Navigation – Plan du site
Dossier. La ville dans les Amériques : un regard de part et d'autre de la frontière
Gated communities et condominios cerrados : les métamorphoses d’un modèle

Gated communities et condominios cerrados : les métamorphoses d’un modèle

Cynthia Ghorra-Gobin et Alain Musset
p. 15-16

Entrées d’index

Index géographique :

États-Unis
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le Corbusier, Manière de penser l’urbanisme, Paris, Éd. Gonthier, 1963 (1946), p. 8.

1Au cours des dernières décennies, le lotissement résidentiel fermé ou sécurisé est devenu une des figures les plus remarquées de la promotion immobilière dans de nombreux pays américains. Même si l’invention de ce modèle est souvent attribuée aux États-Unis, son architecture et sa valeur symbolique proposent de nombreuses variantes et font l’objet de pratiques d’appropriation qui varient considérablement d’un contexte culturel et politique à l’autre. Aux États-Unis, la gated comunity représente a priori le symbole d’une communauté regroupant des individus aux affinités semblables et appartenant à des groupes sociaux similaires, alors qu’au Mexique et en Amérique latine le volet sécuritaire semble, à bien des égards, prioritaire – d’où l’intérêt d’une confrontation de l’expérience du lotissement fermé entre deux aires culturelles distinctes : il s’agit de mettre en évidence les différences et les ressemblances de ce type de quartier résidentiel par rapport aux notions d’intérêts publics et privés. En effet, sur les marges de la ville, il redevient possible de choisir son voisin et d’harmoniser style de vie et statut social, même si ce type de quartier est aussi le modèle d’une urbanisation gaspilleuse d’espace et de temps – celle que n’avait de cesse de dénoncer Le Corbusier en son temps : « Évidemment la petite maison (« ma maison », « mon chez-moi »), flanquée de son arbre fraternel, occupe le cœur et le cerveau des foules, permettant aux hommes d’affaires de réaliser des bénéfices substantiels en lotissant des terrains, en fabriquant des portes et des fenêtres, en construisant des routes équipées de canalisations, de tramways, d’autobus, métros, des automobiles, des vélos, des motocyclettes nécessaires à la réalisation du rêve virgilien »1. La discussion a donc ici pour objectif de contextualiser les gated comunities et les condominios cerrados et de les interpréter en prenant en compte la culture politique dans laquelle le phénomène s’inscrit.

2C’est ainsi que l’objet de l’article de Stéphane Degoutin est de faire la distinction entre ce qu’évoque l’expression états-unienne gated community et les réalités qu’elle désigne. Les gated communities inspirent des thèses fantastiques ou apocalyptiques, que ce soit celles des auteurs de science-fiction (James Graham Ballard, Neal Stephenson, Octavia Butler…) ou de théorie urbaine (Mike Davis, Evan McKenzie…). Dans la réalité, elles présentent pourtant un aspect des plus banals. Cet article pose l’hypothèse que l’histoire que raconte l’expression gated community est aussi importante que la réalité qu’elle désigne. En ce sens, il importe autant de déterminer si les gated communities sont d’« authentiques » communautés que de chercher ce qu’induit l’usage du mot « communauté » dans le contexte nord-américain. Pour Stéphane Degoutin, il est donc aussi important de déterminer ce qu’implique le contrôle d’accès que de s’interroger sur la symbolique du portail.

3En reprenant le même objet dans un contexte culturel différent, Céline Jacquin et Guénola Capron s’interrogent sur la diffusion en Amérique latine du modèle états-unien de l’urbanisation enclose. En effet, les années 1970-1980 ont vu naître les premiers ensembles résidentiels fermés qui s’adressaient à la classe moyenne supérieure. Mais ce type d’habitat s’est ensuite démocratisé au milieu des années 1990, quand est apparu à Mexico un nouveau type d’ensembles de logements bon marché aux dimensions gigantesques qui décline des modalités allégées de la fermeture. Au travers des pratiques d’une population n’ayant pas les mêmes moyens économiques et culturels pour assurer et assumer leur fermeture, les auteures donnent les clefs pour comprendre toutes les implications d’un concept remanié et adapté à de nouvelles catégories sociales.

Haut de page

Notes

1 Le Corbusier, Manière de penser l’urbanisme, Paris, Éd. Gonthier, 1963 (1946), p. 8.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cynthia Ghorra-Gobin et Alain Musset, « Gated communities et condominios cerrados : les métamorphoses d’un modèle », Cahiers des Amériques latines, 59 | 2008, 15-16.

Référence électronique

Cynthia Ghorra-Gobin et Alain Musset, « Gated communities et condominios cerrados : les métamorphoses d’un modèle », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 59 | 2008, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 24 juin 2017. URL : http://cal.revues.org/1053

Haut de page

Auteurs

Cynthia Ghorra-Gobin

Articles du même auteur

Alain Musset

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org