Navigation – Plan du site
Lectures

Caroline Sappia et Paul Servais (éd.), Les relations de Louvain avec l’Amérique latine. Entre évangélisation, théologie de la libération et mouvements étudiants

Louvain-la-Neuve, Academia Bruylant, 2006, 186 p.
Olivier Compagnon
p. 209-2012
Référence(s) :
Caroline Sappia et Paul Servais (éd.), Les relations de Louvain avec l’Amérique latine. Entre évangélisation, théologie de la libération et mouvements étudiants, Louvain-la-Neuve, Academia Bruylant, 2006, 186 p.

Texte intégral

  • 1 Voir par exemple L’Université catholique de Louvain et l’Amérique latine. Regards métis, Louvain-la (...)

1Issu d’un colloque organisé à l’Université catholique de Louvain en avril 2004, ce volume réunit neuf textes qui apportent des éléments importants à l’histoire du catholicisme latino-américain et de ses relations avec l’Europe au xxe siècle. L’introduction, rédigée par les deux coordinateurs de l’ouvrage, n’évoque pas l’arrière-plan méthodologique des transferts culturels, mais c’est pourtant bien cette question qui constitue le cœur problématique de cet ouvrage. Quel est l’impact du passage de jeunes étudiants latino-américains par les bancs de l’Université de Louvain et de la formation de prêtres européens – belges principalement – destinés à partir exercer leur ministère outre-Atlantique ? Dans quelle mesure cette expérience modifie-t-elle leur compréhension du monde ou de la place de l’Église dans le monde, ainsi que les formes de leur engagement ? Quelles sociabilités ont-ils l’occasion de nouer à cette occasion ? En quoi la prise en compte de cette formation intellectuelle européenne nous aide-t-elle à comprendre les mutations observées au sein des Églises latino-américaines dans les années 1960 et 1970 et, en particulier, la nébuleuse du christianisme de la libération ? Certes, ce livre n’est pas le premier à s’interroger de la sorte sur la circulation transatlantique des discours et des pratiques catholiques et s’inscrit dans le prolongement d’études plus ou moins récentes sur les réseaux religieux transnationaux dont Louvain fut partie prenante1 ; il n’en constitue pas moins une mise au point utile, qui suggère de nombreuses pistes nouvelles pour des recherches ultérieures.

2En guise d’entrée en matière, l’ouvrage s’ouvre sur deux contributions générales visant à mettre en perspective l’histoire religieuse de l’Amérique latine. D’une part, Michel Bertrand propose une très utile synthèse des tendances historiographiques les plus récentes en la matière, en insistant notamment sur les débats engendrés par « l’ethnocide colonial » (p. 21-27) et sur les différentes approches de la fragmentation confessionnelle contemporaine et de l’essor très rapide du pentecôtisme (p. 27-39). D’autre part Rodolfo de Roux propose un bilan des évolutions récentes du champ religieux latino-américain, mettant en avant l’érosion du monopole catholique depuis la Seconde Guerre mondiale et certaines tendances actuelles au « désenchantement du monde » ; il identifie par ailleurs la prégnance maintenue de la vocation sociale de l’Église catholique, notamment dans le contexte néolibéral issu des années 1980 et 1990, tout en soulignant l’écart séparant les propositions pontificales de Jean Paul II – en particulier dans l’Exhortation apostolique Ecclesia in America de 1999 – et « les positions radicales du christianisme de la libération » (p. 54). Si ce texte s’achève sur le constat que le xxie siècle commençant semble perpétuer les vieilles querelles du xxe siècle entre « modernistes » et « intégristes » ou entre « progressistes » et « conservateurs », il ne mentionne pas le fossé croissant qui sépare une hiérarchie catholique inapte à envisager toute réforme doctrinale – que ce soit à Rome ou au sommet des épiscopats nationaux – et des sociétés latino-américaines en voie de modernisation. Or, c’est sans doute dans cet enjeu-là – bien davantage que dans les tensions internes propres à l’institution ecclésiale – que se joue l’avenir du catholicisme en Amérique latine, comme en témoigne par exemple la forte conflictualité entre Église et société civile qui a accompagné l’adoption de la loi sur le divorce au Chili en 2004 ou qui entoure actuellement les débats sur l’avortement au Brésil et au Mexique.

