrôle et enclosures  », Urbanisme, n° 343, juillet 2005 et Stéphane Degoutin et Georg Glasze « Gouvernance urbaine privée et gated communities », Urbanisme, n° 356, septembre 2007.

7 Le phénomène commence à être discuté dans la presse au début des années 1990 aux États-Unis, et l’on peut supposer que la désignation commerciale est créée dans les années 1980. Mais aucune recherche précise n’a été menée à notre connaissance pour déterminer exactement où et quand elle apparaît, ni qui en est l’auteur.

8 Mike Davis, City of quartz : Los Angeles, capitale du futur, Paris, La Découverte, 1997, trad. de l’américain par Michel Dartevelle et Marc Saint Upéry (City of Quartz, Excavating the Future in Los Angeles, Londres, Vintage, 1990), Evan McKenzie, Privatopia, Homeowner Associations and the Rise of Residential Private Government, New Haven-Londres, Yale University Press, 1994.

9 « district where people live ; occupied primarily by private residences [syn : residential district]  », thefreedictionary.com.

10 Ce paragraphe est repris en partie de Degoutin, Prisonniers volontaires du rêve américain, op. cit., chapitre « Communautés et American Dream  », p. 171-183.

11 www.ic.org

12 directory.ic.org/records/ ?action =view&record_id =2853

13 Pour reprendre, dans un autre contexte, l’expression de Richard Dawkins (« Viruses of the mind  », in A Devil’s Chaplain, London, Weidenfeld et Nicolson, 2003).

14 États du sud, de la Californie à la Floride.

15 CC et Rs ? : Covenants, Conditions and Restrictions.

Haut de page

Table des illustrations

Légende American Heritage Dictionary of the English Language, 2000.
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/1054/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/1054/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende La gated community idéale est une île (Sailfish Point, Floride).
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/1054/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Panonceaux à l’entrée de gated communities états-uniennes.
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/1054/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende L’idéalisation du banal.
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/1054/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Degoutin, « Le slogan « gated community » », Cahiers des Amériques latines, 59 | 2008, 17-32.

Référence électronique

Stéphane Degoutin, « Le slogan « gated community » », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 59 | 2008, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://cal.revues.org/1054 ; DOI : 10.4000/cal.1054

Haut de page

Auteur

Stéphane Degoutin

Stéphane Degoutin conçoit des espaces, des dispositifs artistiques, des textes théoriques. Ses thèmes de recherche portent sur la ville contemporaine, l’espace public et l’architecture du plaisir. Il est l’auteur de l’essai Prisonniers volontaires du rêve américain sur les gated communities et la ville américaine après l’espace public (éd. de la Villette, Paris, 2006). Il est également l’auteur du blog Nogoland Bits (bits.nogoland.com), cofondateur du collectif Nogo Voyages (nogovoyages .com), co-auteur des installations en ligne Googlehouse (googlehouse.net) et What Are You? (whatareyou.net), auteur du photoblog Lost in Créteil (lostincreteil.com) et de la structure pour « Here is where we meet ». Il enseigne à l’École nationale supérieure des arts décoratifs et à l’École Camondo.

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org