Navigation – Plan du site
Chronique

Des voix réduites au silence. À la mémoire de Silvia Suppo

Olivier Compagnon
p. 07-08

Entrées d’index

Index géographique :

Argentine
Haut de page

Texte intégral

1Silvia Suppo de Destefani était argentine et avait 51 ans. Encore adolescente, elle fut emprisonnée par la dictature militaire en mars 1977, torturée et violée dans le commissariat Cuarta de Santa Fe et dans le centre clandestin de détention connu sous le nom de La Casita, près de Santo Tomé. Enceinte à la suite de ces sévices, elle subit un avortement clandestin afin de « réparer l’erreur » – selon le mot des tortionnaires. Son fiancé de l’époque, Reinaldo Hattemer, séquestré en janvier de la même année, n’a jamais réapparu. En octobre 2009, Silvia avait témoigné de manière décisive dans le procès qui conduisit à la condamnation pour crimes contre l’humanité de l’ancien juge fédéral Victor Brusa et de plusieurs tortionnaires de la province de Santa Fe.

2Dans le magasin d’artisanat qu’elle tenait dans le centre de Rafaela, Silvia Suppo a été sauvagement assassinée de neuf coups de couteau au matin du 29 mars 2010. Si la police n’a pas encore officiellement établi les motifs du crime, de nombreux éléments – notamment les menaces qu’elle et d’autres témoins à charge du procès Brusa avaient reçues il y a quelques mois et le fait que l’autopsie ait démontré le travail d’un professionnel – laissent clairement supposer un règlement de compte consécutif à sa déposition.

3À l’heure où beaucoup d’observateurs se réjouissent que l’Amérique latine ait définitivement réintégré le cercle des pays démocratiques après la vague des régimes de sécurité nationale, ce meurtre rappelle l’extrême fragilité de régimes qui peinent à exercer leur droit régalien de justice à l’encontre des bourreaux des années de plomb. Soit qu’ils demeurent dans une occultation presque totale comme au Brésil, où l’on commence tout juste à remettre en question la loi d’amnistie de 1979 et à envisager de créer une commission Vérité et Réconciliation. Soit qu’ils s’arrêtent au milieu du chemin de peur de fragiliser la démocratie restaurée, comme au Chili où Pinochet mourut en décembre 2006 sans avoir été jugé et où l’impunité demeure une donnée essentielle du paysage politique et mémoriel, bien que la lumière ait été faite sur de nombreuses affaires et que certains membres de la DINA et des forces armées soient passés en procès et aient été emprisonnés. Soit qu’ils commencent à répondre le plus largement possible au désir de vérité des victimes ou des familles de victimes, comme dans l’Argentine des Kirchner où le capitaine Alfredo Astiz – « l’ange blond de la mort » – comparaît par exemple depuis décembre 2009, au risque de voir resurgir la barbarie de tortionnaires toujours convaincus du bien-fondé de leur croisade anti-marxiste.

4Silvia Suppo était la sœur de notre collègue Hugo Rogelio Suppo, lui-même victime de la dictature argentine, réfugié au Brésil puis en France, docteur en histoire de l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, professeur à l’Universidade do Estado do Rio de Janeiro et professeur invité à l’Institut des Hautes Études de l’Amérique latine en 2009-2010. Que celui-ci trouve ici l’expression de l’émotion, de la sympathie et du soutien de tous les personnels de l’IHEAL – CREDAL et des membres de la rédaction des Cahiers des Amériques latines, profondément révoltés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Compagnon, « Des voix réduites au silence. À la mémoire de Silvia Suppo », Cahiers des Amériques latines, 59 | 2008, 07-08.

Référence électronique

Olivier Compagnon, « Des voix réduites au silence. À la mémoire de Silvia Suppo », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 59 | 2008, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 24 août 2017. URL : http://cal.revues.org/1046

Haut de page

Auteur

Olivier Compagnon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org