3Les cinq articles suivants sont directement consacrés aux relations entre Louvain et l’Amérique latine et constituent le cœur de cet ouvrage. Paul Servais (« Louvain et l’Amérique latine. Quelques pistes et matériaux », p. 54-85) esquisse un portrait de groupe des étudiants latino-américains présents dans l’Université brabançonne après la Seconde Guerre mondiale, tout en rappelant que cette tradition d’échanges est ancienne et remonte à la fin du xixe siècle. Si la Colombie a fourni la majorité des contingents dans l’entre-deux-guerres, les années 1950-1980 correspondent à une diversification des origines géographiques et installent progressivement une prédominance brésilienne (111 étudiants pour la seule année 1969). Attirés par l’image traditionnelle de Louvain comme « phare de la pensée catholique mondiale », mais aussi par la contribution des théologiens belges aux débats du Concile ou par le rayonnement de personnalités telles que François Houtart, les jeunes Latino-Américains affluent également dans le cadre de l’exil après 1964 (coup d’État au Brésil) et, surtout, après la chute d’Allende au Chili en 1973. Plus de 40 % d’entre eux suivent des cursus de sciences sociales et 20 % des études de théologie, sciences religieuses ou philosophie, les autres se répartissant entre sciences économiques, psychologie, pédagogie, lettres, médecine ou discipline de « science dure ». Si l’on peut regretter l’absence d’une approche prosopographique, au sens strict du terme, cet article n’en propose pas moins, une annexe particulièrement utile qui répertorie l’ensemble des mémoires de licence et thèses de doctorat réalisés à Louvain sur l’Amérique latine ou par des étudiants latino-américains, en sciences politiques et sociales, en philosophie et en théologie et sciences religieuses entre le milieu des années 1960 et le début du xxie siècle. Où l’on constate que Louvain ne forma pas seulement de jeunes clercs d’Amérique latine, comme pourraient le laisser croire un peu rapidement les exemples bien connus du Colombien Camilo Torres, du Péruvien Gustavo Gutiérrez ou du Brésilien Clodovis Boff, mais aussi une intelligentsia débordant très largement le cadre de l’Église : ainsi deux universitaires chiliens fort renommés à l’heure actuelle, le sociologue Tomás Moulian et l’historien Eduardo Devés Valdés, soutinrent-ils à Louvain des travaux respectivement intitulés Tensiones estructurales y conflictos de clase en la empresa (1965) et La praxis y la temporalidad latinoamericanas a la luz de L. E. Recabarren (1977).

  • 2 Voir par exemple, parmi ses publications récentes, Où en est la théologie de la libération ? L’Égli (...)

4Dans l’article suivant, Caroline Sappia analyse la fonction de plaque tournante entre catholicisme européen et catholicisme latino-américain que joua le Collège pour l’Amérique latine de l’Université, créé en 1953 et destiné – selon les mots du cardinal von Roey – à devenir « une pépinière de prêtres pour les immenses pays de l’Amérique latine où la pénurie extrême des ministres de Dieu se fait sentir d’autant plus douloureusement que l’ensemble des habitants sont des baptisés » (p. 89). Le Collège connut une expansion rapide après l’encyclique Fidei Donum de 1957, qui favorisait l’envoi de prêtres diocésains dans le Tiers Monde mais nécessitait que ceux-ci fussent formés. Au total, 343 clercs passèrent par cette institution entre 1955 et 1983 avant de partir en Amérique latine – près de la moitié d’entre eux pour le Brésil (115) et le Chili (54). Bien qu’enthousiasmés par leur vocation missionnaire, ceux-ci peinent parfois à s’adapter aux conditions particulières d’exercice de leur ministère comme en témoigne le cas de l’abbé Ceulemans, arrivé à Potosí en 1955 et surpris par la nature des agapes à l’occasion de la neuvaine de l’Immaculée Conception : « Cela devient un véritable banquet où tout le monde est saoul ; tout cela dans l’église. […] Un soir j’ai dû employer beaucoup de fermeté et de vigueur pour faire évacuer l’église, envahie par une bande de gens, chargés de bouteilles et de marmites. On en est presque venus aux mains. Je me suis fait insulter en quechua » (p. 101). Ils n’en sont pas moins des courroies de transmission entre les mondes catholiques d’Europe et d’Amérique latine dans le contexte de l’aggiornamento conciliaire et de l’essor du christianisme de libération. Ainsi le père belge Joseph Comblin, né en 1923, ordonné prêtre à Malines en 1947, formé à Louvain entre septembre 1957 et juin 1958 avant de partir pour Campinas : après trois années passées dans ce diocèse puis trois autres au Chili, il regagne le Brésil où il devient le conseiller de Dom Hélder Câmara, évêque de Recife et figure de proue du christianisme de libération. Avec raison, Caroline Sappia n’en conclut pas pour autant que le Collège pour l’Amérique latine fut un vecteur de développement de la théologie de la libération dans la mesure où, bien que l’on y enseignât les sciences sociales et que le marxisme fût alors très en vogue, Louvain suivit toujours de manière relativement scrupuleuse la ligne romaine. Instrument pastoral davantage qu’incubateur politique, les sociabilités transatlantiques que le Collège généra et les nombreuses activités qu’il déploya – par exemple en éditant à partir de décembre 1956 le bulletin Aux amis de l’Amérique latine – n’en contribuèrent pas moins à donner à connaître en Europe les mutations en cours au sein des Églises latino-américaines. Permettant de penser les relations euro-américaines à rebours d’une tradition historiographique mettant traditionnellement en lumière les « influences » européennes à destination des périphéries du monde, cet aspect aurait sans nul doute mérité d’être développé si l’on songe par exemple à l’inlassable activité déployée par le père Comblin pour défendre, réhabiliter puis perpétuer la mémoire de la théologie de la libération2. Une telle perspective pourrait également donner lieu à d’intéressantes comparaisons avec d’autres cas, comme celui des nombreux jésuites français partis en Amérique latine dans la même période – ainsi le père Pierre Bigo au Chili – et ayant largement relayé les postulats du christianisme de la libération dans la revue parisienne Études.

