Navigation – Plan du site
Dossier. La ville dans les Amériques : un regard de part et d'autre de la frontière

Par-delà le Nord et le Sud : débats sur la ville américaine

Cynthia Ghorra-Gobin et Alain Musset
p. 11-13

Entrées d’index

Index géographique :

États-Unis
Haut de page

Texte intégral

1Ce numéro des CAL résulte d’une première initiative d’Alain Musset et de Cynthia Ghorra-Gobin qui, au cours de l’année universitaire 2004-2005, ont organisé ensemble, dans le cadre du séminaire du laboratoire de Géographie Sociale (EHESS) dirigé par Marie-Vic Ozouf-Marignier, une séance de travail associant des chercheurs travaillant aussi bien sur l’Amérique du Nord que sur l’Amérique du Sud. Cette première rencontre entre chercheurs œuvrant dans deux aires culturelles a priori différentes, avait pour objectif – pour reprendre l’expression d’Alain Musset – de « franchir la frontière » (Crossing the border ou cruzar la frontera). Elle a permis de discuter des travaux respectifs de chacun et de se rendre compte de la richesse offerte par la problématique urbaine pour envisager une publication commune ne se limitant pas à une simple juxtaposition de textes. Il ne restait plus qu’à rédiger ces articles tout en construisant ce passage entre deux univers culturels, certes différents, mais traversés par de nombreuses problématiques communes qui ne peuvent désormais être traitées que de manière régionale, au sens le plus large du terme. Ce dossier est en quelque sorte le témoignage de ce processus d’échanges et de débats qui, par ailleurs, a coïncidé avec l’émergence de l’Institut des Amériques, chargé de mettre en relation les chercheurs qui travaillent sur l’ensemble de « l’hémisphère occidental ».

  • 1 Voir notamment le Dictionnaire des mondialisations, Colin, 2006.
  • 2 Les transferts bancaires (remesas) que les Mexicains émigrés aux États-Unis effectuent chaque année (...)

2La thématique urbaine contemporaine qui constitue le fil directeur de ce dossier s’inscrit en fait dans un contexte marqué par la globalisation de l’économie mondiale, une nouvelle étape du capitalisme intensifiant en quelque sorte l’ensemble des échanges tout en ne se limitant pas aux seuls biens et capitaux1. S’interroger sur le transfert de modèles urbanistiques de part et d’autre de la frontière nord-sud, sur l’invention d’un imaginaire transnational pour les Mexicains travaillant dans une ville américaine tout en maintenant un cadre résidentiel dans leur quartier ou village d’origine (parallèlement à l’envoi de remesasremittances2) ou encore sur l’impact de la croissance démographique d’individus venus d’Amérique latine dans l’univers métropolitain américain s’avèrent autant de questions pertinentes à l’heure où les politologues affirment l’avènement d’un monde post-américain. En effet si le xxe siècle est susceptible d’être qualifié de « siècle américain », il n’en est pas de même pour le xxie siècle.

  • 3 Cette perspective partagée par de nombreux intellectuels est remarquablement dessinée par Stephan (...)

3La présence croissante des Latinos dans les grandes métropoles des États-Unis représente à présent un enjeu politique considérable alors qu’il y a quelques décennies encore, seules les petites villes de la frontière mexicaine américaine étaient concernées par ce phénomène. Les Latinos représentent désormais la première minorité nationale (35,3 millions) et comme l’indique le Bureau du recensement, seuls le Mexique et la Colombie ont une population hispanique supérieure à celle des États-Unis avec les chiffres de 106,2 millions et 43 millions. La croissance démographique des Hispaniques au sein de la société américaine est perçue par des conservateurs comme une menace pour l’identité américaine en raison du manque de désir d’assimilation des Latinos, contrairement aux phases antérieures de l’immigration. Mais un travail de terrain mené dans l’univers métropolitain américain ne permet pas de valider cette hypothèse: la présence latina s’inscrit en réalité dans un contexte urbain façonné par un demi-siècle de mouvements sociaux. La lutte pour les droits civiques notamment en faveur des Noirs a connu une telle vigueur que des intellectuels américains n’hésitent pas à confirmer l’identité d’une nation s’inscrivant désormais « dans le noir et le blanc » pour reprendre la formule de Stephan et Abigail Thernstrom3: « la présence des Africains-Américains d’abord en tant qu’esclaves pendant plusieurs siècles puis en tant que citoyens de deuxième classe pendant un siècle de plus, la présence des Indiens qui ont accueilli les Européens et leur ont enseigné les manières de s’adapter dans ce Nouveau Monde, et dont on trouve encore les toponymes, ces deux présences sont essentielles à notre identité toujours en évolution » [Russel Banks, 2006, p. 137].

4Après avoir dressé un premier tableau sur la présence des Latinos aux États-Unis, ce dossier s’organise autour de trois thématiques urbaines : dans un premier temps, les articles de Stéphane Degoutin, Céline Jacquin et Guénola Capron nous permettront d’étudier le transfert de modèles urbanistiques à partir d’une analyse du phénomène des gated communities. Avec Frida Calderón Bony et Sonia Lehman-Frisch nous nous attacherons ensuite à décrypter l’invention d’un univers transnational fondé sur la dualité résidentielle des migrants et la mise en place de quartiers ethniques aux États-Unis. Les travaux d’Élodie Salin et de Cynthia Ghorra-Gobin poseront enfin la question de la centralité urbaine, mettant ainsi en évidence le degré de variabilité de sa dimension symbolique selon le point d’ancrage de l’observation. Dans tous ces domaines, l’essentiel est de ne plus fonctionner dans la logique réductrice et convenue du « modèle », mais dans celle de la réciprocité et des influences communes.

5L’ensemble des articles présentés dans ce dossier ne prétend pas donner une vision exhaustive des problèmes posés par la ville américaine de part et d’autre du río Bravo (ou du río Grande pour les habitants des États-Unis). Son ambition est plus limitée mais elle est essentielle: il s’agit pour les auteurs d’aborder des sujets qui font débat pour mieux les appréhender (et dans une certaine mesure, pour mieux les déconstruire), mais aussi (et surtout) de montrer qu’à l’échelle du continent américain les frontières culturelles et académiques doivent enfin être franchies si on veut comprendre les processus sociaux qui sont en œuvre au Nord comme au Sud – en attendant qu’un président d’origine hispanique entre à son tour à la Maison Blanche.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment le Dictionnaire des mondialisations, Colin, 2006.

2 Les transferts bancaires (remesas) que les Mexicains émigrés aux États-Unis effectuent chaque année au profit de leur famille ont atteint, en 2007, la somme record de 24 milliards de dollars. Ils dépassent désormais en valeur les revenus du tourisme international (11 milliards de dollars en 2005).

3 Cette perspective partagée par de nombreux intellectuels est remarquablement dessinée par Stephan & Abigail Thernstrom, America in Black & White: One nation, indivisible, NY, Simon & Schuster, 1997 et en langue française, Russel Banks, Amérique notre histoire (entretien avec Jean-Michel Meurice), Actes Sud, 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cynthia Ghorra-Gobin et Alain Musset, « Par-delà le Nord et le Sud : débats sur la ville américaine », Cahiers des Amériques latines, 59 | 2008, 11-13.

Référence électronique

Cynthia Ghorra-Gobin et Alain Musset, « Par-delà le Nord et le Sud : débats sur la ville américaine », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 59 | 2008, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://cal.revues.org/1047 ; DOI : 10.4000/cal.1047

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org