5Les trois articles suivants développent quelques points plus particuliers des relations entre Louvain et l’Amérique latine. D’une part, Pierre Sauvage répertorie un certain nombre de lieux de sociabilité entre Belges et Latino-Américains à l’Université catholique de Louvain et montre comment, autour du Centre de recherches de sociologie religieuse dirigé par le père François Houtart, de l’Institut des pays en voie de développement, de la faculté francophone de théologie ou encore de la Paroisse universitaire, se sont nouées des relations plus ou moins denses et plus ou moins durables. Ici, une réflexion un peu plus théorique sur la notion de réseau – voire une analyse formelle de l’un d’entre eux, à partir d’une enquête orale par exemple – aurait sans doute permis de déterminer plus précisément la nature des échanges et la centralité d’un certain nombre d’individus, plutôt que de conclure de manière quelque peu impressionniste qu’« il y a gros à parier que la théologie de la libération a été un des thèmes d’échange ou, du moins, un des centres d’intérêt » (p. 121). D’autre part Ana Maria Bidegain met en lumière le rôle d’un certain nombre de femmes dans le développement des relations entre Louvain et l’Amérique latine ; celui de Theresa Clayes par exemple, une Belge ayant fréquenté Hélder Câmara au Brésil et créant à son retour à Louvain une sorte de foyer installé dans une bergerie restaurée – d’où son nom de Bergerie des Ardennes – et destiné à promouvoir les échanges entre jeunes Européens et Latino‑Américains socialement engagés (p. 130-133). Enfin, William Plata Quezada analyse de manière très suggestive le cas de dix étudiants colombiens étant passés par Louvain : la motivation de leur venue en Belgique, la nature de leur insertion dans leur nouvel environnement, les formations reçues, la conscientisation politique qui en découle sont autant d’éléments décrits avec précision qui complètent utilement le portrait de groupe des étudiants dressé dans l’article de Paul Servais au début de l’ouvrage. Plus lyrique que scientifique, la conclusion de cet article laisse toutefois à désirer en affirmant que, « pour tous ces Colombiens, l’expérience à l’UCL Université catholique de Louvain a représenté un tournant dans leur existence. Aucun ne demeura le même au terme de son voyage. Tous apprirent la signification d’être « latino-américain », de l’intégration culturelle, du respect, de la tolérance, du travail en équipe et du travail interdisciplinaire, de la démocratie… » (p. 173). Il en va de même pour la conclusion générale de l’ouvrage qui, sous la plume de Pedro Milos, n’apporte guère d’éléments nouveaux. Cependant, ces quelques réserves n’enlèvent rien au grand intérêt d’un livre témoignant des vertus de l’analyse des processus de circulation transnationale pour une meilleure compréhension des dynamiques catholiques contemporaines.

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple L’Université catholique de Louvain et l’Amérique latine. Regards métis, Louvain-la-Neuve, AGL/Approche, 1993 ; André Corten, « Une mise en réseau de la théologie de la libération », in Jean-Pierre Bastian (dir.), La modernité religieuse en perspective comparée. Europe latine-Amérique latine, Paris, Karthala, 2002, p. 267-285; I. Yepes del Castillo (dir.), L’Amérique latine et l’UCL. Quelle coopération universitaire dans un monde globalize ?, Louvain-la-Neuve, Presses Universitaires de Louvain, 2003.

2 Voir par exemple, parmi ses publications récentes, Où en est la théologie de la libération ? L’Église catholique et les mirages du néolibéralisme, Paris, L’Harmattan, 2003 ; Vatican en panne -d’Évangile. L’Église des pauvres, est-ce pour demain ?, Paris, L’Harmattan, 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Compagnon, « Caroline Sappia et Paul Servais (éd.), Les relations de Louvain avec l’Amérique latine. Entre évangélisation, théologie de la libération et mouvements étudiants », Cahiers des Amériques latines, 59 | 2008, 209-2012.

Référence électronique

Olivier Compagnon, « Caroline Sappia et Paul Servais (éd.), Les relations de Louvain avec l’Amérique latine. Entre évangélisation, théologie de la libération et mouvements étudiants », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 59 | 2008, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://cal.revues.org/1043

Haut de page

Auteur

Olivier Compagnon

IHEAL/CREDAL/IUF

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org